Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Les gens trébuchent sur les bombes à fragmentation

mercredi 23 août 2006 - Contacter l'auteur - 9 coms

de Al Faraby

Israël a largué des bombes à fragmentation sur au moins 170 villages et autres sites du Sud-Liban lors de son agression qui a duré 34 jours, a déclaré un haut responsable des opérations de déminage de l’Onu.

Les engins qui n’ont pas explosé à l’impact constituent à présent une menace mortelle pour les civils qui sont restés dans la région ou qui l’ont fuie mais sont en train de rentrer chez eux, et trouvent pour certains leur domicile ou leur lieu de travail en ruines.

Les bombes ont déjà tué huit personnes et fait au moins 25 blessés, dont plusieurs enfants, depuis l’entrée en vigueur de la trêve le 14 août, affirme Tekimiti Gilbert, chef des opérations du Centre de coordination de l’action contre les mines de l’Onu au Liban.

"A ce jour nous avons dénombré 170 tirs de bombes à fragmentation sur le Sud-Liban", a-t-il déclaré à Reuters dans un entretien accordé à Tyr.

"C’est un gros problème. Elles présentent des dangers évidents pour les enfants, les gens, les voitures. Les gens trébuchent dessus."

Gilbert dit n’avoir "aucun doute" sur le caractère délibéré du largage par Israël de ces bombes sur des zones habitées, en violation du droit international, qui stipule que de telles munitions ne doivent pas être utilisés dans les secteurs où se trouvent des civils.

"Ces bombes à fragmentation ont été larguées au milieu de villages", a-t-il dit.

Selon Gilbert, six équipes envoyées sur le terrain pour faire un état des lieux trouvent quotidiennement 30 nouveaux sites touchés par de telles bombes, notamment au sud du fleuve Litani, situé à une vingtaine de kilomètres de la frontière israélienne.

Un grand nombre de bombes à fragmentation se sont écrasées plus au nord, près de Nabatieh et de Hasbaya.

Selon ce responsable de l’Onu, il faudra "douze mois ou plus" pour débarrasser le sud du pays de ces munitions Certaines sont petites, noires et cylindriques, et on peut facilement ne pas remarquer leur présence et, en les touchant, les déclencher. D’autres sont rondes et peuvent ressembler à des rochers recouverts de poussière.

Selon Gilbert, quatre équipes de démineurs du Mines Advisory Group (MAG), une ONG britannique, ont déjà trouvé et neutralisé un millier de bombes à fragmentation au cours des six derniers jours. Plutôt que de les désamorcer, ils procèdent en général à des explosions contrôlées.

Treize autres équipes de déminage fournies par MAG et par une entreprise britannique vont bientôt se mettre au travail, ainsi que deux autres venues de Suède. Des hommes de l’armée libanaise s’attellent également à la tâche, ainsi que des membres du Hezbollah, selon Gilbert.

"Le Hezbollah a ramassé un grand nombre de ces bombes et les a mises dans des boîtes pour les éloigner des enfants", a-t-il dit.

"Ce n’est pas la méthode recommandée, mais le risque est tel que si l’on ne fait rien, des gens vont mourir", a-t-il ajouté.

"On ne peut pas le leur reprocher, ils risquent leur vie", a-t-il souligné, précisant que si ce genre de ramassage spontané des bombes permettait de se débarrasser des engins les plus visibles, il rendrait aussi plus difficile la localisation de celles qui sont cachées.

Comparant le recours à ce type de munitions avec l’usage qui en a été fait dans d’autres conflits, Gilbert a jugé leur utilisation au Liban plus problématique, l’Irak et l’Afghanistan, du fait de leur taille, ayant vu la plupart des engins tomber sur des déserts ou des secteurs non habités.

"Mais le Liban est petit et le Sud encore plus. Larguer des bombes à fragmentation dans des espaces aussi petits et confinés, dans des proportions aussi importantes, est mortel."

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=3334

Mots clés : Al Faraby / Dazibao / Guerres-Conflits / Proche & Moyen Orient /

Messages

  • C’est une vraie saloperie ces bombes et mines anti-personnelle, qui touchent les personnes qui posent le pied dessus, ou qui les ramassent à mains nues (enfants). Une pétition sans précédent devrait être lancé à travers la planète pour stopper cette pluie de merde que des fous balancent sur des populations sans défense.

    • Vous qualifiez de fous ceux qui ont largués ces bombes à framentation et autres armes prohibées , telles ces armes chimiques , NON ! et mille fois NON ! Ces gens ne sont pas fous , mais des CRIMINELS DE GUERRE CONSCIENTS que le monde devra juger . Bien sûr que le petit ’’ caïd ’’ bush et son compère ’’ Bliar ’’ voudront les disculper , mais eux - mêmes sauront - ils se dérober de la malédiction de toutes leurs victimes ?

    • Si, faut être fou pour oser ôter la vie à un être humain. Rappelez-vous le ministre israélien Isaac Rabine, qui après avoir combattu les Palestiniens, s’est rallié à la cause juste, faire la paix avec eux, admettant leurs revendications légitimes de vivre chez eux. Mais il a été assassiné, geste de folie. On en mesure les conséquences aujourd’hui.

    • Non monsieur , l’assassin d’Ishac Rabin n’est pas fou au sens ’’ noble ’’ du terme , mais c’est un de ces êtres qui ont été allaités au seins de la haine et plus - tard nourris par le pain du racisme et la négation des droits de l’autre .

    • Mais, monsieur, un Juif ne peut pas tuer un Juif ! Un Juif ne peut pas avoir de la haine pour un autre Juif ! (écrit dans la bible ). Faut être dérangé du ciboulot, n’avoir aucune sensibilité pour ôter la vie à des êtres innocents. Je ne comprendrais jamais la raison d’état qui encourage ces massacres. Ca relève de la folie furieuse. Désolée.

    • Bien chère madame ; j’ai relevé le ée de votre désolée , et j’aimerai que vous en fassiez de même pour ce qui du mot juif que je n’ai à aucun moment utilisé dans ma réaction . Ces assassins madame , mise à part leur image humaine sont des animaux féroces ; non que dis - je un animal même féroce tue pour manger ; ces êtres madame , calculent et tuent pour faire le vide et s’accaparer ainsi les terres des autres . C’est ça le sionisme , madame.

  • Le Département d’Etat américain enquête pour déterminer si Israël a utilisé des bombes à fragmentation de fabrication américaine sur des zones civiles au Liban.

    « Nous enquêtons absolument sur ces allégations et nous verrons où elles mènent », a commenté vendredi le porte-parole du Département d’Etat Gonzalo Gallegos.

    L’enquête menée par le Bureau des contrôles du commerce de défense déterminera si ce type de munitions a été utilisé, et si oui, de quelle façon, a-t-il précisé. Elle cherchera à établir si leur usage a pu violer des accords secrets avec les États-Unis.

    D’après les Nations unies, des dizaines et des dizaines de sous-munitions non explosées ont été découvertes dans le sud du Liban, tombées sur des routes, des maisons et des jardins.

    « Il y a environ 285 sites de bombes à fragmentation dans tout le Sud-Liban et nos équipes continuent leurs recherches et ajoutent de nouveaux sites tous les jours », expliquait Dalya Farran, porte-parole du Centre de coordination de l’action contre les mines de l’ONU (UNMACC), qui possède un bureau à Tyr dans le sud du Liban. « Nous trouvons une trentaine de nouveaux sites par jour ».

    Une porte-parole de l’UNMACC a refusé de commenter l’enquête. Elle a rappelé que l’usage des bombes à fragmentation en cas de guerre n’est pas illégal, mais que les conventions de Genève proscrivent leur utilisation sur des zones civiles.

    L’armée israélienne assure que toutes les armes qu’elle utilise sont « légales dans le cadre du droit international et que leur utilisation est en conformité avec les critères internationaux ».

    Les bombes à fragmentation sont utilisées contre des chars et explosent lors de l’impact avec l’acier.

    Source : Canoé

    “et nous verrons où elles mènent” ... Surement dans la corbeille comme d’habitude

  • Cet article aurait un intérêt s’il mentionnait le fait que notre beau pays, avec d’autres, continue de fabriquer ces bombes à fragmentation (seules la fabrication des mines anti-personnel a été arrêtée grâce à un accord international que la France a signé).
    La France et ses médias s’émeuvent de leur utilisation par Israël mais pour le Kosovo et d’autres pays, ça ne les a pas gênés. Pure hypocrisie de circonstance.

Derniers articles sur Bellaciao :