Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Le MRAP choqué par l’attitude de Benyamin Netanyahou

mercredi 14 janvier 2015 , par Le MRAP - Contacter l'auteur - 3 coms

Nous étions des millions ce week-end à
"être Charlie" dans les rues de France. Des millions
à
exprimer notre refus de la barbarie qui a tué dans les locaux de Charlie, dans l’é
picerie
Hyper-cacher ou à
Montrouge. Nous étions juifs, musulmans, chrétiens, athées, d’horizons
philosophiques différents, fondus dans un même élan, en hommage aux victimes et en défense
de nos libertés.

Mais nous ne pouvons laisser passer une fausse not
e, c’est là
un euphémisme, au plus haut
niveau de l’ Etat .

Nous n’attendions pas grand’chose du Premier ministre israélien, nous n’attendions rien de
son ministre raciste Lieberman. Leurs présences dans le cortège, comme celles d’autres chefs
d’Etat lib
erticides, nous choquaient. Mais nous attendions au moins de la pudeur de leur part.

Seule la présence de
Benyamin Netanyahou
a donné lieu à
des débordements indécents : ces
images du premier ministre israélien saluant des drapeaux israéliens sur des balc
ons, ces
indécents cris
« 
bi bi bi
 » lors de son arrivée à
la Grande synagogue, avec le Président de la
République à
ses côtés, nous ont vivement choqués.

Les malheureuses victimes juives de la barbarie antisémite devaient s’effacer derrière une
atmosp
hère de campagne électorale pour celui qui venait d’inviter les juifs à quitter la France
pour rejoindre Israël.

Le rôle du premier représentant d’un Etat est bien évidemment d’accompagner les victimes de
la barbarie et leurs familles dans une synagogue o
u tout autre lieu de culte.

Mais il ne s’agissait plus, avec la présence de
Benyamin Nétanyahou
,
d’un hommage aux
victimes mais d’une triste comédie de la politique interne israélienne avec ces indécents "
bi
bi bi "...
Le gouvernement français entretient
malgré ses dénégations de pure forme l’
asymétrie
honteuse des discours. Rappelons que deux ans après un autre attentat, celui qui avait coûté la
vie 3 militantes Kurdes à
Paris, le gouvernement de la France n’a pas encore daigné recevoir
les familles
, malgré leurs demandes.

Ces indignations sélectives ne peuvent qu’entretenir les clivages dans la société française et
viennent contrecarrer le message universaliste que portent nos organisations de défense des
droits de l’homme.
Après cette nouvelle dém
onstration d’inégalité de traitement de ce "
deux-poids deux-mesures
", le gouvernement de la France se doit de dénoncer l’instrumentalisation, par la
politique israélienne, de la dignité cette manifestation.

Faute de le faire, il contribuerait à
entreten
ir des fragmentations communautaires dans la
société française

Mots clés : Gouvernements / Proche & Moyen Orient /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :