Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Communiqué des Alternatifs

mardi 11 mars 2003 - Contacter l'auteur - 1 com

Cordialement
Jean-Paul Hebert, Jean-Jacques Boislaroussie

UVW comme "USA versus World" : les États-Unis contre le reste du monde.
La confirmation par Jacques Chirac de l’opposition du gouvernement
français
a toute résolution légitimant une intervention armée en Irak est
positive :
la volonté guerrière de Bush n’a pas seulement pour objectif le pétrole
et
l’établissement d’un rapport de force dans la région du Moyen-Orient
mais
vise plus fondamentalement encore à construire une nouvelle hégémonie
américaine sur l’ensemble de la planète.
Les théoriciens néoconservateurs qui entourent George Bush ne sont pas
de
petits excités obsédés par les terroristes, ce sont des intellectuels
obstinés qui depuis longtemps développent un projet stratégique
cohérent
qu’ils ont enfin l’occasion de mettre en œuvre
Le projet est celui d’une hégémonie sans contestation, réduisant au
besoin
par un remodelage géographique les zones de faiblesse d’influence
américaine et ne laissant aux « amis » et « alliés » que le choix entre le
suivisme silencieux ou l’exclusion à grand fracas. C’est un projet à
la
fois « sur « le reste du monde et « contre » le reste du monde.
Mais les penseurs de Bush ont manifestement sous-estimé : le risque
d’isolement du "poor lonesome superpower" : qu’en Italie et en Espagne,
la
population soit en désaccord avec ses gouvernants et le montre dans la
rue,
c’était prévisible, mais l’ampleur du désaveu pour Tony Blair est
inattendu
et la situation de l’Australie est tout à fait surprenante

Nous Alternatifs sommes
pour la civilisation et pas pour les chocs
pour la démocratie du peuple et pas la démocratie des baionnettes
pour la fin des tyrans et contre la prise d’otage des peuples
Et résolument contre la guerre quand elle ne s’impose pas. Or ici elle
ne
s’impose pas on veut nous l’imposer.
Quelle connerie la guerre… et quelle connerie de faire des conneries
quand
ce n’est pas nécessaire.

Mots clés : Guerres-Conflits / Mouvement /

Messages

  • • AFP | 10.03.03 | 22h07

    Chirac : l’autorisation de survol du territoire français "va de soi"

    Le survol du territoire français par les Américains "va de soi", même
    si il ne doit pas y avoir de "moyens militaires" français engagés en cas de
    guerre en Irak sans décision de l’ONU, a assuré lundi soir à la télévision
    le président Jacques Chirac."Nous ne sommes pas engagés et nous ne le serons
    pas s’il n’y a pas une décision de l’ONU, naturellement", a dit le chef de
    l’Etat. Donc il n’y aura "aucun moyen militaire", a-t-il affirmé.Mais le
    survol du territoire par des avions américains, "cela va de soi, cela fait
    partie des relations normales qui existent entre pays alliés", selon le
    président de la République."Les Américains sont nos alliés", a-t-il insisté.
    "Nous ne sommes pas d’accord avec eux sur une guerre immédiate en Irak. Cela
    ne veut pas dire que nous ne sommes des alliés"."Si les Américains ont
    besoin de survoler notre territoire, il va de soi qu’entre alliés, ce sont
    des choses qui se font".Interrogé sur le précédent de 1986 - le refus par la
    France du survol de son territoire par des avions américains allant
    bombarder la Libye - M. Chirac a fait valoir : "Il n’y avait pas de rapport.
    Ca, c’était un coup de main, un coup de force contre un pays étranger,
    parfaitement ciblé pour une opération et, à l’époque, je n’avais pas cru et
    le président François Mitterrand non plus, nous n’avions pas cru devoir
    donner notre autorisation. Mais ça, c’était un problème très particulier",
    selon M. Chirac qui était à cette époque Premier ministre.

Derniers articles sur Bellaciao :