Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Manifestations anti-guerre dans le monde entier

dimanche 16 mars 2003 - Contacter l'auteur

LE CAIRE (AP) - Un mois après les énormes manifestations contre la
guerre
en Irak, le camp pacifiste s’est à nouveau fait entendre samedi. De
Tokyo
au Caire, de Paris à Madrid, des centaines de milliers de personnes
sont
descendues dans les rues pour marquer leur opposition à la guerre,
même si
une attaque menée par les Etats-Unis contre l’Irak semble de plus en
plus
probable.

A Milan, plus de 700.000 personnes ont défilé dans les rues de la
ville,
selon les organisateurs (300.000 selon la police).

En Espagne, des dizaines de milliers de personnes, mécontentes du
soutien
apporté par leur chef de gouvernement José Maria Aznar aux Etats-Unis,
ont
manifesté. De Bilbao (nord) à Cadix (sud), des manifestants sont
descendus
dans les rues, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait
lire des
slogans en faveur de la paix. Mais les grandes manifestations étaient
attendues dans la soirée à Madrid et Barcelone.

Dans le centre de Londres, plusieurs centaines de musulmans
britanniques
ont manifesté, appelant les pays islamiques à ne pas soutenir une
guerre
dirigée par les Etats-Unis contre l’Irak. Dans une autre
manifestation, des
membres de la communauté irakienne de Grande-Bretagne se sont
rassemblés
devant le Parlement pour soutenir une guerre.

A Paris, le cortège a rassemblé quelque 55.000 personnes, selon la
police.
Plusieurs drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel marqués du mot
"Peace"
(paix) étaient visibles dans le cortège, ainsi que des grands panneaux
"Stop Bush !". D’autres manifestations ont eu lieu en province.

A Bruxelles, environ 40.000 personnes ont manifesté pacifiquement dans
les
rues, en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire
"Paix" et
"Pas de guerre". A Francfort, plus d’un millier de personnes ont
défilé
devant une base aérienne américaine. Les manifestants ont bloqué
l’entrée
de la base pendant plusieurs heures, empêchant les véhicules d’entrer
et de
sortir des bâtiments. A Nuremberg, quelque 4.000 manifestants ont
formé une
chaîne humaine autour de la vieille ville, selon la police.

En Grèce, des milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs
villes,
dont Salonique. A Athènes, plus de 10.000 personnes se sont rendues
jusqu’à
l’ambassade américaine.

A Lisbonne, une petite centaine de personnes ont défilé à l’appel
notamment
du Bloc de gauche (BE) qui a annoncé l’organisation d’une autre
manifestation dimanche le plus près possible de la base aérienne de
Lajes,
aux Açores, qui accueille un sommet rassemblant George W. Bush, Tony
Blair
et José Maria Aznar.

A Moscou, plus d’un millier de personnes ont manifesté devant
l’ambassade
des Etats-Unis. Une manifestation semblable a rassemblé quelques
centaines
de personnes devant le ministère des Affaires étrangères et une
troisième
s’est déroulée dans le square Pouchkine.

A Iskenderun, dans le sud-est de la Turquie, quelque 7.500 personnes
ont
manifesté pour demander aux Etats-Unis de renoncer à leurs projets
visant à
utiliser le territoire turc en cas de guerre contre l’Irak. Les
manifestants ont défilé à quelque kilomètres d’un port où l’armée
américaine a déchargé de l’équipement, dont des jeeps et des camions,
destiné à servir s’il y a une guerre.

A Washington, les effectifs de police ont été renforcés pour
surveiller la
foule attendue en face de la Maison Blanche. "C’est plus prestigieux
d’aller en guerre que de s’accrocher à des inspections pendant des
mois et
des mois et de faire un travail difficile", a affirmé Louis Wheeler,
un
manifestant venu de Boston en bus.

Plusieurs milliers d’Australiens et de Néo-Zélandais avaient ouvert le
cortège des manifestations pacifistes, suivis par quelque 10.000
Japonais à
Tokyo, 2.000 Coréens à Séoul, 1.000 Thaïlandais à Bangkok. Des
manifestations ont également eu lieu aux Philippines, à Nicosie, à
Bucarest, à Hong Kong, au Caire, à Sanaa et à Bagdad où des centaines
de
milliers de personnes ont manifesté dans les rues de la capitale
irakienne.

---

De :
http://www.cyberpresse.ca/actualites/article/1,63,0,032003,229853.shtml

200 000 manifestants à Montréal

Alors que la tension monte à l’ONU et que la machine de guerre
américaine
s’installe de pied ferme aux frontières de l’Irak, 200 000
manifestants se
sont rendus devant le complexe Guy-Favreau à Montréal selon la police.
Plusieurs personnalités des milieux sociaux, syndicaux, artistiques et
politiques participent à cette manifestation par une température
propice à
une marche.

CLIP

Il y a un mois, 150 000 personnes avaient défilé dans les rues de
Montréal,
par une température glaciale, à l’invitation du Collectif échec à la
guerre. D’autres manifestations ont eu lieu un peu partout au Québec
et au
Canada. Par exemple, environ 15 000 opposants à la guerre contre
l’Irak ont
marché dans les rues de Québec. Ils étaient environ 3000 à
Trois-Rivières.

D’autres marches se sont entre autres déroulées à Sherbrooke, à
Rouyn-Noranda, Alma, Sept-Iles et Baie-Comeau.

---

De : http://cf.news.yahoo.com/030315/1/93v3.html

Irak : rien ne justifie un recours à la force, réaffirment Paris,
Moscou et
Berlin

PARIS (AP - 15 mars) - La France, la Russie et l’Allemagne ont
réaffirmé
samedi soir dans une déclaration commune relative à la crise irakienne
que
"rien ne justifie dans les circontances présentes de renoncer au
processus
d’inspection ni de recourir à la force".

Notant que "l’usage de la force ne peut être qu’un dernier recours",
les
trois capitales appellent "solennellement l’ensemble des membres du
Conseil
à tout mettre en oeuvre pour que prévale la voie pacifique".

Cette voie a été "retenue en priorité par le Conseil de sécurité et
soutenue par l’immense majorité de la communauté internationale",
soulignent Paris, Moscou et Berlin dans cette déclaration diffusée
simultanément par les trois ministères des Affaires étrangères à la
veille
du sommet des partisans de la guerre (Etats-Unis, Grande-Bretagne,
Espagne)
aux Açores (Portugal).

Alors que le programme de travail de la COCOVINU doit être transmis
mardi
au Conseil de sécurité, la déclaration tripartite propose que, sur
cette
base, "le Conseil se réunisse immédiatement après, au niveau
ministériel,
pour approuver les tâches prioritaires de désarmement et arrêter un
calendrier de mise en oeuvre à la fois exigeant et réaliste".

Pour les trois pays, les rapports successifs de Hans Blix et Mohamed
El-Baradei au Conseil de sécurité "ont montré que ces inspections
produisent des résultats" et que "le désarmement de l’Irak est
engagé". De
fait, "tout indique qu’il peut être mené à son terme dans des délais
rapides et en respectant les règles que le Conseil de sécurité a
fixées",
l’Irak devant dans le même temps "coopérer activement en sans
réserve".

"La France, la Russie, l’Allemagne, soutenues par la Chine, ont
présenté
des propositions en vue d’atteindre cet objectif par la
hiérarchisation des
tâches-clés de désarmement et la fixation d’un calendrier resserré",
poursuivent les trois capitales. "C’est sur la base de ces efforts que
l’unité du Conseil de sécurité peut être préservée dans le respect des
principes fixés par la résolution 1441. Une responsabilité
particulière
incombe à chaque membre du Conseil de sécurité pour éviter sa division
à ce
moment crucial."

---

De : http://cf.news.yahoo.com/030314/3/93qq.html

La guerre ne favorisera pas forcément la démocratie - Rapport (14
mars)

WASHINGTON (Reuters) - Chasser Saddam Hussein du pouvoir en Irak se
servira
pas forcément la cause de la démocratie dans le monde arabe, estiment
les
auteurs d’un rapport du département d’État cité vendredi par le Los
Angeles
Times.

Cette conclusion va à l’encontre de l’un des arguments avancés par le
président George W. Bush selon lequel une guerre servirait la cause de
la
liberté des peuples de la région.

"Un Irak libéré démontrera le pouvoir de la liberté de transformer
cette
région vitale en ramenant l’espoir et le progrès dans la vie de
millions de
gens", avait déclaré le chef de l’exécutif américain lors d’un
discours
prononcé en février à l’American Enterprise Institute.

De l’avis des auteurs cités par le Los Angeles Times, il sera
difficile de
mettre en place un régime démocratique, qui pourrait, le cas échéant,
être
exploitée par des "éléments anti-Américains."

De l’avis d’une source des services de renseignements citée par le
rapport,
"l’idée selon laquelle on va transformer le Proche-Orient et
fondamentalement modifier sa trajectoire n’est pas crédible."

Le titre du rapport, "L’Irak, le Proche-Orient et le changement : pas
d’effet ’domino"’, est en soi une critique à l’égard de
l’administration
Bush.

CLIP

Ceux qui s’opposent à cette théorie avancent que les gouvernements des
pays
démocratiques reflètent par définition l’opinion publique, qui dans
les
pays arabes est généralement plus hostile à l’égard des États-Unis et
d’Israël que ne le sont les gouvernements autoritaires actuellement en
place.

Toujours selon le rapport cité par le Los Angeles Times, les problèmes
politiques, économiques et sociaux sont susceptibles de mettre en
péril la
stabilité du Proche-Orient, qu’un bouleversement "spontané ou
influencé par
l’extérieur" intervienne ou non dans la région.

---
De : http://cf.news.yahoo.com/030103/3/8nte.html

Irak/USA-Les forces militaires dans le Golfe (14 mars)

LONDRES (Reuters) - Dans la perspective d’une guerre contre l’Irak,
les
Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont massé dans le Golfe et à
proximité
près de 270.000 soldats, marins et aviateurs dont 225.000 côté
américains
et 45.000 côté britanniques.

Voici une estimation de ces forces militaires pour lesquelles aucun
chiffre
officiel n’a été publié à ce jour :

— PORTES-AVIONS AMERICAINS

Le Nimitz, un sixième porte-avion américain, a quitté le port de San
Diego
le 3 mars à la tête d’une flotte de six navires de guerre transportant
environ 8.500 personnels militaires.

Actuellement six porte-avions — cinq américains et un britannique —
se
trouvent à distance de frappe de cibles irakiennes, équipés de près de
500
avions.

Les porte-avions Kitty Hawk, Abraham Lincoln et Constellation sont
dans ou
proche du Golfe. Le Theodore Roosevelt et le Harry Truman croisent
dans la
Méditerrannée.

Ces porte-avions sont en mesure de déployer chacun 75 avions dont
environ
50 avions de combat.

Chacun de ces bâtiments de guerre est surveillé par une demi-douzaine
de
croiseurs, de contre-torpilleurs et de sous-marins qui transportent
des
missiles de croisière Tomahawk à longue portée.

Une équipe médicale supplémentaire de près de 800 personnes a reçu
l’ordre
de rejoindre le navire-hôpital Comfort qui croise dans la
Méditerranée. Il
est doté d’une capacité de 1.000 lits.

La Marine nationale prévoit de transférer dans la région du Golfe au
cours
des prochains jours environ une dizaine de croiseurs et
contre-torpilleurs,
munis de missiles actuellement stationnés en Méditerranée.

Ils vont rejoindre plus de 60 bâtiments de guerre américains
stationnés
dans le Golfe, armés de plusieurs centaines de missiles Tomahawk à
longue-portée.

— SOLDATS AMERICAINS

Selon le Pentagone, 225.000 militaires américains sont déjà dans la
région
du Golfe, en prévision d’une guerre.

Au 12 mars, le département de la Défense avait mobilisé 188.592
réservistes.

Près de 100.000 soldats américains et marine sont stationnés au
Koweït, qui
a finalement accepté le 3 mars les troupes que Washington avait
initialement prévu de déployer en Turquie avant que le parlement turc
ne
refuse leur déploiement sur son territoire.

L’ampleur des forces terrestres concernées par le déploiement
n’atteint pas
celle de la guerre du Golfe où plus de 250.000 hommes avaient été
déployés,
en 1991.

— COMMANDEMENT CENTRAL

Le chef du Commandement central américain, le général Tommy Franks,
qui
commandera une éventuelle intervention militaire contre l’Irak, a
installé
son quartier général à Al-Udeid, base militaire américaine dans le
désert
qatari.

Le poste de commandement mobile (Commandement central américain
(CentCom))
est pourvu de plus de 1.000 américains spécialisés dans la
communication et
plusieurs centaines de leurs homologues britanniques. Il sera
probablement
le centre de contrôle et de commandement en cas d’attaque contre
l’Irak.

— BASES AERIENNES

Plusieurs chasseurs furtifs F 117A, non repérables par les radars,
effectuent déjà des vols de reconnaissance à partir d’Al-Udeid.

Des bombardiers américains lourds B-52 (employés massivement lors de
la
guerre du Vietnam) ont commencé à arriver récemment en
Grande-Bretagne.
D’autres B-52 et B-1 sont déjà dans le Golfe.

La base de Diego Garcia, une île qui se trouve dans l’Océan indien,
héberge
également une flotte de bombardiers lourds B-52 et B1. Des bombardiers
B-2
ont quitté leur base à Whiteman dans le Missouri et sont attendus à
Diego
Garcia, mais jusqu’à présent le Pentagone a refusé de révélé où ils
seront
déployés.

La base a été améliorée pour larguer des bombes guidées par satellite
ou
laser.

L’armée de l’air américaine a envoyé des chasseurs F-15C, F-16, des
avions
d’attaque F-15E, A-10 ainsi que des Drones.

Les Etats-Unis disposent de bases en Turkie, au Koweït, à Bahrein, au
Qatar, à Oman, à Djibouti et en Arabie saoudite.

— FORCES BRITANNIQUES

Près de 45.000 hommes et femmes britanniques sont massés dans la
région,
incluant la marine, les fusilliers et l’armée de l’air.

Le ministère britannique de la Défense a déclaré le 13 mars que la
majorité
de ses forces étaient arrivées dans le Golfe.

La principale force de combats au sol est constituée de 26.000 soldats
qui
seront sous les ordres de la première division blindée. Elle dirigera
aussi
la 7e brigade de blindés, "les rats du désert", composée de 3.400
combattants, de 120 chars d’assault Chalenger-2 et 150 véhicules
blindés
Warrior.

Ils seront probablement basés au Koweït.

La Grande-Bretagne a aussi expédié 16 avions de combat, 2.100
parachutistes
et 102 forces aéroportées.

A cela s’ajoutera un personnel militaire fort de 3.000 personne,
incluant
des unités de commandement, de contrôle, d’équipements.

En mer, Londres a déployé une flotte de seize navires de guerre
transportant 4.000 fusiliers capables d’être aéroportés par
hélicoptère ou
transporté sur des bateaux rapides ou par une flottille de
sous-marins.

La flottille de sous-marins est habitée par un équipage de 4.000
marins.

L’armée de l’air britannique dispose en outre dans le Golfe de 100
avions
dont des appareils de transport Hercules, des Tornado et des chasseurs
Harrier, 27 Puma et hélicoptères Chinook, le tout appuyé d’un
personnel de
700 personnes.

Il s’agit de la plus importante force militaire britannique depuis la
guerre des Malouines en 1982.

---
Le sommet s’annonce comme un dernier pas de danse diplomatique (14
mars)

http://cf.news.yahoo.com/030314/1/93qy.html

WASHINGTON (AP) - Derniers efforts diplomatiques avant la guerre ? Le
président américain George W. Bush, le Premier ministre britannique
Tony
Blair et le président du gouvernement espagnol José Maria Aznar vont
se
rencontrer dimanche dans l’archipel portugais des Açores afin
d’évoquer la
crise irakienne, tandis que Paris s’est dit "prêt à discuter" des
critères
de désarmement de l’Irak. (...) Ce sommet entre les trois alliés
américain,
britannique et espagnol intervient alors que le Conseil de sécurité
s’est
séparé jeudi soir sans parvenir à un accord sur le projet
anglo-américain
de résolution. La France, par la voix de son ambassadeur aux Nations
unies,
a réaffirmé son opposition à un vote conduisant à une intervention
militaire contre Bagdad. "Nous dirons non à toute résolution
autorisant le
recours à la force", a déclaré Jean-Marc de la Sablière.

Manifestations pacifistes dans le monde entier à la veille du conseil
de
guerre des Açores (15 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030315/1/93ul.html

BAGDAD (AP) - A la veille du sommet en forme de conseil de guerre qui
doit
réunir dimanche aux Açores George W. Bush, Tony Blair et José Maria
Aznar,
des centaines de milliers de personnes sont descendues samedi dans les
rues
de nombreuses villes du monde, de Bagdad à Tokyo, pour manifester
contre
une action armée en Irak. Dans le même temps, comme pour défier
l’intransigeance américaine, Bagdad lançait une nouvelle invitation
aux
chefs des inspecteurs de l’ONU.

Irak/Koweït-L’Onu retire tout son personnel côté irakien (13 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93hx.html

KOWEIT (Reuters) - Tout le personnel de la Mission d’observation des
Nations unies pour l’Irak et le Koweït (Monuik) présent dans la partie
irakienne de la zone démilitarisée entre les deux pays a été évacué, a
annoncé un porte-parole de l’Onu jeudi.

Washington échoue à convaincre les indécis sur l’Irak (13 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030314/3/93mt.html

NATIONS UNIES (Reuters) - Les États-Unis et la Grande-Bretagne n’ont
pas
réussi jeudi à convaincre les six pays indécis du bien-fondé d’une
résolution du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant une
invasion
de l’Irak.

Les USA pourraient renoncer à une 2e résolution sur l’Irak (13 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93jp.html

WASHINGTON (Reuters) - Les États-Unis pourraient renoncer à déposer une
2e
résolution sur l’Irak devant le Conseil de sécurité des Nations unies,
a
déclaré jeudi le secrétaire d’État américain Colin Powell.

Irak : une solution pacifique est encore possible, selon Gerhard
Schroder

http://cf.news.yahoo.com/030314/1/93n7.html

La Maison Blanche prête à attendre pour le vote de la seconde
résolution
http://cf.news.yahoo.com/030313/1/93kp.html
WASHINGTON (AP) - Contre toute attente, et alors qu’elle s’y était
opposée
à plusieurs reprises ces derniers jours, la Maison Blanche s’est dit
prête
jeudi à attendre jusqu’à la semaine prochaine le vote d’une seconde
résolution, alors que Londres reproche à Paris de bloquer toute
avancée.

Un contingent de soldats canadiens est autorisé à combattre en Irak
(14 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030314/1/93ry.html

OTTAWA (PC) - Un petit contingent de soldats canadiens a été autorisé
à
combattre en Irak, aux côtés des Américains et des Britanniques, même
si
techniquement, le Canada n’est pas impliqué directement dans le
conflit, a
déclaré un porte-parole du gouvernement, vendredi. (...) Cette
révélation a
entraîné des critiques sévères de la part du chef du Nouveau Parti
démocratique, Jack Layton, qui s’est objecté à tout déploiement de
soldats
canadiens sans une résolution de l’ONU autorisant une action
militaire.
(...)

Le Canada compte actuellement trois navires de guerre dans le golfe
Persique ; ils sont assignés à la lutte contre le terrorisme. M.
McCallum a
affirmé qu’ils pourraient être utilisés dans une éventuelle guerre
contre
l’Irak.

Irak/La Canada exhorte Paris à reconsidérer sa menace de veto (12
mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93g2.html

OTTAWA (Reuters) - Le Canada a exhorté la France mercredi à
reconsidérer sa
menace de veto contre une résolution du Conseil de sécurité qui
autoriserait le recours à la force contre l’Irak.

Gilles Duceppe accuse le Canada de vouloir faire un tour de
passe-passe (12
mars)

http://cf.news.yahoo.com/030312/1/93f6.html

MONTREAL (PC) - Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, estime que
la
plus récente proposition canadienne au Conseil de sécurité de l’ONU,
mardi,
constitue un tour de passe-passe visant à donner le feu vert à la
guerre en
Irak, en soutien aux Etats-Unis.

Irak/La France s’apprête à vivre le conflit en spectatrice (14 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030314/3/93qn.html

PARIS (Reuters) - La France s’apprête à vivre en spectatrice une
intervention militaire occidentale de grande ampleur de plus en plus
probable contre l’Irak, cas de figure dans laquelle elle ne s’est
pratiquement pas trouvée depuis la guerre de Corée au début des années
1950.

Washington et Londres lâchent du lest sur l’Irak (13 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93ka.html

NATIONS UNIES (Reuters) - Face à une opposition de plus en plus
déterminée
des adversaires de la guerre, Londres et Washington lâchent du lest,
en
évoquant notamment la possibilité de renoncer à une deuxième
résolution de
l’Onu.

Irak/La tempête de sable, l’un des paramètres de la guerre (13 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93hv.html

CAMP INCHON, Koweït (Reuters) - Une tempête de sable s’est abattue
jeudi
sur le Koweït où les troupes anglo-américaines ont été ensevelies sous
une
poussière étouffante qui sera l’un des paramètres de la guerre
annoncée
contre le grand voisin irakien.

Négociations de "reddition secrète" de militaires irakiens-CNN (13
mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93hf.html

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis sont engagés dans des
négociations de
"reddition secrète" avec plusieurs responsables de l’armée irakienne
dans
l’espoir que certaines divisions renoncent à se combattre en cas de
guerre,
a rapporté CNN mercredi, citant des responsables américains.

Irak/Les USA vont livrer des missiles Patriot à la Turquie (12 mars)

http://cf.news.yahoo.com/030312/3/93cx.html

BRUXELLES (Reuters) - Les États-Unis ont accepté de faire parvenir
deux
systèmes de missiles antimissile Patriot à la Turquie, qui craint
d’être
attaquée en cas de guerre en Irak, a-t-on annoncé mercredi de source
diplomatique.

Washington et Séoul souhaitent des discussions avec Pyongyang (14
mars)

http://cf.news.yahoo.com/030314/3/93ob.html

SEOUL/WASHINGTON (Reuters) - Les présidents américain et sud-coréen se
sont
engagés à trouver une issue diplomatique à la crise nucléaire avec la
Corée
du Nord, tandis que des bombardiers "furtifs" américains et un
porte-avion
se sont rassemblés dans le Sud en vue de manoeuvres annuelles.

L’économie mondiale beaucoup plus vulnérable qu’en 1991-Solbes (13
mars)

http://cf.news.yahoo.com/030313/3/93m1.html

BARCELONE (Reuters) - L’économie mondiale est beaucoup plus vulnérable
aux
bouleversements qu’elle ne l’était lors de la guerre du Golfe en 1991
et
l’inquiétude que suscite la tension internationale ne fait que
retarder la
reprise économique, a déclaré jeudi Pedro Solbes, commissaire européen
aux
affaires économiques.

Mots clés : Guerres-Conflits / Manifs-actions /
Derniers articles sur Bellaciao :