Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Lutte ouvrière confrontée à des problèmes de discipline

mardi 12 février 2008 - Contacter l'auteur - 5 coms

de Sylvia Zappi

Lutte ouvrière n’aime pas les entorses à la discipline de parti. Surtout quand le mouvement d’extrême gauche vient d’opérer un virage politique remarqué sur les élections municipales qui rompt avec des années de présentation de listes en solo ou avec sa rivale trotskiste, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR).

Une petite trentaine de militants de la minorité - appelée la fraction L’Etincelle - ont été "suspendus" pour avoir exprimé leur désaccord. Cette "suspension" est prise jusqu’à ce que le congrès de LO en décembre "statue sur les relations entre ces camarades et la majorité de l’organisation".

Tout est parti de Wattrelos, où la direction de Lutte ouvrière a négocié, comme dans une cinquantaine de villes, la présence de ses militants sur une liste unitaire avec le PS et le PCF. Deux élus sortants, membres de la fraction, ont fait savoir leur opposition et ont présenté une liste siglée Lutte ouvrière.

La direction a réagi en prenant des sanctions contre les deux militants "qui ont enfreint la discipline", mais aussi contre l’ensemble de leur tendance.

La minorité, emmenée notamment par Jacques Morand, refuse en effet le virage opéré à l’occasion des municipales par leur organisation. Ils estiment qu’elle ne doit pas se fourvoyer avec des partis de gauche "réformistes" mais se présenter sous ses propres couleurs.

Pour justifier le changement de stratégie électorale de Lutte ouvrière, Roger Girardot, alias Hardy, alias Robert Barcia, figure tutélaire de LO, a pris la plume et expliqué que ses amis "ne veulent pas nuire à la gauche". L’organisation a été échaudée par les reproches qui lui ont été faits après la perte de mairies par la gauche en 2001 dans des villes où elle avait présenté ses propres candidats.

LE PLUS D’ÉLUS POSSIBLE

L’objectif dans les discussions avec les représentants du PS comme du PCF est également d’avoir le plus d’élus possible. Et ainsi de tenir la dragée haute à la LCR qui fait cavalier seul aux municipales.

"Lutte ouvrière souhaite qu’il y ait dès le premier tour une union de toutes les forces de gauche et elle est prête à y participer", explique un éditorial de l’hebdomadaire Lutte ouvrière, le 25 janvier. Le même jour, la tribune habituelle de la fraction est censurée.

Les militants suspendus sont exclus du comité exécutif, du comité central et des réunions des groupes de militants dans les entreprises.

http://www.lemonde.fr/politique/art...

Mots clés : Partis politiques / Sylvia Zappi /

Messages

  • Lutte Ouvrière, qui milite pour la création d’un grand Parti Révolutionnaire Ouvrier, n’a jamais caché qu’elle conçoit la discipline comme nécessaire dans un tel parti. Elle se défend que cela n’est pas une question de totalitarisme, en expliquant que "les militants feraient en quelque sorte partie d’une armée, mais où tous seraient égaux". Il est alors surprenant que la fraction soit censurée et suspendue de réunions du parti, car se pose la question : si les membres de la fraction ne peuvent pas s’exprimer comme les autres militants de Lutte Ouvrière, pendant le laps du temps de leur suspension, ces premier sont-ils égaux à ces seconds ? En revanche, pourquoi les membres de la fraction pourraient-ils présenter des listes "dissidentes", alors que le parti a décidé de mener des listes d’union, dans les villes où le PS et le PCF seraient d’accord ? Je tiens à préciser que je ne suis pas encarté à Lutte Ouvrière, ni dans aucun autre parti.

    • Sur le sujet précis c’est LO qui a changé, pas leur minorité qui croyait bêtement pouvoir faire des listes de révolutionnaires...

      Changement d’herbage, virage à 180°, LO va lécher du TCIste au moment où, justement, il convient de s’en délimiter (même si, au 2e tour on peut laisser passer le PS plutôt que l’UMP). De nombreux communistes, notamment du PC, veulent en ce moment faire entendre distinctement la voix des révolutionnaires, c’est la distinction essentielle actuelle dans la gauche.

      LO flotte sur cette question, accumulant de bonnes positions à certains endroits (des unités utiles et claires) avec des ralliements de confusion .

      C’est une faute.

      Sur la question de la discipline d’un parti, l’existence pendant de longues années de l’autorisation dans le journal de LO d’une tribune de leur minorité est un cas exceptionnel de tolérance.

      C’est comme si, chaque semaine dans l’Huma, La Louve y tenait tribune au nom d’un courant politique contradictoire avec l’orientation du PCF.

      Pourtant je pense que, dans le PCF, existe des sensibilités encore plus contradictoires que dans LO (des gens qui seraient carrément mieux au MODEM, des bureaucrates social-démocrates, des révolutionnaires nombreux....).

      Donc quand on mesure les rétorsions actuelles de la majorité de LO sur sa minorité , rétorsions dommageables, il convient bien d’avoir également cela à l’esprit.

      Maintenant les rétorsions actuelles me semblent dépasser la mesure en donnant moins de droits de militants à l’opposition qu’aux autres militants. C’est donc la recherche d’un esprit de soumission parmi les militants qui est recherché et non une libre discipline de révolutionnaires.

      Ils ont tort.

  • Il est grand temps d’arrêter les conneries et de se rassembler en se respectant dans une nouvelle organisation avec un objectif précis à savoir engager une lutte sans merci pour en finir avec ce système capitaliste mortifère qui prospère sur la destruction de l’humanité. lul

  • Un grand merci à ces pseudos révolutionnaires à qui l’on doit l’entrée de la france dans l’Europe. Souvenez-vous du mot d’ordre de ces groupuscules lors du referendum : elections pièges à cons, abstention !
    Ils ont beau jeu actuellement de s’ériger en guerriers anti-européens !

    • Si eux (qui, exactement) sont des pseudos révolutionnaires, ça veut dire que c’est toi, le vrai ? ;-)

      Moi je suis en désaccord avec LO (en particulier pour les élections à venir !), mais ce n’est pas une raison pour mentir à propos de leur positionnement et pour raconter n’importe quoi.

      Je suppose que, dans ton souci d’être précis (humour), tu fais allusion à Maastricht. Ils n’ont absolument pas dit "abstention piège à cons", mais "le résultat de ce referendum n’influera pas sur le sort des travailleurs, c’est le rapport de force entre classes sociales qui seul importe". Moi je ne suis pas d’accord avec cette analyse, tout grain de sable dans les rouages me semble bon à prendre... Cela étant, quand je vois le résultat de la victoire du non en 2005, je ne suis pas persuadé qu’ils avaient si tort que ça. Alors tes certitudes bétonnées et construites sur des a priori et des (res)sentiments, pas très convainquantes, à mon sens...

      Au fait, Maastricht n’a pas fait entrer la France dans l’Europe, c’était juste un pas de plus, renseigne-toi...

      Bonne continuation pour ta croisade anti-pseudo-révolutionnaires...

      Chico

Derniers articles sur Bellaciao :