Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

5 MARS : GREVE ET MOBILISATION POUR DEFENDRE LA SANTE PUBLIQUE

mercredi 18 février 2009

COMMUNIQUÉ COMMUN DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE PERSONNELS : CGT Santé Action Sociale ; FO Services Publics et de Santé ; SUD Santé Sociaux ; CFTC Santé et Sociaux ; CFE/CGC Santé Action Sociale
DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE MEDECINS : AMUF ; CPH ; INPH ; SNPHAR

Les organisations suivantes CGT – FO – SUD – CFTC – CFECGC
– AMUF – CPH – INPH et SNPHAR appellent l’ensemble
des salariés de la Santé Publique, des secteurs (sanitaire,
social et médico-social) à une journée d’action le jeudi 5
mars 2009.

Dès maintenant, par cette mobilisation, préparons la
journée interprofessionnelle du 19 Mars 2009.

Cette journée nationale permettra de mettre en lumière les
difficultés rencontrées tous les jours dans l’ensemble des
établissements de santé. La mobilisation nationale historique
du 29 janvier 2009, avec une participation massive à la
grève et aux manifestations des salariés des établissements
sanitaires, sociaux et médico-sociaux, a permis d’affirmer
dans nos établissements les constats suivants :

- Une aggravation des conditions de travail ;
- Une baisse du pouvoir d’achat ;
- Une accélération des suppressions de postes ;
- Une remise en cause des statuts, notamment des
praticiens hospitaliers, du corps de direction et des
statuts en général ;
- Des plans de retour à l’équilibre dont la seule
variable d’ajustement se fait sur la réduction des
dépenses de personnel ;
- Une inquiétude accentuée provoquée par le projet
de loi « Hôpital, patients, santé et territoires ».

Depuis de nombreuses années, les établissements
hospitaliers sont victimes de la politique d’austérité et d’un
véritable étranglement financier. Le déficit atteint un niveau
record (1 milliard d’euros), ce qui entraîne de nombreuses
suppressions de lits et des dizaines de milliers de
suppressions d’emplois. Le financement à l’activité (T2A) ne
permet plus d’assumer leur mission de service public. Cela
préside à la dégradation continuelle des conditions de travail
et des exercices professionnels des personnels hospitaliers.

Aujourd’hui, les patients et les personnels sont les premières
victimes d’une gestion purement et exclusivement comptable
de la santé. Tous les « évènements » intervenus récemment
mettent en lumière le profond malaise auquel le secteur de la
santé est confronté.

Il y a urgence à agir pour protéger et consolider le service
public hospitalier.

La Loi de financement de la sécurité sociale 2009, le projet
de Loi « Hôpital, patients, santé et territoires » n’apportent
pas de réponse. En affirmant la sous dotation des
établissements, en fragilisant davantage le service public de
santé et de l’État au profit d’une logique privée, en fragilisant
l’assurance maladie au travers des agences régionales de
santé, ces dispositions relèvent d’une politique que nous
condamnons.

Nous demandons au Gouvernement des mesures
exceptionnelles permettant :

- L’augmentation des budgets et la révision des modalités
de financement des établissements sanitaires, sociaux et
médico-sociaux publics et PSPH.
- La réouverture des lits et places d’hospitalisation supprimés
pour des contraintes budgétaires.
- L’arrêt des suppressions de postes et la création des emplois
nécessaires à l’accomplissement d’un véritable service
public.
- La prise en compte des besoins de formation de personnels
qualifiés et diplômés.
- Une politique salariale reconnaissant les qualifications.

Depuis 1991, les réformes concernant l’hôpital, sans
évaluation pertinente, se suivent à un rythme soutenu.
Affirmer aujourd’hui aux hospitaliers qu’ils ne doivent pas
avoir peur de la réforme relève de la provocation, à l’instar
de la proposition du projet de loi « HPST ».

Ce projet de loi est inacceptable.

Ces constats sont aujourd’hui largement partagés par de
nombreux acteurs de la santé publique qui jugent la situation
des établissements très préoccupante ainsi que toutes les
stigmatisations injustes dont ils sont l’objet.

Le constat est simple, l’hôpital manque de moyens,
prétendre que les problèmes sont dus majoritairement à une
mauvaise organisation relève d’une contre-vérité patente.
Dans cette période de crise économique, il est indispensable
de réaffirmer que le service public est garant de cohésion
sociale. Il doit garantir l’égal accès aux soins à la population.

Le 5 mars 2009, une mobilisation d’envergure dans les
établissements permettra de porter toutes ces revendications
et de préparer la mobilisation interprofessionnelle unitaire du
19 mars 2009.

Dans chaque département, réunissez-vous en intersyndicale
afin de préparer :
- des assemblées générales ;
- des conférences de presse ;
- des regroupements et manifestations devant les
Préfectures, les ARH, les DRASS, les DDASS.

ENSEMBLE, POUR DEFENDRE LA SANTE PUBLIQUE

Paris, le 16 février 2009