Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

L’économie mondiale échappe au G8

mercredi 9 juillet 2008 - Contacter l'auteur - 3 coms

L’économie mondiale échappe au G8

Mercredi 9 juillet 2008

Richard Werly, envoyé spécial à Toyako

SOMMET DE TOYAKO. Les conclusions du sommet prouvent l’impuissance des pays les plus industrialisés.

Une longue litanie de formules convenues. Sur l’économie mondiale, les conclusions du G8 de Toyako ont tout de l’aveu d’impuissance. « Des tensions graves subsistent », peut-on lire dans le document de sept pages rendu public hier, où l’une des seules propositions concrètes est l’organisation prochaine d’un forum consacré à l’efficacité énergétique et aux nouvelles technologies. Sans préciser ses contours, ni sa périodicité.

Quant au pétrole, dont les prix ne cessent de s’envoler, un seul appel, considéré comme vain par tous les experts dans cette phase d’intensive spéculation : « A court terme, du côté de l’offre, les capacités de production et de raffinage doivent être accrues. » Une conférence, pendant du récent sommet pétrolier de Djedda (Arabie saoudite), devrait toutefois être organisée à Londres d’ici à la fin de l’année.

« Les fondamentaux sont déterminés par les marchés, juge un diplomate. Et même si tout le monde, lors de ce G8, a déploré le niveau élevé de l’euro par rapport au dollar et au yuan chinois sous-évalué, personne ne veut mettre le feu aux taux de change. Alors... » Preuve que le G8, pourtant conçu en 1975 par le président français Valéry Giscard d’Estaing pour répondre au choc pétrolier de 1973, n’a plus la capacité de réaction d’antan.

Le seul élément nouveau a porté, à Toyako, sur le round de Doha en cours de négociation à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Alors qu’à Bruxelles la plupart des pays européens affichent leur pessimisme, et que Nicolas Sarkozy multiplie ses critiques contre le négociateur de la Commission, Peter Mandelson, le G8 a réitéré son désir d’aboutir. Ce qui remet sur les rails la réunion ministérielle convoquée à Genève le 21 juillet prochain. « Nous résisterons aux pressions protectionnistes sous toutes leurs formes », assènent les conclusions du sommet.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a lui été plus loin : « La clef se trouve aujourd’hui du côté des économies émergentes : au Brésil, en Argentine, en Inde... Ces pays doivent comprendre que nous attendons de leur part des concessions sur les tarifs des produits industriels et sur les services. Le round de Doha ne concerne pas que l’agriculture. Il doit, pour être conclu, être équilibré. » Non sans ajouter : « Cette opportunité, à Genève, sera sans doute la dernière. »

http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=235674

Mots clés : Economie-budget / G8 2008 - Japon /

Messages

  • G 8 réunion des 8 têtes vides ,cerveaux atrophiés , les robots de la

    fumeuse mondialisation ,le monde est un village ,a l’allure ou on estropie

    les immigrés de la faim ,de la guerre ,des intempéries ,de la mort ,

    c’est plus un village ,mais un camp de concentration ,comme les nazis

    avaient pas encore imaginé

    vous avez voté pour EUX ? moi NON c’est qui ses guguses (G8) qui

    décident de tout et n’inporte quoi ? DEHORS A COUP POMPE DANS LE

    DERCHE

  • Le Brésil est la clé du succès des négociations de Doha (Brown)

    TOYAKO (Japon), 9 juil 2008

    Le Brésil est la clé du succès des négociations de Doha sur le commerce international, a affirmé mercredi le Premier ministre britannique Gordon Brown, indiquant que le président brésilien est actuellement en train d’oeuvrer pour une reprise rapide du processus.

    "La clé d’un accord est le Brésil, lequel entraînera les pays du Mercosur" (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela), a déclaré M. Brown lors d’une conférence de presse à Toyako (Japon), à l’issue d’un sommet du G8 auquel le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva était l’un des invités.

    "Je crois que le président Lula est maintenant en train de rendre possible la reprise des négociations dans leur ensemble, et que ce qui est resté bloqué pendant des mois est maintenant possible d’ici quelques jours", a-t-il ajouté.

    M. Brown a effectué ces déclaration après une rencontre en tête-à-tête avec le président brésilien et son négociateur commercial, le ministre des Affaires étrangères Celso Amorim.

    Les négociations de Doha sont bloquées par les revendications des pays en développement pour la fin des mesures protectionnistes des pays développés en matière de politique agricole. De leur côté, Union européenne et Etats-Unis exigent que les pays émergents suppriment les barrières qui protègent leurs industries et leurs services.

    L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a convoqué une réunion ministérielle cruciale à Genève à partir du 21 juillet pour décider de l’avenir du cycle de Doha.

    http://www.agefi.com/Quotidien_en_ligne/News/index.php?newsID=191600&PHPSESSID=24d4b117fe7d0842dce5bb1b3d30bbcd

  • Ils sont dans la quadrature du cercle continuer à enrichir les riches ça va devenir difficile prendre aux pauvres pour donner aux riche sans un tour de vis et sans appliquer la dictature sur les peuples sinon ça va être l’embrasement révolutionnaire.
    Dommage que François FURET ne soit plus là paix à son âme pour voir que l’avenir d’une illusion c’était justement le libéralisme mmmm pas fallu beaucoup de temps pour foutre la pagaille les libéraux !

    ARRETEZ LE MASSACRE

Derniers articles sur Bellaciao :