Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

France, terre d’asile ? Le HCR dénonce une loterie scandaleuse

mercredi 21 novembre 2007 - Contacter l'auteur - 2 coms

Par Bruno Lamothe
(Ensemble à Gauche)

L’information est datée d’un mois et demi. Mais elle reste, malheureusement, d’une triste actualité, et ceci dans un "silence médiatique assourdissant"...

Le Haut Commissariat aux Réfugiés a dénoncé, le 3 octobre, la gestion "politique" du droit d’asile en dénonçant le fait que "les soucis de sécurité", des quotas implicites, des procédures pour le moins inéquitables compromettent le droit d’asile qui est reconnu aux réfugiés du monde entier.

"Les préoccupations sécuritaires occupent une place prépondérante dans les régimes de l’asile dans un nombre croissant de pays, avec une tendance inquiétante à reléguer les droits des personnes au second plan" considère le Haut Commissariat, dépendant de l’ONU. Une situation que nous vivons en France. "Le monde des frontières est particulièrement sombre ; des interceptions, des demi-tours et des refoulements" ajoutait Erika Feller, déléguée à la protection des réfugiés.

Ainsi, le HCR s’est déclaré "particulièrement inquiet" du nombre croissant de détentions ou rétentions arbitraires, y compris celles des enfants, ce qui est inacceptable. Cette critique rend encore plus important le signal d’alerte tiré par la Cimade, qui dénonce une "logique de camps". Des faits qui se produisent en France et qui sont indignes d’une République : 200 enfants, agés de 8 ans en moyenne, ont été enfermés dans des centres de rétention, sans droit, titre ou existance, pendant quelquefois plus d’un mois. Le pire étant que ces enfants sont très souvent nés en France !

Mais revenons au HCR, qui a tenu à indiquer que, dans nos pays riches et qui se prétendent "modèles de la démocratie", le droit d’asile est devenu "une loterie", au mépris de l’application stricte des dispositions de la Convention de Genève de 1951 pour les réfugiés.

L’occasion, aussi, de dénoncer,comme exemple de la marchandisation des personnes, l’accord franco-roumain signé en février 2007 et relatif notamment au rapatriement des "mineurs isolés" roumains.

Cet accord s’inscrit dans la logique actuelle du Gouvernement consistant à limiter, de manière drastique et scandaleuse, les droits des populations roumaines et bulgares sur le territoire français.

Non seulement leur liberté d’aller et venir ainsi que leur droit d’accès à une profession est strictement encadré, mais cet accord entend supprimer l’obligation du passage du mineur devant le Juge pour Enfants.

Cet accord, contraire à la Convention internationale des droits de l’enfant, porte atteinte à un certain nombre de garanties fondamentales encadrant le retour des mineurs isolés (suppression de la demande d’évaluation préalable au retour du mineur, suppression de la saisine automatique du juge des enfants, absence de procédure contradictoire, absence d’enquête et de suivi du retour du mineur dans son pays).

Oui, la France est responsable, et coupable, d’un deni de justice envers ces populations. Oui, la France est responsable, et coupable, d’avoir expulsé des êtres humains qui, menacés de mort, ont été exécutés quelques jours, semaines ou mois plus tard...

A quoi sert d’avoir une (certes jolie) secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, si ces droits sont sans cesse bafoués dans notre pays ?

http://ensemble-a-gauche.over-blog.com/article-13961559.html

Mots clés : Bruno Lamothe / Les "sans-papiers" - Immigration /

Messages

  • merci pour cet article que vous avez publier. en effet je suis un jeune togolais de 22 ans trouvant asile au benin pendant les troubles socio politique qui ont secoué notre pays en avrile 2005. j’ai été poursuivis jusqu’au bénin et quelqu’un ma aider a rentrer dans l’avion un jour pour trouver de refuge en france .arriver a l’aéroport apres ma demande d’asile les soldat francait m’ont pris sans avoir m’écouté pour ma demande d’asile bien sur que je leur a dit que je serer uncasseré si je restais au bénin voisin avec des preuve a l’appui et mon attestation de refuger. ils m’ont retouner au benin . aujourdh’hui j’ai ma vie en danger car je dirigeait dans le temps une association des jeune pour la démocratie purement des opposant contre un petit fils de président defunt gnassigbé éyadéma. rester en afrique et mourir ou chercher ailleur refuge pour vivre. au secour !!!!
    mon mail est coulmark@yahoo.fr
    au secour au secour

  • merci pour cet article que vous avez publier. en effet je suis un jeune togolais de 22 ans trouvant asile au benin pendant les troubles socio politique qui ont secoué notre pays en avrile 2005. j’ai été poursuivis jusqu’au bénin et quelqu’un ma aider a rentrer dans l’avion un jour pour trouver de refuge en france .arriver a l’aéroport apres ma demande d’asile les soldat francait m’ont pris sans avoir m’écouté pour ma demande d’asile bien sur que je leur a dit que je serer uncasseré si je restais au bénin voisin avec des preuve a l’appui et mon attestation de refuger. ils m’ont retouner au benin . aujourdh’hui j’ai ma vie en danger car je dirigeait dans le temps une association des jeune pour la démocratie purement des opposant contre un petit fils de président defunt gnassigbé éyadéma. rester en afrique et mourir ou chercher ailleur refuge pour vivre. au secour !!!!
    mon mail est coulmark@yahoo.fr
    au secour au secour

Derniers articles sur Bellaciao :