Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

MG BUFFET parle du FOOT dans l’HUMA

lundi 21 juin 2010

« Et si on parlait foot, et si on jouait au foot ! »
L’ancienne ministre des Sports lance un appel à des « assises du foot » pour comprendre ce qui s’est passé au sein des Bleus. Un des symptômes, selon elle, des lois qui ont favorisé « l’entrée des financiers » dans le football.

Que vous inspirent les récents événements au sein de l’équipe de France ? Marie-George Buffet. Aujourd’hui, il y a beaucoup de supporters malheureux, beaucoup de bénévoles déçus qui, chaque dimanche, parlent beau jeu et respect, des élus qui construisent des budgets pour accueillir ces jeunes. L’équipe de France devrait se rappeler ce qu’elle leur doit, à ses jeunes, à ses bénévoles. Alors, j’ai envie de dire : et si on parlait foot, et si on jouait au foot ! Comment cette équipe en est-elle arrivée-là ? S’agit-il des conséquences d’un monde du football dérégulé au profit du toujours plus d’argent ?

Marie-George Buffet. Bien sûr. Et il y a une responsabilité des politiques. Au lieu de réguler tout cet argent qui afflue dans le sport et de mieux le redistribuer, que fait-on depuis 2002 ? Il y a tout ce que j’appelle les amendements « Aulas », qui sont là pour servir une pratique et pas l’ensemble du sport. Donc, on autorise les cotations en Bourse, la transformation des clubs en sociétés anonymes, la rétribution des agents des joueurs par les clubs, les paris en ligne, les stades privés. Après tout ça, on ne peut pas d’un côté donner plus de pouvoir à l’argent et d’autre côté s’émouvoir que les Bleus logent dans un cinq-étoiles. N’oublions pas qu’un ministre des Sports est aussi là pour mutualiser l’argent qui arrive dans le sport, pas seulement pour apporter son soutien à une équipe. Et lorsqu’un philosophe, Alain Finkielkraut, réduit les joueurs à une génération « racaille », vous réagissez comment ?

Marie-George Buffet. D’abord, moi, je ne tiens aucun propos sur aucun joueur en particulier, il y a une responsabilité partagée. Je ne suis pas pour entamer une chasse à courre. Mais quand j’entends qu’on assimile banlieue et racaille, je suis choquée. Le sport est plutôt facteur d’éducation, ce monsieur devrait savoir ça. Après, c’est vrai que le sport ne peut pas tout régler, ne faisons pas preuve d’angélisme.

Mais les dérives de cette équipe de France sont-elles le reflet de la société, comme certains observateurs le répètent ?

Marie-George Buffet. Je crois qu’il faut laisser le sport à sa place, mais ne pas oublier que c’est le sport le plus populaire au monde. Quand je vais en Palestine, en plein cour d’une situation difficile, je vois qu’ils continuent de jouer au foot. Donc, tout ce qui touche le foot fait plus de bruit que n’importe quel sport, surtout parce qu’il est traversé par des enjeux d’argent toujours plus importants, des transferts qui claquent. Mais, je ne dis pas que le sport est le reflet de toute la société. N’utilisons pas les résultats sportifs de façon politicienne, mais pour changer les choses : il faut qu’on arrive à une régulation de l’argent dans le sport au niveau européen. Il faut d’urgence, aussi, contrôler, la gestion des clubs européens.

Le président de la FFF doit-il démissionner ?

Marie-George Buffet. Ça ne va pas régler les problèmes de fond. Je ne suis pas dans un discours de sanction. Évidemment, il faudra absolument, après ce Mondial, tenir des assises du foot, mettre tout sur la table. La FFF a une mission de service public, la ministre des Sports est en mesure de lui demander des comptes. En attendant, moi je pense aux Sud-Africains, à l’Afrique du Sud qui a tellement investi dans cette Coupe, et j’ai envie de dire aux Bleus, rendez-vous compte de la chance que vous avez de vivre cet événement, alors rendez à ce peuple ce qu’il attend de vous. Et jouez au foot.

Entretien réalisé par Frédéric Sugnot

Messages

  • Juste une remarque de forme : quand on a "envie de dire", on ne passe pas son temps à le dire. On dit, un point c’est tout ! Ce tic de langage est insupportable...

  • Moi j’aurais envie de dire que les dérives du foot fric n’ont pas commencé en 2002. Au fait, c’était qui déjà, la ministre de la jeunesse et des sports avant 2002 ?

  • Avec de tels discours, pas même capable de soutenir une grève, pas étonnant que le PCF n’ose même plus se présenter aux élections sous son propre nom !

    Le Front de Gauche n’est qu’une façon de faire oublier qu’on est communiste !

    Et bien, quand on a HONTE d’être communiste, on cesse de l’être et puis c’est tout !

    Et quand on est communiste, on soutient une grève. D’autant plus si les grévistes osent se révolter contre les injustices malgré une paye tellement forte qu’elle réduirait au silence quasiment tout le monde !

    • Désolé, Marie George, mais pour moi, le fond de ce problème, c’est une bulle du capitalisme financier qui vient d’exploser en plein vol !

      Je ne suis pas sûr dutout que les acteurs à l’origine de cette situation ont bien mesuré ce que le système faisait d’eux et qu’est ce qu’ils allaient soulever par leurs actes ...

      A mes yeux nous sommes bien dans le sport (pour utiliser le mot) totalement pourri par le fric !

      Il n’y a qu’à voir la mobilisation jusqu’au sommet de l’état pour tenter de rattraper le coup... dangereux pour qui ? pour quoi ?

      Ecoeuré... ce matin france inter..." Roselyne a parlé aux joueurs... ils ont pleuré !!! "

      Regardons tous les publicitaires...crédit agricole, adidas et les autres... qui offraient au bon peuple de jolies pub pour égayer la télé... Pour une vingtaine de garçons qui manifestent ...tous disparaîssent !!! Les "cadeaux" qu’ils faisaient ne leur rapporteront plus !!!

      S’il ne s’agissait pas de l’utilisation de la richesse que j’ai produite à coup de sueur, de sang et de larmes, je pourrais mourrir de rire de ce problème ... ça ne fait qu’aggraver ma révolte !

      Enfin, durant ma vie, j’ai toujours compris que jouer aux gens honnêtes face à un système corrompu et pourri tu passes toujours pour un idiot !

      Je battrais le pavé le 24 à Mont de Marsan et plus si c’est possible !

      Un coco des Landes

    • Et quand on est communiste, on soutient une grève

      Non on la fait.... le 24 !