Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Désolés, "Là-bas" continue !...

dimanche 3 septembre 2006 - Contacter l'auteur - 7 coms

La planche était bien savonnée, les peaux de bananes bien disposées, tout nous poussait vers l’île de Ré ... mais, désolés amis fossoyeurs, "Là-bas" continue !

Parce que vous êtes 215 972 à avoir répondu à l’appel du 18 juin "Sauvons Là-Bas... !".

Parce que cette pétition en ligne a reçu 10 000 signatures par jour pendant 20 jours, entre le 16 juin et le 09 juillet 2006, sans compter des milliers de soutiens par courrier.

Parce que le 29 juin, au gymnase Japy à Paris, vous avez fait salle comble, pour acclamer à la fois, Alain Rey, Serge Halimi, Louis Bozon, Florence Aubenas et... "Là-bas", sur la question "Où va France inter ?"

Parce que cette question reste posée.

Parce que l’équipe de Là-bas est plus remontée que jamais et parce qu’il y a déjà pas mal de monde à l’ANPE.

Parce que c’est une année à ne pas aller à la pêche à la ligne.

Parce que Là-bas, comme une certaine sociologie est un sport de combat.

Parce qu’il se passe des choses encore plus importantes dans le monde et que nous avons encore envie de les raconter.


Refusant tout dialogue et toute proposition, la nouvelle direction de F.I a imposé le déplacement de LBSJS de 17 heures à 15 heures, ce qui revient à amputer cette émission de plus de la moitié de ses auditeurs, la tranche de15 heures étant traditionnellement beaucoup moins écoutée quelle que soit la radio considérée.

Bien sûr nous ne sommes pas opposés à tout changement. Nous avons fait diverses propositions de déplacements, d’aménagements et de compromis, tout a été rejeté. Alors que l’audience de France Inter est en déclin, il nous semblait important qu’à travers cette forte mobilisation, le message des auditeurs reçoive un écho, il n’en a rien été.

Là-Bas n’est pas une émission neutre et cette relégation n’est pas neutre surtout au seuil d’une importante échéance électorale . La nouvelle direction de France Inter est offusquée par une telle calomnie . Innocente comme l’agneau qui naît, elle n’a pas l’ombre du début de la moindre arrière pensée de nature politique ou idéologique. Des élections ? Quelles élections ? Des pressions ? Quelles pressions ? La seule et unique mission de nos nouveaux maîtres est de redresser les chiffres d’audience, jurent-ils. Soit. Mais alors pourquoi est-il si urgent de reléguer une équipe qui gagne ?

Jusque là, les explications médiamétriques de la direction n’ont pas entièrement convaincu les professionnels de la radio, ni les observateurs des médias qui, du Nouvel Observateur au Canard enchaîné, du Monde Diplomatique à Marianne dénoncent normalisation, climat de reprise en main et atteinte au pluralisme. (voir extraits de presse sur le site www.la-bas.org) .

Pas dupes non plus les 215 972 auditeurs qui ont signé la pétition. Jamais nous n’avions imaginé une telle mobilisation surtout dans cette période de coupe du monde. Par comparaison, la pétition lancée le 25 juin suite au départ de Serge July, directeur de Libération avait au 1 septembre, recueilli 1 762 signatures.

Mais, face à cette réaction de fond, la direction, droite dans ses bottes, a pris la responsabilité de ne pas entendre ces auditeurs intempestifs. Ce mépris ne manque pas de surprendre au moment où cette même direction affirme n’avoir aucune autre mission sur cette terre que la reconquête des auditeurs perdus.

Pourtant il s’agit tout simplement d’auditeurs vigilants et actifs qui sont la fierté de ceux qui chaque jour font France Inter, des citoyens et non pas des clients.

A travers les messages reçus s’exprime la crise de confiance qui s’est développée entre France Inter et ses auditeurs, suite notamment au flagrant manque d’équité dans le traitement de la campagne pour le referendum de mai 2005. Depuis un an, 600 000 auditeurs ont quitté la tranche 7-9.

Plus généralement, dans un paysage médiatique de plus en plus contrôlé par les puissances d’argent, ils attendent que la radio publique affirme son indépendance envers tout pouvoir, économique , politique ou médiatique, en faisant entendre sa différence et non pas sa ressemblance.

Prendre le chiffre d’audience pour seul but c’est aligner France inter sur le système commercial des radios privées et c’est préparer sa privatisation. La dérive n’est pas nouvelle, voilà des années que France Inter est une « marque » et nos émissions des « produits ».

Aucun autre horizon n’est évoqué, aucun projet, aucun souffle à la hauteur d’un tel Bien public, tout restant confiné dans les eaux glacées des calculs médiatiques comme si l’audiovisuel public n’était pas par nature, un terrain et un enjeu politique majeur.

L’ exigence de ces auditeurs n’est ni de gauche ni de droite, elle appelle à une vraie information et à un vrai débat sur le contrôle des médias publics, sur les garanties de leur indépendance, notamment dans la campagne électorale qui s’ouvre. Nous en ferons un de nos thèmes de travail cette année. Il y a du pain sur la planche et nous comptons sur vous !

Ce grand souffle de soutien nous a redonné des ailes.

Nous concoctons projets et complots. Que partout les AMG * restent en alerte !

Attendez-vous à des messages en provenance de Londres ou du maquis...

L’équipe de Là-bas , 3 septembre 2006 .

* Auditeurs Modestes et Géniaux


Là-bas continue à 17 heures sur www.franceinter.com.

Et aussi sur www.la-bas.org

Et aussi sur France Inter à 15 heures, eh oui...

Mots clés : Dazibao / Radio / xoup /

Messages

  • ... très très heureux MAIS je ne comprends toujours pas (j’ai reçu un mail identique à ce message) si LBSJS passe à 15h ou à 17h.

    Il y a des indications contradictoires !!!

    Qui peux me dire quoi ?

    Grand merci.

    Sébastien

    • L’emission sera diffusée à 15h sur la FM. Pour les accrocs de 17h, il est toujours possible de l’écouter sur internet. C’est semble-t-il un trait d’humour !
      Il est tout de même étrange d’être prévenu la veille !
      pascal aix en provence

    • sijysuis@gmail.com a écrit :

      Jusque là, les explications médiamétriques de la direction n’ont pas entièrement convaincu les professionnels de la radio, ni les observateurs des médias qui, du Nouvel Observateur au Canard enchaîné, du Monde Diplomatique à Marianne dénoncent normalisation, climat de reprise en main et atteinte au pluralisme.

      Je suis en colère. Pour un peu, je regretterais presque d’avoir donné ma signature à Mermet. Voici ce que j’ai répondu à ce mail :
      "Vous ne manquez pas de culot ! Ce que vous appelez les observateurs des médias, ce sont les médias eux-mêmes, et parmi eux un des chiens de garde que dénonce fort justement Serge Halimi (que vous citez par ailleurs au milieu des "vedettes" de la tribune).
      Par contre vous oubliez l’association Acrimed, qui, elle, a vocation d’observer les médias de manière critique, alors même qu’un de ses représentants a pris la parole au gymnase Japy pour vous soutenir et que ses militants ont contribué au succès de la soirée.
      Tout comme vous oubliez le Plan B, CQFD, etc, qui sont les premiers à dénoncer cet ordre médiatique dont vous êtes la cible aujourd’hui.
      Est-ce que vous espérez que Laurent Joffrin se manifeste en votre faveur ?"

      Michel

  • il y aura surement une émission pour demontrer qu’il n’y a pas eu de fraude chez Attac. Et des messages anti-Cassen censurés.
    La fronde va être maté.

    • Evidemment, il faut que LBSJS continue....Oui il s’agit d’une reprise en mains de l’ordre médiatique. Ce n’est pas d’aujourd’hui. Une société sécuritaire/totalitaire s’installe....Bien sur nous aurons toutes les manipulations possibles. Franchement ce matin je rigole, je viens de lire l’intervention de Nico(pour les intimes et franchement c’est plus populaire) et j’ai écouté attentivement notre ex-président du MEDEF, ernest-antoine sur france-culture qui ne disent pas du tout la même chose à propos de Mai 68. Pour le second ce fut une période exaltante, stimulante, bien sur les accords de Grenelle ont décoiffé les chefs d’entreprise( j’ai oublié de dire que dans la LQR,il ne faut plus dire Patron c’est un gros mot.....)enfin ce fut un délice d’entendre
      tout cet intérèt pour un nouveau modèle social européen( hou les vilains capitalistes américains)
      et surtout sa défense d’une société sans classes sociales. D’ailleurs peut-être bien que je le rejoindrai sur ce plan.....à condition d’aller jusqu’au bout de cette logique et que tout le monde perçoive le même revenu. Hors là nous ne nous retrouvons pas et lui non plus d’ailleurs puisque point de salut sans le désir bien humain semble t-il de devenir riche. Si vous trouvez que ce désir est novateur, porteur d’espoir,et franchement en rupture dites-le moi, j’ai du rater un épisode. France Furby

    • Moi non plus, je ne comprends pas pourquoi, nous les signataires de "Là-bas si j’y suis", ont été prévenus la veille de la nouvelle grille de France Inter.

      Il ne faudrait pas non plus oublier qu’une émission : "Le dernier pouvoir" sur France Culture a été supprimée, alors qu’elle faisait de l’audience. Cette émission dérangeait, et pour cause : c’était une émission qui portait sur critique des médias. Et que dire de la TV poubelle ?

      Bon, on peut se consoler que l’émission de Mermet n’est que déplacée, mais ça reste au travers de la gorge.

      William

  • iil semble qu’il soit possible de réécouter l’émission par internet ?
    Y a-t-il un moyen ? merci.

Derniers articles sur Bellaciao :