Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

A l’usine Philips de Dreux, les salariés expérimentent l’autogestion
jeudi 28 janvier 2010 - 10h29 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Luttes sociales A l’usine Philips de Dreux, les salariés expérimentent l’autogestion http://www.bastamag.net/spip.php?ar...

Par Daniel Maunoury, Sophie Chapelle (26 janvier 2010)

Menaces à la bombonne de gaz, occupations d’usines, séquestrations de patrons : c’est par la radicalisation des actions que les New Fabris, Molex, Conti ou Michelin ont fait connaître leurs revendications. Début janvier, les salariés de l’entreprise Philips EGP de Dreux ont choisi de placer l’imagination au pouvoir : alors que leur usine risque de fermer, ils mettent en place pendant dix jours un contrôle ouvrier sur la production. Rencontre avec des salariés qui ont testé cette nouvelle manière de lutter contre les plans sociaux et les délocalisations.

Photo : Des élèves du Lycée autogéré de Paris en visite à l’usine Philips

Un homme plutôt baraqué en blouson de cuir vient de franchir la porte du Terminus Bar, à la gare de Dreux (Eure-et-Loir). « Manu ». Le ton est assuré, la poignée de main franche. « Vous venez un peu tard pour voir le contrôle ouvrier, c’est suspendu depuis le 15 janvier. Mais la lutte continue ». « Manu », c’est Manu Georget, le délégué syndical CGT de l’entreprise Philips EGP Dreux. Cela fait dix ans qu’il travaille sur ce site industriel, « dix ans de luttes syndicales », rappelle t-il. Philips EGP Dreux est située dans la zone industrielle des Châtelets. Une zone sinistrée par les plans sociaux successifs. « Renault aujourd’hui est fini, Valeo est fermé. La métallurgie qui était très puissante dans le département a vécu 20 ans », déplore Manu.

De la bataille administrative contre les licenciements économiques...

L’enseigne de Philips est encore allumée. Dans la région depuis 1953, le groupe employait il y a 10 ans 4 000 personnes sur les trois sites « télévision » de l’Eure-et-Loir. Aujourd’hui, tout ce qu’il reste de l’activité française du géant néerlandais de l’électroménager et de l’électronique grand public, c’est l’usine de Dreux avec ses 217 salariés. À l’entrée du site spécialisé dans la production de téléviseurs à écrans plats, quelques voitures sont déjà sur le parking malgré l’heure matinale. « La direction a supprimé les équipes de nuit et de l’après midi, mais l’équipe du matin a gardé l’horaire, explique Manu. Ils continuent à se lever à 4 heures du matin pour venir travailler à 5 heures. Quand tu sais que c’est presque la fin et que tu as un certain âge, l’annonce de la fermeture peut venir comme un soulagement ».

Dans le local de la CGT bardé d’affiches, l’œil du Che observe la cafetière où l’on vient s’approvisionner en remontant et en courage. Nathalie et Salah entrent dans la salle. Ces élus CGT ont « été réintégrés en juin 2009 », sur décision du tribunal administratif, explique Manu. Ils avaient été licenciés dans le cadre du Plan de sauvegarde pour l’emploi (PSE) de mars 2008. « Quand on a su que ce site allait fermer, on s’est mis en grève 11 semaines », rappelle Manu. Une grève « difficile », alors même que les syndicats FO et CFE-CGC avaient donné un avis favorable au PSE. La direction avait justifié les licenciements par le sauvetage du site.

...au contrôle ouvrier contre les plans sociaux

Le 23 juin 2009, le tribunal administratif donne raison aux grévistes : le licenciement des 278 salariés n’a pas de cause réelle et sérieuse, car l’entreprise avait redéfini son périmètre d’activité pour prétexter des licenciements économiques. « Une histoire qui gêne beaucoup la direction » rappelle Manu. Et pour cause : le groupe Philips est divisé en trois unités, l’éclairage, le matériel médical et l’électronique grand public. Chacune de ces unités est largement bénéficiaire, mais la direction a redéfini le périmètre d’activité en isolant la production de téléviseurs. « En agissant ainsi, notre branche a un résultat négatif, mais ce serait la même chose si on le faisait avec les aspirateurs... L’important, rappelle Manu, c’est que l’électronique grand public soit toujours positif dans son ensemble avec une hausse des bénéfices de 15 % en 2009 ».

Gérard Kleisterlee, directeur général du groupe Philips, a déclaré début janvier qu’il prévoyait une croissance annuelle de son chiffre d’affaires d’au moins 6 % en 2010. Malgré ce chiffre, un an et demi après le précédent « plan social », et 5 mois après la victoire administrative des salariés, le couperet tombe à nouveau. En octobre 2009 est annoncée la fermeture de l’usine de Dreux. « Tout le monde était dépité », se souviennent les syndicalistes réunis autour de la table. Mais l’assemblée générale du 5 janvier 2010 va changer la donne. « Ce jour-là, on entend toutes sortes de propositions : cuire des merguez, installer des bombonnes de gaz, séquestrer le patron... Mais tout ça, c’est du déjà vu. Et là, il y a des salariés qui disent : pendant des mois vous nous rabâchez avec le contrôle ouvrier et bien, c’est cela qu’il faut faire ! », racontent avec enthousiasme les CGTistes. 147 salariés votent pour, 5 sont contre. Les trois syndicats, CGT, FO et CGC apportent leur soutien, dans un premier temps. L’encadrement rentre dans le mouvement et la production de téléviseurs est relancée par les salariés eux-mêmes.

Mise en demeure pour détournement des biens de l’entreprise

« Philips commençait à nettoyer le site, on n’avait plus de pièces et on faisait quelques fins de stocks. La mission première était de passer commande et là, en deux jours, on arrive à avoir des pièces pour faire 5000 appareils. » Les salariés augmentent la production, en la faisant passer à 300 téléviseurs par jour. Ils stockent ceux-ci dans un local réquisitionné à cet effet. « On était vraiment très solidaires », appuie Salah, le syndicaliste réintégré. Pendant dix jours, entre le 5 et le 15 janvier, un point est organisé chaque matin et l’auto-organisation se met en place. « Les salariés travaillaient normalement, ils savaient qu’ils avaient 5 000 pièces à faire, sauf qu’il n’y avait plus de direction. Ils respectaient même le temps de pause, c’est dire ! » raconte Manu. « J’étais là matin, midi, soir, toute la nuit, tout le temps pour surveiller l’entrepôt, se souvient Franck. On tournait avec Manu, je venais dormir deux heures là derrière le local. Ça aurait pris, si ça avait duré plus longtemps. » Les Philips tentent d’emboiter le pas aux salariés des usines horlogères LIP de Besançon qui s’emparèrent en 1973 de leur outil de travail. Ils fondèrent alors un modèle coopératif, avec pour slogan « on produit, on vend, on se paye ». Mais à la différence des LIP, l’usine Philips de Dreux « a encore des patrons ».

Au terme d’une semaine de contrôle ouvrier, la direction de Philips comprend que les salariés se sont appropriés l’outil de travail. Le 11 janvier, un huissier vient constater les faits et deux délégués, l’un de FO, l’autre de la CGT, sont mis en demeure pour détournement de produits appartenant à Philips. Le syndicat CGT de l’usine continue de soutenir le mouvement mais FO commence à se désengager. « Le contrôle ouvrier n’est pas quelque chose que les confédérations soutiennent. Notre exclusion nous donne une liberté dans nos actions » explique Manu. Car la section CGT est en dissidence depuis 2000. Exclue de l’Union locale et départementale, elle reste rattachée à la fédération de la métallurgie.

Après les délégués, c’est au tour de quatre caristes de se voir intimer par un courrier de la direction de sortir les téléviseurs de l’entrepôt réquisitionné. « La menace tombe... et là j’ai vu la peur chez les salariés. C’est horrible !, se désespère Manu. Le patron va les foutre dehors : il n’y a plus rien à perdre, mais la peur d’être dans l’illégalité persiste, comme des gamins à l’école qui ont volé un truc. »

« On a montré que l’on n’avait pas besoin des patrons »

Le 15 janvier, le choix est fait de « suspendre » le contrôle ouvrier pour « ne pas mettre en danger certains salariés ». « On dit que l’on suspend, et pas que l’on arrête, parce qu’une partie des salariés ont l’idée de tenir une activité, quelle qu’elle soit. Peut-être dans le recyclage de produits finis, explique Manu. On a montré avec ce mouvement que si la direction ne sait pas faire, nous on sait gérer l’approvisionnement, la production et le stockage. Si Philips ferme, le groupe devra reverser une somme d’argent à la Région et au Département. Cette somme est souvent réinvestie dans des choses qui ne marchent pas. Et bien chiche, cet argent on le met dans le site pour les salariés qui veulent préserver leur emploi. Relançons la marque Radiola, on peut créer une SCOP et vous verrez que ça marchera ! ».

Reste à savoir si c’est ce que tout le monde veut. Beaucoup dans l’usine sont proches de la retraite et s’attellent aux calculs. « Il y en a qui se disent : je n’y arrive pas, ces dettes sont en train de m’étrangler. Avec les indemnités, je vais pouvoir repartir, reconnaît Manu. Mais en même temps, nos 11 semaines de grève et le contrôle ouvrier montrent que beaucoup croient en d’autres façons de lutter et de maintenir l’industrie en France. »

Ce jour là, il ne sera pas possible d’aller visiter l’atelier : la direction a repris les rênes et sans autorisation écrite, impossible d’entrer. Le travail a repris, mais au ralenti. Chacun va à son poste en reculant. Manu doit partir, une réunion avec FO est programmée pour faire un point sur les procès. « La grève de 11 semaines en 2008 était légitime et elle doit être payée. On est allés devant les tribunaux déposer 147 dossiers et on ne lâchera pas [1] ». Le tribunal a déclaré la grève légitime, un million d’euros de dommages et intérêts devait être versé aux salariés. Mais Philips a fait appel. Tout en rêvant, pour certains, à une nouvelle expérience de contrôle ouvrier, les salariés continuent le combat juridique.

Sophie Chapelle

Photos : Daniel Maunoury Notes

[1] Pour soutenir les Philips, des dons peuvent être envoyés au syndicat CGT Philips, 1, rue de Réveillon, 28100 Dreux (chèques à l’ordre du syndicat CGT Philips Dreux)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
A l’usine Philips de Dreux, les salariés expérimentent l’autogestion
28 janvier 2010 - 11h10 - Posté par momo11

Courage,confiance et solidarité avec mes camarades.momo11



A l’usine Philips de Dreux, les salariés expérimentent l’autogestion
26 février 2010 - 15h23 - Posté par Robert Paris

Oui, mais pourquoi les centrales syndicales laissent ces mouvements isolés au lieu d’organiser une riposte d’ensemble.

Lire sur ce thème : chronologie syndicale





SOLIDARITE UGTG - NON A LA REPRESSION ANTI SYNDICALE EN GUADELOUPE
jeudi 22 - 21h26
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Sur le principe du multiplicateur keynésien
jeudi 22 - 16h07
de : Jean-Pierre Beux
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
jeudi 22 - 15h47
de : Roberto Ferrario
Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! Milan, 1975 (vidéo complète)
jeudi 22 - 14h13
de : Roberto Ferrario
Khaled Issa : « Il n’y a pas de réaction à la hauteur de la gravité de la situation à Afrin »
jeudi 22 - 13h08
de : Azad Kurkut
La vie en intérim / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 22 - 12h36
de : Hdm
Expulsion en cours au bois Lejuc
jeudi 22 - 10h21
Bure : au moins 15 arrestations lors de l’évacuation des opposants, au projet Cigéo, de la ZAD de Bure (video)
jeudi 22 - 10h03
1 commentaire
Bure Expulsion en cours
jeudi 22 - 07h58
de : Jean-Yves Peillard
2 commentaires
Intégrisme religieux, laïcité , émancipation, marxisme (tmi)
mercredi 21 - 23h56
de : Christian DELARUE
LA DETTE ET LE DEMANTELEMENT DE LA SNCF… CERTAINS ESPERENT SE REGALER !
mercredi 21 - 20h29
de : Nemo3637
A Lacq, l’industrie pollue gratuitement et impunément grâce à des élus locaux anti-écologie
mercredi 21 - 19h29
de : jean 1
VENEZUELA : création d’une criptomonnaie basée sur les ressouces naturelles du pays !
mercredi 21 - 18h05
de : JO
Israël : Benyamin Nétanyahou fragilisé par un nouveau scandale
mercredi 21 - 13h35
de : Cyrille Louis
LA QUESTION KURDE
mardi 20 - 20h26
de : Ernest London
OR GRIS
mardi 20 - 19h23
de : MARTINE LOZANO
Confirmation de la crétinisation du monde
mardi 20 - 19h19
de : PMO viaJYP
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 - 11h12
de : Gaël De Santis via FR
Ses Camarades qui ont été fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérian (video)
mardi 20 - 10h37
de : Bernadette Leydier
Les fréquentations antisémites de la droite israélienne
mardi 20 - 10h02
de : CAPJPO-EuroPalestine
Comment 200 000 représentants du personnel vont perdre leur statut de salariés protégés
mardi 20 - 08h31
DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
1 commentaire
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Avoir le pessimisme de l'intelligence et l'optimisme de la volonté. Antonio Gramsci
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 février
de Marco Cesario via FR
1 commentaire
Les élections législatives approchent en Italie et dans un pays ravagé par une extrême droite toujours plus agressive et rampante qui prend comme cible les migrants et toute sorte de minorité ethnique ou religieuse, une nouvelle force politique voit le jour : Potere al Popolo ! (Pouvoir au peuple, en français) un mouvement de jeunes, ouvriers, précaires, étudiants, militants, résistants. “Nous sommes les sans emploi - lit-on dans le programme - nous sommes les (...)
Lire la suite
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite