Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

DÉBUT DE PANIQUE DANS LE MICROCOSME MÉDIATIQUE

mercredi 19 octobre 2005

de Le Yéti

Vous avez vu comme ces derniers temps, les médias du microcosme officiel tirent à boulets rouges sur les sites d’informations du web. C’est Dominique Wolton qui vibrionne sur France Inter sur les dangers de la Toile (vous savez, Wolton, le spécialiste tellement spécialiste de la communication qu’il n’y a pas une seule émission sur le sujet où il ne soit pas invité). C’est Daniel Schneiderman dans Libération qui distille ses soupçons sur Wikipedia, "l’encyclopédie libre, gratuite et multilingue" sur laquelle chaque internaute peut intervenir.

Figurez-vous, je les cite, que les infos sur Internet échappent à tout contrôle, à toute vérification des sources, qu’on peut y craindre les tentatives de manipulations sournoises de malfaisantes puissances occultes, que tout un chacun peut y débiter des horreurs.

Bon, bon, jusqu’à présent, je m’étais plutôt laissé dire que le contrôle des informations était surtout le fait des dictatures (la Chine, l’Iran et consorts tentent, vainement, d’enrayer comme ils peuvent le contre-pouvoir d’Internet). Et question contrôle, notre haute finance (Dassault, Rotschild et consorts, qui se sont partagés la plupart de nos médias officiels ou les étouffent à grands coups de recettes publicitaires) n’ont rien à leur envier. On a vu aussi, avec le phénomène du faux-massacre de Timisoara en Roumanie, comment nos journaleux de salon vérifiaient minutieusement leurs sources. On a constaté, au moment du referendum sur le projet de Constitution européenne, comment eux et leurs "spécialistes" ont unanimement essayé de nous protéger des manipulations qui auraient pu nous faire voter "non".

La vérité, c’est que nos coquelets ont autant peur d’Internet que les poules de la grippe aviaire. Leurs audiences, leurs ventes, leurs finances s’effritent. La Toile menace directement leurs intérêts, et c’est à leur contrôle à eux qu’elle échappe. Ils se font botter les fesses à longueur de blogs et de mails par des hurluberlus lassés de leurs méthodes courtisanes. Ils s’arrachent les cheveux en voyant le site d’un modeste volatile parapentiste, le père Chouard, venir leur faire la nique question affluence et influence.

C’est que sur le web, n’importe quel quidam peut prendre la parole et se mesurer presque d’égal à égal avec ceux qui pensaient détenir la Puissance. Les Bellaciao.org, Rezo.net, Oulala.net fleurissent. Vous savez quoi ? Si, si, je vous assure, ça me rappelle MAI 68, cette trop courte période de fête jubilatoire trop vite réprimée par les intégristes de tout poil, gaullistes ou pseudo-gauchistes pré-libéraux (July and co).

Ce capharnaüm braillard, cette cour des miracles vociférante affole nos élites policées. Et c’est tant mieux !

Pire, n’en déplaise aux marchands du temple libéral, le web est le royaume du GRATUIT. Vous imaginez : un monde d’échange d’où l’argent est exclu ! Une obscénité pour les partisans du "libre marché" (sic). Logiciels gratuits, blogs gratuits, infos gratuites (ils ont été contraint de s’y mettre, vous voyez leur tête ?) et même musiques ou films gratuits que certains - pas moi, bien sûr ! - réussissent à échanger à leur barbe, histoire peut-être de redistribuer les richesses à leur façon.

Oui, oui, je sais, il n’y a pas que des sites fleurant bon l’aubépine ou la rose sur la Toile. Et on est même assailli de gredins qui veulent gruger les gogos. Mais les gredins, les salauds et les gogos ont-ils attendu Internet pour exister ? Les rumeurs les plus insensées peuvent, c’est vrai, aisément fleurir si on n’en vérifie pas les sources.

Mais enfin, au moins, ON A LE CHOIX. On peut se faire une opinion librement, comme des grands. Et on peut donner notre opinion à nous. Quel choix, quelle parole avons-nous avec Le Monde, Libé et le Figaro, TF1 et France 2, nos chers protecteurs ?

Quant aux menaçantes forces occultes, Big brothers tirant les fils invisibles du grand théâtre virtuel mondial, laissez-moi rire ! Si cela était présentement possible, nos chères élites en tiendraient déjà eux-mêmes les commandes.

Pour l’heure, je préfère prendre le risque adulte de la liberté totale que de me soumettre docilement à leur sinistre univers contrôlé, policé, dirigé par eux à leur seul profit.

Messages

  • Merci :))

    Juste une chose :

    "le web est le royaume du GRATUIT"

    L’accès au Web n’est PAS gratuit loin s’en faut, si son contenu l’est.

    Le Web est un outil de liberté réelle et d’autonomie mais "censitaire". Son accès est cause lui aussi d’inégalité.

    Pourquoi ne pas réfléchir à et revendiquer un accès public au Web, par exemple ? C’est à la puissance publique qu’il revient d’assurer cette égalité.

    GB

  • Bonjour Yéti, bonjour mon frère,

    Je viens ici pour toi, parce que je sais que tu es là.

    J’ai essayé de te trouver chez « TF1 papa » et « France 2 maman », j’ai essayé aussi de me délecter grâce à toi chez « Figa »-« Libé »-« le monde »…nos tontons et tatas.

    Mais je ne t’ai pas trouvé. Pourquoi Ils ne te veulent pas ?

    Tu leur fais concurrence : C’EST ÇÀ, tu me l’avais bien dis, ils ne te contrôlent pas.

    Ils croient qu’ils sont savants, par contre c’est sûr, ils sont très « bêtes ». Je ne dis pas « fadas », car « fada » chez nous dans le SUD les pecnos de la mer, « fada » cela veut dire « simplet » « naïf » et ces mots ne leur va pas. Ils ne leur collent pas.

    Je peux bien t’en parler parce que je suis ce « fada », et un « fada » dit ce qu’il pense de ce qu’il vit, comme un simplet en toute naïveté.

    Eux non, ils sont « calés ». Ils nous disent sans le vivre, ce qui est bon pour nous, ils pensent qu’on se trompe de tout ce que l’on dit.

    Ils sont évidemment indépendants, et moi qui suis « fada », je cherche mon frère, je te cherche chez eux mais je ne trouve jamais, alors comme je suis « simplet » « naïf » je ne vais plus chez eux.

    Parce que chez eux je ne retrouve pas ma MER, ni ta MONTAGNE, c’est drôle ils ne les connaissent pas.

    Ils ne les connaissent pas parce qu’ON leur a dit que c’était dangereux pour EUX. Qui ON ?

    Mais leurs MAÎTRES. Toi tu le sais.

    S’ils savaient comme ta montagne est belle et généreuse et ma mer aussi. Comme elles sont grandes et eux si petits. Nous le savons nous, eux ils n’ont pas compris.

    C’est pour cela, je viens ici à la chaleur du GRAND YÉTI DE NOS MONTAGNES.

    Fraternité

    Esteban

    • de tout coeur avec toi mon frére esteban ..moi je suis du pays des mers et des montagnes ,moi aussi je te cherche partout ,que c’est drole que de nos jours beaucoup se cherche et ne se trouve pas ..grace a ce ptit machine qui les emmerdes bien que cela leurs rapportent ,ce qui me fait penser a quelqu’un qui disait qu’ils nous vendraient les cordes avec les quelles nous les pendront ..grace a cet machine je disait ,je vous retouve loin de chez moi ..moi qui suis du coin des mers et des detroits ,en plein dans les montagnes aussi ,quand c’est bella ciao ou salut les beaux ..du moment qu’on peut enfin a nouveau se retrouver mon frere qui me manque tant ..

    • Au voyageur des mers du globe,

      Au passager des grands détroits,

      Au globetrotter de nos montagnes,

      Tu dois connaître mieux que moi

      Tous ces pays, toutes ces galères

      Et dans tes mots je sais très bien

      Ce que tu vaux et qui tu es

      Tu vaux autant que tous mes frères

      Qui peu à peu, mais surement

      Viennent avec moi prendre les cordes

      Celles qui nous délivrerons

      Je t’ai trouvé, tu m’as touché

      Salut mon frère

      Esteban

  • qu’est ce qu’il dit ?
    que l’information doit être mieux controlée par le pouvoir ? pas risquer qu’on se pose des questions ? ou qu’on remarque des trucs ?
    Il se trouve que, par chance, le pouvoir ne contrôle pas encore tout à fait internet et que, par conséquent, la population peut s’en servir comme contre-pouvoir pour s’exprimer et pour communiquer et pour réfléchir collectivement ou individuellement et faire connaître les résultats de ces réflexions. Ceci ne plaît bien sûr pas au pouvoir qui veut à tout prix déconsidérer la voix du peuple en l’assimilant à la rumeur

    La question n’est pas de savoir si j’aime le site ou pas, c’est de savoir si je suis d’accord pour autoriser le pouvoir à interdire telle ou telle opinion sur un média quel qu’il soit. Pour ma par c’est un non catégorique, car l’expérience montre que moins un régime est démocratique, plus il y a de censure. L’expérience montre aussi que la censure et la désinfoirmation sont sytématiquement utilisé par l’élite pour préserver ses privilèges, au détriment de l’intérêt général.

    Toute personne en désaccord avec les médias officiels est forcément un fou paranoïaque, un raëlien doublé d’un antisémite, par suite c’est un partisan du génocide Juif, on se demande encore pourquoi on les laisse libres de s’exprimer. Ne pas s’inquiéter, ça ne va pas durer, bientôt on mettra en taule tous ces dangereux agitateurs.
    Toute personne en désaccord avec les Vérités Etablies par notre Sainte Lobovision, n’est qu’un partisan du complot foncièrement dérangé, qui n’est pas mu par la Raison.

    Chacun sait que les médias sont absolument pluralistes ils sont parfaitement indépendent du pouvoir et/ou des groupes financiers auxquels ils appartiennent. Ils ne défendent aucun intérêt particulier, aucune idéologie libérale.

  • Un peu de grain à moudre : http://www.co-errances.org/

    Mieux vaut être abusé par sa crédulité, car on finit tôt ou tard par s’en rendre compte, que de se fier aveuglément au prêt à penser du groupe dominant.

  • Entre montagnards et marins, on peut des fois être les deux, être merois et montagnois, sacrée mertagne !

    Bon, développer Internet et rendre gratos l’accès. Ne pas laisser les licences Wimax au privé, mettre des bornes WIFI partout, gratos....
    Si Google a pu proposer le WIFI gratos à San Francisco (en réponse à un appel d’offres de la municipalité je crois) c’est que les sommes en jeu ne sont pas considérables (même si Google propose un financement de la gratuité offerte par la pub)...
    http://www.infos-du-net.com/actualite/5427-Google-WiFi.html

    D’ailleurs cette entreprise, parait-il, s’interroge sur une même démarche à l’echelon des USA...

    Donc ce n’est pas si cher que celà....

    Developper des capacités et de la liberté : les gens sauront trouver les moyens d’utiliser ces nouveaux espaces...

    Sortir des pattes des privés et des privatisateurs le WIMAX

    Le wimax semble être une technologie sans fil longue distance pour le haut débit. Les candidatures pour obtenir les licences sur ses ondes sont une nouvelle tentative de privatisation de l’espace public.
    A l’image de nos médias unipolaires, on offre les tuyeaux aux entreprises privées en ne faisant que tolerer que des régions puissent en même temps se porter candidates.
    http://www.o-tan.fr/article.php3?id_article=2073
    et http://www.01net.com/article/292001.html
    Cette démarche est honteuse et de peu d’interet car verrouillante.

    Les grandes maneuvres continuent pour controler les tuyeaux et obtenir des concessions privées sur les ondes...

    Il ne faut pas se desinteresser de ces types de batailles, en même temps qu’il faut aider les citoyens à acceder au net.

    Pour ce qui est des contenus, nous avons une chance en France : L’incroyable sottise de la plupart des médias unipolaires (ceux qui tiennent leur position par des concessions d’état chaînes ou radios, publiques ou privées) qui sont litteralement tétanisés par le net et la terreur d’un monde où ils ne peuvent imposer un brouet idéologique obligatoire aux citoyens...

    Peu ont compris ce qui se passait sur le net, tous tremblants qu’ils soient qu’on leur pique leur écuelle.

    Ce faisant ils prennent pas mal de trains de retard et vont avoir des reveils très cruels...

    Et il y a quelque chose de très comparable dans l’attitude des médias unipolaires envers le net avec l’attitude qu’ils ont eu envers le sursaut démocratique du 29 Mai en France : Injures, caricatures, soupçons de généralisation des pires turpitudes sur Internet, etc... Au final un immense ridicule et peut-être pour certains le suicide pur de leurs médias.

    C’est du tout bon pour nous car ça ralentit l’arrivée sur le net de ces prédateurs de la liberté d’expression et sa diversité.

    Ca crée également des espaces libres pour d’autres acteurs (dont beaucoup ne sont pas non plus dorés sur tranche il est vrai, mais certainement plus libres
    et démocratiques que nos big brothers).

    Le net n’a pas de vertus particulières en soit, mais par son très faible coût (et il faut encore non seulement abaisser son coût vers la gratuité mais en même temps développer sa puissance de communication en débit, en ondes et tuyeaux, et en couverture de la TOTALITE du territoire), il démocratise une partie de l’acces à la culture (je suis un exemple de cet accès que je ne pouvais avoir avant , du haut de mon absence de cursus scolaire et de mon éloignement social des lieux d’acces à la culture) et surtout il abaisse formidablement le coût de l’échange d’idées et rend accessible à tout un chacun ou presque la création d’un média.

    Au point où de vagues ados boutonneux peuvent constituer maintenant leur petit média pour presque rien ....

    Le fric pour faire un journal, une publication, un livre, necessitent des moyens non négligeables, de toutes façons en général inaccessibles aux citoyens normaux, sauf si ils sont des fistons à son papa...
    Qu’on pense aux souffrances de nos quelques journeaux comme l’huma, Politis, Le Monde diplomatique , Rouge , etc pour ne serait-ce que survivre....

    Le net propose ça presque gratuitement, et on le voie avec les centaines de milliers de blogs actifs en France provoquant une formidable création litteraire (pour le meilleur comme pour le pire) comme rarement il y en a eu.

    Alors, si des lieux comme Bellaciao sont formidablement precieux et doivent être développés et multipliés par milliers il y a également le reste qu’il s’agit de proteger même si ce n’est pas forcement de gauche ou de droite, ceci ou celà, mais pour ce que c’est : de formidables libertés d’expression nouvelles utilisées par des millions de personnes en France.

    Il est necessaire et indispensable de proteger l’essentiel :
    * la democratisation de l’acces à Internet,
    * la defense de la liberté d’expression la plus large sur ce média,
    * la possibilité la plus grande possible pour des citoyens normaux de créer des sites à très faible coût accessibles à tous (sous formes de blogs ou de sites classiques),
    * le developpement le plus large possible de ces facilités en termes de libertés, débits multipliés et gratuités,
    * la défense contre les projets liberticides des censeurs et pro-censeurs,
    * une orientation qui essaye d’empecher l’accaparement par des entreprises privées du net tant en termes de tuyeaux et infrastructures qu’en termes de contenus.

    Copas

    Dans ces batailles

  • Je suis tout à fait d’accord avec ton article. J’aimerais tant que ces fabricants d’opinion soient réellement mis à mal avec les internautes avertis. J’ai moi-même, citoyen ordinaire, expédié plus de trente messages à France Inter en particulier. J’ai aussi proposé de refuser de payer la redevance sur le réseau "Non au TCE", mais je ne pas eu de retour. C’est dommage si nous refusons de payer par la désobéissance civique pour cause de non respect du pluralisme du service public, ils auraient peut-être réagi.
    Quen pensez-vous ?
    Salut à tous et continuez

    smelih.cetinsoy@laposte.net

    • Ce que j’en pense, modestement, c’est qu’il ne sert à rien de les attaquer de front. Qu’il ne sert à rien de tenter de pénétrer de force ou de nous faire admettre dans leurs forteresses. Eux et nous appartenons à des mondes différents.
      Laissons-les croupir dans leur univers carcéral et aseptisé, avec leur fric et leurs paillettes. [Au fait, avez-vous jamais passé une soirée, une seule, avec eux ? Moi, oui. Je vous assurre, c’est à mourir d’ennui. Ils sont tristes et vides, vains et ridicules.]
      A nous de créer notre monde parallèle en employant les forces qui sont les nôtres, même si celles-ci ne sont qu’éphémères. A nous d’inventer nos petites jubilations, nos exubérances, sans eux. Et si besoin est (c’est le cas actuellement), débrouillons-nous pour aller leur reprendre ce qu’ils nous ont confisqué.
      Mais surtout, surtout, ne les laissons jamais empiéter sur nos territoires.
      Le Yéti

    • Encore un "yéti" certains diront, mais CES "certains" sont transparents, de la gélatine, tous mous, inconsistants.

      Moi des "yéti" et "Le Yéti" j’en veux encore !

      "yétialain" partage, approuve et il souscrit. Peut-être on est pas loin mais sur ce point, au moins, on s’est compris.

      J’ai bon espoir que pour le reste on continue de partager, de s’approuver et d’y souscrire.

      Excuse-moi "yétialain" que sur les blogs, Wimax et autres linux, je ne puisse t’aider, car moi aussi je ne suis pas "calé". Mais j’ai des frères qui sont CALÉS* sur ce sujet, ces frères la nous aiderons.

      *CALÉS et INTELLIGENTS vraiement.

      Pas "calés" et "bêtes". Mais cela tu l’avais compris.

      Salut à toi yéti

      cordialement

      Esteban

    • Salut aussi à toi ô camarade Esteban (en même temps que je te lis j’écoute , à fond, les Sales Majestés, le morceau "Camarade")

      Savoir qu’il existe des "Esteban" ça fait du bien, ça empêche de désespérer tout à fait

      Du soleil ! Encore du soleil, camarade Esteban !!!

    • Merci yétialain,

      Maintenant je peux,

      Pas "tout à fait" ne pas désespérer,

      avec toi, yétialain , je peux TOTALEMENT, ENTIÈREMENT ESPÉRER !

      fraternité

      Esteban

  • J’ai lu avec délectation cette contribution dont j’apprécie le ton alerte, moqueur, railleur qui sans rien retirer au fond, au contraire, tranche avec le ton sentencieux des communicants serviles (ils n’ont plus droit à mes yeux à la qualité de journalistes professionnels). Bravo, cette lecture fait du bien tout simplement.

    Pour info, ma modeste contribution Info libre contre médias serviles rejoint sur bien des points l’analyse de Yeti. Ce qui me réjouit ! Très dure sera la chute de ces suffisants plumitifs !

    Verdi