Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Mets de l’huile !

mardi 22 août 2006

DOSSIER COMPLET SUR LE BIODIESEL ICI

de Minga

Les Huiles Végétales Pures sont des biocarburants utilisables dans les moteurs actuels (diesels). Leur écobilan est excellent. Leur utilisation permet des circuits producteur-consommateur courts. Leur usage n’est freiné que par le lobbying des trusts pétroliers et de leurs complices corrompus.

Carburants fossiles

Avec sa politique belliciste, le cartel Bush a réussi en 4 ans à tripler le cours du pétrole. De plus, les carburants fossiles posent de graves problèmes écologiques :

- l’extraction et l’acheminement d’un litre de pétrole coûte, en énergie, 1.1 litre de pétrole !
- les ressources fossiles ne sont pas renouvelables : en les brûlant bêtement, "on" dilapide le capital des générations futures.
- la combustion de carburants fossiles rejette dans l’atmosphère des gaz toxiques : oxydes de carbone, oxydes d’azote (surtout avec l’essence et le gaz), fines particules (surtout avec d’anciens moteurs diesels fonctionnants au gasoil, sans filtre à particules, dans les villes surpeuplées), ...

L’usage des carburants fossiles (pétrole et gaz) pose également de nombreux problèmes politiques :

- dépendance vis-à-vis d’états où les droits de l’homme ne sont pas respectés (monarchies du golfe persique, états-unis, Russie, Iran, Myanmar (ex-Birmanie), ...)
- domination mondiale par des multinationales criminelles liées au "complexe militaro-industriel" qui financent et cautionnent les violations des droits de l’homme et de la démocratie un peu partout, pillent les ressources des pays pauvres, entretiennent les guerres et la corruption, et cetera.

Biocarburants

L’usage de combustibles fossiles n’est pas la seule solution possible : les biocarburants peuvent les remplacer avantageusement !

Différentes filières de biocarburants existent, plus ou moins efficaces, plus ou moins écologiques, plus ou moins citoyennes. Parmis ceux-ci, les les huiles végétales obtenues à partir de tournesol, de colza, de chanvre, d’arachide sont de loin les plus écologiques : peu polluants, ils peuvent s’utiliser mélangés au gasoil dans la plupart des véhicules actuels sans aucune transformation, ou pures avec un kit de bicarburation.

Les Huiles Végétales Pures (HVP)

Les membres du Comité scientifique de l’INSTITUT FRANÇAIS DES HUILES VEGETALES PURES sont convaincus :

  1. que la filière huile végétale pure, première pression à froid, en circuit court est une des solutions immédiatement opérationnelles, économiquement viable dés lors que l’internalisation des coûts externes permet une comparaison durable des filières concurrentes :
    1. substitution du gasoil par l’HVP en fonction de la compatibilité des moteurs
    2. substitution partielle des protéines animales par les tourteaux.
  2. que la filière HVP réduit les importations énergétiques et protéiques.
  3. que la filière est créatrice d’emplois et de plus values agricoles.
  4. que la filière contribue explicitement au développement local et donc à l’aménagement des territoires soutenu financièrement par l’Europe : PDRN, DOCUP, LIFE, ...
  5. que la valorisation énergétique de l’HVP souffre en France d’un discrédit irrationnel entraînant en Europe un déséquilibre patent notamment avec l’Allemagne qui dispose de plus de 100 points de distribution de ce « carburant ». D’où la nécessité de représenter scientifiquement les qualités et les limites de cette filière innovante.
  6. que cette filière est de première importance pour les pays émergents et vitale pour les pays sous développés.
  7. que sa mise en place en Europe est la condition sine qua none pour son émergence dans les pays du Sud.
  8. que l’HVP est le meilleur des biocarburants liquides disponibles aujourd’hui selon les 5 critères rassemblés dans le tableau ci-dessous :

Note : l’essence traditionnelle et le gaz présentent des bilans écologiques nettement pires que le gasoil[6] : ils ne figurent donc pas dans ce tableau.

Conclusion : les seuls obstacles à l’émergence de cette filière résident dans l’emprise des lobbies pétroliers sur nos économies locales, nationales & européennes.
L’IFHVP se donne mission d’informer les décideurs et le grand public sur ces constats.

Met de l’huile !

« L’usage des huiles végétales comme carburant automobile est aujourd’hui insignifiant. Mais à l’avenir, ces huiles pourraient devenir aussi importantes que le pétrole ou le charbon aujourd’hui » (Rudolf Diesel, 1912).

Aujourd’hui, les meilleurs biocarburants possibles sont les huiles végétales pures. Les seuls freins à leur développement sont le lobby pétrolier et les gouvernements réactionnaires.

D’ores et déjà, beaucoup de citoyens ont décidés de passer à l’huile. C’est économique, et c’est écologique ! Est-ce légal ? Selon la loi européenne, oui. Selon la loi française, pas encore : notre gouvernement réactionnaire préfère faire chier les paysans et les écolos qui se préoccupent de l’environnement que de s’attaquer aux profits indécents et aux atteintes aux droits de l’homme perpétrés par les multinationales du pétrole comme ELF ou Total !!!

Cet article est un résumé d’un dossier complet publié par revoltes.free.fr. Le dossier complet comprend d’autres informations et des liens utiles, parmis lesquels les secrets de l’Opération Tournesol

Minga
"Parce que le vrai courage est de faire ce qui est juste]

Notes : [1] QEN : Quotient Energétique Net ou coefficient de performance énergétique. C’est le rapport de l’énergie produite sur l’énergie consommée. Ainsi l’HVP multiplie par 6,25 l’énergie utilisée.

[2] Investissement en € : c’est un ordre de grandeur des capitaux minimums nécessaires pour mettre en œuvre la filière de production. Ces investissements ne génèrent pas les mêmes quantités d’énergie. La filière HVP est accessible à tous. C’est la multiplication de ces unités de production artisanales locales qui génère une production équivalente aux autres filières.

[3] nombre d’installations potentielles ou actuelles en France : c’est un problème d’aménagement du territoire qui doit prendre en compte la désertification rurale et la problématique des transports des matières pondéreuses.

[4] Effet de serre : réduction des émissions de CO2 non renouvelable. L’Huile Végétale Pure étant pris pour unité de mesure de cette réduction, l’ester fait 50 % moins bien que l’huile d’où il provient, l’alcool 80 % de moins du fait de la grande quantité de CO2 produite lors de la fermentation alcoolique. Quant au gasoil il produit autant de gaz à effet de serre que l’huile en supprime par les puits de carbone intrinsèques à la filière.

[5] Distances de transport des matières pondéreuses en km : la filière que nous préconisons est à circuit court ; l’effet d’échelle de la filière est obtenu par la multiplication des unités au niveau de chaque canton. Les distances mentionnées sont les rayons de la zone d’approvisionnement et de distribution.

[6] Contrairement à une idée reçue, le gasoil est le "meilleur", ou plutôt le moins mauvais des carburants fossiles : il produit nettement moins de gaz à effet de serre que l’essence et le gaz, et il gaspille moins les ressources en raison du meilleur rendement énergétique du moteur diesel. Il pose néanmoins un sérieux problème de santé publique dans les villes surpeuplées : les moteurs diesels alimentés au gasoil rejettent des fines particules cancérigènes. La meilleure solution à ce problème serait de développer massivement le télétravail, et d’arrêter de construire des villes inhumaines ... A défaut, les filtres à particules sont une bonne solution, et l’usage d’huile végétale pure LA solution, radicalement efficace même avec les vieux diesels.

Messages

  • Hé bien voila on y est ! Tout est dit !
    qu’attendons nous pour commancer a alimenter nos reservoire, d’huile végétale ?

    Mais le probleme reside dans la pauvreter de l’information vis-à-vis de tous ces moyen écolo !!!!!!!

    L’Apache.

    • je ne demanderai que cela étant au chômage, mais voilà ma vieille voiture est à essence !! si quelqu’unE a une vielle diesel à échanger c’est volontiers :D

      satya

    • y’a qu’a les chercher les infos !

    • mais attention aux illusions !si le biodiesel peut être une solution pour certaines professions(pêcheurs,agriculteurs ambulances)pour pouvoir faire rouler tout les véhicules français il ne faudrait laisser que 5000 hectares de cultures pour la consommation et cultiver des centaines de milliers d’hectares uniquement pour l’automobile.
      Il faut multiplier les sources alternatives de carburants et penser au...train !
      Jean Claude des Landes

    • Tout à fait d’accord. Arrêtons de croire qu’il suffit que les autres fassents des chose et demain l’huile de colza coulera à flot dans les stations services.
      La principale source d’énergie est chez chacun d’entre nous. Moins rouler en voiture, optimiser ses transports, ne pas prendre l’avion (de toute façon l’aviation civile est condamnée à léchéance de 30 à 40 ans).

      Bref c’est avant tout à chacun d’entre nous de se prendre en charge. Les bio carburants ne remplaceront jamais l’essence, au mieux ils alimenteront l’agriculture et une partie des transports en commun.

  • Il faut forcer le gouvernement et le lobby petrolier à développer ce biocarburant en l’utilisant dés aujourd’hui malgré l’interdiction.Y en a marre d’engraisser Total et consort alors qu’il existe d’autres possibilités moins chéres et moins polluantes.

    • petite info, j’ai une 205 GRD de 1988, je roule avec 2/3 gasoil et 1/3 huile de Colza. Hormis le fait que l’odeur de friture sort de mon échappement, j’ai un rendement bien plus intéressant qu’un plein de gasoil.
      Explication :
      Un plein de gasoil me revient à 40 euros environ, pour faire environ 800-850 km.
      en faisant juste 2/3 gazout et 1/3 colza je fais environ 1200 kilomètres. Sans parler du regain de vie qu’est en train de prendre mon véhicule.
      Bon c’est contraignant, mais si ça me permet de moins consommer de moins polluer et surtout de n’alimenter qu’au minimum un groupe pétrolier, alors la je fonce.
      Le problème des biocraburants, c’est que l’on ne connait pas des producteurs qui pourraient fidéliser des consommateurs. D’autant que les peu de producteurs que j’ai rencontré semblait plus préoccupés d’intérêts que d’écologie.
      A suivre.

  • Ont tue cette planete en échange de milliards de pétro-dollards (je suis québécois) alors que pourtant, y’a tellement de possibilitée de créé de l’énergie...

    http://www.fredericgauthier.com/energie/energie.html