Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

LA BETE

dimanche 10 avril 2005 - Contacter l'auteur - 5 coms

de Patrick MIGNARD

Lorsque l’on veut faire peur à des enfants, ou autrefois quand on voulait terroriser une population on inventait « la bête », une entité mal définie, aux contours flous mais à l’action maléfique garantie. Dans les périodes calmes, nul besoin d’avoir recours à ce subterfuge, mais en période de crise elle constituait un efficace moyen de pression et de contrôle.

Il fallait bien s’y attendre : les partisans du OUI, à l’approche de l’échéance et devant le ridicule de leur argumentation et la stagnation de leur score dans les sondages, sont en train d’engager leurs réserves. Après la pseudo rationalité, logique de leur discours qui n’a pas l’air d’avoir un effet positif les concernant, ils utilisent la peur.

C’est d’abord la peur du chaos, de l’isolement : « si vous ne votez pas OUI, ce sera le chaos en Europe, voire la guerre... au mieux nous serons isolés, presque excommuniés  ». L’argument n’a pas l’air d’émouvoir les foules, saturées de ce genre de discours manipulatoire... l’inconscient collectif a en mémoire le coup du « moi ou le chaos  » qui a fait mordre, en 1969, la poussière à l’Homme du 18 juin qui s’est retiré sans demander son reste. De chaos point !

Il faut donc passer au cran supérieur pour faire céder ces « obsédés du NON ». La peur du rouge n’effrayant plus que les bêtes à cornes, on a change de registre... on est allé chercher le dernier épouvantail disponible dans la panoplie politique. Devinez qui : LE PEN bien évidemment.

Depuis quelques jours, alors qu’il était quasiment à la retraite, perclus physiquement de rhumatismes (on nous l’a même montré marchant avec une canne) et politiquement de conflits de pouvoir, le revoici guilleret s’exposant avantageusement devant les caméras et les micros généreusement tendus.

A l’entendre, le NON c’est lui. A l’entendre c’est lui qui incite les millions de citoyennes et citoyens à voter NON . A l’entendre, le NON qui s’exprime aujourd’hui c’est le « NON national », le « NON du Front National »... et bien évidemment, toujours selon lui, la victoire du NON serait (sera il est sûr et le dit), celui du Front National).

Quel effet peut avoir cette manipulation sur le citoyen hésitant qui s’apprête à voter NON ? La petite voix médiatique lui répètera jusqu’à l’isoloir : « Réfléchis bien, es-tu sûr de ton NON ? Es-tu sûr que ton NON est bien le tien et pas celui du FN ? Et même si tu en es sûr, dans l’urne il n’y aura aucune différence... Alors ?  ».

Le doute est insinué... « Ai-je le droit de voter comme le Front National, même et surtout si les bulletins n’ont pas d’odeur ? » «  La victoire du NON ne risque-t-elle pas d’être celle du Front National ? ».

Oh, celui là ne votera pas OUI, mais il ne votera pas non plus NON... ce qui est finalement tout bénéfice pour le OUI.

Cette manipulation scandaleuse nous allons probablement la subir jusqu’au scrutin. Les enjeux sont tellement énormes que les politiciens favorables au OUI n’hésiteront devant aucune bassesse pour renverser la tendance qui se profile.

Soyons adultes et ne nous laissons pas épouvanter par des contes imaginaires.

Chassons la bête de nos têtes.

Mots clés : Dazibao / Europe / Patrick Mignard / TCE - (EUROPE) /

Messages

  • La prochaine victoire du NON n’est pas celle du grabataire le Stylo, mais celle de citoyens matures qui ont pris le temps de décrypter la Constitution et qui savent lire entre les lignes. Des citoyens soucieux de l’avenir de leurs enfants. Quant au spectre de la guerre, le cynisme de cette société s’arme déjà méticuleusement pour la déclarer au quotidien à tous les précaires et aux exclus. Avec ou sans la Constitution. Alors que les Ouistes continuent à perdre leur temps précieux à foutre la trouille aux indécis en agitant la Bête immonde qui possède dans la réalité les atours du Medef et la voix de Dassault. En infantilisant le débat, ils autorisent les indécis à apprivoiser leurs peurs ancestrales. Dépasser une peur, n’est-ce pas le pied suprême !...
    Loup y es-tu ? Que fais-tu ? M’entends-tu ? ... Je vais te Manger, mon enfant. Non mais... Tu as vu la tronche du Loup ?... Il est sérieusement édenté...Allez Marre-toi et vote en ton âme et conscience mais surtout pas sous influence.
    Prends le temps de la lire cette Constitution et ne dis pas après que tu ne savais pas.

    Mata a ri

  • Autre procédé : occulter le plus longtemps possible le débat grâce à des agonies et des décès, puis un mariage, célébrissimes. A croire que les occupants des lucarnes à décerveler obéissent à un mot d’ordre.

    • Peut-être un ordre venant de Dieu...

    • De Luc Ferry, soi-disant philosophe et ci-devant ministre de l’Éducationale, cette réflexion à graver dans le marbre : « Ceux qui trouvent qu’on en fait trop pour la mort du pape me rappellent ceux qui trouvent qu’on en a trop fait pour commémorer Auschwitz. »
      (Propos relevés par Pierre Marcelle : Amalgame : Libération du 11 avril 2005)

Derniers articles sur Bellaciao :