Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

« Gauche Alternative 2007 » : Bilan de campagne.

samedi 14 juillet 2007 - Contacter l'auteur - 6 coms

Source : http://www.lcr94.org/Bilan-de-la-ca...

Certains collectifs unitaires anti-libéraux (CUAL), essentiellement des comités Bové, c’est-à-dire des CUAL qui avaient soutenu la candidature et participé à la campagne de José Bové à l’élection présidentielle (1,32%), se sont lancé dans la bataille électorale des législatives sous le sigle « Gauche Alternative 2007 » (GA2007). D’après le site web national créé pour cette occasion, ils ont présenté 80 candidatures et en ont soutenu 45 autres, en France métropolitaine. Curieusement, leur site se contente d’afficher la liste des résultats obtenus par chacun de ces candidats... sans commentaires. Notamment, il ne tire pas de bilan d’ensemble de la campagne législative menée par ce que l’on peut appeler la gauche bovétiste, et il ne donne pas la configuration politique de chacune de ces candidatures. Je vais essayer de combler ces lacunes.

Je me suis heurté à un certain nombre de difficultés : d’une part, peu de candidats de la GA2007 ont créé leur propre site internet, d’autre part il existe dans certains cas des contradictions entre les informations fournies par les différents sites internet nationaux et/ou locaux (sur qui présente ou qui soutient telle candidature ?), enfin le site national du PCF ne fait pas de différence entre les candidatures présentées ou celles soutenues par le PCF. Je ne garantis donc pas l’exactitude à une unité près des chiffres que je vais donner.

Sur les 125 candidatures présentées ou soutenues par la GA2007 en France métropolitaine, environ 48, soit moins de 40%, peuvent considérées comme (partiellement) unitaires, c’est-à-dire dans le cadre d’une alliance électorale avec (au moins) une organisation politique qui n’a pas soutenu la candidature Bové à la présidentielle :

– 10 sont des candidatures communes à la fois de la GA2007, du PCF et de la LCR : dans 2 départements, les Deux Sèvres (3,23%, 3,09%, 1,95% et 2,35% dans les 4 circonscriptions) et la Creuse (7,21% et 5,83% dans les 2 circonscriptions), plus la 4e circonscription de l’Hérault (Lodève, 6,49%), la 6e du Rhône (Villeurbanne, 4,02%), la 5e des Yvelines (Sartrouville, 3,55%), et la 6e de l’Essonne (Massy, 4,86%) ; 4 sont présentées par le PCF, 3 par la LCR, 3 par la GA2007. On le voit, les scores ne sont pas mirobolants, nulle part de score à 2 chiffres, et dans aucune circonscription « la gagne » (aucun élu).

– 13 sont des candidatures communes avec la LCR : dans 2 départements, la Vienne (2,05%, 3,1%, 2,02%, 1,84%) et la Corrèze (1,16%, 1,34% et 1,88%), dans les 18e et 20e circonscriptions de Paris (3,38% et 3,97%), dans la 4e du Doubs (1,97%), dans la 3e de Meurthe et Moselle (2,56%), la 7e de Seine et Marne (2,02%) et la 2e de la Somme (2,41%). Les scores sont modestes. Ces 13 candidatures se répartissent à peu près équitablement entre la LCR (7) et la GA2007 (6).

– 22 sont des candidatures communes avec le PCF : dans 2 départements, l’Ariège (6,83% et 5,44%) et la Haute-Loire (2,41% et 3,06%), dans la 1ère des Hautes Alpes (Gap, 9,28%), dans la 1ère de Haute Garonne (Toulouse, 5,23%), dans la 3e du Nord (Lille-centre 3,4%), dans la 2e des Hauts de Seine (Asnières avec Claire Villiers, 2,15%), dans la 7e et la 8e du Finistère (4,20% et 5,23%), etc.. Ce nombre de 22 ne doit pas faire illusion, seuls 5 sont présentées par la GA2007. Dans pas mal de cas, il s’agit en fait du soutien des CUAL et/ou des comités Bové aux candidats du PCF, dans les Bouches du Rhône et en région parisienne notamment, parmi eux 4 députés PCF sortants. Les scores sont très disparates.

– La GA2007 a soutenu aussi 2 candidats Verts (dans la 4e de l’Indre et Loire et dans la 7e du Val de Marne), un nationaliste basque (dans les Pyrénées Atlantiques).

Sur les 80 candidats présentés par la GA2007, 66, soit plus de 80% (!), le sont par la GA2007 seule, donc en dehors de tout cadre unitaire. Voire même dans au moins 2 cas, contre un cadre unitaire existant : la 8e circonscription du Nord (Roubaix-Ouest), ou la GA2007 présente un candidat qui fait 0,84%, alors que la LCR et le PCF font candidature commune (2,06%)et la 4e de Haute-Savoie, ou la GA2007 présente un candidat qui fait 1,14%, alors que la LCR et LO font candidature commune (2,27%). Dans certains cas, la GA2007, tout en ne présentant pas de candidat, ne soutient pas des candidatures unitaires : la candidature commune PCF-LCR dans la 7e du Nord (Roubaix-Est) ou bien les candidatures communes LO-LCR sur tout le département de Haute-Savoie. A noter aussi que la GA2007 a présenté 2 candidats dans la même circonscription (la 7e du Rhône, à Vaux en Velin), l’un se situant dans la majorité muncipale du maire de Vaux en Velin, l’autre dans l’opposition. A quelques exceptions près, les scores obtenus sont généralement faibles : 18 font moins de 1%, 23 font entre 1 et 1,5%, 9 font entre 1,5% et 2%. Dans la grande majorité des cas, les candidats de la GA2007 font moins que les candidats du PCF et de la LCR.

Comme on le voit, l’unité n’a pas été la préoccupation principale de la GA2007 dans cette campagne législative. Il est sûrement symbolique que le mot « unitaire », qui figure dans le nom du site internet national des CUAL (www.alternativeunitaire2007.org) et sur son portail (« pour des candidatures unitaires de la gauche anti-libérale en 2007-2008 ») ait disparu du nom et du portail du site internet de la GA2007.

La décision de la GA2007 de présenter aux législatives autant de candidats en dehors de tout cadre unitaire et avec une grande probabilité d’obtenir des résultats médiocres, était dictée à court terme par 2 choses : participer à la campagne officielle télévisée et bénéficier du financement public. De ce point de vue, le contrat a été rempli. Habituellement, ce genre de préoccupations appartient aux partis politiques, dénoncés rituellement à longueur de contributions par bon nombre de membres des comités Bové qui assimilent les partis politiques (tous, sans exception) à des structures hiérarchiques et non démocratiques, défendant des « intérêts d’appareil » ou « de boutique ».

Le secrétariat national (autoproclamé) de la GA2007 n’aurait-il pas l’ambition de créer, à partir des comités Bové et dans la foulée de la campagne présidentielle de José Bové, une nouvelle organisation politique, qui pourrait s’appeler par exemple « gauche alternative » (Il est sûrement symbolique que l’année 2007 ait sauté dans le nom du site internet de la GA2007, « www.gauchealternative.org », comme si ses auteurs s’étaient, dès sa création, projetés politiquement bien au-delà de cette campagne législative), à côté des (nombreuses) organisations politiques déjà existantes à gauche du PS ? C’est évidemment tout-à-fait leur droit, et ce n’est pas moi, qui suis membre d’une organisation politique (la LCR), qui vais le leur dénier. Mais alors, pourquoi ne pas le dire explicitement, pourquoi ne pas afficher clairement l’objectif ?

Petit détail, il existe déjà une (petite) organisation politique, qui participe aux comités Bové, qui s’est engagée dans la campagne présidentielle de José Bové (c’est d’ailleurs la seule organisation politique à avoir fait ce choix), j’ai nommé les Alternatifs. D’ailleurs, des dirigeants des Alternatifs sont membres de la direction de la GA2007, beaucoup de candidats de la GA2007, notamment parmi les candidats présentés en dehors de tout accord unitaire, sont membres des Alternatifs, SEGA, l’association de financement utilisée par la GA2007, n’est autre que l’association de financement des Alternatifs, etc. Quelle sera la relation entre cette « gauche alternative » et les Alternatifs ? Quelle sera la stratégie d’alliance politique de la nouvelle organisation politique, sera-t-elle la même que celles des Alternatifs qui, dans des villes, des départements, des régions, sont souvent, avec quelques postes d’élus à la clé, l’aile gauche d’une union de la gauche PS-PCF-Verts ?

Faire de la politique autrement, c’est dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit. Force est de constater que la GA2007, en dépit de ses proclamations, est mal partie.

[/Un militant de la section de Vitry de la LCR./]

Mots clés : Collectifs Unitaires / Partis politiques /

Messages

  • Merci beaucoup pour ces éclairages... très instructifs en effet !

    Quant à l’alliance PS-PCF-Verts, surtout avec ce que devient le PS (mais qui ne me surprend pas), le prochain congrès du PCF devrait notamment permettre de trancher ce qu’il en adviendra.

    Pour ma part, mon choix est fait : le parti communiste n’est pas de gauche, et doit rester communiste !

    Mouton Noir

  • On a bien compris que ce qui reste des forces ayant soutenu Bové n’a pas transcendé la façon de faire de la politique. Tout le monde en est navré et pas seulement ceux qui se trouvaient derrière Bové.

    Nous aurions souhaité apprendre quelque chose et ce ne fut pas le cas, plutôt un remake de la candidature Juquin , ce qui nous renvoie loin en arrière.

    Il y a , à mon sens, des nécessités d’unir, de rassembler des forces, avec des géométries variables suivant les objectifs visés . Une campagne sur la démocratie n’a pas nécessité de se faire sur un accord politique sur un programme.....

    Par contre une campagne politique, ayant vocation à présenter une orientation politique, nécessite un accord en profondeur et une pratique en concordance.

    Si c’est au Mardi qui suit une campagne présidentielle que le rassembleur d’une union de la gauche anti-libérale se met au service d’une candidate du libéralisme, individuellement, pour une mission le sortant du jeu et n’ayant rien à voir ou presque avec la bataille en cours, comme 1er acte de lendemain de scrutin, sans même que le "rassemblement" l’ayant porté fixe ce qu’il convient de faire, on se trouve là dans ce qui se fait de pire ....

    Désolé, ceci n’est toujours pas digéré et je l’ai perçu comme un uppercut envoyé à la face de la population.

    De la même façon que de voir un des représentants des Alternatifs justifiant la division à certains endroits aux législatives comme une nécessité de financement. Ce qui est une façon très crue de montrer que le fond de commerce central (l’autogestion et l’unité) est une commodité sans principes moraux.

    Impossible à digérer également !

    Reste la question des chemins permettant de rassembler sur des batailles et rassembler sur des orientations politiques.

    Sur les batailles, rien à dire, beaucoup de luttes (qui sont le creuset de fond devant aboutir à des orientations politiques) ne nécessitent pas d’accords politiques.

    Par contre, sur les batailles politiques comme sur les partis politiques il y a beaucoup à dire et on voit œuvrer des courants politiques transorganisationnels .

    De fait des gens qu’on trouve à LO, à la LCR, au PCF, chez les anars, etc, devraient être ensemble, de fait des gens qu’on va trouver dans les mêmes organisations sur d’autres positions devraient être ensemble....
    les frontières des organisations politiques ne sont plus réellement des séparations entre courants politiques.

    Copas

    • L’unité de la gauche est un long travail entre les citoyens non encartés mais aussi ceux membres du PCF, de la LCR , des "Rouge et vert" . On ne pourra contruire l’unité de la gauche avec les seuls partisants de J BOVE.
      L’unité de la gauche antilibétrale correspond a une attente profonde. Elle ne signifie pas homogénéité des positions sur tous les thèmes de la vie politique mais volonté de ne plus recommencer le jeu des compromis qui satisfont toujours plus le patronat petit ou grand, qui mène la société toujours plus à droite.
      Dans le processus en cours on peut s’appuyer sur les "communistes unitaires" et sur le courant UNIR de la LCR ainsi que sur les bovétistes unitaires (qui ne se replie pas sur du basisme cache sexe du sectarisme).
      Christian DELARUE

  • Dans le Cher, le comité Bové s’est déchiré sur la question des législatives. Les Libertaires voulaient présenter des candidats et conclure des alliances avec les Verts (dont certains ne sont pas antilibéraux). Bilan : une candidature sur la 3ème circo du Cher de deux libertaires sous le sigle de la gauche alternative, soutenus par quelques rescapés des comités bové. Au dernières nouvelles, ils ont créé un parti : le parti de la gauche alternative ; je suis découragée face à de tels agissements qui reproduisent en pire ce que nous voulions combattre : cette façon ancienne de faire de la politique. La perspective d’un rassemblement des forces antilibérales s’éloigne...Quel gâchis !

    Liberta

  • Au fait, il est passé où Bové ? Il attend 2012 ?

    Quelle pantalonnade...

    Pablo

  • ...et à qui doit on ce mauvais départ !!? et quelle belle énergie mettez vous à démonter les espèrances des plus pauvres et des plus méprisés par vos appareils !! B.N.

Derniers articles sur Bellaciao :