Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Al Faraby (70 articles)
2000
de : Al Faraby - 26 octobre 2005
2 commentaires
de Al Faraby Les pertes américaines en Irak ont franchi le seuil psychologique des 2.000 morts depuis l’intervention de mars 2003, avec la disparition ce week-end d’un soldat américain soigné dans un hôpital du Texan. Le sergent-chef George Alexander, âgé de 34 ans, a succombé samedi 22 octobre aux blessures reçues huit jours plus tôt lors de l’explosion d’une bombe posée par la Résistance au passage de son convoi à Samarra. Sa mort devrait accroître les pressions (...)
Lire la suite, les commentaires...
Les affameurs
de : Al Faraby - 20 octobre 2005
de Al Faraby Dans une dépêche de l’Associated Press datée du vendredi 14 octobre 2005 en provenance de Genève, siège de la Commission des droits de l’Homme des Nations unies, nous apprenons que Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation a dénoncé ce même jour la pratique des forces internationales en Irak, accusées de couper l’eau et l’alimentation des bastions de l’insurrection irakienne pour forcer les civils à (...)
Lire la suite, les commentaires...
Harold Pinter, mon ami ...
de : Al Faraby - 15 octobre 2005
de Al Faraby Le Britannique Harold Pinter remporte le prix Nobel de littérature 2005. Il est considéré comme l’un des plus grands dramaturges du siècle, dans son pays et dans le monde. Auteur de plus de trente "comédies de menace", Pinter, 75 ans, se démarque notamment par sa haine de toutes formes d’oppression. Il s’est battu pour la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme pendant la dictature de Pinochet au Chili, lors des deux guerres du (...)
Lire la suite, les commentaires...
Nour, mon chéri ...
de : Al Faraby - 11 octobre 2005
2 commentaires
de Al Faraby Pardonne-moi mon fils de t’avoir mis au monde en prison. Ce n’est pas du tout ma faute, ce sont nos bourreaux qui en ont décidé ainsi. Tu as atteint l’âge de deux ans et tu peux sortir. Tu vas pouvoir connaître d’autres enfants de ton âge et jouer avec eux. C’est important, tu sais. C’est l’une des raisons pour laquelle je suis en prison. Nos bourreaux ne veulent pas que nous ressemblions à tous les gens, à tous les autres peuples. (...)
Lire la suite, les commentaires...
Youcef, mon frère ...
de : Al Faraby - 9 octobre 2005
de Al Faraby Melilla est juste derrière l’enceinte grillagée mais il n’a plus la force Youcef est venu du Mali à pied il trouve contre lui la garde civile et la police espagnole la gendarmerie et les forces auxiliaires marocaines tous ils ont vaincu en lui le rêve de gagner Melilla porte d’entrée vers l’Europe mythique Youcef s’en retourne chez lui il reprend le chemin d’Oujda le long de la route nationale dort à la belle étoile, et (...)
Lire la suite, les commentaires...
Petit déjeuner
de : Al Faraby - 6 octobre 2005
de Al Faraby J’entre dans la cuisine. J’abaisse le bouton d’interrupteur, la lampe de néon clignote avant de diffuser partout sa lumière blanche blafarde. Je me dirige vers la machine électrique à préparer le café. Je remplie le réservoir d’eau, j’introduis une capsule mauve et abaisse la manette du pressoir. Je pose ma tasse de café à double dose en-dessous de la sortie. J’appuie sur le bouton rouge. Le bouton vert clignote. J’attends (...)
Lire la suite, les commentaires...
La revanche sur le virtuel
de : Al Faraby - 2 octobre 2005
de Al Faraby Nous nous sommes donnés rendez-vous à la librairie Avicenne du cinquième parisien, face à Jussieu et à l’Institut du monde arabe. Les accolades et les yeux grands ouverts comme pour bien fixer l’image de l’autre et probablement la comparer avec l’imaginaire... et les sourires qui trahissent une grande joie. J’ai [encore] compris que les êtres humains ont besoin de se voir, même s’ils se connaissent. Le concret, il n’y a que cela de (...)
Lire la suite, les commentaires...
"Quand on a peur, on perd la vue" : Samedi, 1er Octobre 2005 de 18 à 20 heures Paris
de : Al Faraby - 1er octobre 2005
Al-Oufok et la librairie Avicenne ont le plaisir de vous inviter à une rencontre autour du livre d’Al Faraby : "Quand on a peur, on perd la vue" Samedi, 1er Octobre 2005 de 18 à 20 heures Librairie Avicenne 30, rue des Fossés Saint-bernard 75005 Paris L’Envol d’une Colombe [ Extrait ] Il ne répond pas. Il continue son dessin. Le trait est ferme. Les courbes épousent l’oiseau. A des endroits, elles sont fines, à d’autres larges. Elles sont tendres et (...)
Lire la suite, les commentaires...
Plus de 200.000 opposants à la guerre en Irak ont défilé dans les rues de Washington
de : Al Faraby - 25 septembre 2005
200.000 pour le Washington post (NdlR) Honte à vous ! de Al Faraby Aux cris de "Bush dehors maintenant", "La paix maintenant", plus de 100.000 opposants à la guerre en Irak ont défilé samedi 24 septembre dans les rues de Washington pour réclamer le retour au pays des troupes américaines. Les organisateurs espéraient rassembler au moins 100.000 personnes dans la capitale. "Je pense qu’ils ont probablement atteint ce chiffre", a reconnu le chef de la police de Washington, Charles (...)
Lire la suite, les commentaires...
La mer enfin accessible
de : Al Faraby - 13 septembre 2005
de Al Faraby L’armée israélienne a abaissé dimanche ses couleurs de la bande de Gaza lors d’une cérémonie marquant le retrait de ses troupes de ce territoire après 38 ans d’occupation, a constaté un journaliste de l’AFP. Près de 200 soldats ont pris part à cette cérémonie sur le site de Neve Dekalim, la plus grande des 21 colonies de la bande de Gaza, dont les bâtiments ont été rasés ces derniers jours. Baptisée "Dernière Garde", l’opération de retrait de (...)
Lire la suite, les commentaires...
Katrina : réfugiés
de : Al Faraby - 8 septembre 2005
5 commentaires
de Al Faraby Le "politiquement correct" sévit après Katrina... Comment appeler des gens qui ont été forcés de partir de chez eux avec rien d’autre que ce qu’ils avaient sur le dos, ne sachant pas s’ils pourront revenir un jour et obligés de repartir à zéro dans un endroit inconnu ? Nombre de médias ont utilisé le terme de "réfugiés" pour décrire les rescapés de l’ouragan. Mais ce choix déclenche la colère de certains lecteurs et détracteurs, notamment dans la (...)
Lire la suite, les commentaires...
Irak : "Visa pour l’image"
de : Al Faraby - 6 septembre 2005
Festival International du photojournalisme - Perpignan. Jusqu’au 11 septembre 2005 de Al Faraby L’Irak, au coeur de l’actualité la plus sombre, hante la 17e édition de "Visa pour l’image", festival international de photojournalisme avec six expositions sur le sujet. De son expérience irakienne, le photographe russe Yuri Kozyrev travaillant pour Time Magazine, dit s’être "déplacé de ruine en ruine et d’une tragédie humaine à l’autre". Il affirme (...)
Lire la suite, les commentaires...
Égypte, la farce présidentielle ... : promesses mirobolantes pour allécher les électeurs
de : Al Faraby - 3 septembre 2005
de Al Faraby Sans souci de réalisme, les candidats à la présidentielle en Egypte ont multiplié les promesses mirobolantes pour allécher les électeurs, dans un pays où la pauvreté et le chômage étouffent la population. Sûr d’être élu, Hosni Moubarak, 77 ans, a égréné des engagements à donner le vertige : création de plus de 4 millions d’emplois, hausse de 75% à 100% des salaires des 5 à 7 millions de fonctionnaires, construction de 500.000 logements sociaux pour les familles à (...)
Lire la suite, les commentaires...
Chiffon noir
de : Al Faraby - 3 septembre 2005
de Al Faraby Karim s’agrippe à la robe de sa mère et marche au pas derrière elle. Ensemble, dans la foule dense, ils s’engagent sur le pont. Karim aurait préféré rester à la maison. "Nous profiterons du déplacement pour voir grand-père", avait rétorqué Hyam. L’argument a convaincu l’enfant. Elle a vue juste. Ils s’entendent bien tous les deux. Le vieux aime bien voir son petit fils. C’est le seul qui lui reste. Tous les autres ont été fauchés par la (...)
Lire la suite, les commentaires...
Apartheid et occupation contre éducation
de : Al Faraby - 29 août 2005
de Al Faraby Que retiendra l’histoire : le mur ou l’école ? Alors que les établissements scolaires arabes de Jérusalem Est préparent la nouvelle année scolaire de début septembre 2005, près de 700 enseignants employés par ces établissements ne pourront pas rejoindre leurs classes. Avec le mur d’apartheid autour de Jérusalem proche d’être terminé, qui coupe Jérusalem Est de son arrière pays arabe naturel, et avec les restrictions à l’entrée dans Jérusalem qui (...)
Lire la suite, les commentaires...
Gaza évacuée mais toujours occupée
de : Al Faraby - 24 août 2005
de Al Faraby "La communauté internationale doit préserver le statut juridique actuel des territoires palestiniens après le retrait unilatéral israélien", a déclaré lundi 22 août à la presse Nasser Al-Qidwa, ministre palestinien des affaires étrangères, avant de s’envoler pour Moscou, où il doit défendre cette position auprès des autorités russes. La Russie fait partie avec les Etats-Unis, l’ONU et l’Union européenne du quartet international qui a mis au point la "feuille (...)
Lire la suite, les commentaires...
"Zones de la mort"
de : Al Faraby - 22 août 2005
de Al Faraby Dans les ruines de sa maison abandonnée quatre ans plus tôt, Khadidja Salama s’assied sur un matelas et un large sourire éclaire son visage. Avec le retrait israélien de la bande de Gaza, les Palestiniens osent à nouveau s’aventurer dans des quartiers transformés en champs de bataille par la résistance contre les forces d’occupation. Quiconque pénétrait ces "zones de la mort", comme les appelaient les Palestiniens, risquait d’être tué. La maison de (...)
Lire la suite, les commentaires...
GAZA J - 1 : Des tracteurs, des arbres, des poulets...
de : Al Faraby - 16 août 2005
de Al Faraby Les jeunes venus à Neve Dekalim pour s’opposer au retrait de la bande Gaza n’ont pas attendu l’évacuation proprement dite, prévue mercredi 17 août 2005, pour leur premier avertissement. Dimanche soir 14 août à minuit, soit l’heure même où la présence des civils israéliens dans la bande de Gaza est devenue illégale, ils se sont rués à l’arrivée des premières jeeps militaires dans cette localité du Goush Katif, le principal bloc de colonisation de (...)
Lire la suite, les commentaires...
Gaza J-5 : Jeu de rôles
de : Al Faraby - 12 août 2005
de Al Faraby "J’ai besoin de deux parents, deux enfants, deux grands-parents. Qui est volontaire ?" Le capitaine Galit Bar-Gil, une jeune femme de 25 ans, jette un regard à la ronde sur la trentaine d’officiers assis devant elle, sous une bâche du camp militaire de Ze’elim, près de la bande de Gaza. Les jeunes gens se regardent perplexes, amusés. Finalement des mains se lèvent et Galit passe à la maison suivante. But de l’exercice : simuler grandeur nature (...)
Lire la suite, les commentaires...
Gaza J-6 : "Base terroriste indépendante"
de : Al Faraby - 11 août 2005
de Al Faraby Trois jours après sa démission du gouvernement en raison de son opposition au retrait de Gaza, Benjamin Netanyahu a justifié sa décision devant la Knesset en mettant en garde contre les conséquences, à ses yeux périlleuses pour la sécurité d’Israël, de l’initiative de Sharon. Pour l’ancien ministre des Finances les roquettes palestiniennes vont s’abattre sur les villes israéliennes, les combattants islamistes vont affluer dans la bande de Gaza et des (...)
Lire la suite, les commentaires...

0 | 20 | 40 | 60



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le malheur a habituellement deux effets: souvent il éteint toute affection envers les malheureux, et, non moins souvent, il éteint chez les malheureux toute affection envers les autres. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite