Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

2.500 manifestants à Vichy : la police gaze, émeute... (videos + photos)

mardi 4 novembre 2008 - 12 coms

Personne n’avait osé se mouiller. Les organisations politiques et syndicales - si ce n’est localement, à Vichy ou à Lyon, par exemple - avaient refusé d’appeler à la manifestation. Trop risqué politiquement quand on tente de créer un nouveau parti, ou quand on est en quête de légitimité. Même les "stars" annoncées se seront défilées, pas de Malek Boutih, pas de Noël Mamère.

La presse, elle, reprenait la version officielle (Le monde et L’express, notamment) : enfin, cette bonne vieille ville de Vichy, qui n’avait rien demandé à personne, se trouverait réhabilitée par ce sympathique sommet sur l’intégration des étrangers. Parce qu’il y en a marre de ces histoires du passé, comme dirait Hortefeux.

Les cars au départ de Lyon et Grenoble avaient été bloqués le temps de ficher les militants, voire de les photographier.

Malgré tout, il y a 2 à 3000 personnes à 18h, devant le lycée, à Vichy.

Le cortège s’ébranle, des chansons et des feux d’artifice fusent. Les manifestants portent pour beaucoup des masques blancs, visages figés. Une intervention au micro à la gare, comme prévu, mais ça va trop vite. Le cortège semble pressé de se rapprocher du lieu de rencontre des ministres : l’opéra - là où fut voté la fin de la IIIe république, et l’instauration du régime de Vichy, c’est de bon goût.

Sauf que le parcours a changé, le cortège est censé éviter le plus possible la zone rouge. Et en effet, des grilles anti-émeutes bloquent la rue qui devait être normalement empruntée.

D’abord quelques dizaines de personnes, derrière une banderole, puis quelques centaines, se massent devant les grilles. La banderole encaisse les coups, pendant ce temps des projectiles partent, des fumigènes, des fusées. La banderole est proche des grilles. Une corde est accrochée. Ca tire, les grilles bougent, les flics mangent, la corde rompt, les flics gazent. La police teste ses nouveaux gazs à Vichy. Superdosés : les manifestants crachent, pleurent ou dégueulent.

Le cortège se reforme, déterminé à réavancer. C’est que l’hostilité est tournée vers la police, plutôt que contre les fantasmatiques casseurs "sans aucun lien avec la manifestation" dont on parle aujourd’hui. Les militants restent. La CGT crie "police partout, justice nulle part". "Jeter des pierres sur la police, ok, mais les vitrines, ça non !" "Ils sont motivés ces jeunes." "Arrêtez !, mais arrêtez !"

Là on ne sait plus bien. Des groupes partent jusqu’à la mairie, dont les vitres sont brisées. Des banques sont cassées. Du côté des lignes de CRS, qui se sont extirpés des grilles, des voitures sont mises en travers, puis incendiées. Tout ce beau monde se retrouve à la gare. Les flics arrivent par plusieurs endroits. Les grilles de chantier sont déplacées pour les contenir.

Ca repart vers Cusset. De nouvelles voitures incendiées, de nombreux tags, une station Total attaquée, des lacrymos.

A l’espace Chambon le meeting continue. Les flics ont rattrapé leur retard, ils sont aux portes. Ils dissuadent à coup de flashball ceux et celles qui voudraient repartir.

Ils s’approchent trop, alors ça dépave, ça démonte tout ce qu’il y a - de la cabine téléphonique au banc - pour faire une barricade. Le feu y est mis. Finalement personne n’attaquera.

La préfecture annonce 3 policiers blessés, une trentaine d’arrestations, 5 voitures brûlées.

Hortefeux voulait être celui qui aurait redoré le blason de Vichy, pour de futures élections locales. Redorer le blason, même à coup de CRS, de trains bloqués, de contrôles à tout va. Ce matin le journal local titre sur les violents affrontements de la veille. Il voulait faire le fier devant ses potes européens. 3 semaines après que la France a présenté ses novatrices techniques de maintien de l’ordre aux autres polices européennes, ça la fout mal : les flics étaient complètement débordés, protégeant tant bien que mal la zone rouge, lâchant du gaz dans tout Vichy.

Aujourd’hui la presse n’en parlera quasimment pas. Que quelques centaines de personnes étaient là, à Vichy, répondant à la provocation, tentant par tous les moyens d’aller déloger les ministres.

Pas que ça à faire : c’est l’élection américaine. Et puis tenons nous en à la version officiel : c’est un simple sommet sur l’intégration, Vichy est une des 20 villes françaises pouvant accueillir une conférence internationale, nous ne comprenons pas que certains soient choqués...

En fait nous ne sommes pas outrés, nous prenons acte. Nous avons répondu dans la rue.





Messages

  • Pas un mot au JT de 20h... france 2 sans pub bienvenu
    3 lignes sur arte titrant : colloque sur l’intégration
    absurde quant tu leurs tiens les C.....
    BP

  • Merci a ceux qui y étaient pour avoir montré la vraie réponse des français à une énième provocation du duo Sakortefeux

  • Déclaration universdelle des droits de l’homme de 1793

    QUAND LE GOUVERNEMENT VIOLE LES DROITS DU PEUPLE,

    L’INSURRECTION EST POUR LE PEUPLE ET POUR CHAQUE PORTION

    DEU PEUPLE

    LE PLUS SACRE DES DROITS

    ET LE PLUS INDISPENSABLE DES DEVOIRS


    SOLIDARITE AVEC LES COURAGEUX QUI SE SONT FAIT ARRETER

    Michèle

  • Toutes mes félicitations pour ces actions et cet article ...
    Les temps à venir vont être très durs pour la flicaille !!

  • Bravo, voilà des braves !

    L’histoire leur donnera raison dans quelques années, parce qu’il faut du courage pour affronter les forces du regime et leur armes anti-citoyens, il faut du courage pour braver la justice expéditive et la sévérité des juges asservis.

    Ce groupuscule de manifestants sauve l’honneur de notre pays !

    • Les partis politiques,sindicats briller par leurs abscenses et silence lors
      de ce contre sommet et la solidarité face a la répression etait également
      absente.
      Heureusement que le mouvement anarchiste etait présent pour combatre
      la politique de mr hortefeux.
      Bref rejettons la politique politicienne et les bureaucraties syndicales
      courroies de transmissions de l’état.
      Construisons la résistance !

      Que souffle le vent de la révolte et de la colere !

      Soyons incontrolables......

  • ADIU tout’es

    C’est une abomination ,, de la provocation d’Hortefeux envers les manifestants..
    Outre la symbolique de vichy et de l’opéra de la 3ème rep !!

    le déchaînement des forces de "l’ordre" est inadmissible dans notre pays de droit..
    Nous avons encore il me semble le Droit Fondamental de nous exprimer et surtout dans nos contestations, la Constitution et son préambule nous "l’assure" ??

    L’Obhamania nous sature alors que chez nous de telles choses graves se déroulent... et les madiasq les occultent !!!

    je n’ai aucune illusion sur le personnage haïssable de ce ministre discret de l’intérieur qui trouve chaque occasion pour faire déferler sa police la plus dure contre

    les citoyennes et citoyens de notre "Douce France"

    scribrouge

  • Je trouve assez scandaleux le début de l’article :
    "Personne n’avait osé se mouiller. Les organisations politiques et syndicales - si ce n’est localement, à Vichy ou à Lyon, par exemple - avaient refusé d’appeler à la manifestation. Trop risqué politiquement quand on tente de créer un nouveau parti, ou quand on est en quête de légitimité. Même les "stars" annoncées se seront défilées, pas de Malek Boutih, pas de Noël Mamère."
    La FSU a appelé nationalement au contre-sommet, un membre du secrétariat national, Jean-Michel Drevon, était présent du début du rassemblement jusqu’à la fin du meeting où il est intervenu.
    Le PCF a envoyé Francis Wurtz, Député Européen PCF.
    Alors pourquoi cet article ?
    Ci-dessous le communiqué de presse des organisateurs dont la FSU départementale, régionale et nationale est fière de faire partie :

    "A Vichy s’est tenu le "sommet européen sur l’intégration", rassemblant sous la houlette de M.M. Hortefeux et Sarkozy les ministres de l’Union Européenne chargés de l’immigration, pour construire une Europe forteresse sur une orientation d’ "immigration choisie", en fait triée. Cette orientation, basée sur des critères économiques liés aux besoins du patronat,veut en finir avec le droit au regroupement familial et le droit d’asile.

    Il fallait faire le contre-sommet, et la manif, et le meeting. Et nous l’avons fait.
    Nous étions 350 participants aux réunions-débats du contre-sommet tenu dimanche à Cusset, et près de 4000 manifestants à Vichy hier soir, puis 1000 participants au meeting unitaire de Cusset.

    Nous avons réalisé l’unité joyeuse, au coude à coude, associatifs, politiques, syndicalistes dans la rue.
    Nous avons maintenu la manifestation jusqu’au bout, puis le meeting unitaire jusqu’au bout.
    Nous avons affirmé notre objectif : des droits démocratiques pour tous les étrangers, des conditions de vie décentes, l’accés à la santé et au travail pour tous les immigrés.

    Nous demandons que toute la lumière soit faite sur le non respect des engagements préfectoraux. En effet, la sécurisation du trajet de la manifestation n’a pas été assurée comme prévue : barrages grillagés avec policiers en tenue de combat au ras du cortège- au droit de la rue Dejoux, voitures laissées en stationnement le long de la rue de Paris...

    Quelles étaient les motivations des survols en hélicoptères de l’agglomération et des coups de projecteurs sur les gens massés devant le meeting Espace Chambon, alors qu’à côté de ce déploiement matériel et technique, les mêmes services de l’Etat ont refusé de bloquer la circulation sur l’itinéraire de la manif ?

    Pourquoi les forces de polices ont-elles repoussé systématiquement les casseurs sur les manifestants de la gare de Vichy jusqu’au Chambon à Cusset ?

    Pourquoi ces casseurs responsables de diverses infractions dans la journée n’ont- ils pas été neutralisés avant, ce qui apparu aux manifestants pacifiques comme une volonté de créer du désordre ?"

    Michel Bouchet

    Secrétaire départemental de la FSU Puy de Dôme

    Secrétaire fédéral régional de la FSU Auvergne

Derniers articles sur Bellaciao :