Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Angela Merkel, aux forceps !

lundi 10 octobre 2005 - Contacter l'auteur - 9 coms

de Bernard Lallement

Merkel respire, Enfin elle tient ce pouvoir tant convoité. Au bout de trois semaines d’âpres tractations, Angela Merkel va devenir la première femme Chancelier de l’Allemagne en prenant la tête d’une improbable coalition.

Après avoir fait campagne sur un programme libéral à faire pâlir d’envie le président de l’UMP, elle s’apprête à diriger un gouvernement dans lequel devraient siéger pas moins de huit ministres de gauche, aux côtés des très conservateurs Edmund Stoiber à l’économie et, probablement, Günther Beckstein à l’intérieur, qui occupait déjà ce poste dans le Land de Bavière.

A titre de comparaison, il suffit d’imaginer Nicolas Sarkozy entouré de Philippe de Villiers, Dominique Strauss Kahn et François Hollande !

On ne voit, d’ailleurs, pas bien quel accord gouvernemental pourra être conclu... et suivi. En effet, le CDU avait fait campagne pour une baisse des impôts et des charges sociales ainsi qu’une réforme du code du travail dans le sens d’un assouplissement des règles de protection des salariés alors que le SPD avait soutenu le contraire... Sauf à admettre que les promesses électorales n’engagent, non pas ceux qui les font, mais ceux qui y croient.

La social-démocratie allemande paie, de son échec, sa vision néolibérale du monde. En participant à une co-gestion fédérale il paraît peut probable qu’elle soit en état d’être le garde fou résolu des dérives d’un système économique qui génèrent de plus en plus d’exclus, particulièrement parmi les populations issues de l’ex RDA d’où est, justement, originaire Angela Merkel. Ce n’est pas le moindre des paradoxes.

Le seul exemple de coalition que connut l’Allemagne fédérale, de 1966 à 1969, déboucha, à droite, sur une montée du parti néo nazi, le NPD et, à gauche, sur l’escalade d’une violence qui donna naissance à la Fraction Armée Rouge.

L’histoire, disait Victor Hugo, ne repasse jamais les mêmes plats. Pourtant, il est à craindre que l’Allemagne n’entre dans une zone de turbulences à l’issue incertaine.

L’avènement d’une Chancelière à la tête du pays ne sera même pas une victoire du féminisme. A preuve les félicitations de l’UMP rendant hommage aux « qualités d’homme (sic) d’Etat » d’Angela Merkel.

http://sartre.blogspirit.com

Mots clés : Bernard Lallement / Dazibao / Europe / Gouvernements / Partis politiques /

Messages

  • Les neo-conservateurs américains et européens respirent, leur pouliche est élue ! L’Europe des connivences médiatiques pousse un ouf de soulagement....

    Mais cette victoire est somme toute amere quelque part pour le camp libéral. Il pourront certes continuer à frapper les travailleurs comme ils l’ont fait avec Schroeder, comme Schroeder l’aurait fait tout seul, et comme Merkel l’aurait fait toute seule, mais unis aucun(e) ne pourra se prévaloir d’être dans l’opposition, il n’y aura aucun échappatoire possible, aucune virginité retrouvée dans l’opposition.

    Le choix de Schroeder et des apparatchiks du PSD de ne pas s’allier avec le Links pour établir un authentique gouvernement de gauche est un choix conscient de division : Mieux vaut la droite que la gauche ! tel a été sur le fond le slogan...Montrant ainsi que les courants de droite de la social-démocratie réclament toujours l’union de la gauche seulement quand ils en écrivent la musique, montrant ainsi ce qu’ils sont sur le fond : des diviseurs.

    Le Links est maintenant la seule opposition, il est en position de lancer une nouvelle ouverture pour accueillir en son sein d’autres morceaux du PSD et des syndicats allemands, des morceaux des verts et d’autres forces alternatives.

    Le Links doit en même temps aller vers sa gauche et en même temps s’ouvrir pour aggreger autour de lui des blocs entiers qui cherchent à ralentir et repousser l’offensive ultra-liberale (Barroso dit que la commission européenne ne peut rien pour les salariés mais ça n’empêche pas de commissaires de promouvoir un objectif de baisse des salaires en Europe de 3,7%...Ce sont les travailleurs qu’il s’agit de violenter pour basculer ces 3,7% dans les escarcelles des petits copains, des bourgeois !).

    Le précedent gouvernement de coalition c’est vrai n’avait déjà pas laisser un bon souvenir aux caciques de droite et de gauche, avec une poussée de l’extreme droite. Là, la situation n’est pas du tout la même. Nous ne sommes plus dans la période du grand compromis social et il y a maintenant une veritable force sur la gauche qui peut être apte à disputer la majorité sociale en Allemagne...

    Il n’est pas impossible que le PSD n’ose pas faire , en alliance avec la droite, une politique aussi libérale que si il avait gagné seul, car il sait, ou du moins, saura que chaque mesure anti-populaire le fera reculer au profit du Link.

    Les cartes sont dans les mains de la gauche.

    Copas

    • Ca montre surtout à quel point nos gauches dites classiques sont de droite ! C’est à vomir !

    • Ca montre surtout à quel point nos gauches dites classiques sont de droite ! C’est à vomir !

      Droite Gauche ! Droite Gauche ! Ca sonne comme une musique militaire....

      Allons allons , la gauche classique est comme d’habitude....
      A droite quand le vent est de droite,
      un tout petit peu de gauche quand la bourgoisie lui laisse du mou dans la laisse...
      Bon ok, le ridicule et le peu d’intelligence et de raisonnement en sus ces derniers temps....
      Mais c’est vrai, il y a du nouveau....

      Le probleme de ces derniers temps ce n’est ni la droite ni la gauche, ce sont les commanditaires, bourgeoisie et classe ouvriere (au sens large).

      La bourgoisie des grands groupes economiques est en pleine forme et ne sent plus du tout tenue par un quelconque compromis social (les discours sur le modele européen sont du vide, du flanc, une aspirine ou plutôt un peu de coke pour les "masses"....), par un sens démocratique quelconque qu’elle juge entravant (les discours, les clubs anti-democratiques, le TCE, etc), nous n’avons encore rien vu de ses prétentions, elle e décidé d’appuyer brutalement sur l’accelerateur et a sommé l’ensemble des forces politiques européennes de se soumettre, Partis gouvernementaux de gauche compris, même si il y a risque de suicide....
      ....et il y a risque de suicide....

      Les soubresauts politiques s’accelerent, l’instabilité gagne, politique et sociale, que ce soit dans des états réputés plus liberaux comme dans des états réputés plus sociaux (on sait ce qu’il y a lieu de penser de ces séparations abusives, on pourrait parler de ce bon modèle liberal portugais dont personne n’ose parler, l’Irlande des fonds communautaires et des bienfaits de la baisse des taux de la BCE étant bien plus sexy comme vitrine liberale...) sous la pression d’une bourgeoisie des grands groupes financiers et industriels qui est déchaînée et ne se sent plus tenue par le territoire de l’Union (son actionariat étant profondement internationnal).

      Mais il existe une terrible fragilité à cette offensive, c’est une base sociale peau de chagrin devenant très très très étroite, puisque le dechainement en cours s’attaque sur tous les terrains à l’ensemble de la classe ouvriere, encadrement compris, liquide les derniers paysans, propulse une logique qui va s’attaquer en force aux travailleurs independants et liberaux, au travers de déréglementations qui vont miner ces couches sociales, vieilles alliées de la bourgeoisie...

      J’ecoutais le frère de Sarko à la télé l’autre fois, son entreprise ayant sauté sous les assauts d’une concurence feroce et pensait au Sarkoleon, son frerot, à l’ideologie fraticide....

      Et on n’a encore rien vu...

      C’est cette toile de fond qui explique les positions des uns et des autres, même certains soubresauts de forces à droite et dans la bourgeoisie qui s’interrogent sur le délire liberal européen et ces consequences ... Oh, il ne faut pas rêver, ces forces bourgoises n’iront pas là où on croit. Mais elles contribuent à l’affaiblissement des forces qui nous agressent..

      Les comportements de Schroeder ou de Hollande ou de Blair (notre stalinien pourdé et souriant, avec ses hommes de main agressant un ancien resistant juif, avec son bilan social aussi calamiteux que les bilans de ces alters-egaux socio-democrates europeens..Allez voir les stats sur les niveaux de pauvreté, allez voir les admonestations de l’ONU sur la Grande-Bretagne pour son recul dans certains domaines sociaux, admonestations qu’elle partage avec les USA et d’autres !) sont comparables, versatiles, aventureux, petits-marquis, agressifs contre les salariés, menteurs, manipulateurs, njurieux contre la majorité sociale, etc...et surtout très soumis et sans marges de maneuvre, sans "grain à moudre"...

      Copas

    • il ne faut pas oublier que toutes les reformes liberales duSPD n’avaient pu passer que grace aux votes de la CDU a la chambre des landers , l’accord officieux devient officiel ,les postes sont partagés ,les petits marquis de droite et de gauche ont de quoi manger au frais du peuple allemand , la seule chose positive si l’on peut dire c’est que le seul parti de gauche est le seul opposant , et qu’il saura reunir tous les mecontentements du pays .
      claude de toulouse

    • Ca, que le linkpartei sache réunir politiquement la résistance et l’offensive contre le capitalisme c’est une autre histoire.

      Il lui faut en même temps aller vers la gauche, s’ouvrir, être prêt à accueillir ...

      Aller vers la gauche s’est se refuser à certains discours xenophobes, avancer dans la critique d’un système et les solutions à y apporter, avancer dans des fonctionements internes exemplaires en matière de démocratie, faire des propositions qui étendent le champ démocratique dans la société et dans les forteresses du totalitarisme que sont les entreprises pour qui la démocratie interne est aussi étrange qu’une petite cuiller pour une poule, européaniser les batailles des travailleurs...

      Le cassage de la fameuse "cogestion" (qui n’en était pas une réellement mais une culture de négociation qui a toujous fait baver d’envie certains syndicalistes chez nous) dû au formidable appétit retrouvé des capitalistes pour dévaliser les travailleurs va necessairement produire de + en + de secousses.

      Au parti de gauche d’aider à la construction d’une alternative qui change le cours des choses.

      Copas

    • J’avoue bien piteusement ne jamais m’être vraiment intéressé au paysage politique allemand. Mais je crois que ça va changer.

      Si j’avais le temps, je commencerais une chronique quotidienne pour suivre au jour le jour les évolutions de de cette situation pas banale ; à moins que ça ne soit que le début d’une ère nouvelle en Europe, celle de la déconnection totale et officielle entre les dirigeants et le peuple.

      Le pire, c’est que je ne suis presque plus étonné de ce genre d’évènements. Par contre, si quelqu’un pouvait me dire où se trouve le mouvement social allemand ? Aux abonnés absents ?

      Theoven

  • besoins de renseignements :
    il y a bien deux régions ou le spd et le link gouvernent ensemble ?

    ou je suis peut-être mal informé.

    ( l’image de Sarkozy entouré de Kouchner, Strausskan, hollande, de villiers, jack lang...avec Villepin, Boutin, Bayrou...est-elle si "utopiste" que cela ???)

    arlequin

    • je sais que c’est le cas à berlin , pour la seconde j’avoue mon ignorance , mais ce qui me choque le plus c’est que le SPD +les verts+le link =53% des voix aux elections , et que le SPD à d’entrée de jeu refusé tout accord avec le link non pas à cause des anciens communistes de l’est mais surtout à cause d’oscar Lafontaine , ce qui montre à quel niveau de dégé néresence ( il doit y avoir une faute ) politique est arrivé le parti social democrate allemand !
      il y avait deja blair on y ajoute schroder et l’on se demande (ou l’on se demande pas ) ce que fait le PS au sein du Parti socialiste européen (PSE)
      claude de toulouse

    • Exact, mais la ligne de séparation politique à gauche était bien le TCE, comme ailleurs.

      Car le TCE est le condensé des politiques liberales du passé (les anciens traités anti-sociaux sont dedans, et des fois en variantes encore plus dégradées) en une fusion plus homogene et verrouillée, rajoutant une charge puissante contre la démocratie en subordonant constitutionellement le fonctionement de la démocratie au marché libre, en attaquant la séparation des pouvoirs et en destructurant ce qui reste du "compromis social européen".

      Les Allemands, si ils avaient été interpellés directement par referendum, auraient probablement repoussé cette constitution comme l’avouaient des députés allemands en sourdine.

      Les gens lisent, écoutent, ce qui se passe ailleurs en Europe, de + en +. La brusque poussée du Linkpartei s’est faite dans la poussée des expressions de l’écrasante majorité des salariés en France et aux pays Bas.

      Le Linkspartei, enfanté dans le brouillard, a eu deux fées penchées sur son berceau qui l’on boosté : Les peuples Néerlandais et Français.
      Et ceci a tout transformé .

      La haine particulière de Schroeder envers Lafontaine est peu de chose dans tout celà, insuffisante pour expliquer le refus du PSD de faire une alliance à gauche. Même si nos petits amis sont des fois bien bouffis d’orgueil et d’esprit bonapartiste, il faut l’avouer...

      Les notres aussi sont très mignons... Quand on voit les délires égocentriques de notre délinquant spameur Iznogoudiste pour réussir à abattre le califfe et son canasson Pillepain on reste saisi... Mais ça serait un peu oublier qu’au travers de la concurence des hommes et femmes s’expriment souvent des écuries differentes...

      Nous même n’avons souvent que de piètres haridelles, de biens mauvais navires parfois, pour mener de belles ambitions d’un monde meilleur à bon port.

      Copas

Derniers articles sur Bellaciao :