Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Aurore Bergé vat elle porté pleinte contre Ferry ?

mercredi 9 janvier 2019, par Martine

Le chef de file de La France insoumise a appelé mardi à la présence de «  casques blancs  » pour faire «  baisser les tensions  » des manifestations des Gilets jaunes et éviter de «  faire croire que la violence serait du côté du peuple  ». Contrairement à Luc Ferry qui propose de tirer dans la foule Aurore Bergé vat elle porter pleine contre Luc Ferry ?

Aurore Bergé, porte-parole des députés LREM à l’Assemblée nationale, a décidé de signaler à la justice les propos des députés La France insoumise, qui selon elle, «  invitent à commettre des délits ou des crimes  ». Dans son viseur  : les propos du chef de LFI, Jean-Luc Mélenchon, qui soutient le mouvement des Gilets jaunes malgré les violences survenues en marge des manifestations.

La porte-parole des députés LREM Aurore Bergé a annoncé mercredi qu’elle allait signaler à la justice les propos de cadres de La France insoumise incitant à la violence. «  En tant qu’élu de la République, quand on a connaissance de crimes ou de délits, c’est notre devoir, notre responsabilité de les signaler et on a des propos qui aujourd’hui clairement invitent à commettre des délits ou des crimes  », a expliqué sur France 2 la députée dont «  le domicile a été placé sous protection parce qu’il y a des menaces sur mon domicile privé  ».

Sans les nommer lors de l’interview, Aurore Bergé dit viser deux «  cadres de la France insoumise  », «  l’un a été candidat aux élections législatives, l’autre sera candidat aux élections européennes  », dans la lettre qu’elle va adresser au procureur de la République de Paris.
Jean-Luc Mélenchon «  se gargarise de ces violences  »

Ceux-ci, accuse-t-elle, «  ont dit clairement qu’ils souhaitaient que la violence se poursuive, qu’ils souhaitaient un climat insurrectionnel, qu’ils souhaitaient que nous tremblions, nous élus de la République dans notre chair, qu’ils souhaitaient que nous ayons peur, qu’ils se félicitaient des violences, qu’on ne pouvait pas caractériser de violence le fait d’avoir balancé des pavés, je cite, ou renversé des bagnoles  ».

«  Il y a pire que celui qui menace, que celui qui tabasse, que celui qui intimide, il y a ceux qui arment les esprits pour légitimer ces violences dans notre pays  », a dénoncé la députée des Yvelines. Elle a également critiqué l’attitude de Jean-Luc Mélenchon qui «  depuis des mois se félicite et se gargarise de ces violences  ».
Ne pas «  faire croire quel a violence serait du côté du peuple  »

«  Quand a-t-il condamné les menaces contre les élus de la République en marche  ? Quand a-t-il condamné les violences contre les journalistes  ? Quand a-t-il condamné les violences contre les forces de l’ordre  ?  », a-t-elle demandé.

Messages

  • "Dans son viseur"dis-tu en parlant de cette porte parole des députés lrem c’est bien le mot approprié car les lbd utilisés par la police sont pourvus de viseurs holographiques EOTECH 512 dont la publicité ci dessous :

    "La lunette holographique 512, fabriquée par la marque EOTech, a été conçue pour résister aux conditions les plus rudes et équipe les meilleures unités au monde.

    Le viseur holographique EOTech 512 vous offrira un excellent compromis entre maniabilité et caractéristiques tactiques. Ce modèle n’est pas compatible avec les systèmes de vision nocturne.

    EOTech a conçu ce modèle de façon à éviter tout effet de tunnel lors de la visée et à vous offrir un angle de vue très large, sans angles morts.

    L’usage d’un viseur holographique EOTech est recommandé pour le CQB (Close Quarter Battle), monté sur un fusil d’assaut. L’EOTech 512 est également conçue pour être adaptée sur d’autres types d’armes tels que les mitrailleuses de calibre intermédiaire ou les lances-grenades ainsi que sur des armes plus petites et moins létales.

    Détails :

    Marque de référence ;
    Modèle idéal pour le combat urbain à courte et moyenne distance ;
    Adaptable sur un large panel d’armes ;
    Permet l’acquisition de votre cible très rapidement."

    montre la performance de ces appareils.
    la source du § suivant est "20 minutes" :

    - "Pourquoi avoir choisi d’ajouter des viseurs ? « Ils permettent d’être plus précis, car le reproche qui était adressé aux Flash-Ball était d’être imprécis », explique la police, qui recense plus de 4.000 LBD en circulation dans ses rangs. En 2013 et en 2015, le Défenseur des droits avait recommandé l’interdiction du Flash-Ball pendant les manifestations, au vu « des blessures graves induites par cette arme » en raison de son imprécision.

    Le LBD, non létal selon la police, peut être utilisé par des policiers formés. Il est conseillé de tirer jusqu’à 40 mètres avec cette arme. Les tirs à moins de cinq mètres ne sont pas « préconisés ».

    Une utilisation qui doit être adaptée à la situation
    L’usage d’une telle arme est encadré par la loi : le LBD est utilisé dans le cadre « de la légitime défense », qui prévoit le principe de la proportionnalité. En clair, la réponse policière doit être adaptée à la situation. Le maintien de l’ordre doit également obéir à la règle de « défense du lieu que l’on occupe ». Ces règles s’appliquent autant aux gendarmes qu’aux policiers.

    Dans leur riposte, les gendarmes doivent s’assurer de viser plutôt le torse et les membres supérieurs et inférieurs, précise la gendarmerie nationale à 20 Minutes. Avant de tirer, ils doivent « prendre en compte l’environnement de la personne visée afin de limiter les risques de dommages collatéraux ». Enfin, « lorsque les circonstances le permettent », il leur est conseillé d’éviter de recourir au tir « quand la personne en cause présente une vulnérabilité manifeste (âge, blessure…) ».

    Des alertes du Défenseur des droits
    Les policiers peuvent viser toutes les zones corporelles, car « aucune n’est explicitement interdite ». Ils doivent respecter le principe de proportionnalité énoncé plus haut. Toutefois, la police souligne qu’un tir peut ne pas atteindre l’objectif visé, car « lors d’une manifestation, les gens bougent ».

    Ce problème de visée a été souligné à plusieurs reprises par le Défenseur des droits. « Dans le cadre d’un rassemblement sur la voie publique, le lanceur de balles de défense ne permet ni d’apprécier la vitesse du tir, ni de prévenir les dommages collatéraux, au sens du cadre d’emploi », expliquait-il ainsi en décembre 2017.

    Il souligne que « l’utilisation d’une telle arme à l’occasion d’une manifestation est susceptible de provoquer de graves blessures comme la perte d’un œil », même si « le tireur respecte les prohibitions et injonctions de la doctrine d’emploi technique »."

    Donc ces viseurs au coût unitaire de 629,90 € permettent d’effectuer des tirs plus précis dans les yeux des manifestants ou dans le visage.

    Qu’en dit-elle aurore ce matin, va-t-elle demander l’interdiction de l’usage de ces matériels par la police et la gendarmerie ?

    En attendant sa réponse je vomis sur cette clique assassine et si je n’étais pas si vieux je promettrai d’aller chier sur leur tombe.

    Toutefois lrem n’allez pas trop loin car je ne supporterai pas votre main mise et vos agressions sur mes enfants et petits enfants.