Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Charlie Hebdo : Vallaud-Belkacem ne veut pas entendre les questions des élèves

dimanche 18 janvier 2015 , par Jean-Pierre Anselme - Contacter l'auteur - 8 coms

... « La ministre de l’Éducation nationale a été interrogée à l’Assemblée lors de la séance des questions au gouvernement. Najat Vallaud-Belkacem a ainsi déclaré : « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les "Oui je soutiens Charlie, mais", les "deux poids, deux mesures", les "pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?" Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs » (voir la vidéo de l’intervention). Parce qu’ils émanent de la représentante de l’institution scolaire, les mots sont presque incroyables, véritable attentat à l’esprit critique, à la pédagogie. On savait les enseignants bien seuls, mais à ce point ! »

Article complet à lire sur Regard.fr :

http://www.regards.fr/web/article/c...

• LIRE aussi la tribune collective

NON À l’UNION SACRÉE !

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...

Mots clés : Ecole-Université / Gouvernements /

Messages

  • Vallaud-Belkacem ne veut pas entendre les questions des élèves

    Et alors ?! C’est pas normal ?

    Elle n’écoute pas les enseignants, manquerait plus qu’elle écoute les élèves !

    Y en a qui se croient en démocratie, pffff...

    J’essaie d’en rire mais, en tant qu’enseignant, je trouve abject ce rôle qu’on veut nous faire jouer.
    Le gavage des oies est en passe d’être interdit, et on voudrait nous transformer en gaveur d’élèves, avec bouillie à base de pensée unique...

  • c’est qu’il FAUT les faire taire. Pourquoi ?

    parce que leurs propos portent leur nature de classe, la nature de classe de tous ces événements que nous avons sous les yeux, y compris quand le cousin de Coulibaly affirme : «  il n’avait pas la haine des Juifs, des Chrétiens, mais la haine de l’État français », ce que recoupent aussi les témoignages d’otages du super-casher et des comportements des frères Kouachi, qui ne s’intéressaient dans le Coran qu’à ce qui pouvait alimenter leur combat armé, dit l’Imam repenti infirmier de la Salpêtrière, en ajoutant qu’ils étaient nuls en religion

    des jeunes des banlieue font preuve d’une intelligence de classe (sic) remarquable, ce qui ne veut pas dire qu’ils en viennent à un combat de classe, parce que la seule issue à leur portée est la religion instrumentalisée par les frères ennemis qui tirent les ficelles de l’intégrisme et du capitalisme occidental

    c’est pourquoi ceux qui considèrent l’abandon de la religion "opium du peuple" comme préalable à leur "prise de conscience" politique se trompent de combat, ou du moins le mènent de travers. Bien que se proclamant "marxistes", ils ont moins bien compris l’enjeu que ces jeunes. Ils doivent se ressaisir et cesser de crier haro comme les fascistes sur les "islamo-gauchistes" indigènes, d’authentiques anti-impérialistes héritiers des combats contre le colonialisme capitaliste français

    il y aurait bien d’autres choses à dire, parce que chaque jour des événements nous permettent de faire la théorie de leur compréhension, comme le montrent les manifestations au Niger, au Pakistan... le message Charlie = la France = la Liberté et la Nation est bien passé. Des réactions contre les caricatures se transforment en manifs contre la France. C’est logique et c’était prévisible, le numéro des survivants participe (à son insu) à ce petit jeu d’apprentis sorciers, comme les millions de ceux qui se montent dessus pour l’acheter : des pompiers pyromanes allant dans le sens gouverne-mental

    Je m’arrête là. Chaque jour, je m’efforce à ce travail de décryptage de l’idéologie à laquelle nous devons faire face. Le faire est la seule chance que nous ayons de retourner une partie de l’opinion qui s’est laissée embarquée, en disant "nous sommes tous la France = Charlie » à favoriser la guerre qu’ils ne voulaient pas. Ce pourrait être une farce, mais c’est une tragédie : l’envers de la logique que démontait Marx dans le Le 18 brumaire de L. Bonaparte

    c’est ici, utilisez-le, pensez par vous-mêmes ne vous laissez pas penser par d’autres
    http://patlotch.com/text/488b2cdb(Patlotch2013)-663.html

    bon courage

Derniers articles sur Bellaciao :