Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

De la nécessité du parti révolutionnaire

lundi 25 octobre 2010 - Contacter l'auteur - 28 coms

de yapadaxan

Un parti politique est un outil. Un parti révolutionnaire est l’outil indispensable au changement social et politique. Il n’est pas la fin du mouvement social, mais son instrument. Les couches sociales intéressées par le changement se dotent de cet instrument au moyen duquel elles oeuvrent à ce changement. Elles dialoguent par lui, échangent, s’informent et s’organisent. Elles analysent les situations, envisagent les étapes, organisent les luttes, s’imposent des objectifs politiques.

Aujourd’hui, il est nécessaire de prendre collectivement conscience de la nature du système économique et du régime politique dans lesquels nous vivons pour franchir une étape supérieure.

Le gouvernement sarkozyen nous montre la nature même du capitalisme. Il est antidémocratique et violent, au service exclusif des patrons, des banques et de la finance. Il ne se régule pas, ne se moralise pas. Il se consacre tout entier à exploiter et opprimer salariés, chômeurs et donc tous les citoyens.
Où que nous tournions nos regards, nous le voyons égal à lui-même dans son offensive sans retenue à dépouiller proprement les peuples. Pas une seule nation n’y échappe, pas un seul Etat. Sous le gouvernement de la droite ou de la gauche objectivement libérale, on constate les mêmes assauts pour produire toujours plus de plus-value.

Pour faire plus que se défendre, en empruntant la voie syndicale, il est indispensable de se montrer offensifs, sur le terrain politique.
Il nous faut rationaliser l’économie, répartir autrement les richesses, en mettant en place une démocratie authentique. L’exigence de démocratie, au sens où l’on vise la satisfaction des besoins majoritaires, impose qu’on recoure au diktat vis-à-vis des minorités aujourd’hui au pouvoir. Nous devons leur imposer notre ordre social comme ils nous ont imposé et nous imposent encore le leur.
A la logique du profit privé nous devons mettre en place une logique du profit collectif, tourné vers l’école, l’hôpital, les transports ; nous devons oeuvrer à garantir un emploi pour tous, des logements décents, des moyens convenables et décents d’existence.

Seul un parti décidé, volontaire, éclairé et révolutionnaire peut mettre la société en ordre de marche vers tous ces objectifs.

Il importe tout d’abord de définir nos coopérations avec les pays étrangers : stopper tout impérialisme, tout colonialisme, toute guerre, en l’occurrence celle que nous menons en Afghanistan. Nous devons cesser tout pillage et tout commerce international fondé sur le déséquilibre défavorable à nos partenaires. Tout comme nous devons veiller, dès la prise de pouvoir, à redéfinir les accords commerciaux pour lesquels nous serions perdants.
Il nous faut tout de suite relocaliser nos industries, redémarrer l’emploi, fournir du travail à ceux qui n’en ont pas. Dans la foulée, il convient d’évaluer les salaires.

Il importe de créer tout de suite les conditions d’une paix civile, garante de la sécurité dans les rues et les entreprises.

Il importe de discuter, au niveau citoyen et populaire, des formes de gouvernement, travailler la notion citoyenne du mandat électoral et des élus de la République.

Bref, prendre le pouvoir en vue de l’exercer réellement et effectivement suppose un travail préparatoire que seul un parti permet de concevoir et d’exécuter.

Mots clés : Communisme : le débat / Dazibao / Partis politiques /

Messages

  • Ce parti a existé, malheureusement le cancer l’a atteint des 1965 avec les magouilles de l’union de la gauche et les désistements à répétition et sens unique vers les sociaux-traitres du PS, faisant suite aux mêmes erreurs vis à vis de la SFIO.
    Le PCF était bâti sur le seul modèle pouvant faire face au capitalisme, le centralisme démocratique pour conduire la dictature du prolétariat.
    En retirant ses principes de ses statuts, il a signé son arrêt de mort.
    Réussite sur tous les plans.
    Le seul projet abouti, tout ce qui a été raconté depuis, que ce ce soit par Marchais, le barbu Hue et la sportive fumeuse Buffet n’est que contorsions pour sauver quelques sièges et garantir aux derniers élus une retraite dorée.
    Le temps de la réaction est passé, de nouveaux militants déterminés comme le furent Semard, Fabien, Péri ou Duclos et Frachon ressortiront un jour de ce fumier que le PCF fertilisera bien un jour.

  • "La France n’a pas besoin de réformes mais d’une révolution" F Lordon

  • la question se pose sur le PCF qui a affronté 3 crises révolutionnaires en reculant à chaque fois : 1936, 1945 et 1968.

    Il y a donc des éléments d’analyse à intégrer pour comprendre pourquoi un parti recule et ne joue pas la chance d’une révolution.

    Le PCF n’a pas été une solution pour la révolution, n’a pas été un parti révolutionnaire, du moins dans son histoire au travers des 3 grandes crises mettant en scène un "prolétariat" très mobilisé.

    Il a été indéniablement l’expression d’une aspiration profonde d’une classe à défendre ses interets mais il a constitué un obstacle évident quand il s’est agit de passer à la révolution, se crispant contre, appelant à finir des grèves dans le mouvement de 1936 (ll avait abandonné là la transcroissance des occupations d’entreprises en conseils ouvriers), de rendre les armes d’un peuple en armes et à reconstruire la France en 1945, s’était crispé tout le long du mouvement de 68 au point d’être soulagé que ça se finisse (voir ce qu’en a dit Séguy, récemment).

    Le PCF a compté un bon nombre de révolutionnaires et de travailleurs voulant une société dirigée par les travailleurs, mais il n’a pas été l’outil souhaité.

    Il ne sert à rien de fixer à 1965 son virage, tout cela s’est passé bien avant. Et c’est l’histoire qui le dit.

    Tout cela est maintenant clos, mais pose des questions sur le type de parti souhaitable, son utilité stratégique et tactique.

    Actuellement, une organisation révolutionnaire nous a beaucoup manqué, ne nous laissant que des partis et groupes ne remplissant que de façon très partielle ce rôle.

    Dans la crise actuelle, et plus particulierement la bataille sociale des retraites, un tel parti, intimement lié au mouvement social et ayant une stratégie révolutionnaire en place nous a manqué.

    Pas pour être calife révolutionnaire à la place du calife capitaliste, mais pour déblayer le terrain, aider à organiser le prolétariat moderne à s’organiser, à monter les premières marches vers le pouvoir réel sur les entreprises, lieux de production de richesses, de services, de commerce.

    Un parti révolutionnaire n’a pas vocation à être le parti qui organise une classe, il a par contre vocation à aider une classe à s’organiser, à aider à la construction d’outils de masse démocratiques révolutionnaires, à être dans cette classe comme un courant travaillant à cet objectif, de travailler aux questions stratégiques tout en aidant au sens tactique des batailles.

  • Ce parti révolutionnaire existe déjà, il s’appelle le NPA, n’en déplaise aux pseudo-gauchistes du PCF (larbins de de Gaulle, de Mitterrand et de Jospin, donc du capitalisme !!) ou du PG (Mélenchon = taupe du PS destinée à briser ce qui reste du PCF).

    • NPA ex LCR, joujou de la IVème, née à peu près en 1968, même si des archéotrotskistes avertissaient, à Oradour et à Varsovie : "Camarade, sous l’uniforme SS se cache un ouvrier."

      Le PCF, né de la scission du parti socialiste au congrès de Tours, pariant sur la 1ère révolution socialiste réussie de l’Histoire, implanté dans le peuple de France, devenant le parti des Fusillés.

      Certes, ses lourdes erreurs, ses fautes même, mais son rôle historique, avec la IIIème internationale, le mouvement communiste mondial qui eut à subir Vichy, Hitler, Mussolini, Franco, Caetano et Salazar... La Grèce des colonels, la répression en Indonésie, la Corée, le Vietnam, les dictatures du Brésil, du Honduras, d’Uruguay, du Paraguay, d’Argentine, du Chili. Prisons, torture, exécutions sommaires. La guerre froide, les embargos, la contre révolution...

      On ne joue pas avec ça. On n’a pas moralement ni politiquement le droit de jouer avec ça.

    • "lourdes erreurs" hum hum soutien à des criminels de masses,des erreurs ???regrettables hein et les victimes ???

      oui le pcf se crée contre la trahison de la sfio qui soutint l’union sacré lors du carnage de 14/18 .

      et le pcf adhére à la 3 emme

      cependant quand le stalinisme s’installe,le pcf se range derriere lui

      et c’est pour reconstruire l’idéal communiste que se Trotski crée la 4 eme.

      et ses militants tomberont dans la lutte contre le nazisme

      je vois que l’accusation "les hitléro trotskistes" fait encore des adeptes,ça nous rajeunit ...

    • Pacte d’union populaire, programme partagé, conventions, rencontres nationales…..la richesse des intitulés traduit
      tout à la fois la nécessité et la volonté d’aborder la question des contenus.
      Mais, à juste titre, des camarades font remarquer que cela n’aide pas toujours à la lisibilité.
      Alors faisons simple :
      Notre ambition, celle que nous avons décidé à notre congrès, celle avec laquelle nous sommes en phase avec nos
      partenaires du Front de gauche et des milliers d’acteurs du mouvement social c’est d’élaborer, ensemble, un
      programme populaire et partagé.

      Un parti soi-disant d’avant-garde, on n’y trouvra aujourd’hui que l’idiot utile à Sarko !

      un parti n’est "révolutionnaire" que s’il favorise l’intervention politique de citoyens déjà engagés dans un combat social.

      Sans ce travail sur un projet partagé, la cohésion des exploités vole en éclat, ou bien l’on croit pouvoir faire ce qui se fit en 1917 dans la russie sortie du tasarisme...avec quel résultat69 ans après !

    • NPA ex LCR, joujou de la IVème, née à peu près en 1968, même si des archéotrotskistes avertissaient, à Oradour et à Varsovie : "Camarade, sous l’uniforme SS se cache un ouvrier."

      Le PCF, né de la scission du parti socialiste au congrès de Tours, pariant sur la 1ère révolution socialiste réussie de l’Histoire, implanté dans le peuple de France, devenant le parti des Fusillés.

      Certes, ses lourdes erreurs, ses fautes même, mais son rôle historique, avec la IIIème internationale, le mouvement communiste mondial qui eut à subir Vichy, Hitler, Mussolini, Franco, Caetano et Salazar... La Grèce des colonels, la répression en Indonésie, la Corée, le Vietnam, les dictatures du Brésil, du Honduras, d’Uruguay, du Paraguay, d’Argentine, du Chili. Prisons, torture, exécutions sommaires. La guerre froide, les embargos, la contre révolution...

      On ne joue pas avec ça. On n’a pas moralement ni politiquement le droit de jouer avec ça.

      le mélange du NPA et de la LCR est excessif même si l’un est né de l’autre.

      Nous n’avons pas de certitudes sur le type d’utilité de ce parti.

      Toutefois il est toujours drôle de voir le décervelage et la profonde ignorance de séquences de l’histoire , des courants qui ont été générés dans les batailles politiques, sociales et militaires.

      Ainsi notre type là ne sait pas, par haine aveuglante, que les forces qui subirent le plus les crimes des dictatures du cône sud de l’Amérique latine ne furent pas des PC, mais bien ceux sur lesquels il crache. Cela ne signifie pas que les PC n’eurent pas à subir de répression, mais le choc de la répression fut essuyé essentiellement par d’autres.

      Ainsi en Argentine ce furent les montonéros et l’ERP qui eurent des milliers de morts, les folles de la place de Mai, sont les mères, grand-mères, compagnes, enfants de ceux-ci.

      Donc des péronistes d’extrême gauche, les Montoneros, et des trotskystes guevaristes, l’ERP.

      On peut faire le tour du Chili où se furent des guevaristes du MIR qui essuyèrent l’essentiel du choc et de la bataille armes à la main.

      On pourrait parler des Tupamaros (voir Etat de Siège de Costa Gavras là dessus), dont un des anciens leaders est maintenant élu chef d’état d’une coalition de gauche en Uruguay.

      Les répressions massives s’attaquent d’abord à leurs "meilleurs" adversaires en même temps qu’ils jettent à la marmite le reste dans un même mouvement.

      Notre ami reprend par haine les vieux amalgames de l’histoire le vieux refrain sur le trotskisme qui serait complice de Hitler et Mussolini

      Ce genre de saloperie est honteux

      Les "trotskystes" comme courant politique est un courant du communisme et concretement une filiation des PC .

      Mais ce type ne le sait pas, il ne sait de quel parti venait les Krivine and co.

      Dans les débats actuels on ne sait qui a raison ou tord dans les courants politiques, ce qu’on sait, comme dirait Guevarra, c’est que sont révolutionnaires ceux qui fond la révolution. Et c’est également un autre exemple, jamais une révolution ne se fit sans une rupture organisée d’un courant politique des précédentes formes d’organisations politiques.

      Rupture dans le type de parti, rupture dans la stratégie, rupture dans la conception des organisations de masse.

      Chaque révolution nous a fournir des avancées et des regards différents, chaque révolution a ouvert des idées, des sources d’inspiration ailleurs que dans la société où elle s’effectue.

      Cela se vit dans la révolution russe, cela se vit dans la révolution chinoise, cela se vit dans la révolution cubaine .

      Dans les tentatives de révolution on vit également des percées sur toutes sortes de terrains.

      Ces percées se firent toutes par ruptures, par réorientation du torrent de la lutte des classes, par révolution dans la révolution, même dans l’exploration des impasses.

      Il y a là quelque chose de parfaitement compréhensible. Un parti qui connait une certaine force et ne trouve pas le chemin de la révolution, dégénère.

      Des tendances au conformisme, à la routine et à l’esprit conservateur se développent. Passé une certaine taille se manifestent des bureaucraties de plus en plus pesantes, comme couches sociales s’apparentant de plus en plus aux couches politiciennes bourgeoises.

      L’intégration dans les institutions taillées par la bourgeoisie devient dominante, et la peur du déferlement de la colère sociale devient essentielle, comme la peur tout court.

      les passerelles de plus en plus nombreuses se font avec la bourgeoisie pendant que monte la haine contre les courants révolutionnaires nés sur la gauche ;

      l’aboutissement de cela c’est la désagrégation de ces forces quand elles sont passées de révolutionnaires à sectaires (en même temps que nationalistes bourgeoises) puis conservatrices, n’utilisant les mouvements sociaux qu’en les contingentant.

      Le PCF est un grand parti qui eut la chance extraordinaire d’avoir dans son histoire 3 chances de faire la révolution tout en ayant un rôle éminent organisationnel.

      Ces trois chances ratées l’ont laissé exsangue de tout son potentiel révolutionnaire, car de ces échecs ne naquit aucune révolution dans le parti, de rupture stratégique, mais des accentuations des logiques d’appareil, un conservatisme frileux contre tout "aventurisme" (lire là tout mouvement risquant d’échapper à tout contrôle, voir, crime absolu, tout mouvement se dotant d’organisations de masse nouvelles).

      Il n’y a pas eu, de cette désagrégation naissance d’une force conséquente en rupture, mais indéniablement des tentatives intéressantes, mêmes si insuffisantes.

    • Ce parti révolutionnaire existe déjà, il s’appelle le NPA

      Le NPA est peut être actuellement le "moins pire" mais ce n’est pas/plus un parti révolutionnaire pour plusieurs raisons. Faut pas raconter n’importe quoi, de "parti révolutionnaire" il n’y en a plus en Europe.

      LL

    • Je suis le type en question.

      J’étais dans les manifs en 68 et à peu près au courant de l’existence du "camarade" Krivine. A l’époque, juste après la guerre d’Algérie et celle d’Indochine, après que les cheminots de la CGT eurent à se coucher sur les rails et à bloquer le port de Marseille pour empêcher le ravitaillement de l’armée coloniale, nous manifestions contre la dictature espagnole, la guerre au Vietnam, le coup d’Etat au Chili. Je passe sur le MIR...

      Depuis, on a assisté à l’échec cinglant du Programme commun, à l’effondrement du bloc soviétique. L’état des forces révolutionnaires s’est monstrueusement détérioré.

      Il n’y a pas de lecture négative à faire de l’Histoire, juste un constat lucide d’un siècle de luttes qui nous conduit à l’actuel rapport de force.

      La révolution soviétique a eu le grand mérite d’exister et on aurait tort de lui imputer ses fautes dans sa disparition. Il y eut avant tout une contre révolution. D’abord, la guerre froide qui a exigé un effort de surarmement ruineux, empêchant le développement d’une économie de paix ; les aides aux nouveaux Etats socialistes ayant à affronter militairement et politiquement l’impérialisme et la contre révolution : Cuba, Corée, Vietnam et pas seulement ; enfin, l’enfermement de l’URSS en Afghanistan qui ouvrait un front beaucoup plus large que ce seul pays, les USA ayant entraîné les pays musulmans (y compris dans les républiques soviétiques musulmanes) à s’opposer militairement mais aussi économiquement à l’URSS.

      Evoquant ce siècle, forcément de façon très superficielle, en peu de lignes, j’évoque le mouvement communiste mondial issu de la IIIème Internationale ayant eu à affronter le nazisme (6 ans de guerre MONDIALE et 50 MILLIONS de morts dont 21 MILLIONS de soviétiques, le plus lourd tribut versé dans ce conflit. Le nazisme, le franquisme et le fascisme qui frappèrent pas seulement mais surtout ce mouvement communiste. Tout comme il y eut tous les mouvements de libération nationale, conflits armés, politiques, économiques, humains.

      En fonction de cette activité historique et humaine, le bilan des forces de progrès et des partis communistes est considérable.

      Au jour d’aujourd’hui, constatant le capitalisme et l’impérialisme mondialisés, jouant les populations du Tiers-Monde contre celles des pays industrialisés, répandant toujours plus leurs guerres (ce qui n’aurait pas été fait du temps de l’URSS), on mesure la très importante influence de ce camp communiste sur la totalité du monde.

      C’est aux USA, maintenant, de montrer leur vrai visage : guerres (Corée, Vietnam, Golfe, Afghanistan, Irak), dictatures, bases militaires, colonisation économique et culturelle, crises systémiques, paupérisation, etc....

      Il y eut des forces qui contribuèrent à caricaturer le socialisme réel. Forcément, la déviation stalinienne a permis que les critiques fussent fondées. Mais aussi loin que remontent mes souvenirs politiques, j’ai en mémoire l’idéologie US et capitaliste. Mais aussi social démocrate et réformiste. Et, enfin, la voix persistante de la IVème Internationale, dont les arguments ne se démarquaient nullement des autres sources sus nommées. Coca Cola arrosait le gosier de Mitterrand et de la LCR.

      Désolé...

    • tu es encore dans le révisionnisme historique et la calomnie.

      Tu es dans l’histoire re-visitée.

      tu feins d’opposer le mouvement social aux révolutionnaires et tu as tord, pour finir tu essayes de mettre sur un même pied Mitterand, Coca-Cola et la LCR, c’est typique des types comme toi.

      Qui s’est allié avec Mitterand, qui a été ministre de Mitterand ? Krivine ?

      (rien qu’en répondant à ces questions tu as la réponse à tes calomnies)

      Bien

      Ce qui ne signifie en rien que l’orientation de la LCR ou du NPA actuel est une quelconque validité, ceci est un autre débat.

      Il n’y a pas que la LCR, il y a des courants communistes et des communistes dans le PC et proches du PC, il y a les anars, il y a LO, etc...

      Sur le processus historique du XXeme siècle, il y a eut bien des processus révolutionnaires et des tentatives révolutionnaires.

      Les analyser est important, comprendre comme la quasi-totalité de ces expériences, quand elles ont permis de virer les anciens régimes, ont aboutit et retourné à des sociétés capitalistes est très important.

      Personne ne t’a attendu pour connaitre et combattre la nocivité du capitalisme.
      Ni pour se battre comme militants de la CGT.

      Comprendre les échecs des batailles est important pour les gagner. Toi tu ne dis rien, à part chercher à discréditer ceux qui, justement, n’ont pas été sucer la bourgeoisie, ni n’ont génuflexé devant des politiciens bourgeois.

      Mais pour la machine à calomnies tu es fort.

      J’ai connu tout cela du dedans, comme Krivine dont tu ne sais toujours pas d’où il vient ...

      (allez, il vient du PC, comme ça tu sauras, et son courant vient à 99% du PC à l’origine)

      Bon retour aux systèmes post-révolutionnaires et thermidoriens (le mot là tu comprends ?) :

      Comment expliques-tu que les systèmes progressistes dont tu parles ce sont écroulés comme des châteaux de carte ? Sans batailles rangées de la population pour les défendre ?

      1942, des peuples d’URSS se battant contre les nazis et en 1989 un putch en haut amenant un capitalisme pur sans grève générale et barricades ?

      Comment expliques-tu que dans l’immense majorité des cas , les couches dirigeantes des systèmes de l’Est se sont transformées en classes capitalistes ?

      Comprendre ce qui se passe-là, et d’abord reconnaitre ce qui se passe, ne relève pas d’une vision noire ou rose, mais d’abord d’un inventaire lucide pour pouvoir progresser.

      Les fripouilles qui dirigeaient les systèmes capitalistes d’état qui donnaient des leçons à plus rouge que moi tu meurs et menaçaient les classes ouvrières de leurs pays par le despotisme et la violence, se sont muées en classes bourgeoises.

      Le dernier exemple en date que l’on voit est la Chine, où nous avons un mix entre les fripouilles capitalistes d’état et les fripouilles bourgeoises pures. le pouvoir glissant progressivement vers un capitalisme pur appuyé sur un appareil oppressif et violent.

      les "investisseurs" des grands trusts mondiaux adorent...

      Comprendre cela est important pour la suite, comprendre ce qu’il y a à défendre dans ces sociétés est important pour la suite. Ce qu’il y a à défendre des échecs, tentatives révolutionnaires, ce n’est pas le socialisme qui a rarement existé , la classe ouvrière n’ayant jamais le pouvoir (sauf un temps très bref dans les soviets avant qu’ils ne soient vidés de tout pouvoir, un petit peu dans les communes populaires en Chine pour des raisons très particulières).

      Ce qu’il y a à défendre était et est le droit des peuples à disposer de leur destin sans être sous la pression de l’impérialisme, ce sont les conquêtes sociales arrachées dans les processus révolutionnaires, ce sont les moments de ces processus révolutionnaires qui sont à honorer.

      Mais si on ne comprend pas qu’il y a une contre-révolution qui s’appuie précisément sur l’absence de démocratie socialiste , menée par une couche sociale nomenclaturiste qui utilise les méthodes de domination du capitalisme sur les travailleurs, on ne comprend rien et on demeure désarmé sur ce qui se passe. Car en fait on n’a pas fini de sucer tel ou tel dirigeant plus rouge que moi tu meurs, que déjà il est en train de vendre père et mère, en train de devenir capitaliste d’état puis bourgeois conservateur et prédateur.

      Sur le 2eme sujet :

      Sur les tentatives de révolution du XXeme siècle qui n’ont pas renversé l’ancien régime, la question des vieux pays industriels est posée :

      - Allemagne 1918 et 1953
      - Hongrie, 1927 et 1956
      - Tchécoslovaquie 1968
      - France, 1936, 1945 et 1968
      - Italie 1968-1969
      - Chili 1973

      etc...

      C’est de cela qu’il faut réfléchir et tracer des chemins efficaces pour l’avenir.

      Tout grand mouvement social pose la question du capitalisme, de son exécutif qu’est le gouvernement, et de son bras armé qu’est l’état.

      Nous nous sommes trouvés ces derniers mois dans le même type de configuration.

      Et devant des choix tactiques et stratégiques pour repousser les agressions de la classe bourgeoise.

      Bien des choses sont à dire, on en dit une partie maintenant, le reste le sera plus tard.

      Mais pour l"instant il s’agit de jouer notre change sur cette phase et de repousser la classe dominante.

      Si ça ne marche pas sur cette fois, on tirera leçons sérieuses de ce qui nous a manqué pour gagner, aller au delà d’un soutien sondagier du mouvement.

      Je suis sur alors que nous tomberons d’accord sur bien des points. Et c’est cela qui importe, grandir .

    • Le NPA est peut être actuellement le "moins pire"

      C’est effectivement la formule adéquate.

      mais il reste que tout est à faire.

      le NPA sera certainement un morceau du parti révolutionnaire à construire, mais il y en a bine d’autres, mais ça sera sur une autre ligne, une autre stratégie, une autre comprehension et d’autres tactiques (des fois ce n’est pas loin du compte et d’autres fois à côté de la plaque).

    • Je suis un vieux ex militant. L’origine politique de Krivine au PC et l’UEC ne m’est pas inconnue, mais je vois mal ce que, de le savoir, apporte à la discussion.

      Je maintiens ce que je dis : le 20ème siècle a été marqué par une lutte immense des peuples contre leurs oppresseurs. Je parle, bien sûr, des colonialistes, des capitalistes, des démocraties bourgeoises et des dictatures de droite. Le bilan en pertes humaines est considérable...

      Tu mets l’accent, en bon trotskiste, sur les dictateurs de "gauche" : Staline et Mao, en particulier. Soit.

      Concernant l’URSS, je note que la société socialiste a duré quelque 70 ans. C’était un pays arriéré, grand de 22 millions de kilomètres carrés et composé d’immenses terres gelées par le froid. Il a fallu mettre ce pays sur les rails de la production industrielle. Et cela, dès la révolution accomplie, entre le communisme de guerre et l’après 2nde guerre mondiale. On peut déplorer, face à des potes, dans un bistrot, un verre d’alcool à la main, que merde ! il eût fallu organiser une authentique démocratie socialiste, plutôt que de se livrer à des purges et au goulag. Ne pas commettre les errements de la Terreur rouge.

      L’URSS eut à combattre l’impérialisme, surtout US, de façon inégale. L’impérialisme pillait les richesses des continents colonisés, puis néocolonisés, à l’échelle planétaire. L’URSS s’appuyait sur le bloc de l’Est et s’alliait aux pays passés à la révolution. La Chine, la Corée, le Vietnam, Cuba. Il y eut un différend sino-soviétique, assorti d’un conflit armé aux frontières. Corée et Vietnam exigèrent un soutien total de la part de l’URSS. Cuba, après la baie des Cochons eut à souffrir, et souffre encore, de l’embargo mis en place par les USA. Voilà le double contexte : un Occident développé et prospère, exploitant ses classes ouvrières, perpétrant guerres et dictatures, pillant (aujourd’hui plus que jamais !) les ressources mondiales. Le combat fut inégal d’autant plus que la guerre dite froide imposa à l’URSS un surarmement coûteux, avec, faut-il le rappeler, des ogives nucléaires US parsemées au long des frontières dans des bases américaines, prouvant ainsi ce qu’indépendances nationales voulaient dire dans le monde "libre".

      Qui va nier les erreurs et les fautes (j’emploie pour la 2ème fois le mot fautes) ? On ne peut produire une bonne analyse que si on prend raisonnablement en compte la puissance de la contre révolution impérialiste. C’est malhonnête d’en convenir, dans l’ordre de la concession habile et rhétorique, pour immédiatement mettre en gros plan les défaillances du mouvement révolutionnaire mondial.

      Il y a l’universalité des lois sociales en matière de révolution, mais il y a surtout les particularités locales et nationales qui pétrissent dans leur réalisation concrète le processus géographique et historique. Il y a la glèbe matérielle du réel dans des jeux de forces où tout est surtout contraintes subies que liberté conquise.

      Avant tout, la transformation socialiste de sociétés, immédiatement en butte aux forces réactionnaires sur toute la durée de cette transformation. Il y a aussi les conservatismes produits par la révolution. Dès lors que la révolution est produite, des forces politiques et idéologiques ont tendance à "conserver" cet acquis, freinant le processus politique et économique, donc social, de la révolution qui est, à la fois, faite et encore à faire.

      Faire la révolution, c’est à la fois la penser et la faire, au sens de l’action, de la praxis.

      Mettre en cause principalement les dictatures socialistes, c’est dédouaner les forces réactionnaires et contre révolutionnaires, c’est en minimiser l’impact, l’intensité, la ténacité. Staline n’est pas devenu Staline au seul gré d’une folie démoniaque. D’autant qu’il n’a pas agi seul, mais dans un collectif dirigeant et révolutionnaire. Staline, et avec lui le bloc dirigeant, a détourné la dictature du prolétariat pour en faire une dictature sur le prolétariat à seule fin de développer économiquement et socialement le pays, tout en faisant face à l’impérialisme et à la contre révolution intérieure.

      Il s’est formé, de fait, une couche sociale dirigeante, s’enfermant dans des contradictions et produisant une déviation politico-idéologique. La Chine de Mao a connu les mêmes travers. Il ne faut pas mettre plus de perversité qu’il y en avait.

      Ajoutons que réaliser la révolution dans un seul pays tout en oeuvrant à un internationalisme prolétarien a conduit à prolonger la même déviation. Le mouvement révolutionnaire s’est rapidement raidi, puis figé. D’où le mot d’ordre stalinien à l’Europe de l’Ouest de déposer les armes en 1945 quand les résistances étaient en situation de renverser les pouvoirs bourgeois, en particulier en France, en Italie et en Grèce. Moscou visait illusoirement à conforter son bloc de l’Est, abandonnant ainsi les forces révolutionnaires de l’Ouest, l’objectif soviétique étant de se consacrer aux USA et à la guerre froide...

  • PCF, NPA, LCR, Guévaristes, Trotskystes, PG, socialistes révolutionnaires, ... des étiquettes !

    Tant que nous (les gens, de quelque pays que ce soit) nous braquerons sur ces étiquettes et sur les erreurs et fautes du passé de chacun, le capitalisme et ses sbires auront de beaux jours devant eux. :(

    C’est bien la peine de crier "tous ensemble" ....

    • tu es bine gentil mais on ne parle pas d’étiquettes mais des stratégies menées par des courants politiques.

      Ne pas s’y intéresser c’est être sur de recommencer les mêmes impasses.

      Actuellement nous sommes confrontés à la nécessité d’un parti de type nouveau, reprenant le meilleur de ce qui fut et aidant aux batailles du peuple afin qu’il puisse un jour réellement et non formellement, diriger ses affaires.

      Il y a différentes stratégies qui sont développées et même des partis de gauche, au moins leurs dirigeants, qui ne souhaitent pas que les travailleurs dirigent les entreprises.

      Tout cela mérite toujours d’être mis à plat pour comprendre ce qui marche et ce qui ne marche pas, les formes d’organisations, ce qu’on veut, etc.

      De telles façons que les erreurs faites qui existeront fatalement soient nouvelles et non des ressassées de mêmes branlades où on se jette toujours sur les mêmes murs.

      Les discussions sur les courants politiques ressortent de cela.

      Mais il est exact que cela ne doit pas tourner sur des étiquettes où tout le monde jette ses fantasmes (on m’a dit qu’il parait oui mais c’est sur, etc...) mais réellement sur ce qu’on peut faire, comment et avec quelles formes d’organisation.

      Et là dessus il faudra créer.

  • J’ai droit à deux minutes , exceptionnellement de provocation ..?
    Je voulais pas intervenir mais Copas , pour moi, c’est la muleta pour un bicho d’Andalousie..

    je fonce..
    olé..

     :))

    J’avais cru comprendre que le gros problème c’était qu’il n’ y avait PAS , qu’il n’ y avait jamais EU de parti révolutionnaire
    .

    Ni le PC ,ni la lCR-NPA, ni LO, ni même le groupe P.O.I aujourd’hui représenté par Scivardi fellationniste fréchien en Languedoc..

    POURQUOI JAMAIS ?

    Parce qu’un Parti ne saurait être révolutionnaire que s’il sert à minimum à aider à ce que rEVOLUTION se prépare se fasse et éventuellement triomphe..

    OR ce ne sont pas en pratiquant le copier coller d’un modèle sorti des cartons "made in Russie" ou les Lénine Staline Trotsky ont, dès 1918, considéré Kronstadt et les SOVIETS comme du risque de débordement" (pour parler comme en 2010) qu’on pouvait, à terme et même animé des meilleures intentions (dont l’enfer est" pavé."..comme en 68) imaginer faire trembler le Capital sur ses bases

    Hâter l’avènement d’un monde ou, salariat aboli, le COMMUNISME , dans une violence de guerre des classes sans précédent, participera de l’émancipation des êtres humain..mais en se servant du tome 1 "Der Kapital " et du "manifeste" comme P.Q. en temps de pénurie,..ça peut pas marcher !!!ça n’a pas marché, ça ne marchera JAMAIS, nulle PART.

    Ce qui ne saurait signifier que des cons comme moi, liquidateurs objectifs de "communisme" -sans quand même tomber dans la farce d’un d, le guitariste barbu à genoux devant Jospin), nous ayons passé notre vie à ne faire que des erreurs..

    Oui, si la France étonne cette Europe ou le consensus mou est de règle c’est parce qu’il a existé un PCF..de toutes les luttes sociales, de tous les combats anticolonialistes, de toute une série d’actes internationalistes, qui ne sont pas que du pipi de chat
    Même si (et Copas n’est pas visé) quatre sérial- flingueurs se réclamant de Léon T. rendent les "staliniens" " coupables de tout !

    Surtout, mais ils ne le diront jamais- d’avoir "compté" davantage dans les masses que toutes les "orgas- certaines de caractère ultra groupusculaire qui se réclamaient -on se demande vraiment pourquoi s’agissant de telle ou telle - de l’héritage du vieux Léon..

    Quitte à faire sursauter LL et Copas, personnellement, que telle boutique soit ce qu’on fasse de "moins pire" qu’une autre, voilà qui n’est pas de mon souci-sans compter que je trouve que c’est discutable( sur le fond..)

    Là n’est pas le sujet.

    C’est pas le "moindre mal" qui servira à quoi que ce soit, c’est le MIEUX

    QU’IL NOUS FAUDRA BIEN CONSTRURE ENSEMBLE

    On aura compris que je parle pas des copains encartés,ici ou là, je parle des gérants de ces boutiques et des boutiques elles mêmes !

    Construire ensemble QUOI ?

    Un Parti qui admette en condition sine qua non de crédibilité "révolutionnaire" ,,en certificat de "traçabilité"..qu’aucune des organisations existantes ne détient les clés de l’endroit ou nous nous retrouverons ;

    Partout ou on voudrait nous" accueillir" ça sent le moisi..d’une conception "partisane" qui ignore MARX et se gargarise de "Tous ensemble" alors que c’est à quelques uns qu’on se croit investi du droit à décreter le futur.

    En terme de projet, de stratégie d’alliance.

    Donc si Copas souhaite un jour pleurer ma mort (ce sera sincère, je le pense) sur BC au nom du NOUVEAU PARTI du Communisme auquel nous aurons pu adhérer, il va falloir qu’il fasse comme moi, un effort pour ne pas rajouter aux tares du" pécé-efisme" que nous avons trimballé, des restes de jugements que le nouveau machin qu’il fréquente-le NPA- lui fait déclamer et qui me fait sourire..
    je cite :

    Tu es encore dans le révisionnisme historique et la calomnie.

    Tu es dans l’histoire re-visitée.

    tu feins d’opposer le mouvement social aux révolutionnaires et tu as tord, pour finir tu essayes de mettre sur un même pied Mitterand, Coca-Cola et la LCR, c’est typique des types comme toi.

    Qui s’est allié avec Mitterand, qui a été ministre de Mitterand ? Krivine ?


    (rien qu’en répondant à ces questions tu as la réponse à tes calomnies)

    Ah la bonne et vielle "calomnie stalinienne" combattu par ceux qui en face et en échange reçoivent la bordée de sectarisme les bombardant de scuds assez cons du style "trotskards et gauchos, fermez la)

    (Tu parles si je connais le maniement du bombardier !!)

     :))

    Moi je veux bien , Amigo Copas, assumer tout ce que le" programmatisme commun "et la participationnite aigue" a charrié de liquidation de"courant révolutionnaire"..

    mais stp, pour les non initiés, qui ne sont pas des vieux combatants et con battus comme mous, , ne convoque pas une Histoire du "blanc" et du "noir"...

    Parce que si Marchais restera plus responsable que HUE. ;vu que le barbu clownesque n’a fait que peindre en rose les restes de la Maison PC que le syndrome "union de la Gôche"etbl’allégeance à l’URSS a fait voler en morceaux,) ton Alain K..il a été assez "marrant" aussi.!

    Certes jamais ministre de Mitterand..mais porteur d’eau trotskyste dans la gourde antiPCF de pierrot le Modeste quand il fallait que le pov Lajoinie confirme éléctoralement le déclin du PCF....

    Quand Attali (lire et relire son VERBATIM1 et2) organisait , dans son bureau de l’Elysée la candidature JUQUIN, portée par des aigris injustement exclus (c’était le cas d’un kriegel V. ) ou un drôle de coco -enveloppe à pognon comme Doumeng..
    ___

    Quand on fait adopter début 88 le soutien à Juquin et qu’on ne porte pas les couleurs de son parti , la LCR...on a devant l’histoire un devoir de réserve..dans la critique du faux frère PCF...

    Je ne dis pas ça du tout pour "prendre parti" .

    Justement pour aider à ce que celui que nous allons construire sache du" passé faire table rase"

    Ce qui ne nous empêchera pas, chers lecteurs et camarades, Colas et moi , quand il viendra me rendre visite à la Maison de retraite des vieux cons , de nous "rajeunir" en évoquant le bon vieux temps ou lui et moi , nous étions sincères et totalement à côté de nos pompes..

    Quel que soit le nombre de"bottiers" que nous ayons pu "essayer"...

    AC

    @Copas : abrazo de la "fripouille" qui t’aime bien..

    Tu le sais, j’espère ? : Si les stals avaient eu le pouvoir , je serais intervenu pour que tu ne sois torturé que deux fois par jour..

     :)))))))))

    • pauvre AC.Toujours dans le même registre du faux repenti qui ne peut pas vivre sans sa haine de l’exrême gauche.Discours habituel des anciens permanents du PC qui n’ont pas digéré que nous soyons aujourd’hui le parti quirassemble la jeunesse etles ouvriers.VIEUX et cons à la fois, les ex gros bras du Pc.

    • pauvre vieux AC qui ne comprend pas la différence entre une tactique éléctorale,(juquin) avec la participation au pouvoir politique du pc avec la bourgeoisie ps.

      mais c’est pas possible d’être si stupide ,je pense qu’il feint de mettere les deux chôses sur le même plan.

      Sur juquin,mais c’est àl’honneur de la lcr d’avoir cherché une candidature unitaire et anti capaitaliste,car il fallait reconstruire apres l’éffondrement du PCF .

      je vois d’ici AC accusant la LCR de sectarisme si celle ci avait présenté son propre candidat.

      je n’étais pas à la lcr,j’avais quitter le pcf et cette tactique de la lcr je l’ai approuvé.

      Ha Mitterand a favorisér Juquin mais pauvr’e AC le kaiser a favoriser le départ de Lénine vers la Russie Donc Lénine était un suppot du capital .
      ha la constance ses stal dans lahaine des communistes révolutionnaire sfait plaisir à voir.

      et quand je pense à l’autre triste sire qui s’obstine à parler de fautes pour des massacres de masses !!

      et qui explique la défaite du"socialisme réel" par l’existence d’une lutte de classe avec les capitalistes...
      Incroyable.....parceque vous pensez que le capitalimse va se laisser faire ?

      ha on a perdu mais c’est pas notre faute les méchants ils nous ont attaqué snif snif snif...

      nous aurons TOUJOURS une contrerévolution contre nous.
      Alors faudrait voir à pas s’en étonner .

      et puis c’est bien aussi le refus de Staline de soutenir les révolutions prolétariennes en europe qui a grandement favoriser la contrerévolution .

      et si nous devons aux sovietiques la victoire sur les nazis,il ne faudrait pas oublier qu’une autre gestion de la 3eme internationale en espagne n 1936 nous aurait peut être éviter la deuxieme guerre mondiale

      .

    • : :))

      pauvre vieux AC qui ne comprend pas la différence entre une tactique éléctorale,(juquin) avec la participation au pouvoir politique du pc avec la bourgeoisie ps

      OUI..c’est vrai que je comprends rien.
      c’est comme quand LO passe 50 ans à vomir sur le pc et autres socs dems... pour finir sur le portebagage de GERIN..et des maires sortants socialistes..

      Gerin compris.. à la tactique Rrrrévolutionnaire.

      mais c’est pas possible d’être si stupide ,je pense qu’il feint de mettere les deux chôses sur le même plan.

      Que veux tu, cher ami, l’absence de stupidité stalinienne rendrait invisible l’intelligence marxiste..révolutionnaire, altermondialiste, féministe et "nouvellement anticapitaliste"
       :))

      Sur juquin,mais c’est àl’honneur de la lcr d’avoir cherché une candidature unitaire et anti capaitaliste,car il fallait reconstruire apres l’éffondrement du PCF

      Tu me fais m’effondrer de fou rire !

      AH putain, c’est la meileuure : JUJU anticapitaliste ,faut aller lui dire : , c’est pas un con et ça le fera rire.

      Résumons :

      Pour bien montrer que la LCR était révolutionnaire, elle a soutenu un mec qui a fini vert -rose , cul et chemise des Fiterman et autres Poperen, lesquels x ont carrèment filé à l’auberge rose de la rue Solférino..

      C’est donc , dans cette histoire un grand moment de finesse !

      Certes l’effondrement du PCF avec une telle reconstruction , voilà qui avait de quoi faire se chier dessous ce qui s’appelait alors le CNPF et filer les jetons aux "sociaux -traitres "..dont on devenait t mercenaire -tacticien, en affaiblissant le pc , en jouant sur les éléments les plus droitiers du PCF...afin de rempacer le "stalinisme à la française" par le juquinisme révolutionnaire..

      T’en parleras à Juquin de cette connerie !

      Il en rigole encore, LUI..(parce qu’il le sens de l’humour)
      D’autant plus qu’avoir vu certains qui en 68 l’avaient coursé à Nanterre au cris de"Juquin petit lapin" lui léchaient ses pompes , ça l’a fait bander Pierrot !( je te parle du 24 Avril 68, ça nous rajeunit pas..)

      Tant pis si j’énerve les deux "amis" qui pissent du vinaigre dès que je parle de "vrai vie" militante passées..

      Intermède autobio du "vieux"" con d’AC/

      Ce cher Juquin..tu penses si je connais le "coco" !

      ..En 1970, c’est ma fédé mobilisée qui a bossé sous sa responsabilité de membre du BP " pendant la campagne bordelaise ou Chaban et JJSS ont fait la une des médias dans une législative partielle haute en couleur !!

      J’ai encore en tête le klaxon deux tons de la p’tite bagnole d’EUrope 1(jaune) qui au petit matin nous amenait Juju devant les usines..véhiculé par une super journaleuse qui , très certainement cherchait des scoops sous l’oreiller !

      Juquin en Trotskki, là je te remercie de me faire me pisser dessous..de rire..

      En plus ne rate pas en te servant de google( je vais pas tout faire !) . ;de l’appel à voter Mitterand au second tour pour argumenter !

       :)

      .Encore plus con que celui du PC..!

      Sans compter que t’as pas tout à fait le style de ceux qui, comme moi, dans l’isoloir, ont TOUJOURS fait en sorte que le Parti Socilaiste n’écrase pas le mouvement ouvrier de son influence qui le rend si sensible..aux sirènes du Capital !!

      je vois d’ici AC accusant la LCR de sectarisme si celle ci avait présenté son propre candidat.

      je n’étais pas à la lcr,j’avais quitter le pcf et cette tactique de la lcr je l’ai approuvé

      .

      t’es pas le seul parmi tes copains, crois moi..!
      Mais (avoue qu’en tant qu’ex du PCF je peux dire ça) : c’est pas parce qu’on t’a baisé et pris pour un con que tu dois toute ta vie te féliciter de ta cécité et t’agenouiller aux pieds l de ceux qui t’ont embarqué dans l’impasse !

      Krivine avait quitté le PC parce qu’il estimait (ce fut pour lui la goutte d’eau) qu’appeler en 1965 à voter Mitterand et ne pas présenter un candidat sous les couleurs du Parti c’était gravissime.

      Il avait raison !!

      Du coup...23 ans plus tard..il se défonçait pour que son Parti à lui, la Ligue , ne présente pas de candidat et soit présente avec un Juquin !!

      C’est pas rigolo, ça ?

      De ta riposte cinglante et" pro-LCR" il n’y a qu une chose d’exacte:c’est" PAUVRE AC"..!

      Hélas.

      Je te soupçonne de hacker mes codes BNP et d’avoir vu le solde débiteur de plus de 3800 euros ainsi que les lettres de la Banque qui me rappellent à l’ordre..bourgeois !

       :)

      Allez, sans rancune..

      Vive la REVOLUTION..mais stp , pas avec ce type d’argument..

      Sinon je vais me demander si au prochain voyage"vous" allez pas carrèment , comme les derniers apparatchiks de Fabien, faire du tractage -collage pour Mélanchon !!!

       :))

      Stop.

      Assez déconné,avec l’Histoire du Trotskysme à la Pagnol,..j’ai vu qu’il ya un article sur "la GAUCHE"..je vais y faire un tour..

      Bon week- end, Camarade.

      AC

    • quel silence sur la participation du pcf au gouvernement procapitaliste !

      mais rentrer dans le lard de ceux qui pendant que tu tractais pendant des années pour leprogramme commun ,expliquaient qu’ilen résukterait une politique antiouvriere ,ça tu connais

      des décennies à être antitrotskistes ça s’oublie pas,surtotu quand à la fin d’un evie on s’aperoit qu’on s’est bien fait mettre par son parti.

      oui juquin n’ jamais été lcr on le sait bien,et oui il a bien viré ...et alors ?

      fallait il dans ce séisme de l’éffondrement du pcf ne pas tenter de reconquérir les camarades déboussolées,sans sectarisme en criant ;ha on vous l’avez bien dit,rejoignez dare dare la lcr ?

      j’ai quitté le pcf ,sans rentrer à la lcr

      et en voyant les apparatchiks soutenir jour apres jour une politique que je prenais en pleine poire de prolo .

      l’épisode éléctoral juquin n’entache pas le sens lutte de classe de la lcr .

      la participation du pcf à un pouvoir pro capitaliste,donne au contraire tout son sens à la nature du pcf et à la valeur politique de ses militants : quasi nul et justifiant a priori toutes les couleuvres.

      Dans le nombre de militant de tous partis de gauche ,il y aura toujours des déféctions et des évolutions droitiere,s’en servir comme justificatif pour condamner une tactique à un moment donné et à postériori,c’est se condamner à ne j’amais approuver quelque politique que ce soit et à toutes les rejeter,le comprends tu ?

      mais toi tu as une constance,qui est trés partagé et répandu ,tu n’es pas le seul crois le bien ,j’en connais des tas,des cocus du pcf qui en veulent plus à ceux qui éssayaient de leur ouvrir les yeux,et qui maintenant que la preuve est faite de la nature antirévolutionnaire du pcf ,enragent de devoir reconnaître leur incapacité d’alors à comprendre ce que d’autre coomprenaient trés vite et trés bien.

      les cocus en veulent toujours plus à ceux qui leur annonce,qu’à ceux qui les font cocus .

    • tu dois avoir raison.

       :))

      Tu comprendras donc qu’avec toi, comme avec mon voisin qui attend 2012 pour voter socialiste afin de"battre la droite et l’extrème droite", comme avec d’autres gens qui préfèrent rabacher leus "vérités" que d’essayer de discuter , je te demande gentiment de pas répondre.
      je ne me suis jamais adressé à toi, je te connais pas ,je ne t’en veux pas puisque tu es du même côté de la barricade que moi,..., mais lâche moi la grappe, bonhomme.

      Juste une suggestion en guise d’adieu :

      En dehors de te farcir le PCF..(ce qui bientôt sera impossible , il aura disparu) si tu as une ou deux idées sur ce que doit être la création d’un Parti du Communisme, de ce millénaire(peu importe son nom d’ailleurs), fais en profiter B.C.

      A part que t’ai juste à proposer d’adhérer au NPA..

      C’est triste, les types qui, comme toi, n’ont comme fin de vie que du besoin incessant de pissoter à petit jet de prostatique du vinaigre des années 50 sur l’"ennemi" de classe..

      Adieu, héros de la" Vraie" Révolution..!

      A tête reposée , pose toi un jour une question :

      Si"nous" , trotskystes de toutes générations, étions à ce point en phase avec les travailleurs, alors que "nous" avons la chance d’être nés ailleurs que dans la sphère d’influence de Yalta et donc sans crainte des goulags et des tchékas staliniennes , comment se fait-ce qu’il a fallu attendre que le PC soit à ce point déconsidéré dans les masses ..pour que nous ayons une influence qui a pu égaler ou dépasser celle des"staliniens"..en pleine agonie ?

      A condition que ces derniers ne comptent plus dans la conscience collective de la classe ?

      Puisque "nous" sommes ce Grand REFUGE révolutionnaire, comment expliquer que bon an mal an, le pc en convulsions fasse, en deux jours de fête de l’Huma autant d’adhésions que le NPA ne compte d’adhérents, un NPA pourtant requinqué par un Olivier qui a crevé l’écran ?

      Serait ce que les "gros bras " furent si violents que les moulineurs de vent à petits bras durent se terrer de peur de finir dans les mines de sel de Guérande ?

      Ou bien, bonhomme, à défaut de pouvoir dissoudre le peuple ou de réver de dictaure du prolétarait(que le NPA a abandonné comme concept) , n’est il pas tant de se montrer modeste, et plein d’humilité, de comprendre que ni "notre" PC (puisque tu as été con là dedans aussi, comme moi) ) ou le NPA (ou intelligemment tu poursuis la traque des traitres de mon acabit) ne sauraient être des lieux ou ceux qui entendent changer le monde peuvent espérer trouver le cadre adapté au besoin d’un COMMUNISME autogestionnaire à construire sans se prendre pour les détenteurs de recettes ?

      Pour le reste, si c’est uniquement pour te défouler sur de l’ex coco, mon adresse email est publique sur l’appel pour des assises Du communisme que j’ai cité maintes fois.

      Qui n’est pas hors sujet
      Tu retrouveras ici :

      http://www.legrandsoir.info/Pour-des-Assises-du-communisme-mise-a-jour-des-signataires.html

      Ecris moi, insulte moi, j’ai rien contre cette forme de thérapie ..

      Bonjour chez toi..

      Ah j’oubliais : Résumer la notion de révolutionnaire à là non participation à un gouvernement bourgeois à dominante PS ? tu devrais lire ce qu’un Copas écrit..
      Non pas que nous passions nos vacances ensemble mais au moins il me contre avec des arguments..

      C’est mieux que l’invective, bave aux lèvres.......

      Adios Hombre !!

      A.C

    • ""Si"nous" , trotskystes de toutes générations, étions à ce point en phase avec les travailleurs, alors que "nous" avons la chance d’être nés ailleurs que dans la sphère d’influence de Yalta et donc sans crainte des goulags et des tchékas staliniennes , comment se fait-ce qu’il a fallu attendre que le PC soit à ce point déconsidéré dans les masses ..pour que nous ayons une influence qui a pu égaler ou dépasser celle des"staliniens"..en pleine agoni"""

      depuis le temps que je l’entends celle là .....

      comme ci la^popularité d’une politique validait la teneur révoltuionnaire de celle ci !

      à ce jeu le PS va te plaire

      quel renouvellement de l’argumentation en 80 ans !!

      ne caricature pas mes propos,et éssaie de te faire moins sot que tu es :

      la non participation à un gvt ne fait pas ipso facto une politique révolutionnaire,mais la participation à une gvt tel celui de MAuroy ou Jospin ,alors la OUI,c’est un abandon pur et simple d’une orientation révolutionnaire.

      Condition nécéssaire mais non suffisante .

      tu me fais rire à dire que j’attends 2010 pour voter ps.
      qui me suit ici, sait trés bien que c’est pas le cas
      je ne me fais pas le recruteur pour le npa,j’y suis,mais je suis d’abord pour la révolution,je pense que maintenant c’est l’outil le plus adéquat ,mais on verra par la suite ,car la tendance "electoraliste" pour faire vite et simple est un peu trop présente à mon gout.

      t’inquiete mon passage au pcf,ma formation marxiste,ma tendance libertaire ,mon rejet de tout pouvoir des élus et permanents me vaccinent contre une soumission à quelque appareil quelqu’il soit ,et pas mal de lecture en psychologie m’immunise contre la défense d’un égo qui aurait raison contre tous ,
      Exemple : j’ai quitté le pcf,et j’ai reconnu honnétement que la lcr et ses militants m’avaient bien prévenu de ce qui allait arriver.

      autre utilité de la psycho ,
      on ne change jamais une orga ,jamais,c’est ainsi que les mecs sympas et lutte de classe de la cfdt se sont totalement fait avoir dans leur tentative de construire une opposition de gauche et c’est ainsi que l’épisode mise en minorité de Thibault sur leTCE ne débouchera JAMAIS sur une reconquéte de la tendance lutte de classe dans la cgt,ainsi mêmeapres cet épisode Thiabult s’est fait réélire au congres suivant .

      l’histoire tranche,vous l’affiche grandeur réel,vous le prenez en pleine poire depuis des années mais rien n’y fait ,on reste dans une orga qui n’est plus celle qu’on veut .

      je lache les grappes quand ça me plait ......

    • t’inquiete mon passage au pcf,ma formation marxiste,ma tendance libertaire ,mon rejet de tout pouvoir des élus et permanents me vaccinent contre une soumission à quelque appareil quelqu’il soit ,et pas mal de lecture en psychologie m’immunise contre la défense d’un égo qui aurait raison contre tous

      ,

      Putain, je me disais aussi:Celui là , c’est pas un con !!

       :))

      on voit très bien qu’il a lu Marx.!

      Par contre ; l’Ecclesiaste il a pas feuilleté..
      Il aurait trouvé ceci :

      « הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָֽבֶל »

      Traduction : Vanité des vanités, tout est vanité............

       :))

      Quand au camarade Desproges trop tôt disparu..il lui aurait rappelé, je cite de mémoire que "la culture c’est comme la confiture, c’est ceux qui en ont le moins qui l’étalent le plus !"


      Faut arrêter le’échange, bonhomme..

      On va lasser les passants du samedi,.

      TU as gagné par forfait
      .

      je n’aime pas trop perdre mon temps avec les anciens du PCF qui ont emmené au NPA, avec eux, la morgue et le m’as tu vu des professionnels de la réflexion !

      Car "la morgue" , je ne t’apprends rien vu tes connaissances c’est aussi un truc qui abrite la mort.

      C’est mortel pour rassembler, unir, convaincre, lutter ET gagner.

      Pour s’investir dans une démarche révolutionnaire, mon Ami, il ne suffit pas de passer X années au Pc et x autres au Npa , quitte à se préparer pour quelques temps de passage au POI..ou à L.O..

      Il faut essayer de ne pas trop s’"aimer" , on se doit d’éviter la masturbation qui rend sourd..à ce que des cons comme moi peuvent te dire..

      Ce n’est pas parce que tu as couché dans deux écuries concurrentes que ça t’autorise à nous la jouer spécialiste en chevaux..!

       :))

      Maintenant, si ça t’amuse ..continue tout seul tes véhémentes diatribes.

      Je connais..mais j’ai la chance de fréquenter des"trotskystes" plus marrants que toi.

      Qui veulent bien admettre que "nous" avons été CONS.
      .
      Certains reconnaissent qu’ils restent encartés ici ou là davantage par besoin de thérapie de groupe qu’avec le sentiment profond que c’est là la solution pour vaincre.

      Comme c’est de Parti révolutionnaire dont on parle et pas de SO des chapelles abandonnées ou quasiment désertes depuis qu’elles existent, notre échange n’a pas lieu de se poursuivre.

      Vive TOI puisque comme ça que tu fonctionnes !

       :))

      AC

      ASSEZ donc..

    • tes naiseries et tes jeux de mots à lacan (je me dis que ce serait trop bon qu’en plus tu sois aussi de cette chapelle d’escros Freudiens, j’ose prendre le pari ) pour évacuer le fond du débat me rapelle que l’age nous rapproche de l’enfance et des cours de récre.

      juste sur ça :

      "Ce n’est pas parce que tu as couché dans deux écuries concurrentes que ça t’autorise à nous la jouer spécialiste en chevaux.. ""

      le prouve et en plus pseudo argument assez faux car c’est bien de la connaissance des deux politiques,des deux positionement qu’on tire des conclusions .

      dans ton écurie j’ai pas aimé me faire baiser :

      des la premiere entourloupe,je me sui s barré ,toi tu dois aimer ça, je crois savoir que durant des décennies tu as eu une jouissance supréme .

    • dans ton écurie j’ai pas aimé me faire baiser :

      Est ce que ça sous entend que dans le seconde, ..tu aimes.. ??
       :)

      Arrête tu deviens ridicule : ne serais tu pas un troll chargé de nuire au NPA ?

      Comme celui qui signe Npa .Aquit.et reprend tes insultes totalement farfelues, incohérentes ;

      Le lecteur attentif remarquera que tu as cru venir au secours de Copas(qui n’a pas besoin de toi) alors qu’avec lui je "polémiquais" sur le fait qu’il rappelait les errements du PC en les mettant en opposition au parcours de Krévine.

      ..
      Tu t’es faufilé dans la discussion, , mais comme tu n’as à offrir que ta haine antiPC à gerber sur les pompes de tes ex complices -tous les cocus passent de l’adoration à la haine- tu penses avoir trouvé" asile" (on va encore dire que je suis blessant parce que ça rappelle les H.P) là ou on se nourrirait des restes du gibier stal !

      Manque de pot, l’essentiel du NPA a les yeux braqués sur l’avenir, et si nous nous opposons, moi Communiste , sans orga, et eux ayant opté pour l’appellation e’Anticapitalisme , c’est quand même pas en 2010, pour faire le remake des imrécations des années 30 !

      Non pas qu’il soit utile de continuer à travailler ce qui a pu faire que cette escroquerie habillé des habits de marx a pu conduire un Joseph Staline adulé des masses à tuer plus de communistes que tous les fachos du monde réunis, mais de là à lire de la bouche d’un soi disant trotskyste, l’énormité que tu as balancé, je croyais pas ça possible :

      Tu as écrit(relis toi avant de"poster")

      le refus de Staline de soutenir les révolutions prolétariennes en Europe a grandement favoriser la contrerévolution

      .

      Ignorerais tu que cette analyse laisserait supposer
      :1)
      Qu’il y a eue DES révolutionS prolétarienneS en europe.

      Tu évoques l’Espagne et donc tu reproches à l’URSS de ne pas avoir fait davantage en terme d’aide à la république ? Je te renvoie à Trotsky et sa critique du POUM qui se vit enjoint d’arrêter de se revendiquer du trotskysme.

      De toi à moi, la REVOLUTION avec l’aide de Staline, .., je croyais pas que c’était ça qui était la tasse de thé ses Trotskistes.!!

      mais, arrêtons : tu n’es pas surement pas plus trotskyste que je ne cherche à rejoindre le Front de Gôche.

      Tu viens jouer au pit bull antiPC.Sans proposition sans autre chose que tes brassements d’air avec petits moulinets de "petits bras" .

      Donc , pour pas que tu perdes ton temps à caguer 50 papiers au venin, au prétexte que j’écris ici - toute réponse signée" AC" te concernant serait désormais un faux et devrait etre immédiatement effacée.
      Merci, amis de BC.

      AC


    • je ne me revendique "que " marxiste,et pas trotskiste.

      et quand je dis que Staline sabota les révolutions prolétariennes,tout le monde a compris,les tentatives de révolution car évidemment il n’y en pas eu qui résussirent ou tout au moins s’en approcherent.
      et c’est dans cette optque que je cite l’espagne,et que Trotski tacle le POUM,n’invalide absolument pas l’analyse du refus par Staline et la3eme de ne pas vouolir la révolution en espagne ;

      relis moi et comprends qu’une critique ne veut pas dire soutien à ses opposants à chaque coup.

      non je ne suis pas encore baisé par la npa,mais je suis vigilant,un passage au pcf rend sensible ...
      mais,sincérement je ne pense pas que les camarades du npa accepteraient que leur parti siege à la direction de l’appareil bourgeois pour bloquer les salaires,privatiser,faire une guerre avec l’otan etc....commele fit le pcf,et de toute façon ,je serai déja sorti avant même qu’ils auraient fini de lire le communique justifiant cette trahison.

      en fait tu es resté jusqu’à quand au pcf ?
      juste pour connaître ta capacité d’adaptation remarquable et digne d’éloge.

  • Tout observateur un tant soit peu éveillé a compris qu’en effet si l’URSS et les républiques satellites se sont effondrées, c’est qu’il y avait de sérieux problèmes.

    Toutefois, je ne suis pas très sûr qu’on prenne vraiment en compte la situation politique mondiale du XXème siècle.

    Aussi, suis-je très étonné de constater qu’encore aujourd’hui on nous rebat les oreilles quant au stalinisme non révolutionnaire qui aurait ainsi favorisé le retour de la grande bourgeoisie, avec, cerise sur le gâteau, les grandes répressions, les purges et le goulag.

    Si je suis bien l’itinéraire politique (selon les explications ci-dessus) d’Alain Krivine, c’est qu’en 1965, il s’insurge contre le fait qu’il n’y a pas de candidat communiste aux présidentielles, ce qui le conduit à épouser le point de vue de Trotski sur la nature stalinienne de l’URSS ?

    Bref !

    Moi, ce que j’ai observé, depuis 1968, c’est que des groupuscules d’extrême gauche reprenaient à l’identique la propagande bourgeoise, d’inspiration étatzunienne et maccarthyste, à l’encontre des pays de l’Est. Je ne voyais pas, in fine, de différences entre l’Aurore, le Figaro et Rouge.
    Car oui la guerre idéologique a été un corollaire de la lutte, puis de la guerre des classes.

    Mais je reprends l’Histoire du capitalisme :

    Il naît au Moyen Age avec les marchands, lesquels se livrent à un incessant commerce. Le succès est tel qu’ils se trouvent de facto à la tête des banques... qui n’existent officiellement pas !!!...

    Et c’est ce besoin des banques officielles, reconnues, qui oeuvre à faire émerger l’Eglise réformée. Entre autres raisons. Là, je fais court. Lisons Régine Pernoud, Le Goff, Février, Isabelle Bayard, Daniel Dessert...

    C’est aussi à cette époque que débutent les grandes découvertes et... la colonisation.
    Du début du XVème siècle à aujourd’hui, des pays européens vont se lancer pour plus de 5 siècles à la conquête du monde entier. Les conséquences sont désastreuses...

    L’Amérique est ENTIEREMENT génocidée, du moins au nord. Les peuplades indiennes vivent encore aujourd’hui, pour ce qu’il en reste, dans des réserves.
    L’Afrique devient le lieu d’une traque et d’un trafic à ultra grande échelle, tant dans l’espace que dans le temps. On pratique la traite humaine. Laquelle se prolongera par un racisme ultra violent. L’élection d’Obama a provoqué une secousse tellurique. Un homme noir, aujourd’hui encore, au XXIème siècle, provoque une secousse mondiale du simple fait de sa présence. Alors que, sans rire, on va traquer des taliban au seul prétexte qu’ils voilent leurs femmes ! Sincèrement, à qui refiler le Prix Nobel de l’arriération idéologique ? Aux Afghans ou aux Ricains ?
    L’Océanie a été éradiquée. Jusqu’au XXème siècle. L’Asie s’est vue entièrement colonisée. Aujourd’hui encore y prospèrent le travail des enfants et le tourisme sexuel, si cher à notre ministre de la Culture.

    Ces quatre continents ont été ethnocidés. Langues, cultures, religions, propriétés (collectives) du sol, tout y est passé. Conversions forcées, viols, tortures, exécutions, vols et spoliations...

    Est-ce que cela s’est arrêté ? Non. Direction Kaboul et Bagdad, sans oublier les petits coups d’Etat en terre latine...

    En 1917, alors que l’Europe mondiale en est à sa première folle guerre impérialiste, les Russes provoquent une révolution aux conséquences historiques elles aussi mondiales.

    Thiers et la Commmune ? La Terreur rouge ? Saint-Just et Robespierre ? Qu’y eut-il de plus sexy que chez Staline ? Qu’y eut-il de plus passable ? Acceptable ?

    Devons-nous compter pour rien Hiroshima et Nagasaki ? Des dizaines et des dizaines de morts en quelques minutes ? Pour rien ! Juste pour impressionner Staline ?
    Ni la Corée ? Ni le Vietnam ?

    De quoi on parle, là, au juste ? D’une récréation rouge embourgeoisée ? D’une connivence entre banquiers. Entre patrons ?

    Est-ce que certains sont CONSCIENTS de leurs écrits ? De leurs formes de pensée ? L’Occident chrétien est responsable de génocides continus sur un demi-millénaire, de 2 guerres mondiales, de boucheries sur boucheries et on vient asticoter la 3ème Internationale, l’URSS ?

    Il y a le livre noir du communisme. Où l’on y va à la louche, à coups de millions. Sans déconner ? Sans honte ??? Sans complexe ?

    Bien sûr que le stalinisme a tué. Et alors ? Ils sont où, les révolutionnaires, là ? Et alors, ça vous étonne ? Défrise ? Bien sûr que le stalinisme a très largement débordé.

    Qu’est-ce qu’il aurait fait Trotski, s’il n’avait pas écrit autant de livres ? S’il avait été au Kremlin ? Des réunions ? Des tendances ? Des votes ? Des motions ?

    Imposer la révolution à tout un peuple, y compris les grenouilles de bénitiers, les adorateurs attardés du Tsar, les partisans populeux du culte brun ?

    On en fait quoi, de ces équivalents des Croix de feu ? Des dreyfusards ? Des ligues ? Des collaborationnistes et des miliciens ?

    Les délateurs, les maréchalistes, les convoyeurs de juifs, on en fait quoi ? Les skin heads, les FN, on leur serre la pogne ? On est tous potos ? Tous les Soviétiques étaient des braves types ?

    C’est quoi une révolution ? Une bataille rangée entre méchants patrons exclusivement et prolos tout gentils parce que prolos ? C’est pas chouïa plus compliqués ?

    Si, en 45, on avait voulu arrêter et juger tous ceux qui collaborèrent, on aurait jeter le pays dans la guerre civile. Et alors ? Seuls les vraiment très méchants et très salauds auraient payé ? Rien qu’eux ?

    Alors, encore une fois, regardons le monde, notre monde. Tel qu’il est. Une fois l’URSS tombée, c’est quoi ? La guerre ! Et c’est plus Staline qui massacre. Et pourtant, ça massacre bel et bien.

    Car les forces de la réaction patronale, mais qui n’est pas que patronale, sont là, devant nous, armées, décidées à conserver leurs privilèges. Quitte à massacrer. Et qu’il y aura des gens du peuple pour nous tuer. Par intérêt ou par conviction.

    Et les révolutions, c’est aussi ça. Des massacres !

Derniers articles sur Bellaciao :