Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

L’autisme de Marie

mercredi 21 septembre 2005

de Franca Maï

Marie Trintignant, n’aura pas l’occasion de sortir un double album en public assorti d’un double DVD comme l’annonce le groupe Noir désir, actuellement en promotion pour sa propre musique. Car Marie Trintignant est morte et enterrée, bouffée par les vers, privée irréversiblement de parole. Elle a été tuée par les coups de son compagnon, le chanteur Bertrand Cantat, en juillet 2003. Ce dernier purgeant actuellement sa peine derrière les barreaux pour une durée de huit années.

Une petit feu intérieur, a tenté de me faire croire à une histoire d’amour passionnelle ayant mal tournée. Un Roméo et Juliette trash, version contemporaine. Si Bertrand Cantat s’était suicidé pour suivre les traces de sa belle... peut-être... la compréhension d’une cohérence, aurait percuté mon occiput.

On va me rétorquer que le meurtre n’était pas prémédité, que ce fut un accident. Désolée, cette antienne, soluble dans le sang, ne me convainc pas.

Un type qui tape sur une femme, est un sale type. Point barre. Il doit se faire soigner d’urgence avant la zone de non retour. Sachant qu’en France au moins 2.000.000 de femmes sont victimes de violences conjugales et que 400 crèvent sous la barbarie de leur conjoint chaque année -soit plus d’une femme par jour- les coups sont donc des armes utilisées en toute connaissance de cause.

La voix de Marie n’est plus.

Je rédige cet article, la rage au ventre. Parce-que Noir Désir était un groupe que j’aimais, que j’écoutais et que je n’ai plus envie d’entendre. Pour préciser ma pensée, je n’ai pas la volonté de me procurer ce que l’on veut me proposer. Car il y a un avant et un après.

Les majors n’existant que pour faire de la thune, elles ont trouvé un nouveau filon : le fait divers. J’entends leurs arguments. Ils sont laids et cyniques.

Le guitariste Serge Teyssot-Gay, le batteur Denis Barthe et le bassiste Jean-Paul Roy, musiciens du groupe Noir Désir, mutilés provisoirement de leur chanteur, sont propulsés actuellement dans la presse officielle. Ils nous expliquent que : bien sûr, s’il y a un futur à Noir Désir, il n’existera pas avant qu’on se soit retrouvés autour d’une table tous les quatre, avec Bertrand et sans les murs autour...

J’imagine que le chemin intime de Bertrand Cantat n’est pas facile. Je n’aimerais pas être à sa place. Mais la décence serait qu’il ne chante plus.

Comme Marie.

Dans cet absolu, résiderait la preuve d’Amour.

Lire : SOS femmes

http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=445

Messages

  • Je suis en complet accord avec vous sur l’horreur du geste de Bertrand Canta. Ce qui me gene dans votre texte c’est que vous employez les memes arguments que les partisans de la peine de mort "oeil pour oeil, dent pour dent". On croirait entendre G.W.

    • Franca Maï n’utilise pas les mêmes arguments que les partisans de la peine de mort elle ne croit pas au meurtre justifié par l’amour, elle pense que le suicide de l’amant bourreau aurait été un signe, un aveux de cette passion meurtrière, elle ne souhaite pas la mort du meurtrier, vous savez lire ou quoi ? y a des bons cours de philologie...philippe

    • Remplacez "femme" par "enfant", et "Cantat" par "voyou" et vous avez le discours de Nicolas Sarkozy à La Courneuve. C’est pas la peine de critiquer Sarko à longueur de colonnes si c’est pour reprendre intégralement ses positions : "un voyou est un voyou", "un sale type est un sale type" (d’ailleurs ça s’entend quand il chante ...), "suicide-toi si t’es pas content", "et vous croyez qu’il s’est gêné, lui, avec ce gamin/ cette fille / cette femme et faudrait en plus qu’on ait du respect pour cette vermine et puis quoi encore qu’on lui apporte le petit déjeuner au lit" L’assassin qui non seulement doit être retranché dans l’enfer carcéral (il n’y a rien de plus horrible qu’une prison n’en déplaise aux comissaires politiques féministes au petit pied) pendant plusieurs années mais doit être définitivement rayé de l’humanité, cela ça flatte le bon peuple, ça fait chanter Sardou, ça fait jaser ma concierge et aboyer mon pittbull ça ne m’fait pas marrer, ça fait encore moins marrer tout ce peuple des abîmes retranché dans son enfer moderne à l’abri des regards des honnêtes gens et des attentions offusquées des bien pensants de gôche, dont le principal souci est d’aller encore au-delà des rigueurs de la justice bourgeoise. Comme disait Sebastien Faure, « Je plains celui qui peut regarder ces édifices – les prisons – en se disant : « je ne serais jamais enfermé dans ces murs ! » Celui-là ne peut avoir ni dignité, ni passion, ni courage, ni conviction. Il est le plat valet des oppresseurs, prêt à se faire oppresseur lui-même… ».

    • réponse à 86...92

      Franca Maï ne dit pas ce que toi tu veux entendre et qui te rassure pour ton confort intellectuel. Elle nous parle d’Amour. Elle émet une pensée et un questionnement de ce qu’aurait pu être l’amour s’il existait une cohérence dans l’amour. Elle ne comprend pas cette passion dévastatrice à sens unique, ou l’un des deux est fatalement lésé. Puisque l’un vit et l’autre plus.

      On peut aller plus loin et en déduire que celui qui reste à forcément tricher sur la nature réelle de ses sentiments. Elle parle donc d’imposture de l’amour. Je n’ai lu nulle part qu’elle souhaitait la mort de Cantat .

      Elle nous dit également qu’elle est choquée par une promotion très visible du groupe Noir Désir. Elle n’est pas la seule. Oui... toute cette industrie du disque est choquante.

      Cantat est toujours en prison et ses musiciens à l’unisson nous formate à un possible retour de leur chanteur.

      La nostalgie d’un groupe mythique devrait vous faire réfléchir sur son devenir réel.

      L’écoute peut-elle être la même ? Sincèrement ?

      Martine D.

  • Bravo, belle envolée bien convenue sur les rails de la révolte à deux balles.
    Tu fais partie de ceux dont on espère qu’ils n’auront jamais le moindre pouvoir d’influer sur la vie des autres.
    La manière d’assener tes certitudes comme seules valables et cette volonté d’appliquer la loi du Talion, comme fort justement relevé dans le premier commentaire, le prouvent abondamment. De plus, te priver de la musique que tu aimes ressemble fort au cilice et à la macération des grands malades mystiques.

    • Bien sûr, tirer sur Franca Maï à coup de "révolte à deux balles", de sous entendus sados masos religieux sexistes, de mise en doute de la santé mentale de l’auteur, pour sûr vous pourriez aller encore la menacer d’une bonne correction pour lui remettre les idées en place...mais heureusement le web c’est le règne du virtuel...si tous les fans de Cantat utilisent votre réthorique y aura du sang encore versé dans les chaumières. philippe

    • Oui, révolte à deux balles, je maintiens, et non je ne tire pas plus que Franca Maï ne s’adonne au petit jeu du tir d’artillerie à l’aveugle.
      Comme je maintiens que regretter que le suicide de Cantat ne soit pas venu sanctionner tout ceci est un appel à la loi du Talion. Aucun sous-entendu, juste le constat que la haine de Franca Maï, comme l’ont fait remarquer moult internautes par la suite, lui fait écrire des choses que ne renieraient pas les pires adeptes de la peine de mort et de la charia réunies.
      Aucun sous-entendu non plus quand je dis que se priver volontairement d’une musique qu’on aime pour des raison idéologiques ressemble fort aux supplices que s’auto-infligent les "mystiques" hardcore. C’est une analogie valable, qu’elle te déplaise n’y change rien.
      En revanche, je n’ai nullement mis en cause la santé mentale de l’auteur. Toi de ton côté, tu te sens justifié de faire allusion au fait que je pourrais avoir envie de la corriger, et que ma réthorique fera couler le sang. Manifester avec fermeté mon désaccord avec des textes comme celui de Franca Maï, qui sont l’expression d’une bêtise hargneuse et violente, n’est en aucun cas la preuve que je suis moi-même violent.
      Quant au souhait que Noir Désir devrait cesser de vivre de sa musique et Cantat se taire, j’y vois comme une manifestation supplémentaire de manque de discernement.

    • Au fait, Philippe,
      je te serais reconnaissant de me dire en quoi mon message initial était sexiste.

    • Sous entendu : "faut être une femme dérangée pour se priver de la musique qu’elle aime". Peut être, mais vous ne pouvez reprocher à Franca de ne plus pouvoir écouter Noir Désir de la même manière après le Drame qu’avant. La musique, les paroles, les êtres qui les produisent, l’image qu’ils donnent et qu’on s’en fait, forment un univers complexe et subtil qu’un drame comme celui survenu à Vilnius peut fortement perturber, voire même détruire. Contrairement à vous, je persiste à écrire que Franca ne fait pas l apologie de la loi du Talion, puisqu’elle suggère, pure hypothèse de sa part, le suicide de Bernard après la mort de Marie, comme preuve de son désespoir causé par la perte irrémédiable de celle qu’il a tuée par passion amoureuse. Elle ne fait que supposer une issue romanesque au drame qui l’est si peu.Franca n’est pas une "hystérique maniaco dépressive" mais une auditrice attentive de Noir Désir qui exprime sa subjectivité de femme et de féministe face au cinisme d’un show bise, soi disant progressiste, qui ne fait pas preuve pour l’occasion de tact de finesse et de compassion pour Marie, tous ses enfants, sa famille, sa mémoire d’artiste brillante du cinéma français. Dont acte Philippe

    • Encore une fois tu affirmes que je m’exprime par sous-entendu, et encore une fois tu te plantes.
      Où vois-tu que je fais référence au sexe de Franca dans ce que je lui reproche ? Tu as visiblement décrété que j’étais sexiste et violent, va peut-être falloir commencer à aligner des arguments, non ? Parce que les accusations sans preuve autre que des interprétations farfelues portent bien des noms, mais en aucun cas celui d’argument.
      Par ailleurs, je ne reproche pas à Franca de se priver de quelque chose qu’elle aime, je fais une analogie. Libre à elle de s’infliger des privations pour des raisons idéologiques ou "romantiques trash". De mon côté, je suis libre de relever les similarités avec d’autres pratiques.
      Enfin, le raisonnement "la voix de Marie s’est tue, donc Cantat ne doit plus chanter", est la traduction exacte de la loi du Talion.

    • J’l’aurais pas mieux dit ! Merci ! :)

    • Je crois avoir entendu ou lu à l’époque des faits que Bernard Cantat aurait voulu se suicider à l’annonce du décès de Marie. Mais il était déjà sous bonne garde. Je suis étonnée par la lecture des divers messages. Aucun ne mentionne que Bernard et Marie prenaient des drogues. Sous l’influence de ces produits illicites n’importe qui peut faire n’importe quoi. La drogue est un fléau, elle détruit des milliers de vies, et elle est très répandue chez les artistes.

  • ce n’est pas la justice que tu recherche mais le vengeance, à te lire on pourrait penser qu’outre les huit ans de prison qu’il purge , on devrait lui couper la langue , pour qu’il ne puisse plus chanter "comme marie ".
    cette affaire est d’une tristesse absolue , je n’excuse en rien bertrand cantat , raisonnablement il n’aurait pas du battre à mort sa compagne , mais somme nous bien dans le domaine de la raison ?
    quand au groupe noir desir à ma grande stupeur tu voudrais les condamner au silence , mais ils n’ont tué personne ces musiciens , ils ne sont coupables de rien , et quand bertrand sortira , il serait bien triste que ses amis ne soient plus là !
    tout cela ne rendra marie à personne , mais tous ceux qui l’aimaient ne l’imaginent pas (supreme elegance ) "bouffée par les vers " .la haine quel désastre !!
    claude admirateur de marie trintignant

  • Cet article est honteux et indécent. C’est du mélo à deux balles et il rejoint la cohorte de ceux qui se sont fait juge et partie dans cette affaire criminelle. Et qui sont venus salir un peu plus le chanteur et son entourage sur tous les médias, complaisants, avec leurs intimes convictions et leurs déclarations subjectives qui n’ont rien à voir avec de l’information.

    Le coupable de ce geste horrible est en prison. Il a été condamné par la société pour ce qu’il a fait et il y purge sa peine.

    Pourquoi donc faut-il que les citoyens lambda se mêlent encore et encore de lui infliger une double ou triple peine. Peut-être faudrait-il le faire torturer ? Ou lui donner la corde pour qu’il se pende ?
    Peut-être que dans sa cellule, il est trop choyé. Peut-être même que là où il est, il s’amuse comme un fou.

    Et que dire également du discrédit jeté sur tout le groupe et sur sa famille qui ne sont pas responsables de cette histoire et qui, à mon sens, sont restés très dignes ? Faudrait-il eux aussi qu’ils croupissent dans la misère pour se repentir d’avoir côtoyé un tel "monstre" ?

    Si la mort de Marie Trintignant a été un épisode tragique et un immense gâchis, elle a été médiatisée par ce qu’elle avait d’"esthétique". Cela n’en reste pas moins un fait divers.

    En France et dans le monde, des milliers (millions ?) de femmes sont battues et/ou violées quotidiennement sous les coups de leur mari ou autre "mâle" de leur entourage. Certaines en meurent . Cela se passe peut-être dans notre immeuble même.

    La rage, il faudrait l’avoir contre tous ceux qui se permettent de torturer d’autres êtres humains, femmes et enfants d’abord. IMPUNEMENT et avec le silence complice de tous.
    C’est cela qu’il faut dénoncer avec force. C’est cela qu’il faudrait punir maintenant.
    Mais en France, les sévices subis par les femmes ne sont même pas comptabilisés.
    Cela permet ainsi de se donner bonne conscience. Et de laisser croire qu’un tel fait divers est un fait isolé.

    emcee

  • Je ne peux pas partager votre point de vue qui me révolte ! Bertrand Cantat a été jugé, condamné pour un fait dont nous ne connaissons que ce que les médias nous ont rapporté. Quand vous écrivez "la décence serait qu’il ne chante plus", je trouve cela terriblement condamnable. J’espère bien que du fond de sa cellule, il est en train d’écrire de merveilleux textes, que la puissance de son imaginaire est plus forte que celle des barreaux et je compte bien l’entendre chanter à nouveau. Cet homme n’a pas à être rejugé à chaque sortie de CD ou DVD concernant son groupe. Un homme qui a purgé sa peine a le droit de vivre à nouveau sans qu’on lui rappelle indéfiniment la cause de son emprisonnement. Créez, monsieur Cantat, pour vous, pour votre groupe, et pour tous ceux qui veulent à nouveau vous entendre chanter.
    Quién Qué

    • Je vous rejoins dans votre facon de penser, nous devons bien separer le Groupe Noir Desir dont Bertrand est le chanteur et purge sa peine actuellement.

      Leur double CD et DVD sont sortis le 19 septembre, ce sont des merveilles, beaucoup de travail et d’amitie depuis 25 ans.....ils sont sinceres, la promo pour la vente est obligatoire pour chaque
      artiste et la part de Bertrand est bloquee sur un compte pour dedommager les enfants de Marie.

      Votre article est vraiment indecent !!

  • La décence serait que vous ne preniez pas la parole pour déverser vos subjectivités acides sur un sujet qui ne peut que vous effleurer. La grandeur d’une critique débute par le respect du droit à la différence, différence d’opinions, d’appréhensions, de comportements, et de bagage personnel.
    Cette façon de ranger chaque histoire dans une case revient à renfermer sa vie dans des stéréotypes rassurants et se croire propre de tout débordement.
    Merci de balayer devant votre porte.

  • Je suis une femme.
    Je suis révoltée par les multiples violences faites aux femmes, des plus infimes, quotidiennes et sournoises, aux plus tragiques.
    Pour autant, je ne souhaite pas la mort à Bertrand Cantat, pas plus qu’au plus abominable des criminels.
    C’est vrai que c’est une atroce injustice qu’il soit vivant alors qu’elle est morte.
    Pourtant, j’affirme qu’il a le droit de vivre, d’écrire des textes, de chanter, j’espère même qu’il va le faire.

    Les violences faites aux femmes, les hommes n’en sont pas seuls responsables : c’est toute une ambiance, un ensemble de fausses évidences, plein de choses minuscules dont nous ne voyons pas tous les prolongements.
    Par exemple, ton texte : ou va-t-il, qui le reçoit, qu’est ce qu’on va en faire ?
    Il porte une violence qui t’échappe maintenant : depuis qu’il est sorti de toi, il a sa vie autonome, il a des effets que tu ignores, en portes-tu toute la responsabilité ?
    Non, bien sûr, et heureusement, qui pourrait vivre dans un tel monde ?
    MC

  • La violence engendre la violence.
    Ce que je retiens de tout cela c’est une immense souffrance, tant pour la famille Trintigant que pour la famille Cantat. A quoi bon en remettre une couche !
    Marie n’est plus et c’est bien triste, Bertrand est toujours là et il portera jusqu’à la fin de ses jours la responsabilité de son geste, c’est bien plus qu’une décisision de justice. Cela signifie -t-il qu’il doive cesser de vivre ou de chanter ? Qu’est-ce que ça change ? Les choses sont !!!
    Qui sommes-nous pour juger ? C’est vrai qu’il est plus facile de se décharger sur les autres et de faire leur procès, cela nous permet de ne pas devoir regarder dans notre propre jardin et de voir ce qui s’y passe ?
    Lorsque le monde aura compris qu’avec beaucoup plus d’amour inconditionnnel, de compassion et de non jugement la violence diminuera alors je pense qu’on sera sur la bonne voie.
    Si à chaque mouvement de la famille Trintignant ou de la famille Cantat le monde entier y va de sa petite histoire, comment voulez-vous que ces personnes puissent se reconstruire et retrouver si pas la paix au moins la sérénité, mais non ça n’arrête pas. On fait de l’argent avec n’importe quoi et à n’importe quel prix !
    Si chacun d’entre nous prenait la décision de prendre sa propre vie en main et de résoudre ses problèmes avant de vouloir résoudre ceux des autres, nous serions-bien étonnés de voir ce qu’on peut y trouver pour autant qu’on soit honnêtre vis-à-vis de soi même !! J’ose croire que cela arrivera un jour, en tout cas c’est une tâche à laquelle je m’attêle chaque jour de ma vie !

  • Ah ! si Noir Bertrand Cantat n’était une pop star ce débat n’aurait pas lieu. Il serait un criminel ordinaire et aurait choppé, avec un assentiment unanime, 15 ans. S’il avait été black ou arabe il aurait pris 25 ans. Mais voilà, "on l’aimait bien", "il chantait bien", "ils avaient des paroles de gauche", alors on tergiverse.... Non, Cantat est un criminel ordinaire et le fait qu’il soit une personalité publique est une circonstance agravante, compte tenu de l’influence de ces individus sur les publics les plus fragiles.

    Jean-françois

    • Voyons Jean-François... On est jamais un "criminel ordinaire" pour les gens qui ont de l’affection ou de l’intérêt, quel qu’il soit, pour vous. Si Cantat était ton frère, tu serais anéanti par ce drame, s’il était un ami, tu serais bouleversé, s’il était un voisin que ’tu aimais bien", tu aurais été secoué, et ainsi de suite...
      Beaucoup de gens connaissaient Cantat, qu’ils se soient émus de ce drame est bien naturel il me semble. Le contraire aurait été choquant.
      Julia

  • Bonjour,

    je ne vais pas m’attarder trop sur ce site (quoi que si quand même...) limite sectaire, au sens propre (ou plutôt sale)... mais juste deux ou trois choses car votre sens de l’analyse m’effraie quelque peu :

    — > A PROPOS DE BERTRAND CANTAT : Votre sensibilisation pour l’honnorable et indispensable mouvement en aide aux femmes battues ne vous fait pas ouvrir les yeux ? Malgré cela vous ne prenez pas de recul et n’êtes pas capable de différencier un homme profondément dangereux qui bat sa femme régulièrement et de plein gré d’un homme intelligent, docile, de tous les combats (pas au sens où vous l’entendez !!)qui a commis un accident. Et oui un accident.

    On copnstate ici que les médias de l’infamie ont joué un rôle efficace quant à la propagande sur le profil meurtrier de Berrtrand Cantat. Même dans les JT, impossible de donner une info sur "l’affaire Trintignant/Cantat" sans aussitôt lancer un reportage sur les femmes battues. Inutile de parler du livre de Nadine sorti seulement quelques mois après la mort de sa fille.Quel respect pour son deuil ! Et les cerveaux frêles comme les votres, plein de leçons à donner sur tout, tombent allègrement dans le piège, de sorte à vous faire sortir vos belles tirades toutes prêtes, et de vous faire entendre des autres pour enfin dire "Moi je suis bien, gentille, j’aime pas les gens qui battent les femmes !" BRAVO ! Au lieu de prendre partie à propos des choses dont vous ne savez que ce que vous avez pu entendre, je vou sconseille de vous documenter et de vous plonger dans l’écriture de ce grand homme, dans les disques des NOIR DESIR et vou scomprendrez pourquoi tant de personnes ( pas seulement des admirateurs) les soutiennent dans une préiode si horrible. Lisez surtout à propos de l’affaire le livre de son frère, Xavier Cantat.

    — > MARIE TRINTIGNANT : Il est vrai que c’est une actrice de talent, qui dégage quelque chose d’inexplicable. Surement une femme formidable. Mais la connaissiez-vous personnellement ? Non, alors... Tout le beau monde de la culture française des pinces-culs aime à la décrire comme sensible, douce, innocente, formidable. Mais les trintignant sont devenus une institution qu’il ne faut surtout pas viser si vous voulez vous faire bien voir ! Pourquoi n’aurait-elle pas des torts ? Peut-être que c’est elle qui a effectivement mis le feu aux poudres ce soir là ! Peut être qu’effectivement elle était impulsive et violente, comme l’a décrite un de ses ex, le seul inconnu alors que tout le monde a écouté ses maris célèbres la congratuler... ELLE ETAIT FORMIDABLE MAIS PEUT ETRE PAS PARFAITE...

    — > LA PEIN DE MORT : Comment peut-on soutenir les femmes battues et être contre la peinde de mort ? Pour tous, y compris Cantat, il est bien plus difficile de supporter de vivre avez une mort sur la conscience que d’être condamné à mort.

    RESUME : JE PENSE QUE LE PARTI PRIS POUR DES AFFAIRES MEDIATIQUES ET INCONNUES DANS LE DETAIL PAR TOUS EST DANGEREUX. LA PASSION COMME LA VOTRE EST DANGEREUSE POUR LES CAUSES NOBLES TELLES QUE LES FEMMES BATTUES. AVEC VOTRE ATTITUDE VOUS NE FAITES QU’EMPIRER LES CHOSES !! IL ME SEMBLE QUE VOUS ETES MALADE ET QUE VOTRE VIE NE VOUS COMBLE PAS, VOUS AVEZ BESOIN DE REGLER DES CHOSES... JE VOUS SOUHAITE PROMPT RETABLISSEMENT.

    PS : il est évident que j’écouterai toujours Noir Désir. On reconnaît les amis dans les moments pourris...

    • labsus, j’ai voulu dire : "Comment peut-on soutenir les femmes battues et être POUR la peinde de mort ?" Vous aurez corrigé par vous-même je pense, vu ma vision des choses.

    • Vous parlez d’accident alors que quelques phrases plus loin vous dites que personne n’était là pour savoir ce qu’il s’est réellement passé ce soir là. Dans ce cas, ne dites pas "...qui a commis un accident. Oui, un accident." Vous n’y étiez pas non plus que je sache !

    • merci pour le rectificatif... cela me semblait effectivement en complet désaccord avec votre article (qui est d’ailleurs très bien écrit et résume bien les choses !)
      Pierre-Etienne

  • Ne pas confondre :
    Noir Desir et Bertrand Cantat !
    Tous les fans de Noir Dez condamne cet acte ! Mais ne condamne pas la musique de Noir Desir !
    Alors cet album qui sort, c’est pour les fans, pas pour Marie ! Il a ete enregistré avant le drame de Vilnius ! Et sur la pochette, il n’y a rien à propos de cette affaire, ca aurait mal vu !

    • Marie.. c’est très triste... mais je trouverai toujours plus de circonstances atténuantes au crime passionnel de Cantat qu’aux viols que commettent les forces militaires "du bien" partout où il y a conflit dans le monde : en Irak, en Afghanistan, en Côte d’Ivoire ou ailleurs...
      Marie Trintignant et Bertrand Cantat c’est la rencontre de deux improbables. La princesse et l’homme issu du peuple, l’amour impossible peut-être ?
      Marie n’est pas autiste, elle est malheureusement morte. En revanche combien d’enfants autistes à cause des bombes qui s’abattent près de chez eux ? Les bombes de l’axe du bien...
      On peut discuter à foison sur ce drame, en faire des tonnes, des colonnes et encore des colonnes. A force on frise l’indécence, on brise le silence qui sied au respect des morts. On récupère, on en fait un drapeau d’une cause qui est viciée. Un drapeau de plus. Quand on est du bord des ni putes ni soumises le premier devoir moral est peut-être d’éviter de se prostituer à la télévision, dans les journaux, sur les radios qui toutes cautionnent ou font au moins abstraction des meurtres qui se commettent chaque jour sur des femmes parmi les plus pauvres par des forces étatiques à la solde de groupes industriels maffieux.

      Le malheur de la cause féministe c’est que sous couvert d"égalité elle a fait des femmes non tant l’égale des hommes, mais sa reproduction, la similtude, la standardisation, l’uniformisation. Nous étions en droit d’attendre autre chose de celles qui avaient subi des siècles de rabaissement. Mme Parisot du MEDEF n’est pas une femme. Andrée Leo est une femme. Comportez vous en femme, nous aurons plaisir à être des Hommes.

    • C’est quoi se comporter en Homme ??? C’est quoi être une Femme ???
      Se conformer aux modèles et être ce qu’attend de nous la société ???

  • Je conseil à l’auteur de cet article d’écouter "Entre toi et moi" chanson de julos beaucarne.

    • Je suis d’accord sur le fond de cet article et j’ai horreur des fans inconditionnels. Cet article ne réclame pas la peine de mort, mais dit que ce groupe pourrait le mettre en veilleuse. Ce n’est pas cet article qui est indécent, c’est la promotion du groupe avec un type qui a frappé et tué une femme. Qu’on trouve lamusique bonne n’excuse rien, ne justifie rien.

      helge

  • une juste punition serait que cantat s’investisse dans la défense des femme battues et qu’il utilise son talent de chanteur et d’auteur pour écrire des texte assassin contre les hommes qui osent toucher à leur femmes.

    chante cantat, etfait bruler les frappeur

    ju

    • entrer dans la cause des femmes battues, c’est alors afficher qu’il est de ces hommes-là qui frappent leurs femmes.

      ce serait donc bafouer tout ce qui aura été dit autour du drame de vilnius. ce serait donner raison à ceux qui se sont emparés du sujet, pour en transformer son essence même, et se servir d’un fait divers parce que les auteurs étaient médiatiquement intéressants. c’est exploiter le filon pour mieux se réintégrer. l’horreur médiatique, one again !

      C’est tout le contraire de l’histoire elle-même. ce serait même revenir en mouton marqué à l’encre rouge, se faire voir en se glissant dans la peau de ce qu’il n’est pas.

      ouf, il existe des êtres plus intègres que tout cela. aux risques qu’ils encourent de tenter "d’entrer dans la famille" et de ne jamais y être pleinement acceptés.

      l’opportunisme a, lui aussi, beaucoup d’avenir devant lui. quelques maillons vivent et vivront sans jamais y mettre les pieds. au prix de toutes les conneries et salissures qui seront déversées sur leur dos.

      chante noir désir, et fait valser les valeurs.

  • Je suis une femme.
    J’aimais la liberté de Marie et je trouve bien que Franca Maï la sorte du placard d’oubli où elle glisse peu à peu.
    "Elle avait peut-être des torts" comme dit l’autre ? ça n’excuse pas la peine de mort qui lui a été infligée.
    Elle avait le droit de vivre comme elle l’entendait, de vivre, d’aimer et de ne plus aimer.
    Elle était un être humain, pas la "chose" d’un homme ; nombreuses sont celles comme elle qui sont battues et tuées pour cela.
    Quant à Bertrand Cantat, s’il estime qu’il peut encore chanter en public sans que les gens voient derrière lui l’ombre de Marie, c’est son problème.
    J’avoue que personnellement j’aurai du mal à l’écouter.

    • Cantat n’a pas chanté en public depuis, le concert qui sort dans les bacs est issu de la tournée 2002. D’ailleurs Réfléchis avant de parler. Toutl emonde accorde à Cantat des propos qu’il ne tient pas, c’est du fantasme de bigotes.

      Rémi

    • Je vois que les machos sortent leur flingue !
      Je défends la cause des femmes, donc je suis une bigote...
      C’est bien possible que ce soient les compagnies de disques qui essaient de faire un fric maximum en profitant de la triste pub faite autour de Noir Desir, comme les éditeurs ressortent les vieux bouquins d’un écrivain mort.
      Je pense que Cantat aurait pu, s’il l’avait voulu, empêcher cela, laisser le silence planer un peu plus longtemps après les cris et vociférations des médias, qui ont suivi le meurtre.
      Après tout, il faut qu’il réfléchisse à sa réinsertion à sa sortie de prison. Se voit-il toujours en chanteur emblématique d’un groupe de musique contestataire ?! A-t’il bien pris la mesure de sa nouvelle image ?
      Il y a d’autres moyens de gagner sa croûte que d’être sous les sunlights. Il peut travailler un peu plus dans l’ombre (je ne parle pas de la prison), écrire des textes, aider de jeunes chanteurs...
      Son image est trouble maintenant, et le restera. Noir Désir doit réfléchir à cela.
      Et arrêtez de cracher sur "les femmes qui sont battues ou violées (et qui au fond l’auraient bien cherché)" !

  • N’IMPORTE QUOI !!!!!
    On ne mélange pas vie privée et vie d’artiste !!!!
    Ce disque est un live enregistré qui date bien avant le drame de Vilnius. Il ne faut pas tout mélanger non plus.
    Noir désir est un groupe, un ensemble à part entière. Pas l’entité de Bertrand Cantat.
    Puis salir et juger c’est vite ..c’est facile...
    Mais on verra les ventes du disques et la notoriété du groupe maintenant.

    Noir Dez a de nombreux fans qui aiment la musique POINT BARRE !

    Bertrand n’aurait jamais du croiser le chemin des Trintignant

  • Cantat est père de 2 enfants voyons. Il y a déjà 5 orphelins dans ce drame, il aurait fallu qu’il y en ait deux de plus... pour accréditer la thèse du drame passionnel... bon sang quelle cruauté et quel simplisme.
    julia

  • Bonjour,

    Je pense qu’il faut cesser cette colère, en plus personne ne sait exactement ce qui s’est passé entre ces deux amoureux aussi passionnés l’un que l’autre. La mort de Marie est un drame, mais je pense que la vie de Bertrand est aussi un drame. Je pense que les fans de Marie ont regardé "Colette" peut être même acheté le DVD de ce téléfilm, il faut laisser les fans de Bertrand acheter le DVD de Noir Désir, il ne faut pas oublié que la famille de Marie demande de grosses sommes de dédomagement , donc il faut bien qu’il trouve cet argent. je n’ai acheté ni le DVD de Colette ni le DVD de Noir Désir.

    Mais cesser de parler de cette façon cela me fait aussi mal pour Marie qui est partie que pour Bertrand qui est enfermé en prison. Et en plus je crois que c’est le groupe qui a sortie ce DVD et non pas Bertrand.

    Un maman qui à 3 enfant de l’âge de Marie et Bertrand et qui peut imaginer la perte d’une enfant comme Marie et aussi l’enfermement d’un enfant comme Bertrand qui se trouve en prison.

    Marie Claire de Brest

  • Oh la, Franca Maï, tu t’énerves pour un acte aussi naturel et aussi vieux que le monde, à savoir le fait de tuer une femme, de disposer de sa vie de son corps, quasiment impunément ? La violence sur les femmes, c’est d’un banal, ça se passe dans le monde entier, à des degrés divers, c’est parfaitement intégré depuis notre enfance. Et je ne peux pas m’empêcher de placer un extrait d’un article précédent de Yasmina (bellaciao dimanche) :

    "Enterrées vivantes dans l’Arabie pré-islamique, brûlées comme sorcières dans l’Europe chrétienne, enfermées dans les harems des aristocrates ottomans, déportées à Ravensbrück pour des baisers volés à un amant "pas assez allemand", ou tondues à la libération pour les mêmes baisers mais donnés, cette fois, à un amant "trop allemand", mutilées en Afrique de l’Est, assassinées pour "l’honneur" au Moyen-Orient ou "par passion" en Occident, mariées de force au Maghreb ou répudiées à Méa Shéarim, vendues comme prostituées d’Amsterdam à Johannesburg, emprisonnées dans des bordels ou au domicile conjugal, transformées en butin pour soldats, violées et massacrées à Sebrenica ou dans les maquis d’Algérie, lapidées en Iran, au Pakistan ou en Afghanistan, insultées, sifflées comme des chiens, agressées, violées et battues aux quatres coins du monde, massacrées dans tous les pays, ... on ne produira jamais assez de papier pour décrire toutes les violences, toutes les souffrances, toutes les atrocités qu’ont subit et que continuent de subir des êtres humains uniquement parce qu’elles sont des femmes."

    Je rappelle à tous les excités qui dégomment Franca que pas une seule fois elle ne parle de peine de mort et son article est moins moralisateur que tous les vôtres. Bernard Cantat sera toujours un homme qui a tué une femme. Quand il chantera à des concerts, ses belles paroles n’en auront que moins de portée.

    Pascale

    • c’est ça. et c’est comme ça que les choses changeront dans ce monde : en brandissant des choses qui n’ont rien à voir avec une cause pour défendre cette cause !

      un peu comme en ce moment, où on propose de fliquer davantage les chomeurs pour mieux endiguer le chomage.

      on se fout de qui ? de toi, el pueblo, de toi.

    • C’est très intéressant toutes ces réactions suite à la mort d’une femme battue. Etait-elle une femme battue régulièrement ou pas je ne sais pas ? Mais il a déjà bcp de chance que des personnes comme vous se penchent sur son sort.
      Ne connaissant pas les circonstances du drame j’éviterais de porter un quelconque jugement sur M. Cantat.
      En revanche, j’aurai une petite remarque quant à la définition de ces évènements. Lorsqu’une femme battue meurt sous les coups de son mari, c’est un crime passionnel et lorsqu’une femme d’origine maghrébine ou du monde arabo-musulman meur aussi sous les coups de son mari, on ne parle jamais de crime passionnel. Un homme occidental tuant sa femme en la battant le fait-il tjrs sous le coup de sa passion dévorante pour sa bien aimée ? Parler de crime passionnel c’est déjà trouver un début d’excuse pour l’auteur du crime. Nous sommes tous soumis à des passions, à des gestes, des comportements trouvant leur source dans notre vécu. Donc, veillons à ne pas établir de mauvaise hiérarchie dans ces crimes en fonction de l’origine, de la couleur de peau ou de la notoriété du criminel.
      Une femme battue, voire décédée sous les coups d’un homme est d’abord la 1ère personne à pleurer avant de trouver une quelconque circonstance atténuante pour l’homme.

      M. Cantat s’en tire finalement très bien avec 8 années de prison seulement, qui ne sont qu’un moindre mal par rapport au mal qui a été fait.

      Mes pensées vont à la famille de la victime ainsi qu’à celle du détenu.
      Spartak

  • eh bien,
    que de réactions pour un article qui me semble fort juste et surtout d’une juste mesure face à l’assourdissante promotion pour la sortie du disque.
    mais comme dit très justement Tom Yam "Les armes étaient déjà chargées, non ??"
    ils osent parler d’indécence alors que la majorité commence lâchement par un "il a payé sa peine" et glisse vers "on ne sait pas ce qui s’est passé".
    une seule réflexion sur cette thématique : on parle de passion amoureuse parce que c’est un couple bien français là où on parlerait de drame culturel pour un autre... un peu de décence oui !
    Et puis ça n’a presque rien avoir mais je serais curieuse d’entendre les propos de ces indignés sur la détention acharnée des prisonniers politiques AD ou les autres.

    Elle

  • Et ils osent, sans honte aucune, les "artistes progressistes altermondialistes engagés" mais sûrement privés de toute trace de conscience féministe, ils osent, sans aucun signe à la mémoire de Marie, étaler leur masculinité triomphante sur des doubles affiches rouges et noires, dans toutes les gares de France, ils osent reproduire à des centaines de milliers d’exemplaires un cd "live" quelle cinisme...live...live...live...et Marie la Mort l’emportera... live...live...live...honte à vous et à tous vos fans qui pourront se dire en toute impunité que le Spectre de Marie, qui de son vivant faisait souffrir d’amour notre idole, n’empêchera pas notre héros du poing et de la bagouse meurtrière de chanter ses rengaines maintenant vides de vies et de sens... Merci pour votre indignation ma Soeur Franca Maï
    Philippe

    • Frère Philippe et vous, Soeur Franca,

      Que Dieu vous Bénisse et que le Ciseau de Sa colère accomplisse Son oeuvre rédemptrice sur la masculinité triomphante des collègues de Bertrand Cantat, qu’Il coupe à jamais le fil qui les relie à leur sexe maudit et que l’Oeuvre de Vengeance s’accomplisse contre ces démons qui ont osé, blasphème !, ne pas changer de sexe après le crime de Vilnius.

      Amen

  • il est vrai que cette histoire est une tragedie, j’aime le groupe Noir Desir et personne n’excuse le geste de Bertrand Cantat. Mais pourquoi se permettre de critiquer sa musique come certains l’on fait ou encore critiquer le fait qu’il finisse un projet commeençait avnt ce drame.
    C’est vrai que cette affaire et trop médiatique, mais inversons les role si c’était Mairie qui avait pris un couteau pour le tuer ce soir là, quel commentaire feriez vous, le film Colette serait j’en suis sur passé sur les écrans ; critiqueriez vous comme vous le fait la famille Trintignant continuait sa vie d’avant avec promo de films ....
    Ce CD ou DVD personne n’est obligé de l’écouté ni de le regarder, si Bertrand Cantat remonte sur scéne personne ne vous obligera à y aller.

    Cette histoire est un drame qui serait passé ne serait passé uniquement dans les fait divers de vos journeaux si ce n’était pas deux personnalité connues.

    Fabien

    • FAN-FANATIQUES, membres d’une petite secte consensuelle qui attaquent sans nuance aucune, au mépris de toute réalité, par passion du rock "engagé pour changer le monde", l’auteur d’un article dénonçant une opération médiatico commerciale de notre show business national dépourvue de toute compassion et de tout sens d’humanité pour les victimes de leur héros de la bastonnade sexiste, FAN-FANATIQUES allez acheter vos cd ensanglantés, vampires sans honte, vous êtes pas les premiers dans la très longue série des histoires tristes entre hommes et femmes à vous saouler sans honte de la misère et de l’aliénation humaine... mais de grâce ne vous réclamez plus de la révolte pour un monde moins cruel qui anime profondément bon nombre d’entre nous...VIVA FRANCA. Philippe

  • pfffffffff beau ramassie de conneries que cette article. "J’écoute plus Noir Desir et gnagnani et gnanana" quand tu parles de musique et que tu utilise le nom de Noir Desir reste dans un contexte musicale stp et part pas dans "Voici" sinon ptetre que t’es bonne pour devenir chroniqueuse pour ce torchon.

    • BATS TA FEMME TOUS LES MATINS, TOUS LES MATINS, TOUS LES MATINS...... BATS TA FEMME TOUS LES MATINS CA LUI FERA DU BIEN... Chanson connue dans les année 70. Cette salope elle a pas arrêté d’allumer et d’emmerder le pauvre rockeur chéri, c’est une intriguante, une chieuse elle n a pas arrêté de provoquer les noirs désirs du poète, elle l’a cherché, elle l’a mérité et malheureusement c’est tombé sur notre idole. Allez, osez écrire ce que vous pensez, FAN-FANATIQUES, le débat sera plus clair, c’est pas Franca Maï qui vous dérange si profondément c’est la victime de votre idole, mais vous pouvez pas l’attaquer directement sous peine de dévoiler vos valeurs réelles bandes de réactionnaires machistes et antiféministes. Sortez du bois bandes de lâches qu’on puisse débattre à visages découverts. Philippe

  • je n’excuse en rien le geste de bertrand cantat qui est impardonnable ! mais il y eu un jugement. Pour qui vous prenez vous pour décider si il doit encore excercer son métier quand il sortira de prison !! On s’est battu pour avoir une justice, à nous de suivre ses décisions ! Maintenant ce que Bertrand Cantat fera après sa sortie de prison, je pense que personne n’a le droit de décider à sa place !!! Ce genre d’article me fait peur ..pour un peu on réinstituerait la peine de mort !!

  • Franca Maï écrit :"...Parce-que Noir Désir était un groupe que j’aimais, que j’écoutais et que je n’ai plus envie d’entendre."
    Eh bien, soit, là tout était dit, il fallait s’arrêter là, et ne pas édicter de jugements les condamant au silence, ou souhaitant la mort (par suicide) d’encore une personne.

    • Comme beaucoup j’ecoute Noir Desir depuis plus de 15 ans, j’ai pu suivre leur evolution ainsi que dans les textes et voix de Bertrand, je continue a les ecouter, meme pendant le drame, le groupe n’a rien a voir avec tout cela et je trouve qu’ils assurent vraiment et soutiennent Bertrand d’une amitie sincere.....
      Maintenant le double CD et DVD sont sorties, beaucoup de travail pour le choix, c’est magnifique et ils sont revenus tous les 4 avec leur meilleurs titres de plusieurs concerts....Je continue a les ecouter et a savourer la musique, pour moi c’est le meilleur groupe rock francais !!!!

  • On en est à 51 commentaires pour un sujet de presse "people" !!!! On est où ici ?
    Désolant et bien significatif des diversions sur lesquelles se jette le peuple.

    • Contrairement à ce que tu peux penser, ceci est un débat de fond très important, justement, et qui permet de dénoncer, pour une fois, les dérives qui s’opèrent dans les médias et qui gagnent le public insidieusement (la preuve en est faite dans ce forum où presque tout le monde a un avis bien arrêté sur ce qui aurait dû être fait, alors que personne n’a les éléments en main. Dans un procès, il y a deux parties).

      On voit actuellement dans les émissions télé (dont je ne citerai pas le nom pour ne pas leur faire de pub) des gens qui ont accès aux médias (et donc qui feront de l’audimat) qui y viennent étaler leur haine des juges pour se disculper devant un public ignare mais tout acquis à leur cause. Au mépris des lois de la République.

      Il y a un ministre de l’Intérieur qui fustige publiquement sans sourciller les juges et la Justice Républicaine, qui dénonce jusqu’à l’application de lois qu’il a contribué à faire voter, qui passe la main dans le sens du poil des populistes de tout crin et qui nous éloigne de plus en plus d’une Justice égalitaire.

      Ne nous laissons pas bercer par les sirènes du populisme. Réagissons.

      emcee

    • On n’est pas dans un sujet people mais dans les errements et le choix opéré par des être humains face à une campagne promotionnelle orchestrée pour te conditionner à un retour possible et envisagé de Cantat sur scène. Come back qui peut choquer certaines sensibilités comme tu peux également le comprendre.

      Si une forme d’éthique face à la vie et à des actes en contradiction avec un Art ou une musique est une diversion sur laquelle se jette le peuple de quoi donc parles-tu du haut de ton perchoir, toi qui te positionnes au-dessus du peuple...

    • ce 100 ème a écrit :
      [...] Si une forme d’éthique face à la vie et à des actes en contradiction avec un Art ou une musique est une diversion sur laquelle se jette le peuple de quoi donc parles-tu du haut de ton perchoir, toi qui te positionnes au-dessus du (...)

      - une certaine partie du peuple se jette sur ce qu’on lui donne.

      mais cette partie-là est-elle représentative de tous ? je sais que non, tu sais que non, il ou elle le sait aussi

      et pourquoi ce "on" se contente-t-il :
      1) de ne satisfaire qu’une partie du peuple ?
      2) de croire que cette partie est représentative de tous ?
      3) de ne pas tenter de satisfaire les attentes de l’autre partie de ce peuple, celle qui justement, ne se jette pas sur ce qu’on lui donne ?

      parce que moutonner un peuple, c’est sa garantir de bien le surveiller.

      et mieux encore, le moutonner en le divisant, c’est se garantir de mieux régner dessus.

      alors, pendant que le peuple se divise "très globalement" en deux parties face à un fait médiatisé et évènementialisé à souhait,
      sur l’air de "on vous dit tout et on ne vous cache rien",
      et bien... on vous Gache tout.

      évidemment, c’est hyper radical comme discours, encore plus quand c’est écrit.
      c’est tranché, rude comme la canicule.

      tu vois, heureux élu, je crois que, sournoisement, ceux qui règnent ont gagné petit à petit sur l’homme : quand quelqu’un tente d’apporter un point de vue, voire un jugement, d’aborder un sujet quelqu’il soit suscitant un désaccord, très vite, il sera rejeté de la communauté-moutons.

      ça devient de plus en plus pernicieux comme phénomène.

      et pourquoi celui-là qui cause se sentirait particulièrement posé sur un perchoir.
      je ne suis absolument pas pour le propos de l’article de Franca Mai, loin de là, et mes autres posts en sont la preuve si besoin est, mais je trouve admirable la facilité que nous avons à larguer quelqu’un dont le discours ne convient pas plutôt de, tout en le prenant pour une personne ni plus ni moins "valable" que soi-même, on ne puisse échanger, même avec des mots excessifs et des phrases sifflantes, plutot que très vite ironiser, voire envoyer valdinguer.

      l’intolérance s’installe lentement mais sûrement...

      garde(z) les yeux ouverts !!!

  • il y a autant de violence dans votre message que dans celui de Bertrand et c’est désolant. Il a été jugé et condanmé que voulez vous de plus ??? sa mort ??? votre article est choquant !!!
    rien n’enlève le talent de ce groupe.
    Votre haine fera-t-elle revenir Marie ????
    je pense qu’il à payé ! cette histoire a fait beaucoup de bruit il n’en est pas de même pour la pauvre femme qui décède sans son HLM sous les coups !!!! pourquoi Bertrand devrait payer pour toutes les femmes battues ????

  • J’allais vous répondre, mais avant que je n’aie mis la main à la pâte, j’ai trouvé la meilleur des réponses dans les mêmes mots du groupe :

    Quelle est selon vous la plus grande incompréhension autour de Noir Désir depuis le drame de Vilnius ?
    Denis Barthe - Celle qui résulte des mensonges. Nous n’acceptons pas qu’on puisse changer la vérité, la transformer, l’inventer. La réalité est assez dure comme ça, un homme et une femme qui s’aiment et l’homme qui provoque sa mort. Tenons-nous-en aux faits et au jugement qui a suivi. Le reste, c’est du cirque médiatique. Il ne faut pas vouloir changer la personnalité de Bertrand Cantat ou celle de Marie Trintignant. Il n’y a pas deux clans comme certains journalistes l’ont inventé. Il n’y a pas de vainqueur. Il n’y a que de la tristesse et des familles qui souffrent. Les Trintignant doivent savoir que ce n’est pas la guerre. Nous demandons l’apaisement.

    Quel est votre état d’esprit au moment de sortir ce double album en public et ce DVD ?
    D.B. - Nous sommes sereins et en parfait accord avec nous-mêmes. Pendant deux années, Noir Désir a été au milieu d’une tempête qui a tout balayé. Nous y étions contraints et forcés alors que c’était à mille lieues de ce qui nous intéresse en tant que groupe rock. Nous aurions pu fuir, ce qui aurait été plus facile pour nous, pour nos familles et même pour Bertrand. Nous avons préféré rester mais nous taire. Nous condamnons l’acte de Bertrand. Son acte, il est très grave. Il est terrible. Il a été jugé et condamné à huit ans de prison. Deux ans après les faits, nous avons souhaité revenir avec ce disque qui est la vérité de Noir Désir telle qu’elle s’exprimait sur scène.

    Vous donnez des interviews. Universal, votre firme de disques, a lancé une grande campagne promotionnelle, il y a des affiches dans tout le métro parisien. Vous risquez de choquer.
    D.B. - Nous sommes sereins, je le répète. Nous avons attendu deux ans avant de commercialiser quoi que ce soit. Ce disque était en préparation avant le drame de Vilnius. Nous comprenons que certaines personnes soient choquées, mais nous sommes aussi conscients que des amateurs de musique attendaient ce disque.

    Vous dites avoir voulu garder le silence après le drame de Vilnius. Mais se taire, c’est aussi laisser parler les autres.
    D.B. - Nous ne sommes sortis du bois qu’à deux ou trois reprises, lorsque ça devenait insupportable, lorsque des mensonges éhontés touchaient Bertrand, Kristina (l’ancienne compagne de Bertrand Cantat, NDLR) ou leurs enfants. Le chagrin est légitime. La haine à l’égard de Bertrand est légitime. Le travail des journalistes est légitime quand il est bien fait. Personne ne peut gommer ça. Bertrand est conscient qu’il doit assumer. Il purge sa peine. Ce n’est pas à nous de donner de ses nouvelles. Ce serait impudique. Nous ne minimisons pas son acte, mais il ne faut pas nous demander d’effacer vingt-cinq ans de musique et d’amitié. Parfois, nous avions envie de réagir et on se retenait car nous savions qu’une certaine presse n’attendait que ça, l’affrontement entre deux clans. Nous ne voulions pas alimenter leur fonds de commerce.

  • "Les majors n’existant que pour faire de la thune..."

    ... Au moins cette fois-ci on bouffera pas de la merde...

  • REPONSE DE FRANCA MAÏ A CE FORUM

    Tous ceux qui me lisent sur Bellaciao ou sur d’autres webzines, savent que je suis contre la peine de mort, et que je mène un combat sans faille concernant celle -déguisée et asphyxiante- que subissent tous les membres d’AD.

    Donc inutile de m’affubler d’oripeaux qui enlaidissent et salissent mon questionnement -sans haine- sur la nature humaine et sur le devenir de Bertrand Cantat et de son groupe Noir Désir, en particulier. J’ai parlé dans mon article, de cohérence. Et c’est ce terme que je voudrais ici souligner.

    Pour mieux illustrer mes propos, je vais vous raconter un fait divers qui s’est déroulé, il y a quelques années. Il s’agissait d’un couple de personnes âgées. L’un étant gravement malade, la famille avait décidé de les placer tous deux dans une maison de retraite. A l’aube d’un matin grisâtre, ils ont préféré fuguer et ont décidé librement -en leur âme et conscience- de rentrer dans la mer pour ne plus en ressortir. Cette histoire m’a touchée au plus profond de mon être. Car quand on aime à la folie, on ne survit pas à l’autre. Et ils le savaient. Ils s’aimaient. Réellement.

    Je ne comprends pas pourquoi Bertrand Cantat ne s’est pas suicidé après ce qu’il qualifie d’accident. J’emploie délibérément les termes « qualifie d’accident » car un homme qui cogne s’expose également à la zone de non-retour. C’est ce qui est arrivé. On ne cogne pas impunément.

    Donc, si son amour était authentique, si le désespoir avait squatté ses neurones, c’est le chemin implacable et romanesque qu’il aurait dû logiquement prendre : celui de sa propre extinction. Je parle toujours de cohérence.

    Toute la promotion actuelle assourdissante pour la sortie du live de Noir Désir, orchestrée par le monde impitoyable et mercantile du show-biz me déroute.

    Elle a le mauvais goût de dévoiler l’imposture de l’amour.
    Continuellement trahi, même au-delà de la mort.

    Si Bertrand Cantat avait une cohérence, il devrait dissoudre le groupe. Se taire et défricher d’autres voies. Ses musiciens ont du talent.Ils travailleront.Je ne m’inquiète pas pour eux.

    Noir désir ne peut plus être Noir désir. Il y a un avant et un après. L’écoute ne peut plus être innocente. C’est ainsi. N’en déplaise aux inconditionnels. Ce serait mentir.

    Maintenant je souhaiterais que l’on entre dans le vif du débat.

    Marie est morte sous les coups et la violence. Marie repose sous terre, bouffée par les vers. Marie n’habite plus ici.

    Pourquoi un homme cogne-t-il ?

    Il ne sait pas parler. Il n’a pas les mots pour communiquer.
    Je ne pense pas que ce soit le cas de Bertrand Cantat, chanteur charismatique ayant l’habitude de la parole.

    Il veut dominer l’autre ? Lui imposer coûte que coûte son souffle ?

    Il veut l’humilier ?

    Il veut le silence ?

    Pourquoi accepterait-on cet acte de barbarie comme un « automatisme toléré » ?

    Au nom de quoi ?

    Marie semblait être une femme extrêmement libre, dans sa tête, dans ses actes, dans sa vie, est-ce le miroir de cette liberté jubilatoire, si chère à Bertrand Cantat, qui lui a été fatidique ? ....

    La jalousie de ne pas posséder entièrement ce qui échappe ?... Ou la peur de perdre ... ?

    Je ne sais pas et qu’importe les raisons. Marie ne respire plus et n’arguez pas que c’était la première fois que Bertrand Cantat levait la main sur une femme. Je ne crois pas à ce « conte » à dormir debout. Il connaissait intimement ses carences, son entourage probablement. Il aurait du se faire soigner depuis longtemps.

    Ce manque de cohérence fait qu’aujourd’hui :
    l’un envisage le futur.
    l’autre a été volée de son futur.

    Ne me parlez plus d’amour.

    Bien entendu que Bertrand Cantat -puisqu’il a choisi de vivre- doit mener son propre combat. C’est son choix. Il a le droit de vivre. Et j’imagine également sa souffrance et son errance face à l’irréparable. On ne répare pas la mort. Le chemin va être initiatique et délicat. Sa peau doit lui être pesante parfois...

    Mais les petits arrangements avec la conscience collective, au nom d’un groupe réputé mythique ne sauraient être viables que dans le renoncement.

    Alors là, j’y verrai une cohérence.

    Le reste n’étant que du sale commerce.

    Tristement sale.

    A gerber.

    • " un sale commerce"...c’est là que git en définitive le noeud de la question. Toutes les autres considérations apparaissent superfétatoires.Les membres du groupe, dans l’interview citée plus haut, ont parlé d’un "concassage médiatique" ayant entouré cette affaire.Ce qui révolte, c’est un nouveau concassage médiatique destiné -on peut le craindre - à rendre les cerveaux disponibles à un retour de Cantat au sein du groupe. Et la perpective d’une affaire juteuse avec des fans en transes au-dessus de la tombe d’une femme assassinée est tout simplement obscène.

    • Franca,
      Je ne fréquente aucun des sites -d’une importance primordiale n’en doutons pas- que tu cites comme référence et témoins de moralité. En conséquence, je réagis à ton article, et à lui seul. Peu importe ce que tu écris par ailleurs, tu as dans cet article développé des idées qui salissent et enlaidissent ce que tu présente comme "un questionnement sans haine".
      Une fois encore, estimer que Cantat aurait dû se suicider n’est l’expression de rien d’autre que de tes sentiments, fort peu distingués en l’occurence.
      Vouloir la mort d’une personne pour que ton système reste cohérent équivaut à la peine de mort, avec la circonstance aggravante que tu te poses en juge unique. Vouloir le mutisme de Bertrand Cantat en invoquant celui de Marie Trintignant te classe ipso facto dans les rangs des partisans de la loi du Talion.
      Vouloir la fin de Noir Désir, l’arrêt de toute commercialisation de la musique du groupe, c’est de plus vouloir que trois personnes et leur familles, toutes innocentes, supportent financièrement la culpabilité d’un homme. En l’espèce, tu te montres cohérente avec la conception ubuesque de la justice que tu développais en souhaitant la mort et le mutisme de Bertrand Cantat.

      Pour conclure, protester contre "les oripeaux" qu’"on" voudrait te forcer à porter ressemble fort à une tactique à la Calimero : tu es seule responsable de tes écrits, et ce qu’on y lit de manière évidente n’est l’œuvre de personne d’autre que toi.

  • Je ne suis pas d’accord avec ce genre de propos.
    Bertrand Cantat n’était pas une brute avant de se retrouver dans la vie compliquée de Marie. Une enquête policière l’a prouvé. Les autres membres du groupe Noir désir le savent parfaitement et estiment leur pote.
    Bertrand a été coupé de ses racines pour se retrouver isolé à Vilnius dans l’équipe de Madame Trintignant mère. Il était pris dans l’aveuglement de la passion, a pété les plombs ( jalousie+ boisson+ drogue ?). C’est plus comme cela qu’il faudrait voir les choses.
    J’ai suivi cette histoire d’assez près pour pouvoir avancer cette version des faits plus réaliste à mon sens.
    Si le meurtrier de Marie avait été plombier, il aurait continuer son métier...
    Et nous savons tous que cet album va servir à dédommager les enfants de Marie qui désirent l’être.
    On ne peut pas vivre constamment dans la haine. Marie est dramatiquement morte, c’est une tragédie, mais laisser la se reposer ou envoyer lui des bonnes vibrations, en prières ou méditations, pour qu’elle puisse revivre vite.
    La mort. une fin ? Pas pour tout le monde !
    Je pense que ton article sonne plus comme un transfert émotionnel de ta part. Je tenais à te répondre pour faire équilibre

  • Bonjour,

    Je peut comprendre votre douleur,mais Bertrand Cantat a été jugé et purge sa peine.Toute sa vie il portera cette dramatique histoire en lui.
    Moi même étant une femme , je suis contre la violence,je soigne des femmes battues mais je ne crois pas qu’il faille juger une situation où nous n’étions pas.
    Le cour d’une vie peut vite tourner....

  • On est si accroc aux médias et à cette surrenchère d’informations qu’on est vraiment prêts à avaler n’importe quelle couleuvre, aussi grosse qu’elle soit. Et nos pauvres cerveaux endormis par la belle musique médiatique avalent et avalent encore... Je voudrais préciser que je soutiens les femmes battues. Je ne prend ni le parti de Marie Trintignant ni celui de Bertrand Cantat, je le précise, avec ce qui va suivre.
    Selon mon opinion, donc, Marie Trintignant n’était pas une "femme battue" (et je le souligne). Sa mort est le fruit d’une bagarre, alcoolisée ou droguée, avec son compagnon. Mais les médias ont eu vite fait d’associer ce fait à la cause des femmes battues. Est si Cantat avait tué un homme. Est-ce que l’association des "hommes battus" (si elle existe) aurait crié au loup ??? Est-ce que ce fait divers aurait été encore plus divers si ça avait été deux anonymes ? Mais bon, il s’agit là, en plus, de personnages publiques. Une superbe proie et une superbe opportunitée pour les médias en mal d’audimat et pour les associations en mal de publicité, et pour Lio, également, qu’on a beaucoup vue pendant cette période.... Non, Marie Trintignant n’était pas une femme battue malgré l’amalgame transmis par les médias... Elle a été "tuée" et est aussitôt devenue un symbole par inadvertance... Entre "battue" et "tuée", il y a quand même une certaine différence.

    Cantat purge sa peine et paye son délit (et il le paiera toute sa vie). Inutile de le juger, donc, il l’a déjà été. Noir désir (je ne suis pas fan) n’a rien à voir avec cette histoire évidemment mais les trois autres membres payent également les pots cassés et il y aura toujours des corbeaux pour faire croasser leur mauvaise langue en mélangeant tout, reprenant les belles paroles des médias et incapables de se forger une opinion propore...

  • garde(z) les yeux ouverts ........

    M.

  • Je suis lassé de lire ce genre d’article...dire que bertrand aurait dû ce sucider pour que ça rende l’histoire un peu plus cohérente est absolument débile...petit rappel avec quelquechose qui n’a rien a voir : hitler s’est sucidé...l’holocaust n’en est pas ressortit plus cohérent.

    Ne plus écouter les album de noir desir ça te regarde, moi personnelement je reste fan...est-ce que cela fait de moi une brute ?
    est-ce que ça signifie que je cautionne le fait qu’on batte sa femme ?

    Cantat a été jugé, il purge sa peine.

    Chacun peut s’amuser à refaire le procès un million de fois ça ne changera rien, on ne saura jamais le pourquoi ni le comment, reste les faits : Marie et morte, Bertrand est en prison.

  • Bonjour Franca Maï ,
    Je respecte votre point de vue et vos opinions. Je ne suis pas d’accord avec vous pour autant.
    Marie Trintignant est décédée le 1er août 2003, c’est une grande tristesse. C’était le mois de la canicule, et c’est 14802 morts (presque)oubliés.Les dirigeants de cette époque sont toujours en place, ou à d’autres places.Il fallait peut-être les empêcher de gouverner, non ? Ou qu’ils se taisent ? Mais ceci est une autre histoire...Bertrand Cantat se tait depuis fin juillet 2003, il est comme muet. Aucune déclaration, rien que du silence. Il n’écrit pas non plus apparemment.
    Sa musique et ses textes sont d’avant le 27 juillet 2003, faut-il pour autant s’en priver si on les aime ? Et en fait ,paroles et musiques, sont issues d’un groupe de quatre personnes nommé "Noir Désir"...Tous coupables ? Tous condamnés ? Tous proscrits ?...Attention à la censure collective, la personnelle suffit. On peut ne pas écouter ou ne plus écouter"Noir Désir", c’est votre choix et votre droit. Et laissons venir l’avenir en son temps. Celui de Bertrand Cantat n’est pas écrit d’avance. comme celui de "Noir Désir"...Yann d’Angelo

    • "NOIR DESIR", c’est tout un programme justement.
      Franca Maï parle d’AMOUR, de la logique et de la cohérence de l’amour.
      Justement pas de "noir désir"
      Apparemment, vous ne pouvez pas comprendre la différence.

  • Bonjour,
    Je ne réagis pas du tout à l’article que je n’approuve pas mais à) certains commentaires.

    Beaucoup évoquent qu’elle n’était pas une femme battue régulièrement, qu’il n’était pas un cogneur impénitent. Il faut toujours une première fois me semble t il. Ca a peut etre été la première fois pour elle, mais sans aucun doute la dernière.

    Ca qui est très génant dans certains commentaires c’est le procès, encore et encore, de Marie Trintignant. C’est vraiment une habitude qu’on réserve aux femmes battues et/ou violées.
    On a tout lu ici ou là, qu’elle était droguée, qu’elle était hystérique, qu’elle l’avait insultée.
    Ou a t on vu qu’une victime doit etre jugée face à ce qu’elle a subi ?

    Ce que beaucoup de féministes tentent de montrer via cette histoire, c’est que le traitement réservé aux femmes victimes est toujours à leur charge. Peu importe ce qu’était Marie Trintignant, personne ne mérite de mourir ainsi.

    Je ne souhaite rien à Bertrand Cantat, je ne lui souhaite pas le suicide, mais il me semble très choquant de parler de crime passionnel. La "passion" est un concept purement littéraire, qui n’a rien à faire dans une affaire de justice.

  • moi aussi j’ai la rage au ventre, Qu’ils la ferment qu’ils pensent aux 4 enfants de Marie qui voient l’assassin de leur mère en affiche partout, tout juste 2 ans c la honte et la presse avec !!!J ’ai la haine.Et je ne m’abaisserais pas a rentrer dans un débat, il a cogné a mort et l’a laissé mourir !!!!Dominique

  • J’étais son ami. Depuis 25 ans. Elle avait 16 ans quand nous nous sommes rencontrés.
    Je n’ai que très rarement réagi aux commentaires que j’ai pu lire ça et là bien souvent à contre coeur.
    Elle était la grace et la douceur même, l’humour toujours, mais surtout elle était mère de 4 garçons qu’elle aimait plus que tout.

    Vos commentaires sur l’homme, l’artiste, l’assassin… la vengeance, le procés, le suicide… rien de tout cela ne rendra Marie à ses enfants.
    Et c’est la seule chose qu’elle souhaiterait… le reste, bavardage…

    Les proches de BC… savent qui il était ; qu’il pouvait se mettre dans un état d’une grande violence, faire peur à son entourage.
    Sur scéne comme dans la vie c’était un "écorché vif" un acteur de l’extrème. Ce soir là il a franchi la frontière et est passé de l’autre côté de la raison.
    Mais surtout, et pour moi le pire (si c’est possible), c’est qu’il l’ai laissé agoniser pendant des heures. Consciemment ?
    C’est effectivement un malade qu’on ne soignera pas. Et si il recommençait un jour ?

    La sortie du cddvd, les affiches partout, les articles, interviews, numéros spéciaux, alimentent ce commerce dont nous sommes tous spectateurs voire pour certains (hélas) consommateurs, mais à qui profite le crime ?

    Il laisse faire tout cela, du fond de sa prison, alors qu’on aurait tellement voulu qu’il se taise définitivement.

    La mort c’est l’absence, imaginez les enfants de Marie spectateurs de cette infàme promotion commerciale.

    • Tu m’as choqué Franca. Je trouve que c’est terrible de penser comme ça. T’as qu’a monter un commando et aller faire justice. Ca me rappelle des trucs vraiment moches

      Cantat n’est pas un ange, elle ne devait pas l’être non plus. Humains comme nous, avec des failles, des faiblesses... Cela ne veut absolument pas dire "qu’elle méritait ce qui lui est arrivé" mais simplement qu’il faut aussi la voir comme un être humain et non pas l’idéaliser maintenant qu’elle n’est plus.

      Il a tué et a été condamné. Le reste c’est affaire de conviction intime. Aucun d’entre nous n’a accédé aux pièces a conviction, n’a entendu les témoins, etc...Aurait-il du prendre plus ? Doit-on le punir toute sa vie ? Naivement, je crois que lorsqu’on est condanmé et qu’on a purgé sa peine, on doit avoir une chance. Sinon la peine n’a plus de sens, autant condamner à mort.

      Des femmes sont battues chaque jour, certaines en meurent, qui en parle ? Un entrefilet dans les journaux, quelques secondes à la télé, guère plus. Par contre Marie Trintignant a fait vendre, c’est obscène mais c’est ainsi. D’autant plus que le meurtrier n’est pas un inconnu. Un ouvrier au chômage qui cogne sa femme parce que la bouffe lui convient pas, elle meurt et bizarrement y’a pas tout ce tapage médiatique.

      J’ai trouvé qu’il y avait de l’acharnement sur Cantat et sa famille, je les ai trouvé dignes durant tout ce battage médiatique. Quant au groupe, chacun est libre de les écouter ou pas, d’acheter ce disque. On ne peut décemment demander à tout un groupe de se saborder sous prétexte que l’un deux a fauté. Avec ce genre de logique, les enfants de Cantat devraient payer pour leur père aussi. Remarque Franca peut être devrait-on eux aussi les enfermer, avec le reste du groupe ?

      De plus, les enfants de Marie vont percevoir la part de Cantat pour les dommages qu’ils ont reclamé, c’est peut être à eux de porter un jugement sur ce disque.

    • scandaleux post où pudeur ne rime avec rien, où dignité ne résonne nulle part, où gala peut se frotter les mains .... il y a encore bien des gens qui peuvent venir se frotter aux appareils photos de leurs journaleux pour laisser dérouler la parole, l’édulcorer et bien la vendre. bien la vendre.

      quelle horreur !

      M.

    • pardon ... je répondais à 80.***.140.***

      ce post qui commence par "j’étais son ami ...."

      M.

    • Je viens de croiser deux regards. Successivement. Celui de policiers, ceux-là ont des regards si différents quand ils sont en groupe ou quand ils sont seuls. Seuls leur regard est moins assuré. Ils me dévisageaient comme si je n’étais qu’un suspect, pas un individu mais quelqu’un de potentiellement utile à leur travail. J’ai pensé au regard que jetait l’officier SS sur Primo Levi au camp. Toute proportion gardée je n’existe jamais que comme client, ou suspect pour un professionnel.
      Quelques secondes après j’apercevais un homme à terre. Il était entouré de personnes inquiètes. Ce vieil homme avait un malaise. Son regard s’est posé sur moi. J’y ai vu la souffrance, la douleur. L’appel ? Cette manière qu’ont les gens perdus ou souffrants de poser sur vous un regard qui quémande le soulagement. C’est le troisième malaise que je vois en un mois. Ces gens qui tombent étaient rares dans la petite ville où j’habite il y a encore deux ans. La chaleur. Ce réchauffement de la planète dont on nous entretient tant sans faire suivre les avertissements de mesures conséquentes.
      Les efforts des gouvernements les plus puissants de la planète se concentrent aujourd’hui bien plus sur les interventions militaires, la renforcement des armées et des polices que sur la résolution de ce dramatique problème écologique. Nous vivons sous une ère totalitaire mondiale sans précédents. Les regards que nous porterons les uns sur les autres vont encore changer dans les années qui viennent.
      Carlo Giuliani a été assassinné à Gênes. Le jeune poète épris de liberté sur lequel la voiture de la Polizia s’est acharnée à passer trois fois, après qu’on l’est roué de coups, avant qu’on ne l’achève d’une balle dans le poitrail. C’est peut-être le premier assassinnat politique de la nouvelle ère totalitaire mondiale. Ni Marie hier, ni Bertrand aujourd’hui, ni aucun de vous ne peut y être insensible.

  • Cantat est vivant, il sortira dans une année de prison, il pourra serrer dans ses bras ses enfants et tous et toutes celles qu’il aime. Il pourra chanter, composer et défendre toutes les causes justes qu’il voudra, celles des misérables du monde, celles de toutes les femmes battues...heureux homme. Cantat sera libre et vivant en 2006. Franca Maï ne l’aura ni physiquement ni moralement abattu. Alors pourquoi tant de haine contre une femme qui ne fait que dire tout haut ce qu’elle ressent devant ce qu elle conscidère comme une provocation au sens commun et une atteinte à la mémoire d’une artiste morte assassinée par un artiste qui n a pas su réfreiner ses
    pires intincts violents et meurtriers.
    La sortie de cet album, cette infamante campagne d affichage les interviews misérables des partenaires de Noir Désir qui justifient tout, comprennent tout, même le chagrin des enfants de Marie, qui se glorifient de leur silence pendant la période de deuil obligatoire, et qui décident unilatéralement de rompre ce deuil, avec l accord du meurtrier de Marie au fond de sa cellule, sous prétexte que maintenant ca suffit, l’heure est enfin à la chansonnette...cette mise en scène est macabre, véritable danse de mort...mais qui sont ils pour manquer à tel point de pudeur et de respect en justifiant la sortie de ce cd par le fric que les enfants de Marie pourront toucher en dédommagement de la mort de leur Mère. Cet argument est le plus immonde de tous. Et surtout de la part de prétendus militants de la cause des opprimés, qu’en pense Manu Chao.
    Franca Maï est du côté de la vie, ses fielleux dénonciateurs sont des messagers de la mort. Philippe

  • Bravo ! La majorité des posts ici me font chaud au coeur.

    Je ne pourrais les citer tous mais la plupart des commentaires sont excellents. Je ne reviendrai pas sur le sujet : j’ai exprimé mon opinion précédemment. Je persiste et signe.

    Je donnnerai, néanmoins deux précisions :
    1) Ce n’est pas aux profanes de faire la justice. Cela reviendrait à s’installer sous un chêne et décider qui est coupable et quelle sentence on va lui infliger.

    2) Je ne connaissais pas B Cantat avant ce tapage médiatique, donc je ne défends pas un mythe, mais je m’insurge contre le dégueulis médiatique et la curée qui ont suivi le drame et qui se poursuivent encore de façon indécente deux ans plus tard.

    Quand on s’enflamme pour un simple fait divers, on se rend complice de ceux qui cherchent à tout prix à détourner l’attention sur les vrais problèmes.

    Comme le dit si justement un commentaire, le drame de Vilnius s’est produit pendant la canicule de 2003 où des milliers de personnes sont mortes, faute de soins. Qui s’en offusque, aujourd’hui ? Tout a été fait par les politiques et les médias pour exonérer les vrais coupables.

    N’entrons pas dans leur jeu machiavélique.

    emcee

  • N’est-ce pas un peu trop ? Tant de compassion et de sincérité... Je profite de cette tribune libre (aussi libre soit elle) pour vous répondre. La musique de Noir Désir est une chose, la mort de Marie Trintignant en est une autre. La vie intime de chacun n’est elle pas finalement qu’une succession de joies et de drames ?... La mienne s’est construite ainsi, la votre aussi... Celle de Bertrand Cantat est évdiemment plus orginiale car sous les feux des médias. Ces médias qui machent, avalent et nous BIP ces informations à sensation, fatigantes. Les Noir Désir peuvent continuer à vivre car il s’agit non seulement d’une "petite" entreprise, avec plus de 50 salariés, mais aussi parce que la vie est ainsi. Le menuisier condamné à la même peine restera surement menuisier à sa sortie de prison. De quelle preuve d’amour parlez vous ? Est ce le fait que Bertrand remonte un jour sur scène qui vous choque ? L’ecrivain écrit ses maux, le chanteur les chante, le menuisier les taille dans le bois. A chacun sa vie, à chacun sa voie. Il serait préferable que vous, comme moi, restiez dans ce droit chemin. Ne prenons pas de raccourcis en comparant Roméo et Juliette à ce fait. Respectons les familles, les artistes...

    • J’apprécie ces dix lignes. J’apprécie ce rappel à l’humain, le travailleur, l’artiste.

      J’apprécie cette phrase qui rappelle le BIP qu’emettent les médias envers les B.I.P. ... Banales Individus Parqués...

      A nous de ne pas alimenter ces BIP, à nous de nous démarquer et nous déparquer de ces shémas sociétaux que le rouleau compresseur de la mondialisation (grande enveloppe fourre-tout qui a connu son heure de tapage et qui fait aujourd’hui écrire ça et là " comment vivre avec l’après-mondialisation ...") forge avec application.

      Et, en poussant l’appréciation un peu loin, je me demande si indirectement, des hommes comme Noir Dez, entre autres, entre autres ..., ne sauraient-ils pas apprécier combien un article aussi stérile que "l’autisme de Marie" (au titre stupide -cf : remarque ci-dessus, dans les 45-50 réponses postées) puisse ouvrir un débat aussi riche de remarques sur le système ambiant, le sombre rôle des médias, le businness et ses travers... Ouf, tout le monde n’est pas anesthésié !

      M.

    • Continuez votre raisonnement jusqu’au bout... Respectez également les enfants de Marie en évitant de leur imposer des campagnes d’affichage, une promotion malvenue du groupe Noir Désir (Cantat est toujours en prison, encore pour six ans que je sache) et en leur parlant « royalement » de dommages et intérêts comme lu sur certains posts... Cette campagne publicitaire est nauséeuse et les petits arrangements avec les consciences sous couvert d’Art et d’Entreprise -en faillite supposée de 50 salariés- devraient porter à réflexion sur le devenir de « succession de joies et de drames »(sic).... et sur une éthique de vie.

      Pour paraphraser votre phrase et votre complaisance :
      N’est-ce pas un peu trop tant de compréhension et de calcul ?

    • Ce que vous dites est faux. Les enfants de Marie Trintignant ne peuvent pas aller contre le fait que Noir Désir a existé (avant même leur premier souffle). Allez dire aux enfants des prostituées que la mort de leur maman (battue) n’arretera le proxénetisme, allez dire aux enfants du Soudan qui meurent de faim que la mort de leur mère n’empechera pas les pays riches de jeter la bouffe par les fenêtres, allez dire aux enfants des parents morts dans l’explosion d’AZF que la production de produits très dangereux à proximité des habitations, allez dire à vos propres enfants que la mort de marie trintignant n’est en aucun lié à la production musicale du groupe Noir Désir.

  • Cet article est d’un ridicule ! Si cette Franca Maï se revendique comme une "singulière", je souhaite de tout coeur qu’elle le reste !

  • Je propose au bienheureux lecteur/auteur qui postera le prochain phrasés en dessous du papier de Franca Maï, de faire une ffort particulier tant sur le fond que sur la forme.

    Il sera le 100ème, jolie place en vérité, que de Jules Verne à Carrefour, on ne cesse de fêter ça et là.

    Les 100 jours de .........., centenaire du ............, alors pourquoi pas ici, 100ème réacteur.... au papier sur l’autisme de Marie.

    Car tout de même, avoir tant écrit sur une qui n’est plus et un qui ne dit rien, c’est fort.

    Allez, chiche, "sans un mot et sans doute" ... où veux-tu qu’je regarde ????

  • Lorsqu’un vulgaire inconnu, est accusé de violence envers une femme, tout le monde trouve cela ignoble et intolérable.
    Dans le cas présent vu que c’est une célébrité on commence à expliquer qu’il s’agit juste d’un dramatique accident , d’une geste de folie du a un amour passion…

    Faudrait aller expliquer ça aux enfants de Marie Trintignant « bon c’est vrai il a roué votre maman de coups, il l’a laissé agoniser toute la nuit mais attention il l’aimait !!! »

    Je suis sure que ça réconfortera tout le monde….

    • Dis moi madame soleil t’y étais dans la chambre à Vilnius en cette nuit funeste pour savoir ce qu’il s’y est passé ?? c’est bien beau tout ces discours moralisateurs .... ça veut dire quoi que CANTAT doit mourir ou mieux encore comme je l’ai lu ds l’article initial se suicider en sacrifice expiatoire sur l’autel de la moralité et des ligue de protection féministe.... que les les enfants de TRINTIGNANT se rerouve désormais sans leur mère c’est déjà sufisament triste non ?? CANTAT a lui aussi des enfants il me semble.... Alors un peu de bon sens et SURTOUT un peu de décence en quoi tout ceci nous regarde d’abord... qd CANTAT sortira de zonzon qu’irait vous faire ??lui jeter des tomates et lui geulant "CRIMINEL" ?? les DVD ET FILMS OU TRINTIGNANT jouait n’ont-ils pas été diffusé même après sa mort ??

  • Votre article est ridicule et manichéen. Personne hormis Marie T et Bertrand C ne sait ce qui s’est réellement passé cette nuit là, personne ne connaissait leur relation, dans ces cas là nul n’est permis de porter un quelconque jugement ; "Marie la sainte et Bertrand le salaud." Facile... Un peu de décence svp, contentez de vous de discuter sur des sujets que vous avez étudiés mais épargnez nous le thème très douteux des faits divers...ou alors écrivez dans un torchon comme Voici !

  • Chère Franca Mai,

    Toi qui nous parle de mercantilisme s’agissant du groupe Noir Désir, peux-tu me dire quand est sorti le DVD "Colette", de Nadine Trintignant ? Je vais te répondre : le 28 mars 2004, soit la veille du procès de Bertrand Cantat. Qu’on ne me dise pas que c’était prévu, ce serait grotesque.
    Noir Désir avait prévu de sortir cet album live bien avant le drame de Vilnius. Ce live est sorti lundi dernier, deux ans plus tard.
    Bertrand Cantat purge actuellement une peine de huit ans de prison. A sa sortie, il aura payé sa dette envers la société. Avec les remises de peine, il devrait sortir courant 2007. A ceux qui pensent que quatre années de prison ce n’est rien, je les invite à en passer une seule sans devenir fou. La liberté est ce qu’il y a de plus vital.
    On ne remplace pas une mort par une autre mort, malgré la volonté de certain(es), qui, malgré tout nous assurent que, non non, ils(elles) sont totalement contre ce procédé infame qu’est la peine de mort.

    Laurent Berger, Strasbourg.

    • Réponse de Franca Maï N°2 aux différents posts laissés sur ce forum

      L’être humain est fleur bleue.
      Il trouve toujours des circonstances atténuantes au crime passionnel -histoire d’amour réputée destructrice- où l’un reste à terre pour l’éternité. Il se contente de justifier sa compréhension sertie de mansuétude par un on ne sait pas, on n’y était pas, on ne peut pas juger, cela relève de l’intime. C’est un accident.

      Mes pensées se figent sur le feu couple Marie Trintignant et Bertrand Cantat. Leur nuit tragique d’un mois de juillet 2003.

      Mes pensées télescopent également ces milliers de drames domestiques où la femme subit des violences conjugales quotidiennes pour finir par un jour se taire définitivement sous les coups d’un compagnon ou d’un mari, laissant sa cohorte d’orphelins, de blessures irréversibles et de tendresse volée.

      La passion amoureuse ayant bon dos, comme une explication suffisante et une compréhension complaisante d’une situation volcanique non contrôlée à un instant donné.

      Or, lorsque l’on explore les méandres de cette pseudo passion dévastatrice -souvent à sens unique- et que l’on plonge dans l’abîme de l’âme humaine, on y découvre les tares suivantes : possessivité, jalousie, intolérance mais également alcool, drogue et frustration (liste non exhaustive)
      Rien qui ne ressemble à de l’Amour.

      Mais parce que le cœur a ses raisons que la raison ne comprend pas, l’être humain opère un arrangement avec sa conscience et se contente d’écouter les pulsations de l’organe thoracique.

      L’être humain est fleur bleue.
      Il est prêt à comprendre ce qu’il baptiste par commodité et confort moral un « accident » parce que dit-il, « Il n’était pas présent sur le lieu du drame. Et que ma foi, la vie continue, la vie doit continuer » Même si l’autre, petit tas d’os calcinés ou bouffé par les vers continue sa lente et irréversible décomposition. Laissant son lot de souffrances et de manque à jamais.

      La première anomalie de l’être humain fleur bleue vient du fait qu’il accepte l’idée première, que lors d’une dispute, l’un puisse lever la main sur l’autre. Par énervement ou par colère, tel un automatisme toléré.

      Or, cogner pour se faire entendre relève déjà d’une prise de pouvoir sur l’autre.
      L’intimidation remplaçant le respect.
      Si la colère ou la rage n’est plus contrôlable. Pourquoi l’azimuté de la boîte crânienne, ne tape-t-il pas sur un mur afin de canaliser sa violence sous-cutanée ?
      Peut-être se briserait-il le poignet et calmerait-il dare-dare ses nerfs à vif…
      Oui mais voilà, il se ferait du mal à lui-même.
      Et c’est là que le nœud du problème réside.
      Il veut faire du mal à l’autre.
      Donc, en exerçant ce choix puisque c’est un choix, de diriger le coup sur le corps ou le visage de l’autre, il entame sciemment ou non, le processus de la destruction de ce qui lui échappe, de ce qu’il ne peut pas contrôler. Avec le risque majeur que l’autre ne s’en relève pas.

      La parole existant, pourquoi bloquerait-il les mots de sa bouche et utiliserait-il sa force si ce n’est que pour dominer l’autre physiquement en le terrorisant ?

      L’être humain est fleur bleue. Toujours prêt à retourner voir les concerts de Noir Désir, en valsant macabrement sur le spectre d’une femme comme si de rien n’était et que le temps s’était suspendu, juste le souffle d’un deuil qu’il estime à deux années. Comme si Noir Désir pouvait toujours être le groupe Noir désir, mythique, écouté et adulé alors que Bertrand Cantat, -voix charismatique du groupe- purge toujours sa peine, derrière les barreaux pour six années encore.
      Une forme de schizophrénie de l’Art et de son approche.
      L’écoute dédoublée !

      L’industrie du disque qui connaît bien l’être humain fleur bleue capable de tous les compromis pour satisfaire sa nostalgie, sa dose musicale journalière et ses besoins égoïstes s’ébroue dans les eaux malsaines d’une promotion insolente et provocatrice sans tenir compte de la douleur de ceux qui aimaient et aiment Marie.
      Le tiroir caisse à la main
      Le bruit des pépites d’or au creux de l’oreille.

      Le groupe Noir Désir s’est sabordé le jour de la mort de Marie. C’est ainsi. Même si les musiciens n’y sont pas pour grand-chose. Plus rien ne sera comme avant.

      Le groupe Noir désir en rédempteur est une partition que certains ne veulent pas entendre. Elle sonne faux et elle perturbe les morts.

      Le silence serait bienfaisant.

    • Si la violence vous fait autant horreur - à juste titre - il y a des tas de causes sur lesquelles "s’abominer", des horreurs anonymes et pourtant qui pullulent de par le monde, si vous souhaitez vous indigner et vous épancher sur le sort de millions de victimes de la cruauté du genre humain, c’est pas ça qui manque, mais encore une fois de grâce évitez de faire de ce FAIT DIVERS le symbole d’une croisade médiatique grotesque autant que "fleur bleue" (votre expression si je ne m’abuse ?). Le monde des "people" a déjà BHL pour ça, et pour un peu on douterait de la sincérité et de la transparence de vos intentions.

  • finalement, ce qui fiche en l’air tout l’humain, c’est son inéluctable dialectique.

    il faut qu’il y ait des méchants et des gentils.
    il faut des gens bien pensants et des rebelles incontrôlables.
    des voleurs salopards et des policiers pieux.
    des ouvriers miséreux et des patrons profiteurs
    des locataires trash et des propriétaires abusés.

    rien dans la nuance. c’est tellement incontrolable la nuance.

    comment s’en sortir si le voleur a un bon fond et si le rebelle est sociable ?

    parquer, encore et toujours, la vieille nature humaine dans des entités fichées, aux caractéristiques bien identifiées.

    ah, au fait, on a tous un adn différent. et ça se fiche très bien un adn différent.

    mince, manquerait plus que l’enveloppe autour soit aussi différente de l’une à l’autre.

    y’a un orgueil incommensurable à chercher à comprendre les autres. comme si on se comprenait soi même !

    si seulement on pouvait se défaire - en réel, pas en intention ! - du bon vieux carcan je-pense-ça-ça-serait-mieux-comme-ça.ça.ça.ça.

    Bertrand suicidé, vous auriez peut-être même acheté le cd liven du coup ?! si votre grand regret est légitime, les formes de pensées qui s’en dégagent autour sont assez ultra-radicalistes, voire un tantinet exterminatrices. je sais. vous êtes choquée.

  • Désolé mais je trouve votre message légèrement a coté de la réalité.
    Premièrement ces deux personnes se droguaient pas mal, ensuite ils géraient mal leurs relations passionnelles, et ce qui arrive est triste mais est un résultat possible des deux premières choses.
    Donc Bertrand, plus robuste, a tué Marie sans le vouloir... mais d’un autre coté on ne peut que blamer le coté irresponsable des ces deux petites starlettes.
    De toute manière Noir Désir, ça fait longtemps qu’ils nous font sourire, a critiquer le monde dans lequel ils sont, critiquer le dirigeant d’universal, tout en y étant signé.
    L’épisode de Bertrand et Marie est un fait divers, qui ne nous concerne absolument et dont nous n’avons pas à parler.
    Ce serait arrivé à l’un d’entre vous avec sa femme personne n’en parlerait.
    Tous ce battage médiatique autours de cette affaire est un cynique argument commercial.
    Par pitié n’en parlons plus, laissons le coupable recevoir sa peine, et la victime reposer en paix.
    merci

  • Dans "l’affaire Cantat", le chanteur a "craqué".

    La Patriarchie a toujours très bien toléré la crise de nerf masculine.

    Voilà ce qu’on pense en Patriarchie :

    "Un homme c’est quelqu’un qu’il ne faut pas trop provoquer sexuellement et pas trop énerver. Sinon il viole, tabasse et tue. C’est comme ça, c’est normal, c’est sa nature. Il ne peut pas perdre, dans le rapport de force avec une femme. La Patriarchie ne le supporte pas. Le mâle a droit au dernier mot !
    C’est de sa faute à elle, la femelle, d’avoir poussé le bouchon trop loin. Elle ne lui a pas laissé le choix. Elle ne lui a pas laissé le dernier mot de bonne grâce ; il a bien été obligé de péter les plombs !"

    La Patriarchie estime que c’est à la femme de tenir compte de cette "normalité" masculine : elle ne doit pas le provoquer sexuellement, elle ne doit pas l’énerver par "des mots qui tuent". Sinon ben elle risque d’être violée et tabassée. On l’avait prévenue !

    Alors, évidemment, tout cela est du pipeau complet et du foutage de gueule.
    Les bébés mâles et les bébés femelles sont pareil-les. Mais on éduque le petit garçon dans le sens d’une grande tolérance vis à vis de ses "instincts" quand on éduque la petite fille dans le sens d’une grande maîtrise de ces mêmes "instincts".
    Le but étant que le mâle s’autorise à CRAQUER et la femelle... non.
    Normal en Patriarchie que la femelle doive maîtriser au mieux le pétage de plomb : on lui colle la charge éducative. Si on se laisse aller à craquer avec les gosses, chiants comme ils sont, c’est l’hécatombe assurée !
    Normal en Patriarchie que le mâle soit encouragé à péter un cable : il doit pouvoir, le cas échéant, aller bouziller les ennemis et engrosser leurs femelles.

    Au fond du fond rien n’a changé depuis des milliers d’années..

  • Je ne vois aucun appel à la loi du talion ou à la peine de mort dans ce texte ! (euh... que ceux qui s’éguosillent ici prennent au moins la peine de comprendre ce qu’ils lisent ;o)

    Je suppose que cela vient de la comparaison avec Roméo & Juliette (où effectivement, je le rappelle pour ceux qui l’ignorent encore, les DEUX amants se suicident), comparaison que Franca Maï n’a d’ailleurs pas initiée (j’ai pu lire semblable comparaison dans le Nouvel Obs y’a plus d’un an), mais à laquelle elle ne fait que répondre, en l’invalidant : la comparaison ne tient pas, effectivement, car les DEUX ne se suicident pas, non, puisque c’est l’UN qui tue l’AUTRE, simple rappel. (Mais bon, j’en déjà largement évoqué ce point : Trintignant, c’est du "destin tragique", nuance !).

    Enfin, il me semble que ce que Franca Maï critique dans ce texte n’est rien d’autre que l’attitude des maisons de disques. Relisez ! Parce qu’à vous égosiller comme ça à tord et à travers, on va finir pas croire que vous prenez la défense d’un criminel, auquel se texte ne s’en prend même pas, vu qu’il purge déjà sa peine.

  • [...] Un type qui tape sur une femme, est un sale type. Point barre. Il doit se faire soigner d’urgence avant la zone de non retour. Sachant qu’en France au moins 2.000.000 de femmes sont victimes de violences conjugales et que 400 crèvent sous la barbarie de leur conjoint chaque année -soit plus d’une femme par jour- les coups sont donc des armes utilisées en toute connaissance de cause. [...] Parce-que Noir Désir était un groupe que j’aimais, que j’écoutais et que je n’ai plus envie d’entendre. [...] Le guitariste Serge Teyssot-Gay, le batteur Denis Barthe et le bassiste Jean-Paul Roy, musiciens du groupe Noir Désir, mutilés provisoirement de leur chanteur, sont propulsés actuellement dans la presse officielle. Ils nous expliquent que : bien sûr, s’il y a un futur à Noir Désir, il n’existera pas avant qu’on se soit retrouvés autour d’une table tous les quatre, avec Bertrand et sans les murs autour... J’imagine que le chemin intime de Bertrand Cantat n’est pas facile. Je n’aimerais pas être à sa place. Mais la décence serait qu’il ne chante plus. [...]

    Effectivement .... Franca Mai ne parle que des maisons de disques, hormis ces extraits ci-dessus, hormis qu’elle parle aussi de Marie.

    Au final deux lignes sont consacrées aux maisons de disques ...

    Vous avez raison, intervenant(e) ci-dessus, cet article ne méritait pas qu’on s’y arrête si longtemps. Tant a "temps" été déjà déroulé sur ce fait divers, amalgame femmes battues inclus.

    La page blanche est d’or, mais parfois, les petits zumains que nous sommes ne pouvons pas calmer nos tripes sans faire crépiter le clavier.

    M.

    • Que voyez-vous de choquant à dire, rappeler au passage, qu’un type qui bat sa femme est un sale type ? C’est un criminel, oui, d’ailleurs celui-ci "purge actuellement sa peine derrière les barreaux". Et des comme lui, y’en a plein.
      Ce qui me choque, moi, c’est la surmédiatisation dont bénificie ce criminel ("Les majors n’existant que pour faire de la thune, elles ont trouvé un nouveau filon : le fait divers (...) propulsés actuellement dans la presse officielle"). Les majors ont bien compris que certains n’étaient pas choqués par cette criminalité-là, que la plupart se contrefiche qu’elle soit la première cause de mortalité des femmes en france (cf : ENVEFF), tandis que d’autres osaient même s’en faire les défenseurs (relire la presse de l’époque)... qu’il y avait donc de la thune à se faire auprès de tous ces gens qui ont, pour le moins, peu de scrupules.

      J’ai vu certains de mes ami-e-s mettre un CD de Noir Désir dans la platine... puis le retirer, "non, ça ne passe plus, j’y arrive pas". Pourtant, on n’en avait pas parlé (moi, Trintignant, Cantat, les peoples, j’en ai rien à battre). J’sais pas. Chacun-e fait ce qu’il-elle veut. Ce qui me géne, ce n’est pas tant que certain-e-s achétent ce CD, c’est qu’il soit produit et mis en vente. C’est quoi ce nouveau créneau ? un CD de Cantat, un bouquin de Guy Georges, un recueil de poésie de Fourniret, un podcast de l’abbé Vadeboncoeur... ça vous gratouille pas quelque part ?

    • L’erreur est dans cette phrase : "un cd de Cantat". Ce n’est pas un cd de Cantat, c’est un cd de Noir Désir dont le contenu existait avant juillet 2003.

      Oui, un type qui bat sa femme est un sale type. Mais, ce n’est pas une histoire de sale type. C’est cela que je trouve terriblement désespérant.
      ..................................

      je ne reviendrai pas sous ce post. la divergence ne contient pas de volonté constructive de part et d’autre. c’est pleinement respectable. je n’ai aucune complaisance, ni à l’égard des autres, ni à l’égard de moi-même.

      M.

  • Ca me fait marrer jaune "amalgame femmes battues".
    Où il est l’amalgame ?

    Quand on s’engueule avec son mec et qu’on se retrouve à la morgue on est un "amalgame femme battue" - pas une VRAIE femme battue - pour peu que le meurtrier soit un mec sympa, c’est ça ?

    On est morte ok c’est triste mais enfin on a eu TORT de s’être fait massacrer par CE MEC-LA, c’est ça ?

    Si un anonyme avait zigouillé Marie Trintignan dans un parking pour lui piquer son larfeuil tout le monde aurait été ulcéré par cette vilenie.

    Mais là non. Le meurtrier était un mec super. Qu’est-ce qu’elle a été conne aussi la Marie de se faire zigouiller par un mec aussi SUPER !

    Vrai, les filles, vous devriez en prendre de la graine et vérifier à qui vous avez à faire avant de vous faire trucider ! Sinon c’est VOUS qui aurez tort, en plus !

    • mais de toute façon personne ne peut juger il n’est pas impossible que marie soit une sombre conne, et ce n’est pas parcequ’elle est morte qu’il ne faudrait pas le dire. mais qu’est ce que ça changerait ? RIEN Cantat Restera en prison et Marie est morte.
      Est ce que dire que Cantat est un mec bien change quelques choses ? NON il peut etre le plus sympa du monde, il restera en prison et Marie est morte.

      Tout ces faux-débats sont inutiles certain pense que la prison c pas assez, reste que je pense que certains grands defenseurs de la cause féminine devrais se poser la question : "si j’empale un homme qui brutalise sa femme, comment je vais expliquer à mes enfants que son geste était barbare, mais pas le mien"

  • Digne d’une époque pas si lointaine, les années 60/70... Epoque où l’érection convulsive mêlée aux châtaignes faisaient parfois office de relation amoureuses.

    Les médias se sont par ailleurs jeté sur la dépouille de leur amour sans aucunes réserves. Des visages défigurent... Des face A, des faces B... Honte à son geste malgré la splendeur de son oeuvre.

    On peut certe dénoncer une fois de plus l’assassinat médiatique d’une figure emblématique du rock mais dans ce cas, il s’agit bien également de dénoncer un mal malheureusement bien remis à l’ordre du jour, les femmes battues. Il m’est viscéralement impossible d’encaisser cet évènement dans son ensemble...

    Décidément Franca, je tombe amoureux ou quoi ?

    DARGOON