Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Emploi et socialistes : la CGT dénonce un « flou sur le volet nucléaire »

vendredi 22 août 2014 , par DT - Contacter l'auteur - 14 coms
CGT Mines-Energies

Le nucléaire est une énergie controversée. Alors que la technologie reste suspectée, elle présente un double avantage : d’abord elle procure des prix de l’électricité peu chers, ensuite elle génère de nombreux emplois. Malgré ces réalités désormais bien établies, l’ambiguïté du gouvernement socialiste continue d’exaspérer les professionnels du secteur. Des ingénieurs aux responsables syndicaux, les atermoiements entre Royal, Montebourg, Valls et Hollande n’ont de cesse de provoquer le désarroi des acteurs de la filière…

Les avantages du nucléaire : prix de l’électricité et emplois
La filière française du nucléaire est l’une des dernières industries performantes de notre pays. Sans cette production nationale, la balance commerciale serait encore plus déficitaire comme en atteste d’ailleurs l’initiative du Bourget du nucléaire qui se prépare à l’automne. Outre cette perspective commerciale, le nucléaire est surtout un atout pour le pouvoir d’achat des ménages en ces temps de crise. Comme le souligne fort justement, Bertrand Barré, professeur émérite à l’INSTN, « en Allemagne, les ménages paient leur électricité deux fois plus cher que les ménages français. C’est la tendance qui nous menace en cas de sortie du nucléaire ».

Tandis que pour l’énergéticien Jean-Philippe Tanguy, il est urgent d’utiliser « la rente nucléaire pour garantir de lourds financements », les 58 réacteurs en activité représentent aussi un important bassin d’emplois. Dernièrement, l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques a montré que « la fermeture des deux réacteurs de 900 MW de la plus ancienne centrale nucléaire française en activité entraînerait la destruction de 850 emplois d’EDF, de 510 emplois d’entreprises sous-traitantes et de quelques 550 emplois induits ». Au total, 5 000 habitants de la région verraient leurs activités diminuer du fait d’une pareille décision…

Les experts de l’énergie appellent de leurs vœux une clarification :
En dépit de ces vérités certaines, il est difficile de connaître l’avis du pouvoir sur la question depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée. Entre les déclarations d’Arnaud Montebourg au Brésil, ou celles de Manuel Valls à Areva, qu’en est-il des positions du candidat pendant la campagne électorale de 2012 ? Pour Frédéric Vallois, ancien conseiller ministériel, il est aujourd’hui plus difficile que jamais de « gérer la dispersion de la parole gouvernementale née de la multiplication des canaux de communication ».

A un tel point que le délégué de la CGT Laurent Raynaud s’interroge encore sur la position de la ministre de l’énergie. Le syndicaliste tout comme de nombreux professionnels concède que « sa ligne de pensée semble différente de celle de ses prédécesseurs, mais elle devra composer avec l’obstacle de la parole de François Hollande. La ministre sera-t-elle capable de faire barrage ? Arnaud Montebourg a essayé. Il a été rappelé à l’ordre des quantités de fois sur le sujet. Depuis, il a mis de l’eau dans son vin… ».

Mots clés : Nucléaire / Syndicats /

Portfolio

Messages

  • Le baratin habituel sur l’énergie peu chère et les emplois...
    Rien de nouveau sous le soleil dans ce soutien inconditionnel de la CGT au nucléaire...
    Continuez donc , les cégétistes , continuez à envoyer du monde à l’abattoir !
    On les compte ensemble les cancers ?
    Il faudra donc un accident de l’ampleur de Tchernobyl ou Fukushima EN FRANCE pour qu’on quitte cette énergie mortifère .

  • elle présente un double avantage : d’abord elle procure des prix de l’électricité peu chers, ensuite elle génère de nombreux emplois.

    On se croirait revenu 20 ans en arrière, c’est un peu déprimant.

    Peu chère ?!

    Tout le monde admet désormais que le coût de la gestion des déchets et du démantèlement des centrales en fin de vie n’est pas compté dans le prix de l’électricité nucléaire. Et ce coût est faramineux.

    Des emplois ?

    Oui, mais quelque soit la façon de produire l’énergie, il faut des emplois. Et l’arrêt du nucléaire, même rapide, nécessiterait des travailleurs du nucléaire pendant de nombreuse années (on parle de 20 ans...?).

    Mais ce texte désuet ne doit pas nous induire en erreur sur la position de nombreux syndicalistes CGT : j’ai pas mal côtoyé il y a quelques années les responsables et militants CGT d’une centrale d’Ardèche, et l’idée que le nucléaire devrait progressivement être abandonné leur semblait assez évidente.

    Pour ma part ma religion n’est pas totalement faite au sujet du nucléaire, mais le débat ne peut se mener avec des arguments aussi bidon que la fable du coût peu élevé de l’énergie nucléaire.

    • Le remplacement des centrales nucléaires par d’autres moyens de production , n ’est pas pour demain, la CGT peut donc se consacrer à la sauvegarde des emplois , le reclassement des salariés , mais également à ce qui me semble fondamental , que ces moyens de production ne tombent pas dans les mains d’ entreprises privées car dès lors la transition énergétique se fera au détriment des consommateurs pour le plus grand bénéfice des multinationales style SUEZ ou VEOLIA .

      Attention également à ne pas pour des raisons uniquement doctrinairess ou électoralistes remplacer le nucléaire par des moyens très pollueurs comme celà a été fait en ALLEMAGNE avec la réouverture des mines de charbon ou très couteux parce que non rentables et donc subventionnés comme le parc éolien français .

      La transition énergétique on en parle beaucoup , mais là je suis d ’accord avec la CGT , dans le plus grand flou , sans chiffres précis , sans planification , avec des discours contradictoires y compris chez les écologistes , difficile donc de se faire une opinion arrêtée , la seule certitude c’est qu’ à cejour le nucléaire n’est pas sans risque et que l’on ne sait toujours pas recycler les déchets que l’on laisse aux générations futures , mais comme dit l’autre , je dis ça , je ne dis rien ...

  • Je vous invite à aller sur le site "ou va la cgt" où l’avis de l’organisation syndicale n’est pas unanime, intitulé :
    "un syndicat CGT pour la fermeture de FESSENHEIM"

    Comme quoi la position Confédérale de la CGT ne fait pas l’unanimité !
    Quel débat y-a-t-il dans l’organisation syndicale au-delà des emplois ?
    Beaucoup de sous-traitance risque d’avoir une influence sur la sécurité ?
    Quelles solutions pour les déchets nucléaires ?

    De nombreux reportages témoignent des problèmes de stockage des déchets nucléaires.
    La Sécurité dans les centrales pour les personnels ?
    Autant de questions qu’il faut aborder alors que la France produit à + de 60%
    de l’électricité provenant des Centrales Nucléaires.

    • Le nucléaire n’assure pas notre indépendance énergétique car nous n’avons
      pas d’uranium en France.
      Que l’on est tout mis sur le nucléaire (plus de 60o/o) est catastrophique en soit.
      Les générations futures auront a payer la (facture ) du traitement des déchets, et
      du démantèlement des centrales, en plus de la dette capitaliste qu’on leur
      laissera si on réussi pas le changement de société.
      Ceci dit , le fait est que le mal est fait.On ne peut que se battre pour un entretien
      sérieux des centrales existantes. Arrêter toutes futures constructions, démanteler
      celles ayant dépasser leur temps.
      Activer la recherche de nouvelles sources d’énergies renouvelables.

      Concernant la CGT , elle n"a pas en charge les affaires de l’état , mais dans un premier temps la sauvegarde de l’emploie et les intérêts direct du monde du travail.

  • Non seulement le nucléaire nous procure l’énergie électrique la moins chère d’Europe, mais en plus, avec un bilan d’émission carbone nul, elle nous permet de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique.

    D’ailleurs les allemands eux-mêmes doivent se mordre les doigts d’avoir éliminé chez eux toutes les centrales nucléaires : les éoliennes, même off shore et les centrales solaires sont loin de suffire à leur consommation d’électricité et ils compensent par l’utilisation de centrales thermiques au lignite hyper polluantes (CO 2, particules fines,... on a beau jeu d’accuser le diesel !)

    Les chinois ne s’y trompent pas : la pollution engendrée par leurs centrales au charbon provoque des milliers de morts et ils se tournent de plus en plus vers le nucléaire pour alimenter leurs énormes besoins d’énergie.

    Bientôt, ils seront en pointe au vu des crédits qu’ils accordent à la recherche en ce domaine, dans la technologie des centrales de quatrième génération ( thorium + sels fondus ), bien plus fiable et moins dangereuse que les centrales actuelles à uranium, éliminant tout risque d’accident comme Tchernobyl ou Fukushima et pouvant même recycler une partie des déchets à vie longue...

    Il faut cesser de diaboliser le nucléaire : Mis à part Hiroshima, Nagasaki, les obus à uranium appauvri, le nucléaire a fait moins de morts que la pollution, les pesticides et l’exploitation de l’homme par l’homme.
    DG

    • Non seulement le nucléaire nous procure l’énergie électrique la moins chère d’Europe,

      Quand un argumentaire commence par une grosse contre-vérité, la crédibilité en prend un coup.

      on a beau jeu d’accuser le diesel

      Oui, c’est terriblement injuste, on sait bien que le diesel est bénéfique à la santé.

      Ton commentaire ne relève pas du débat mais de la publicité.

    • On a le droit de ne pas être d’accord mais alors il faut faire des propositions alternatives Au nucléaire qui tienneNT la route , les chiffrer , les planifier, vérifier si elles permettent l ’indépendance énergétique , non seulement vis à vis de l’étranger mais également vis à vis des grands groupes capitalistes et ne pas se contenter de dire stop au nucléaire ...

      Même si cela ne te fait pas plaisir , toutes les études sérieuses y compris des adversaires du nucléaire le disent , à ce jour , le nucléaire produit l’ électricité la moins chère , celà fait d ’ailleurs partie de l ’enjeu de la transition énergétique : fermer progressivement les centrales et les remplacer par des moyens de production sans risque , et d un point de vue financier " neutre " pour le consommateur ...or ce qui nous est proposé actuellement c est de fermer rapidement ( trop) les centrales nucléaires et de nouveux impôts et taxes pour financer leur démantèlement et leur remplacement ...

      Il n est pas inutile de rappeler que les éoliennes produisent de l’ électricté subventionnée et donc payée par le contribuable ...

      La transition énergétique doit permettre de se débarasser progressivement des centrales nucléaires tout en assurant l’ appropriation collective de l énergie , la mise en place de réelles solutions alternatives , sinon c ’est soit du pipeau , soit la possibilté pour le capitalisme d’ en finir avec ce qui reste de service public à EDF/RDF pour mettre la main sur toute la production d ’ électricité et dans ce cas GOOD-BYE l’ écologie ....

    • toutes les études sérieuses y compris des adversaires du nucléaire le disent , à ce jour , le nucléaire produit l’ électricité la moins chère

      C’est parce qu’on n’y intègre pas le coût du traitement des déchets et du démantèlement. C’est une manipulation des chiffres. Il ne faut pas se faire avoir.

    • TU RECONNAIS implicitement que le coût de PRODUCTION de l éléctricité par le nucléaire est le moins cher , pourquoi n intègre tu pas les coûts post-production dans les moyens alternatifs ? il faut tout comparer si on veut faire une analyse objective afin d assurer une transition énergétique bénéfique pour l’ environnement et les consommateurs .

    • pourquoi n intègre tu pas les coûts post-production dans les moyens alternatifs ?

      Quand on parle du thermique, on parle des conséquences des déchets (la fumée, le gaz carbonique) et de leurs conséquences (y-compris économiques). Pour le nucléaire il faut évacuer la question, ne pas en tenir compte pour le bilan ? Pourquoi cette exception ?!

      Quant au coût de la gestion des déchets et du démantèlement, est-il du même ordre pour le nucléaire ou pour les autres façons de produire ?

      Certains partent de leur conclusion (de leur intuition, leur conviction) et argumentent pour construire un raisonnement qui y mène (et prennent pour antinucléaire quelqu’un qui cherche juste à comprendre honnêtement les données du problème).
      Pour ma part je n’ai toujours pas trouvé la conclusion (comme dit plus haut, ma religion sur le nucléaire n’est pas faite), c’est plus inconfortable mais ça permet d’éviter certains écueils.

      La seule chose qui me semble incontournable, quelque soit le mode de production choisi, c’est la nécessité de réduire drastiquement la consommation d’énergie.

    • OUI si dans le coup du nucléaire il faut introduire le côut du retraitement , pour les moyens de production alternatif , il faut introduire les subventions ( les éoliennes ) et les crédits d’ impôt et bien sûr la construction et l’ amortissement , et ça les anti-nucléaires ne le font jamais ...

      OUI ne faut plus être dépendant du nucléaire , OUI il faut donc progressivement démanteler les centrales et parallèlement construire les moyens altenatifs mais sans que celà soit une nouvelle source d ’enrichissement et de profit pour les uns et d ’appauvrissement pour les autres , le développement durable c ’est également ça ...

Derniers articles sur Bellaciao :