Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Européennes : le PCF accueille douze non-communistes sur sa liste en Ile-de-France

mercredi 12 mai 2004 - Contacter l'auteur

Bis repetita. Comme aux régionales, le Parti communiste aura finalement sa liste d’"ouverture" en région parisienne pour le scrutin européen du 13 juin. Après des négociations durant tout le week-end, suivies d’ultimes calages lundi 10 mai dans la soirée, la direction du PCF, d’une part, les membres du Collectif pour une alternative citoyenne et les "républicains de gauche" (scission d’ex-chevènementistes), d’autre part, sont tombés d’accord sur la composition d’une liste de "large rassemblement" en Ile-de-France. OAS_AD(’Middle’) ;

Les Alternatifs (autogestionnaires), également partie prenante aux discussions, sont plus réservés. Soucieux de ne pas "servir d’alibi" alors qu’un accord national n’a pu être conclu, ils conditionnent leur éventuelle participation à une consultation de leurs militants dont les résultats seront connus en fin de semaine.

"Mieux vaut un accord régional qui se tienne plutôt qu’un accord national boiteux", estimait-on, en revanche, lundi, du côté du Collectif pour une alternative citoyenne. "Au final, cet accord en région parisienne est une bonne chose. Peut-être les choses n’étaient pas mûres au PCF pour un accord national. En attendant, cela permet de maintenir une dynamique et de faire bouger les lignes, en interne", juge Claire Villiers, vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, et ancienne colistière de Marie-George Buffet aux élections régionales. La direction du PCF, quant à elle, souhaite conférer une portée générale à cet accord francilien, histoire d’atténuer son incapacité à faire avaliser par ses propres troupes un réel accord national.

La liste francilienne prévoit une stricte parité, mêlant 12 candidats PCF et 12 non-communistes. Elle sera conduite par Francis Wurtz, député européen (PCF) sortant, suivi en deuxième et troisième position des deux alternatifs citoyens Hamida Bensaadia et Claude Debons.
Outre l’Ile-de-France, une interrogation demeure s’agissant de la circonscription du Sud-Est. Lundi 10 mai, lors d’une conférence de presse, la secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, a mis en avant l’accueil particulièrement favorable réservé, vendredi soir, lors d’un meeting au Cirque d’hiver, "aux appels au rassemblement des forces progressistes antilibérales" pour expliquer les avancées obtenues durant le week-end. Dans la foulée, elle indiquait qu’"au moins une tête de liste" pourrait échoir à une personnalité non communiste. L’Ile-de-France n’étant pas concernée, les regards se tournaient alors vers le Sud-Est.

Quelques heures plus tard, Manuela Gomez, responsable nationale communiste et proche de Robert Hue, annonçait qu’elle était d’accord pour ne plus être chef de file dans cette circonscription. Mme Gomez précisait à cette occasion qu’elle ferait elle-même des propositions de candidats non communistes pour la remplacer. Lundi soir, le nom d’Yves Salesse, actuel président de la fondation Copernic n’avait pas été prononcé. Sa candidature, un temps envisagée, avait essuyé un violent tir de barrage des orthodoxes du parti en raison de son passé de dirigeant de la Ligue communiste révolutionnaire.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-364360,0.html

Mots clés : Caroline Monnot / Elections-EluEs / Partis politiques /
Derniers articles sur Bellaciao :