Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Affaire Cahuzac : Moscovici mis en cause

mercredi 3 avril 2013

Après l’onde de choc provoquée par les aveux de Jérôme Cahuzac, certaines voix s’élèvent pour réclamer la démission de son ministre de tutelle, Pierre Moscovici, ou du moins lui demander des explications.

Le député UMP Claude Goasguen estime que le ministre de l’Economie et des Finances n’a pas fait le nécessaire pour découvrir la vérité. Il réclame sa démission "dans les plus brefs délais".

"Le problème n’est pas le mensonge, qui est une affaire personnelle de Jérôme Cahuzac et qui aggrave son cas, le problème ce sont des dysfonctionnements très graves de l’Etat, censé savoir qui fraude le fisc, qui doivent être sanctionnés. Pierre Moscovici doit démissionner dans les plus brefs délais, sinon nous aurons une poussée de populisme", a déclaré ce député de Paris dans les couloirs de l’Assemblée nationale."

"Si vous avez un contrôle fiscal et que l’inspecteur des impôts vient vous voir en vous demandant, les yeux dans les yeux, si vous avez fraudé le fisc et que vous lui répondez ’non’, il y a de fortes chances qu’il vérifie quand même votre comptabilité. Pierre Moscovici se contente de demander à Jérôme Cahuzac ’Vous avez fraudé le fisc ?’ Il a répondu ’non’, et la porte a été fermée", s’est exclamé l’élu parisien.

Un sentiment partagé par le directeur de Médiapart, Edwy Plenel qui estime sur BFMTV que Pierre Moscovici "a lui-même manqué à ses fonctions en instrumentalisant l’administration fiscale".
"Il n’y a eu aucune complaisance"

Le président provisoire de l’UMP, Jean-François Copé, veut savoir pourquoi Pierre Moscovici n’a demandé qu’un certificat portant sur 2006 à la banque UBS. "Je demande qu’on nous explique comment il y a eu de la part de l’exécutif une telle légèreté", demande le député-maire de Meaux.

Faux, rétorque l’intéressé sur RTL. "Il n’y a eu aucune complaisance, aucune volonté d’entraver la justice", assure Pierre Moscovici.

"Il a pu y avoir des interrogations ou des doutes", concède le ministre. "Je pense que le président de la République et moi-même avons fait ce qu’il convenait de faire", estime-t-il cependant, ajoutant avoir lui-même "fait des démarches qui visaient à aider à la manifestation de la vérité"

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130403.OBS6510/affaire-cahuzac-moscovici-mis-en-cause.html

Messages