Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

L’UJFP REPOND AU RACISME D’ALAIN FINKIELKRAUT

jeudi 24 novembre 2005 - Contacter l'auteur - 22 coms

Aux membres et sympathisants de l’UJFP,
A nos partenaires associatifs,
Messieurs et Mesdames de la presse,

L’UJFP REPOND AU RACISME D’ALAIN FINKIELKRAUT

Le 18 novembre, le supplément hebdomadaire du quotidien israélien Ha’aretz a publié un reportage de 6 pages sur la France, consacré aux sujets d’actualité qui secouent actuellement l’hexagone tels les émeutes de banlieue, l’intégration des jeunes issus de l’immigration, le racisme ou l’enseignement du fait colonial à l’école publique.

Le problème, c’est que ce reportage n’est autre que un entretien fleuve avec Alain Finkielkraut, écrivain et « philosophe », avatar de la pire pensée néo-conservatrice. Bien que ce monsieur se veuille un grand intellectuel, il occuperait plutôt la fonction de pompier-pyromane de la communauté juive, attisant plus d’antisémitisme qu’il incite à la réflexion. Il affiche un racisme décomplexé, profèré désormais à l’état pur. Michèle Sibony, vice-présidente de l’UJFP et Michel Warschawski, président du Centre d’information alternative de Jérusalem, ont traduit de l’hébreu de larges extraits de cet entretien. Notons que l’interview de Finkielkraut a été repris dans la version anglaise de Ha’aretz, mais tronqué de certains passages, le supplément anglais du journal ayant enlevé les propos les plus racistes et les plus scandaleuses.

Les affirmations de Finkielkraut ont visiblement abasourdi les journalistes qui l’ont interrogé à Paris. En effet, ils prennent soin de préciser que les réponses de leur interlocuteur « n’émanent pas du Front national mais de la bouche d’un philosophe qu’on considérait autrefois comme l’un des porte-parole de la gauche française ». Pour les lecteurs capables d’encaisser des propos particulièrement choquants, vous trouverez cette prose nauséabonde dans le fichier attaché <Finkieldraut-1> (merci à nos traducteurs). Pour ceux qui préfèrent se passer d’une lecture particulièrement éprouvante, vous trouverez ci-dessous quelques morceaux choisis, révélateurs.

DU RACISME A L’ETAT PUR

D’emblée le titre et les sous-titres choisis par Ha’aretz donnent le ton : « Ils ne sont pas malheureux, ils sont musulmans », « Si cela ne leur plaît pas qu’ils rentrent chez eux », « Non à l’antiracisme », « De l’école en France et des bienfaits du colonialisme ». Finkielkraut commence par désigner ce qu’il considère comme la cause des récentes émeutes : « Le problème est que la plupart de ces jeunes sont Noirs ou Arabes et s’identifient à l’Islam » puis il enfonce le clou « Il est donc clair qu’il s’agit d’une révolte à caractère ethnico-religieux ».

Il continue sa profession de foi raciste en endossant le rôle de commentateur sportif : « On nous dit que l’équipe de France est adorée par tous parce qu’elle est ‘black blanc beur’, en fait aujourd’hui, elle est ‘black black black’ ». Pour lui, les jeunes de banlieue en général auraient « une culture (l’Islam) qui au lieu de s’occuper de ses propres problèmes recherche un coupable extérieur (la France) ». Sur les goûts et loisirs de ces jeunes, il s’interroge : « Quels sont les objets de leurs désirs, c’est simple : l’argent, les marques, et parfois des filles ». Ailleurs, il raconte le scénario fictif d’un restaurateur cherchant à recruter : « Imaginez qu’un jeune de banlieues vienne demander un emploi de serveur, il a l’accent des banlieues, vous ne l’engagerez pas...

Il doit vous représenter, et ceci exige de la discipline, de la politesse et une manière de parler. » Après avoir mis en doute leur capacité de discipline et de politesse, le philosophe déplore l’inhabilité linguistique de nos jeunes concitoyens, désignés comme immigrés de la seconde ou de la troisième génération : « Prenez par exemple la langue, vous dites qu’ils sont d’une troisième génération, alors pourquoi est-ce qu’ils parlent le français comme ils le parlent ? C’est un français égorgé, l’accent, les mots, la grammaire. » Pour évoquer l’insécurité dans les banlieues, s’adressant au public israélien, il utilise à dessein un langage qui renvoie à des pages tragiques de l’histoire juive : les émeutes seraient pas autre chose que des « pogroms antirépublicains ».

Puis, établissant une comparaison avec l’Intifada palestinienne, il accuse les parents ou les grands frères de ces jeunes d’avoir eu recours à une stratégie criminelle : « Eux aussi envoyaient en première ligne de la lutte les plus jeunes ». Opposant les façons différentes dont la presse française a réagi face à l’agitation sociale en Allemagne de l’Est après la réunification et aux récentes émeutes en France, Finkielkraut tonne : « Un Arabe qui incendie une école c’est une révolte, un Blanc c’est du fascisme ».

DU COLONIALISME ET DE LA HAINE

Finkielkraut, que rien n’arrête, enchaîne sur les bienfaits du colonialisme français et regrette que dans les écoles : « On n’enseigne plus que le projet colonial voulait aussi éduquer, apporter la civilisation aux sauvages. » Sans doute les ancêtres des « sauvageons ». Quant à l’esclavage, rien à y redire : « Ce n’était pas un crime contre l’humanité parce que ce n’était pas seulement un crime. C’était quelque chose d’ambivalent. » Les esclaves et leurs descendants apprécieront.

Commentant ce que notre pays (la France) a fait aux Africains, le philosophe affirme « Il n’a fait que du bien. » Comme on pouvait s’y attendre, en bonne logique Finkielkraut tire à boulets rouges sur ... les antiracistes. D’abord, « cette violence a été précédé de signes annonciateurs très préoccupants que l’on ne peut réduire à une simple réaction au racisme français » ou encore « Y voir une réponse au racisme français c’est être aveugle à une haine plus large : la haine de l’Occident ». Pour ensuite nier tout court le racisme bien de chez nous et d’énoncer « le mythe du ‘racisme français’ ». Enfin, l’antiracisme serait fauteur de troubles. Les jeunes des banlieues « jouiront du soutien et de l’encouragement à leur violence antirépublicaine, par le biais du discours repoussant de l’autocritique sur leur esclavage et le colonialisme. »

Lorsque les journalistes israéliens lui font observer que la France ne traite pas ces jeunes comme des Français, Finkielkraut feint d’ignorer cette réalité et se borne à répondre : « Le problème est qu’il faut qu’ils se considèrent eux même comme Français ». Et pour ce qu’il est de leur exclusion, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-même : « La question n’est pas quel est le meilleur modèle d’intégration, mais la possibilité même d’une intégration pour des gens qui vous haïssent. » Mais la véritable haine semble être ailleurs. Commentant les crimes de la France vichyste pendant l’occupation nazie, il raconte comment sa famille a été déporté à Auschwitz. Pour conclure, toujours en parlant de la France, que « Ce pays mérite notre haine ». Que ce triste sire ait besoin d’un psychanalyse pour exorciser la haine qu’il porte en lui est une question d’hygiène personnelle qui ne regarde que lui.

Mais qu’une personne de cet acabit cesse de monopoliser l’espace médiatique serait une affaire de salubrité publique. Nous espérons que la presse tiendra compte des dernières dérives racistes d’Alain Finkielkraut et en tirera les conclusions qui s’imposent. La France compte beaucoup d’intellectuels de qualité qu’on n’entend pas assez souvent. Le temps est peut-être venu pour d’autres représentants de l’intelligentsia, plus digne qu’Alain Finkielkraut, d’occuper dans l’espace public la place qui leur revient.

REPONSE DE L’UJFP

A propos de véritables représentants de l’intelligentsia, nous vous proposons un texte écrit par l’un d’entre eux, que vous trouverez dans le fichier attaché <Rudolf-13>, intitulé « De la peur de penser à l’imbécillité politique » ; il s’agit d’un court article de Rudolf Bkouche, professeur émérite à l’Université des Sciences et Techniques de Lille et membre du Bureau national de l’UJFP. Il constitue une réponse aux divagations racistes d’Alain Finkielkraut dans les pages de Ha’aretz.

Outre un sursaut déontologique de la presse écrite et électronique qui doit faire attention à qui elle œuvre ses colonnes et ses antennes, d’autres institutions doivent également opérer les réajustements qui s’imposent. Celles de la communauté juive, par exemple. Si le CRIF et les associations qui lui sont proches se soucient de leur propre image et de leur respectabilité, il est grand temps qu’elles se séparent d’un de ses porte-parole officieux, devenu fort encombrant.

La conclusion de l’article de Rudolf Bkouche représente une belle leçon pour Alain Finkielkraut et ses semblables, mais aussi pour les citoyens de bonne foi qui éprouvent un certain désarrois devant la violence et l’injustice ambiantes :
« Finkielkraut oublie pourtant un point fondamental du débat, et en cela il s’est placé hors de l’héritage des Lumières. Les deux siècles qui nous ont précédés ont conduit à transformer l’idée de révolte en la belle idée de révolution, c’est-à-dire en l’idée de transformer le monde.

Aujourd’hui où l’idée de révolution semble morte, ne reste que la révolte ou la jacquerie pour s’exprimer, les récentes violences en France nous le rappellent. Il est alors nécessaire de rappeler que ces violences sont la réponse à une violence plus forte, qui n’est plus la seule violence d’Etat, mais qui est la violence du capitalisme mondialisé. C’est alors l’idée de révolution qu’il faut reconstruire. C’est en cela que l’on peut retrouver la tradition libératrice des Lumières. »

Richard WAGMAN
Président

Union juive française pour la paix (UJFP)
21 ter, rue Voltaire
75011 PARIS

Mots clés : Discriminations-Minorités /

Messages

  • Mohamed, Copas et les autres,
    S’il vous plaît, cesser de répondre aux provocations de ceux qui viennent d’infiltrer Bellaciao pour voler au secours de leur cher Finkielkraut. Ça ne sert à rien, ils sont sourds à tous raisonnements, à toutes explications, juste ivres de haines. Laissez-les hurler. Et passons à autre chose...
    Le Yéti

  • bonjour,

    Je ne trouve pas le fichier attaché de la traduction de l’entretien de A.F.

    Merci de m’indiquer où il se trouve.

    Mako

    • Bonjour,

      Je tenais juste à vous dire que je suis à la fois heureux et soulagé de vous lire. Nous devons, les uns comme les autres, nous attacher, plus que jamais, en ces temps troublés, à apaiser les esprits et les tensions qui fragilisent notre socle commun, le socle de la communauté nationale. Cette réaction y contribue. Merci. Serge Bilé (serge.bile@wanadoo.fr)

  • Traduction de toutes les questions et réponses du philosophe. La parties non traduites sont des passages de commentaires des journalistes qui semblent plutôt surpris de ce qu’ils entendent.
    Titre sur la couverture du supplément sous la photo de A. Finkielkraut : « Vous les Israéliens, vous me comprenez. »

    Patrice Bardet

    lls ne sont pas malheureux, ils sont musulmans

    Je publierai le texte de Rudolf dans un nouvel article

  • Bonjour
    J’ai entendu ce matin l’interview de A.F sur Europe 1 dans lequel il affirme ne pas avoir voulu dire ce qu’on lui reproche.Le mieux étant de se faire une opinion par soi même, et dans la mesure où je ne lis pas couramment l’anglais, je souhaiterais savoir où on peut trouver une traduction intégrale en français de l’article paru dans le journal israelien. S’il s’avérait, comme il le prétend que l’article du Monde a transformé son propos en confectionnant un "puzzle", celà m’apparaitrait tout aussi grave que les propos que l’on reproche à A.F s’ils sont avérés.
    Vous parlez de pompier pyromane en parlant d’A.F et à juste titre si ces propos ont bien été tenus, mais que dire dans le cas inverse de l’attitude de ce journal que l’on conseille encore aujourd’hui aux lycéens et aux étudiants ?

  • Je suis un peu surpris que des commentateurs ci-dessus s’interrogent où trouver le contenu intégral de cet article

    J’ai mis le lien le 25 nov à 8h36 dans un commentaire précédent !!!!

    Je remets donc le lien vers l’article intégral traduction de l’hébreu vers le français - la version angalise étant très "incomplète"

    LE LIEN lls ne sont pas malheureux, ils sont musulmans

    en répétant l’avertissement des traducteurs

    Traduction de toutes les questions et réponses du philosophe. La parties non traduites sont des passages de commentaires des journalistes qui semblent plutôt surpris de ce qu’ils entendent.
    Titre sur la couverture du supplément sous la photo de A. Finkielkraut : « Vous les Israéliens, vous me comprenez. »

    Voila qui devrait vous satisfaire

    Patrice Bardet, membre de l’UJFP

  • Cher UJFP

    Comme vous portezmal votre nom ? Où est la "paix" dans vos propos quand vous participez à l’hallali au sujet d’Alain Finkielkraut ? on croit revenir aux temps les plus sombres de l’époque pétainiste où vous rejoignez la cohorte des médias politiquement corrects comme Le Monde où sous couvert d’un antiaméricanisme , antisazrkosisme , antisharon et maintenant contre Monsieur Finkielkraut se cache l’antisémitisme le plus virulent et insidieux comme le confirment certains commentaires aux articles sur le net à propos de cette affaire journalistique .
    Alors , s’il vous plait , ne participez à l’extinction d’une des seules voix courageuses qui va à l’encontre du discours ambiant " catho" où les agresseurs comme les jeunes des banlieues sont présentées comme des pauvres victimes ; quand quelqu’un comme M Finkielkraut a le courage intellectuel de penser , on fait tout pour le faire taire ; alors que M Daniel Mermet continue à jouir d’une impunité totale malgré son laxisme et son autorisation à laisser passer des messages antisémites sur les ondes .
    J’espère que vous tiendrez compte de ces quelques lignes et que vous rectifierez la violence de votre position qui n’aide pas à la paix , bien au contraire mais attise la haine .
    Encore une fois , félicitaitons à M Finkielkraut dont la France s’honore d’avoir un intellectuel tel que lui .

    S.N . Docteur en Psychologie

    • Monsieur S.N . Docteur en Psychologie,

      Je suis surpris que vous preniez défense de quelqu’un qui a des propos rendant très mal à l’aise sur la notion de crime contre l’humanité qu’implique la traite des noirs

      Est-ce à dire que vous estimeriez que de tels propos soient anodins ? Remettez-vous en cause cette avancée de 1945 de ceux qui , en même temps qu’ils mirent fin aux nazis, définirent toute une série de crimes contre l’humanité dont l’esclavage ?
      Rappeler celà est-ce être "anti-américain, antisémite, etc ..."
      Les propos de Mr FINKIELKRAUT sont peu ambigus et permettent de caractériser clairement, de glissements en glissements, où sa pensée l’a mené. C’est à dire à l’endroit même où il est félicité par le Front National, (un hâvre réputé de combattants contre l’antisémitisme...n’est-ce pas ?).

      Où bien pensez-vous que, tout autant que la naissance discrimine pour les racistes, la naissance puisse vacciner contre le racisme et la négation de crimes contre l’humanité ?

      Par ailleurs vous indiquez votre doctorat de psychologie dans une discussion portant sur des propos très douteux et très agressifs contre plusieurs communautés en France qui payent toujours injustement un passé douloureux par l’exclusion sociale, le racisme discriminatoire à l’embauche et au logement, et un grand nombre d’actes de violence contre eux, pensez-vous que votre titre soit un argument dans la discussion engagée ?
      Quel rapport ? Là encore, les titres et la naissance instruiraient-ils, dans votre pensée, une imunité réputée contre le soutien à des crimes contre l’humanité ?
      Dites-le pour rire .

      Copas

    • Monsieur S.N., Docteur en psychologie,

      Je sais qu’il y a autant de comportements psychologiques que d’hommes sur terre. Je ne suis donc pas étonné de votre prise de position pour défendre A.F. D’autres le feront sans doute : il ne manque pas de racistes en notre chère société démocratique.

      Mais il est assez consternant de constater qu’un Docteur en psychologie soit incapable de s’autoanalyser pour essayer de comprendre pourquoi il surenchérit à la haine exprimée par une personne qui devrait elle-même passer sur le divan.

      Ce n’est pas un jugement. Votre passé (gênes, culture, expériences) a sans doute fait de vous ce que vous êtes (tout comme ce Finkielkraut... ou ce Le Pen), mais il me semble que la société a à se prémunir des distilleurs de haine et à prôner au contraire l’amour afin de vivre en paix.

      Henri Van den Eynde, un insignifiant petit belge.

  • HAARETS Journal Israélien choqué par les propos d’Alain Finkielkraute, alors que depuis quelque semaine en France ce monsieur ne fait que déverser sa haine envers les noirs et les arabes voilà qu’un journal étranger ose dénoncer cet homme dangereux qui incite à la haine raciale.

    " Maintenant, l’enseignement de l’histoire coloniale est exclusivement négatif. Nous n’apprenons plus que le projet colonial a aussi apporté l’éducation, a apporté la civilisation aux sauvages".

    SVP lorsqu’il y a une évidence, il faudrait arrêter d’essayer de trouver quelque échappatoire que ce soit..
    Selon ce pseudo-intellectuel, une culture différente de la culture occidentale ne serait pas civilisée ce qui est un "thème typiquement raciste". Rien que sur cette phrase on peut encore glisser sur le mot sauvage ( « la cerise sur le gâteau » ou plutôt « la surcharge pondérale sur le bateau « le négrier » »)

    "Les gens disent que l’équipe nationale française est admirée par tous parce qu’elle est "black-blanc-beur". En réalité, l’équipe nationale est aujourd’hui "black-black-black", ce qui en fait la risée de toute l’Europe."

    Tiens, cette phrase a déjà été dite par un certain Jean-Marie Le Pen peut-être la négrophobie fait-elle philosopher ?

    Digne, selon les journalistes, d’un dirigeant d’extrême droite, dans laquelle il s’en prend vivement aux "noirs", aux "Arabes" et à l’islam.
    Ces propos pourtant "ne sortent pas de la bouche d’un membre du Front national de Jean-Marie Le Pen mais de l’un des plus éminents anciens porte-parole de la gauche française"

    " Je suis né à Paris, mais je suis fils d’immigrants polonais. Mon père a été déporté de France. Ses parents ont été déportés et assassinés à Auschwitz. Mon père est revenu d’Auschwitz en France. Ce pays mérite notre haine : ce qu’il a fait à mes parents était beaucoup plus violent que ce qu’il a fait aux Africains. Qu’a-t-il fait aux Africains ? Il ne lui a fait que du bien."

    Cet homme considère, en comparaison à la gravissime shoah que la traite négrière ne fut que bénéfique pour les Africains …donc l’esclavage, c’est nouveau, n’a pas fait souffrir les Africains : ?? : Ce qui relève du communautarisme, du racisme et d’un grand mépris de la souffrance d’autrui…
    Pour aller plus loin dans cette analyse, on pourrait dire qu’il y a pré-contestation et jalousie, d’une éventuelle reconnaissance de la traite négrière en tant que crime contre l’humanité par la France…haine immense envers la France…
    De plus il ajoute que la traite négrière était une partie de plaisir…

    Déjà visé par une plainte du cinéaste israélien Eyal Sivan, calomnié par le même Finkielkraut parce qu’il ose critiquer la politique criminelle d’Israël à l’encontre du peuple palestinien.

    Je ne pense pas que ses excuses soient recevables, INEXCUSABLE !!!

    Je vous dis BRAVO à VOUS L’UJFP car en ces temps de conflits raciaux vous avez su rester lucide et objective, car les propos de cet homme n’honorent pas la communauté Juive.

    Ps : ne vous laissez pas influencer par quelque extrémiste que ce soit ;-)

    DE LA PART D’UN CITOYEN DE LA TERRE !!

  • Finkelkraut sortirait blanc comme neige de cette affaire pendant qu’Edgar Morin, qui est un penseur génial et FUT UN GRAND RESISTANT,(pendant que la France (attention ! quelle France ?)dit A.F, envoyait ses parents à la mort, pendant qu’ Edgar Morin ,Danielle Salenave (et je crois Sami Nair) sont condamnés par le Procureur de la République, pour "propos racistes" !!! Rectifiez si je me trompe, je vous prieEt si je ne me trompe pas il y a de quoi s’étouffer d’indignation .
    Merci à l’UJFP d’exister, honneur à elle. M.C

    • Oui les propos de Alain Finkielkraut sont répréhensibles car ils attisent la haine et un certain antagonisme dont nous n’avons pas besoin en France entre les différentes communautés. Pourquoi Juifs et Arabes doivent obligatoirement être opposés ? A ma connaissance, aucune (ou peu) de revendications antisémites ont été mises à jour lors des émeutes.
      Maintenant, après lecture de l’article et des réactions, je pense que nous ne devons pas tomber dans un mélodrame social en parlant des jeunes des cités. Beaucoup c’est vrai veulent s’en sortir mais cette minorité violente qui a agi est bien réellement en marge de notre société non pas uniquement parce que nous les avons abandonnés mais aussi parce qu’ils le veulent. Je pensais ce matin à une dérive de notre modèle social vers le modèle Américain et celà m’effrayait quelque peu. Qui est le chantre de ce nouveau modèle ? M. Sarkozy evidemment qui saura tirer profit de la situation pour rallier les votes d’extreme droite à sa cause.
      Oui Alain Finkielkraut a tenu des propos "racistes" et connaissant l’intelligence de l’homme on peut difficilement penser que ses propos on dépassé sa pensée ,qu’il a été mal compris, ou alors malheur à ses élèves pour leurs futurs examens !!
      Maintenant, souvenez vous bien de ceci " on va vous débarassez des racailles", "nettoyons les cités au karcher", et ça ce n’est pas une forme de racisme ?? Il vaut mieux aujourd’hui être blanc et quarantenaire à Neuilly que black et jeune en banlieue. Voilà une forme de racisme qui en plus d’être racial est aussi un racisme anti-jeunes. Je ne suis pas concerné par cette formule, (suis je encore jeune a 30 ans ??) selon les critères sarkozystes, mais que cette personne me fait peur. Il représente tout ce qui me fait horreur dans la politique, le destin de Brutus, oui ça lui va tellement bien.....

      Sébastien -

  • Ce texte de Genet sur la violence de la Fraction Armée Rouge en réponse à la brutalité du système (1977), sera certainement éclairant pour vous : http://perso.magic.fr/nac/webnac4/fs/genet.html.
    Il a en effet un grand rapport avec l’argumentaire de Rudolf Bkouche (argumentaire très souvent développé), qui ne va pas sans poser problème : grâce à lui, toute violence, même criminelle, est d’emblée absoute (puisque le système est par essence injuste et violent), pourvu qu’elle ait des allures de "révolte sociale" (et Genet va donc, logiquement, jusqu’à soutenir la bande à Baader, ce qu’il n’a d’ailleurs pas été le seul à faire). Rien de nouveau sous le soleil, donc. Juste une question (que je ne suis pas seule à me poser) : quel message entend nous faire passer une personne qui met le feu à une école ou jette de l’essence sur les passagers d’un bus avant d’y mettre le feu ? Merci de m’éclairer, je serais curieuse de connaître vos hypothèses.

  • bjr,"ce professeur" ne merite pasqu’ont s’atarde sur lui,mais c’est 1 bon client des medias francais se qui fait + peine qu’ils appel ses debat "culturel"

Derniers articles sur Bellaciao :