Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

DE L’ELECTORALISME EN POLITIQUE

jeudi 23 novembre 2006 - Contacter l'auteur - 30 coms

de Patrick Mignard

La valse hésitation dans la nomination d’un "candidat unique" représentant ce qu’il est convenu d’appeler la "gauche de la gauche" est pleine d’enseignements.

Les deux principaux acteurs, PCF et LCR, qui structurent et manipulent l’opération en disent long, quant à leur attitude sur les limites et les contradictions des acteurs politiques qui ont l’extravagante prétention de prétendre être les acteurs du changement.

LA "GARDE MONTANTE" ET LA "GARDE DESCENDANTE"

Le PCF est sur son déclin, tout le monde le sait, lui aussi, même s’il ne peut pas le dire. Mis à terre par le PS avec l’Union de la Gauche, dirigé par des individus stupides et sectaires (je pèse mes mots qui sont à prendre au sens étymologique), roulé dans la farine de la participation au gouvernement il est exsangue de militants, d’argent, de soutiens... et d’électeurs. Il s’accroche péniblement à tout ce qui flotte pour ne pas couler.

La LCR qui s’est dépouillée, et se dépouille, du moins dans ses analyses sinon dans son discours (quoiqu’elle dise), peu à peu de son auréole "révolutionnaire" a pris pied dans le champ politique traditionnel après s’en être (à juste titre) longtemps méfié. Elle a réussi à imposer son discours de la radicalité dans le même champ qui a été abandonné par le PCF... En terme industriel on dirait qu’ "elle lui a pris des parts de marché".

Electoralement les deux organisations sont au coude à coude... ce qui était impensable il y a seulement vingt ans.

Ceci explique que le PCF panique car il y va à terme de son existence.

Ceci explique aussi que la LCR « tape du poing sur la table » et soit intransigeante parce qu’elle se sent forte par rapport à son « adversaire » qui s’affaiblit (quoiqu’il dise).

« Et les autres » allez vous dire ? Soyons sérieux, ils ne comptent réellement pas.

Le « mouvement social » est une nébuleuse, certes sympathique, mais qui n’a aucune stratégie et aucune pratique sociale réelle. Les fameux « collectifs unitaires » qui se donnent l’illusion d’exister parce qu’ils se réunissent, débattent et écrivent, n’ont aucun poids au regard des machines du PCF et de la LCR... ce sont ces deux organisations qui font et feront les décisions... seuls les naïfs peuvent croire le contraire.

Ne parlons pas de LO qui s’est toujours mise volontairement hors jeu... mis à part lors du flirt passager, et sans lendemain, avec la LCR.

J’Y VAIS OU J’Y VAIS PAS ?

On comprendra que, dans ces conditions, la nomination d’un candidat « unitaire » est plus que problématique... le contraire serait même surprenant.

Le choix d’un candidat issu d’une des deux organisations sera perçu par l’autre comme un échec.

Le choix d’un autre candidat fait passer au second plan les organisations politiques qui sont sûres, chacune de leur côté, d’être le moteur du mouvement.

Devant cette situation, le PCF, rompu à ce genre de manipulation, présente sournoisement une candidate qui lui est « apparenté »... ce qui ne trompe personne.

La situation est ainsi bloquée, mais elle se complique.

Gardant encore un reste de lucidité, les deux organisations savent qu’elles n’accèderont pas au pouvoir... quoiqu’elles ne le disent jamais... Faut pas désespérer les militants !.

Il faudra bien passer, à un moment ou un autre, des accords avec ce qu’il reste de l’ancienne gauche, PS et MRG qui eux ont des chances d’accéder au pouvoir.

Là, l’histoire des deux organisations joue son rôle :

Le PCF qui s’est largement compromis dans la gestion du système avec le PS, et qui sur ce plan n’a plus aucun honneur à défendre, n’est pas prêt à abandonner cette possibilité d’exister encore un peu... Il n’oublie pas non plus qu’au niveau local, il a encore besoin des désistements du PS pour maintenir ses derniers acquis.

La LCR quant à elle, et qui joue habilement de cette situation vis-à-vis du PCF, maintien une attitude radicale intransigeante et ne veut aucun compromis éventuel avec le PS.

C’est sur ce dernier point que la décision de la nomination d’un candidat « unitaire » accroche. Le bras de fer se joue entre la LCR et le PCF. La LCR fait monter la pression en présentant son candidat, le PCF lui emboîte le pas en présentant le sien (la sienne). La LCR en rajoute en boycottant des meetings « unitaires »...

On fait bonne figure sur scène, quant on est ensemble, et devant les caméras, mais en coulisse on se fait la gueule et on affût les armes. C’est la conséquence de la logique perverse et absurde de l’électoralisme.

LA RANCON DE L’ELECTORALISME

Essayons de raisonner le plus possible logiquement et sans a priori.

En l’absence de toute pratique sociale et stratégie du « mouvement social », il est logique que ce soit les organisations politiques qui mènent le jeu.

La logique du PCF est conforme à ce qui se joue. En effet, n’oublions pas que nous sommes sur le terrain purement électoral. Tout y est piégé, organisé, médiatiquement dirigé par le système. On sait, en gros, ce qui se passera : fondamentalement rien.

Une fois dit cela il faut voir quels sont les enjeux. Ils sont purement politiciens : postes de ministres, puis dans les élections suivantes députés, conseillers généraux et autres strapontins (bien rémunérés) de toute sorte. Le PCF tient à cela, c’est son existence, sa raison d’être. S’il perd tout cela, il disparaît.

La LCR a un raisonnement différent. Malgré l’absence totale de pratique sociale à la base, elle croit encore à un « grand mouvement de contestation » qui déboucherait sur... elle ne sait d’ailleurs pas trop sur quoi, mais elle est sûre qu’elle y jouerait un, sinon le, rôle essentiel. Une telle croyance interdit toute compromission avec celles et ceux qui sont prêts à aller, comme le PCF, « à la soupe »... d’ailleurs les plus radicaux du mouvement ne le comprendraient pas.

En ce sens, la position de la LCR est irréaliste, sur les principes juste, mais électoralement fausse. Elle oublie complètement que le champs sur lequel se joue le jeu auquel elle participe n’est pas l’alternative sociale et politique, mais simplement l’alternance politicienne... ce qu’a compris et pratiqué depuis longtemps le PCF.

Ceci explique qu’aux yeux de nombre de participants à ces « collectifs unitaires », qui vivent sur le mirage du changement politique, en fait politicien, la LCR apparaît comme un élément de division... ce qu’électoralement elle est effectivement.

La situation en est là... Qui cèdera, ou ne cèdera pas ? Peut-être une « côte mal taillée » avec un personnage de compromis... le plus petit dénominateur commun ? L’avenir nous le dira.

Tout cela est profondément affligeant et inessentiel. Se joue simplement la vie et la survie de bureaucraties politiques qui, dans tous les cas de figure, n’accèderont pas au pouvoir contrairement à ce qu’elles racontent aux naïfs. D’autres y voient peut-être la réalisation d’un rêve, un moment magique comme il y en a tant eu au 20e siècle. L’immense gâchis financier et militant n’aura qu’un seul débouché : un profond désarroi et désespoir de celles et ceux qui y ont cru... une fois encore !

Mots clés : Dazibao / Elections-EluEs / Partis politiques / Patrick Mignard / Présidentielle 2007 /

Messages

  • On doit être des dizaines à en avoir écrit des articles comme ça dans nos têtes ces derniers temps.

    Ça m’a brûlé des dizaines de fois d’en publier un. Un petit brûlot de désespoir. De ceux qui s’emparent de vous quand vous n’arrivez pas à trouver le sommeil et qui vous laissent exhangue au petit matin.

    Mais à quoi cela aurait-il servi ? Un constat d’échec ne se fait que lorsque l’échec est patent, après. L’analyse de Patrick Mignard est belle, l’analyse est fine, sans doute vraie à 95 %.

    Mais moi, je trouve que c’est pour les 5 % restant que l’on doit se battre comme un chiffonier ! En toute connaissance de cause des 95 % de risques d’échec.

    Combien avait-il de chances de voir le jour le Front populaire de 1936 ? Combien auraient parié sur les chances de succès d’un De Gaulle le 18 juin. Combien auraient cru qu’un prisonnier noir du nom de Mandela, au fond de son cachot des longues peine, allait finir par irradier l’histoire de l’Afrique du Sud ?

    Une analyse brillante qui n’insuffle pas une énergie, ne serait-ce qu’une pâle lueur d’espoir, une bribe d’enthousiasme, n’est qu’un exercice de style sans oxygène, asphyxiant, inutile.

    Le Yéti

  • Ouais ouais c’est bien beau tout ca...
    élection, campagne, magouille...Pour des Partis qui sont fait pour la revolution...avouer que c’est assez contradictoire !

    Et puis zut hein ! Le pouvoir est au bout du fusil ! alors commencer a vous dire que leurs systeme constitutionnele ne tien plus la route...De toute facon tout ca ! Ca pu les pantoufles et la calvici dans les rangs de nos porte parole...
    Un peu de jeunesse que diable...

    de toute manière si sa continue on va faire tout peter ! parcque leurs conneries ca va un moment...

    L’apache.

  • A quoi sert ce texte ? Outre qu’il est démobilisateur il cherche à casser l’Alternative Unitaire.
    Je trouve l’analyse prétentieuse et au raz des pâquerettes. La seule chose que l’auteur arrive à faire passer c’est sa haine du PCF.

    C’est quand même incroyable de mettre sur le même plan PCF et LCR ; le premier est membre fondateur de l’AU et en respecte toutes les décisions, le deuxième refuse depuis le début la démarche mais c’est pas grave c’est quand même le PCF qui est facteur de division...
    Patrick Mignard refuse de voir la réalité en face : la LCR a choisi de faire cavalier seule et ne fait pas partie l’alternative unitaire ; elle est hors-jeu.

    Le PCF est sur son déclin, tout le monde le sait, lui aussi, même s’il ne peut pas le dire.

    Cela ressemble plus au souhait de l’auteur qu’à la réalité..... et la référence à "tout le monde" montre le faible niveau de l’analyse ....

    Electoralement les deux organisations sont au coude à coude... ce qui était impensable il y a seulement vingt ans.

    N’importe quoi : les présidentielles de 2002 semblent être la seule référence de l’auteur. Depuis les choses ont changées. Les liste d’alliance LO-LCR aux régionales et européennes ont fait des scores minables alors que là où le PCF s’est présenté seul (sans le PS) il a fait de bons résultats. En candidat de rassemblement le PCF a gagné ce week-end une mairie à la droite dans le Nord.
    Et si électoralement la LCR représentait autant que le PCF, la ligue ne serait pas obligée d’aller pleurnicher des parrainages auprès du PS. Parce que contrairement à ce qui est sournoisement sous entendu si le PCF a des élus il ne les doit qu’à ses bons scores et non au PS. Tous les élus PCF aux législatives sont arrivés devant des candidats du PS. Il n’y a pas de circonscriptions réservées comme pour les Verts. Il est normal qu’ils bénéficient alors du désistement du PS. Mignard le sait pourtant mais son honnêteté ne le pousse pas à l’écrire. ...

    Devant cette situation, le PCF, rompu à ce genre de manipulation, présente sournoisement une candidate qui lui est « apparenté »... ce qui ne trompe personne.

    J’imagine que notre apprenti politologue parle de Clémentine Autain. C’est grotesque. Les adhérents PCF ont voté à 96% pour la candidature de MGB. Et si par malheur c’est autain qui représente l’AU, il est évident que la plupart des militants communistes ne l’accepteront pas et ne feront pas campagne pour elle. Il est même probable que le PCF explose et qu’une fraction présente un candidat pour faire pièce alors à cette candidature bobo et insignifiante. Ecrire qu’Autain est soutenu par le PCF retire tout sérieux à l’article.

    Le PCF qui s’est largement compromis dans la gestion du système avec le PS, et qui sur ce plan n’a plus aucun honneur à défendre,

    C’est vrai que la participation en 97 a été une énorme connerie. Mais il n’échappe à personne que Robert Hue, Gayssot ont été dégagé et que le PCF a reconnu ses erreurs. Je ne suis pas sur que Mignard soit bien placé pour parler de l’honneur quand on voit comment il transforme la réalité des faits pour casser du coco.... comme en témoigne une fois de plus la phrase ci-dessous :

    La LCR fait monter la pression en présentant son candidat, le PCF lui emboîte le pas en présentant le sien (la sienne).

    Aucun rapport : la LCR présente Besancenot indépendamment de tout rassemblement, le PCF propose MGB dans le cadre de l’AU. Mais Mignard semble limité aux analyses simplissimes et ne s’embarrasse pas de ces "détails"....

    On sait, en gros, ce qui se passera : fondamentalement rien.

    Bravo Mignard voila l’utilité de ta contribution. En d’autre terme c’est "mais arrêtez de croire qu’on peut changer la vie pauvres naïfs et rentrez donc chez vous. Laissez donc faire Sarko et Ségo, on n’y peut rien le système est plus fort que nous".

    Une fois dit cela il faut voir quels sont les enjeux. Ils sont purement politiciens : postes de ministres, puis dans les élections suivantes députés, conseillers généraux et autres strapontins (bien rémunérés) de toute sorte. Le PCF tient à cela, c’est son existence, sa raison d’être. S’il perd tout cela, il disparaît.

    Ca c’est particulièrement dégueulasse. LE PCF l’a dit et redit de manière autonome et dans le cadre de l’AU : pas de participation à un gouvernement social-libéral. Mais c’est pas grave Mignard entend que ce qui lui plait, et reste arc-bouté sur son idée fixe un peu comme un vieillard qui radote : le PC veut des ministres, le PC veut des ministres. Oui Mignard c’est bien, allez une tisane et au lit maintenant.
    Les élus comme je l’ai dit le PC les gagne par sa force de conviction et n’en déplaise aux politologue dans l’air du temps par sa force électorale. On voit tout le désarroi de Mignard quand il constate que le PC a toujours près de 10.000 élus. Cela ne correspond tellement a ses idées reçus qu’il doit bien y avoir magouille ... Evidement que le PCF tient à ses élus ! Depuis quand un parti devrait tout faire pour ne pas avoir d’élus. A quoi sert il alors ?

    Une telle croyance interdit toute compromission avec celles et ceux qui sont prêts à aller, comme le PCF, « à la soupe »...

    A la soupe ? Qui va à la soupe ? Qui va draguer les maire PS (et autres) pour obtenir les parrainages pour Besancenot. A la soupe ? Mais qui participe aux émissions TV bouffonnes si ce n’est Besancenot ?

    Elle oublie complètement que le champs sur lequel se joue le jeu auquel elle participe n’est pas l’alternative sociale et politique, mais simplement l’alternance politicienne... ce qu’a compris et pratiqué depuis longtemps le PCF.

    Des faits Mignard, il faut appuyer ses démonstrations sur des faits ! Pas de l’imputation si on veut être pris au sérieux ! Et quel mépris pour les militants et sympathisants du PCF et de l’Alternative unitaire....

    Allez Mignard on a compris ton désarroi : tu respirerais tellement mieux si le PCF n’existait plus ! Ca te réjouirait presque qu’autant que Parisot ! On a compris pour qui tu roules : en poussant à la désertion et au désespoir en expliquant qu’il n’y rien a attendre de ces pauvres cons de cocos et de militants à l’AU tu bosses pour Royal ! Tel quel ton texte est bon pour Libé où Le Monde !

    Jips

    • Et je suppose que P Mignard ira tout heureux voter Royal au 1er tour !!!

      Francesca

    • Il n’est pas rare que Francesca et Jips soient d’accord , plus rare que je sois d’accord avec l’un ou l’autre , exceptionnel que je sois d’accord avec les deux !
      mais là je suis d’accord à 200 % avec vous deux , merci à jips d’avoir décortiquer cette mignardise .
      claude de Toulouse .

    • Camarade, je te remercie d’avoir encore le courage de répondre aux fouteurs de merde, improductifs et pas du tout à la hauteur de l’enjeu immédiat.

      Fraternellement,
      Jean-Michel (PCF)

    • Ouais, y’en a marre, c’est nul tout ça, j’ai pas dormi de la nuit, je dois aller bosser, merde, et ces elections ! mon patron me fais chier et mes collegues aussi, et puis tous ces cons dans leur voiture, c’est les embouteillages, surcharge de travail, stress et puis j’ai des acidités dans l’estomac, ça me brule, et ma femme elle s’est barré avec les gosses et les gosses, je peux pas les voir de toute façon chuis trop crevé le week-end, et la taxe d’habitation, je l’ai pas payé dans les délais, et puis ce crédit....je suis crevé, crevé.

      C’est l’hivers, le corps souffre, y’a moins de soleil !

      Mangez 10 fruits et légumes par jours, les vitamines et les sels minéraux, ça donne le moral  ;-)

  • Par dela les erreurs passées ou a venir du PCF ou d’autres qui peut dire de quoi sera fait demain ?
    Bové lui même qui est quelqu’un que j’apprécie pour et par les combats qu’il mène n’a t il pas en d’autres temps afirmé haut et fort qu’il ne serai jamais un candidat en politique ?
    de prime abord ce chagement de position m’avait un peu refroidie ,mais je me dis qu’apès tout il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et si Bové est le candidat de l’unité j’irai voter pour lui des deux mains et sans état d’âme.

    Encatrée au PCF je n’ai pas toujours été d’accord avec les choix de participation au gouvernemnt PS, et il y a déja quelques temps que les consignes de repport de vote por le PS me passent au dessus de la casquette.
    Mais je me pose la question de savoir quel aurait été l’impact d’une politique de la chaise vide ?

    Et si le candidat unique issu des collectifs perdait d’1% l’occasion de se retrouver au second tour
    parceque untel ou unetelle a préféré faire cavalier seul ?
    2002 nous a fait toucher du doigt que tout est possible.

    Je vous avoue que toutes ces interventions des uns pour taper sur les autres et vice versa me gavent un peu et que ce qui au départ me semblait porteur d’espoir me désespère de plus en plus.
    Que chacun prenne la mesure de ses responsabilités en mesurant les enjeux des décisions qu’ils vont prendre .
    Chacun est maitre de ses pensées et de ses actes et doit les assumer sans se cacher derrière le voisin.

    Qui sera Président est ce la la question de fond ?

    PAT DU 12

  • Puisque le PCF n’existe plus bah ! Alors faites sans lui et basta !!!!!!!!!!!!!!

  • Du haut de son balcon avec sa boule de cristal Mignard a rendu son verdict circuler il n’y a plus rien à voir. Hormis après cette descente en flamme le PS peut-être espère-t-il un maroquin ??

  • Tout ce qui entre dans le cadre institutionnel est pour Mignard politicien et pire. Avec lui, qui fait des analyses si fines, on est au dix-neuvième siècle. On refuse que la question sociale soit l’affaire des politiques, on ne participe pas aux jeux de la démocratie "bourgeoise". A côté Jules Guesde est souple comme une anguille. Bon et puis ce mépris pour ceux qui sont dans les collectifs... Passons. Mais aussi pourquoi Jips ose-t-il écrire "si par malheur c’est Autain qui représente l’AU". Alors Clémentine Autain peut être élue sur les listes du P.C. à la mairie de Paris et être un malheur comme candidate de l’AU. Putain entre le dandysme veule de Mignard et ce refus d’examiner à égalité toutes les candidatures, arrêtons.
    François Servais

  • Monsieur Mignard, veuillez recevoir la tirade dédaigneuse que je vous ai emprunté dans un de vos anciens écrits qui défourraillait sur les partis de gauche, bien entendu je le personalise avec le même dédain :

    Parick Mignard vous avez le droit d’exister mais on a le devoir de vous ignorer : je dirais même plus il faut vous isoler et vous réduire finalement à ce que vous êtes, un gestionnaire d’un système qui nous conduit à notre perte. Il vaut mieux pêcher par prudence plutôt que par confiance, à l’égard du bureaucrate que vous êtes et qui nous trahi depuis ...

    Esteban

    • Mais que veux dire toute cette haine sectaire contre ce gars P.M qui ose dire ce que beaucoup de monde pense et qui dit haut et fort les magouilles dans lesquelles on essaye d’entrainer les citoyennes et citoyens.

      Eructer comme vous le faites ne vous grandi pas aux yeux de celles et ceux qui vous lisent et confirme tout à fait les propos de p. mignard. Heureusement que ce mec écrit de temps en temps, ça nous oxygène les boyaux de la tête.

      Léo -17e

    • Ah ! toutes vos réactions m’ont remonté le moral... parce qu’après la lecture de ce "poison" on est un peu assommé. Bon il a choisi son camp Monsieur Mignard, bon vent ! Continuons à nous battre comme des lions... Mince ! moi je ne peux pas me résigner à ce qu’en France (pour ne parler qu’à l’échelle du pays) il y ait 7 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté !! qu’il y ait des travailleurs pauvres, des boîtes qui ferment, etc... tout ça parce qu’on laisse le champ libre au libéralisme. Alors tant pis si certains tentent de nous démobiliser en prédisant un nouvel echec, nous devons nous battre becs et ongles pour arriver à peser sur le cours des choses... Souvenons-nous lors de la campagne du TCE, qui aurait cru que nous aurions pu remonter le handicap des médias, de la pensée unique, et pourtant nous sommes sortis victorieux grâce à une campagne unitaire exemplaire (rendue possible entre-autre, n’en déplaise à Mr Mignard, par le PCF qui a partagé son temps de parole). Eh bien, continuons sur cette voie et nous pourrons gagner une nouvelle fois !
      Lilou

    • Patrick Mignard est un libertaire et surement pas un socialo, puisque si j’ai bien suivit si l’on ne suit pas la candidature unitaire on fait le jeu des socialos. Pas mal, aussi fort que les abstentionnistes qui font monté le FN dont les journauix nous rabachent les oreilles.

      Pas de vote utile meme a l’extreme gauche.

      Abstention révolutionnaire contre Electoralisme somnifère.

      Construire un monde nouveau dans la lutte et par la révolution semble bel et bien (et c’est malheureux) une idée et un espoir abandonné par l’extrème gauche, choississant la voie du moindre mal, dont elle se défend pourtant ...

      Frat’ libertaire

      Markus

  • Aussi magique que soit en nous l’élan provoqué par la présence d’un être aimé, il ne sera jamais, une fois décortiqué, que la somme de ces chairs et l’affrontement de ses organes, parfois laids, souvent puants. L’analyse anatomique et son odeur de macchabée n’a pas plus de vérité pourtant que la réalité de cet enthousiasme saisissant qu’est la rencontre d’une autre humanité.
    Rester lucide sur certains enjeux souterrains, mais ne pas trop disséquer amèrement, au risque de gâter l’espoir. Parole de médecin.

    • Je pense que la plupart d’entre vous n’avezpas compris le sens de l’article. P.Mignard n’appelle pas à l’abstention, ce n’est pas son problème, il n’appelle pas non plus au grand soir, il dit que la manière de poser le problème du changement telle quelle est posée aujourd’hui est fausse, ça n’aboutira à rien. Je suis prêt à croire qu’il a raison. Pour comprendre sa pensée il faut lire ses autres articles et sa position n’est pas aussi con que ça.

      Léo - 17e -

    • Nous sommes tous des analphabètes et ne comprenons pas Patrick Mignard, merci Léo de nous détailler sa pensée !

      Comme le dit Markus, Mignard est un libertaire, et comme il le précise IL VEUT CONSTRUIRE UN NOUVEAU MONDE DANS LA LUTTE ET PAR LA RÉVOLUTION !

      Merci pour la lutte on connaît mais on fait comme on peut avec qui veut ou qui peut !

      Quand à changer le monde "PAR LA RÉVOLUTION" Monsieur Mignard l’écrit comme l’écrivent les libertaires mais il ne dit jamais COMMENT LA DÉCLENCHER et AVEC QUI !!!

      Alors comme nous sommes tous des cons, peut-être Léo toi tu sais, et tu vas nous éclairer !

      Esteban

  • Vain Diou !
    Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire comme conneries, mon Mignard. Au fait c’est qui cet artiste ?
    Tz.(de la garde stationnaire)

    • Il n’y a pas pire sourd et buté que celui qui ne veut ni écouter ni comprendre. J’ai autre chose à faire que de perdre mon temps avec des gens qui vivent dans l’illusion et dans des vieux schémas obsolètes... continuez comme cela, à croire aux sirènes de l’électoralisme (tout ce que l’on a vécu depuis 40 ans ne vous suffit certainement pas), le capitalisme a encore de beaux jours devant lui.

      Léo -17e-

  • Patrick Mignard fait une analyse politique des principaux acteurs de la « gauche de la gauche », avec pour thème la pratique de l’électoralisme en politique. Il remarque des stratégies partisanes et des acteurs rompus à la politique ou naïfs.

    Son analyse politique n’est pas tendre avec les acteurs de la « gauches de la gauche ». Comme lui, et certainement comme beaucoup d’électeurs de gauche, je crois que les directions partisanes de gauche, il en va ainsi de la direction du PS, profitent de la naïveté du peuple de gauche, partisans ou non, pour garder leurs emploies ou tout au moins, une certaine prestance partisane.

    Ceci dit, être naïf n’est péjoratif que pour ceux qui se trompent. Personnellement je ne peux rien changer en politique et assume ma naïveté en ce domaine. Je continue à croire, à militer comme beaucoup de communistes, pour une « autre politique » et d’ajouter, pour ne pas être abstrait ; révolutionnaire et non plus réactionnaire. Mais, en ce qui concerne la direction actuelle des « collectifs unitaires », de quelle politique s’agit-il ?

    Je ne suis pas seul à être déçu de cette unité « affligeante », comme l’écrit Mignard. Il ne propose rien, mais doit-il se taire pour autant ? Ne pas exprimer son désappointement ? L’amertume d’une majorité de citoyens, quant à la direction que l’on donne à cette alternative de la gauche est bien réelle, elle s’exprimera certainement par les urnes en 2007.

    Je souhaite de tout cœur à « le yeti » de gagner sa bataille de chiffonniers mais je n’y crois pas. L’unité des communistes se fera autour des prolétaires et leur parti ne reprendra vie qu’avec eux. Les collectifs, les sections de partis, les quartiers, les clubs sportifs et tous les lieux de travail, sont des champs de bataille politique, et des espaces d’apprentissage pour les communistes.

    Patrick Ménard nous dit : ce n’est pas en quémandant le droit de diriger un Etat, même avec le programme le plus équitable qui soit, que l’on gagne une bataille politique « antilibérale ».

    J’ose ajouter que seuls les citoyens qui, par leur seul travail, révolutionnent le monde au quotidien, peuvent s’acquitter de cette tâche. C’est à nous communistes de nous plier à cette exigence, de les rassembler en un parti qu’ils pourront diriger à leur guise. Nous n’aurons alors qu’à les suivre, pour nous libérer de nos peines.

    Merci Patrick pour ton analyse.

    Stelios

    • Enfin, un communiste, ils sont rares hélas, à être conscient de la situation.

      Léo -17e-

    • L’unité des communistes se fera autour des prolétaires et leur parti ne reprendra vie qu’avec eux. Les collectifs, les sections de partis, les quartiers, les clubs sportifs et tous les lieux de travail, sont des champs de bataille politique, et des espaces d’apprentissage pour les communistes.

      Léo toi qui sait lire, de quoi fais-tu partie ?

      Si tu n’es dans rien, il te reste le club "Mignard l’économiste" qui se bat dans les constats.

      Allé ciao, je ne veux pas te faire perdre ton temps précieux à constater !!!

      Esteban

    •  ??????????????????????????????????????????????????????

      Léo -17e-

    • c’est rien leo c’est juste le "collectif des coco sur de leur fait "qui prennent leur tour pour t’en coller une...a toi qui ose penser que mignard n’est pas si con que cela...

      si il y a bien une chose de juste c’est que le pcf est sur le declin ...3%...et quelques municipalité obtenues en s’arrangeant avec le ps...on est loin des temps heroique...cette situation devrait dailleurs suffire a calmer certaines orgueuilleuses certitudes partisannes ,mais ...

      je voudrais qu’on m’explique comment on peut s’imaginer faire campagne contre l’ultra liberalisme avec un allié du ps ...sachant que le ps lui fait campagne pour l’ultra liberalisme comme par exemple lors du referendum sur la constitution europenne...

      en politique on ne donne rien sans rien ...si le pc prend d’une main au ps il faudra bien qu’il rende de l’autre...

Derniers articles sur Bellaciao :