Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Manifestations dans le Nord : jonction Ouvriers - Lycéens !

vendredi 19 décembre 2008

A L’APPEL DE L’UL DES SYNDICATS CGT DU DOUAISIS REJOINTE PAR LA CFTC, LA FSU, LA CONFEDERATION PAYSANNE...

Les travailleurs des entreprises douaisiennes, pour la plupart en congés forcés ou en chômage technique, comme Wagon ,Afr, Faurecia Somain, Aldi, Renault, St Gobain, Agc Automotiv, Auchan, Inoplast, Siac, les Retraités, etc, etc (excusez, la liste est trop longue pour les citer tous) ont fait la jonction avec les lycéens en grève contre les projets contre l’enseignement public de Sarkosy et les siens.

Des délégations de toutes la Région, Seclin, Valenciennes, Arras, Lillers, Avesnois, etc, etc étaient venues manifester avec eux. Les travailleurs de Dunkerque avec leur UL manifestaient à la même heure dans leur ville.

Pendant 1h30, dignement, jeunes et travailleurs côte à côte, avec les mêmes slogans contre la misère, le capitalisme, l’Europe, ont battu les pavés douaisiens. La manif s’est achevée et tous, TOUS ENSEMBLE, ont décidé de relancer l’action et préparer la grève générale dès le début janvier. Un des principaux slogans était : "CONTRE LE CAPITALISME LA GREVE GENERALE !!!" A DOUAI, la centaine de syndicats fidèles à leur UL, travaillent pour créer les conditions de la grève générale seul moyen de mettre à genoux patrons et gouvernement. Il est à noter que les les dirigeants des UD du Nord et du Pas de Calais et de la Région avaient ordonné à leurs UL et à certains syndicats de ne pas se joindre à la manifestation de Douai ce 18 décembre. Le motif officiel est que l’UL CGT de Douai serait illégitime (alors qu’elle regroupe l’écrasante majorité des bases organisées et de masse) mais le fond est d’essayer de casser qui luttent et résistent au réformisme à la sauce CES.

Quel camouflet pour ces briseurs de grève !!!

Qu’importe pour CES GENS LA, le sort des milliers de travailleurs qui souffrent dans notre arrondissement et dans la région avec la crise de l’automobile. leur objectif unique est en finir avec ces syndicats et UL qui résistent à la dérive syndicale de notre CGT. Thibault, le patron, dimanche dernier sur RTL appelait à la grève générale immédiate, et le lendemain il s’aliénait aux autres centrales syndicales pour une journée d’action le... 29 JANVIER PROCHAIN (aucun des thèmes retenus pour cette journée pour la mobilisation ne s’en prend d’ailleurs au patronat et au capitalisme).

POUR LES TRAVAILLEURS ET LES JEUNES DU DOUAISIS, PAS QUESTION D’ATTENDRE LES CALENDES GRECQUES C’EST MAINTENANT QU’IL FAUT AGIR ET TOUS ENSEMBLE DANS LA GREVE GENERALE. ILS SE SONT DONNES RENDEZ VOUS DES LE DEBUT JANVIER POUR ORGANISER D’AUTRES INITIATIVES COMMUNES.

Jacques Leclerc, UL CGT de Douai


- quelques commentaires : 4000 à Douai

- les 4000 de DOUAI et l’ Omerta de FR3 Lille

- vidéo de la manifestation, et de la jonction avec les lycéeens, par Guillaume Carré (observateur du douaisis)

Manifestation à Douai : environ 3000 personnes dans les rues


L’UL CGT, en réunissant salariés et lycéens, a réussi sa mobilisation

article de la Voix du Nord, dite Voix des Patrons...

Plusieurs milliers de personnes, salariés et lycéens, ont manifesté hier matin, dans le calme. Une réunion a priori curieuse, mais efficace au plan de la participation.

PAR JEAN-LUC ROCHAT

douai@lavoixdunord.fr PHOTOS ÉMILIE DENIS

5 000 manifestants pour les plus optimistes, au moins 3 000 pour les plus raisonnables. Au-delà des chiffres - le second étant sans doute le plus plausible, même si la police n’en a compté que 2 000 -, la manifestation organisée hier par l’union locale (UL) CGT a été un succès.

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé environ une heure dans les rues du centre-ville. On n’avait plus vu ça à Douai depuis les manifestations contre le plan Juppé en décembre 1995. C’est dire. Mais ce cortège avait ceci de particulier que les lycéens en formaient une bonne part, largement la moitié. Quel rapport entre des salariés mobilisés par l’union locale CGT sur l’emploi et le pouvoir d’achat et des lycéens agités depuis plusieurs jours par la réforme que veut leur imposer le ministre de l’Éducation nationale ? A priori aucun, sinon une affaire de circonstance : les lycéens ont saisi l’opportunité que leur a tendue l’UL CGT pour mieux se faire entendre. Et le syndicat, qui en prévision de la manifestation d’hier avait distribué des tracts à la sortie des lycées, peut se targuer d’avoir réussi une grosse mobilisation.

Cette manifestation a pris de plus en plus de tenue au fur et à mesure que le cortège avançait dans les rues du centre-ville. Lors du départ, à 10 heures, place d’Armes, les nombreux salariés présents (800 pour la police, 1 200 à 1 500 pour les organisateurs), surtout des salariés travaillant dans la filière automobile, étaient en ordre de marche, derrière leurs banderoles et brandissant leurs drapeaux. Drapeaux rouges de la CGT et bleus de la CFTC, la seule organisation à s’être jointe à la CGT. Les lycéens étaient en marge, certains peu concernés par la manifestation, d’autres ne sachant pas comment y trouver leur place. Les syndicalistes étaient d’ailleurs assez inquiets, craignant que les jeunes Douaisiens ne créent quelques incidents, comme il s’en produit régulièrement dans les manifs qu’ils organisent. À part quelques jets d’oeufs, cette crainte s’est révélée non fondée. Une fois le cortège bien parti, de nombreux lycéens se sont regroupés derrière une banderole de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne et ont lancé leurs slogans.

D’autres, en nombre assez important, sont bien restés en lisière. Mais la cohabitation salariés-lycéens, réunis pour des raisons différentes, a trouvé une certaine unité le temps de cette manif’. Au retour place d’Armes, après être passé devant la mairie, une lycéenne a pris d’ailleurs la parole après M. Leclercq.

Les syndicalistes ont eu un autre gros motif de satisfaction : voir près de 1 500 salariés, dont la majorité sont en chômage technique, se déplacer pour manifester. Wagon automotive, Renault, Faurecia étaient là, mais aussi, moins représentés certes, Aldi, Auchan, etc. L’UL CGT n’a pas loupé sa mobilisation. •

Messages