Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Non à la hausse des carburants

dimanche 1er juin 2008 - Contacter l'auteur - 10 coms

PROJET DE PETITION

NON A LA HAUSSE DES CARBURANTS !

Il est insupportable que notre pouvoir d’achat insuffisant soit en plus amputé par la hausse des carburants .

Le pétrole , les carburants , ne peuvent être une marchandise comme les autres !

Par leur place dans tous les aspects de notre vie , ils doivent être considérés comme des biens publics mondiaux !

Ils doivent être retirés du marché et de la spéculation !

C’est possible !

Exigeons que leur prix soit négocié de gré à gré entre pays producteurs et pays consommateurs dans le cadre d’accords commerciaux !

Contre le marché et la spéculation , revenons à la pratique d’accords commerciaux qui étaient la règle avant l’organisation du commerce imposée par le capitalisme financier !

Mots clés : Economie-budget / Energie / Michel Peyret /

Messages

  • Cher Michel,

    Je ne suis absolument pas d’accord avec ta démarche. Le pétrole, effectivement, n’est pas une marchandise comme une autre. C’est un bien précieux mais qui malheureusement à deux gros défauts : ça pollue énormément et ce n’est pas renouvelable.

    Donc, plutôt que demander à ce qu’il coute moins cher, il vaudrait mieux que nous commencions à réduire notre consommation et changer nos modèles de productions et sans doute de vie. Car même si dans l’immédiat, on pourrait espérer lutter contre la spéculation, il sera difficile de lutter contre sa raréfaction. Et c’est extrêmement dangereux de laisser croire que le prix élevé est uniquement dû à la spéculation. Et même si c’était vrai, l’occasion nous est donné de commencer la réorganisation de nos sociétés en les rendant moins dépendantes du pétrole.

    Alors, oui à des pétitions qui demandent plus de transports publics, une relocalisation de la production agricole, textile etc, etc ... enfin, tout ce qui peut être fabriqué à proximité, mais pas de pétition qui consiste à enterrer l’avenir de nos enfants !

    Plus nous sommes dépendants du pétrole, et plus nous dépendons des multinationales. Il est temps de reprendre en main notre destin et d’arrêter de s’enchainer à tous ces bandits de grands chemins ....

    Pitchounet.

    • Michel PEYRET
      3 septembre 2006

      LA CRISE ENERGETIQUE :

      Sortir de l’alternance des gestions de droite ou de gauche du capitalisme .

      Rares sont les forces politiques ou économiques qui reconnaissent et s’inscrivent dans la réalité de la crise énergétique .
      Tout se passe comme si elles conduisaient un train lancé à grande allure qui a grand mal à ralentir , à s’arrêter , à rebrousser chemin , à prendre une autre direction .
      C’est le train du productivisme...
      C’est le train que le capitalisme a emprunté , qui a conditionné toute la société et son mode de vie . Aux Etats-Unis on appellerait cela « the petroleum way of live « .
      C’est le train qui a conduit à un gaspillage effréné des ressouces naturelles , telles les énergies non-renouvelables , à des pollutions environnementales compromettant les équilibres naturels , mettant en danger les vies humaines et la biodiversité , produisant des gaz à effet de serre et les changements climatiques qui en résultent .
      Le temps est annoncé de la nécessité d’un changement de cap .
      Peut-on le confier au capitalisme dont on sait qu’il méprise tout autant la vie humaine que la nature ? Peut-il abandonner la recherche du profit maximum qui l’a entraîné dans le productivisme et ses maux ?
      Le silence coupable qu’il affiche sur le pillage des ressources naturelles et les pollutions environnementales est l’aveu le plus significatif . Comme d’ailleurs sa volonté de faire main-basse sur EDF et GDF , sur toute l’industrie nucléaire civile , pour éventuellement compenser les pertes qui résulteront à terme de la raréfaction du pétrole .
      Il le condamne autant que l’exploitation de l’homme par l’homme , les guerres pour la domination et le partage du monde , les colonisations , l’esclavage , la première et la deuxième mondialisation .
      Souvent d’ailleurs ces diverses concrétisations sont liées entre- elles : la volonté de s’approprier au meilleur prix les ressources naturelles , minérales , ainsi que la force de travail des peuples de l’ensemble de la planète est constituante de la même logique de domination , d’oppression, d’aliènation ...
      Après beaucoup d’autres , la preuve par Bush...
      Ce temps a assez duré !
      Les peuples doivent se prendre par la main et faire leur ronde , la ronde de l’espoir d’une autre vie , d’une autre société , d’un autre monde où ils pourront vivre en paix , manger à leur faim , sans discriminations de quelque nature que ce soit , y compris religieuses , dans le respect de leurs souverainetés en tous domaines , de leur droit à disposer librement d’eux-mêmes.
      Mais pourquoi ces réticences , sinon ces refus , de forces politiques et économiques d’admettre que ces changements sont inscrits ?
      Pourquoi refuser d’admettre que le pic de production du pétrole est une réalité et que l’ère de l’après-pétrole est là ?
      S’agit-il de protéger le capitalisme , de retarder l’écriture de l’acte d’accusation et le verdict ?
      Pourquoi s’entêter à vouloir construire de nouvelles autoroutes alors que personne ne sait s’il y aura demain des camions pour les emprunter ?
      Pourquoi , en tout état de cause , ne pas donner une priorité effective aux modes de transports alternatifs , rail , maritime et fluvial ? Pourquoi ne pas faire payer le transport à son coùt réel pour la société ?
      Pourquoi , en tout état de cause , ne pas développer en grand et avec les moyens suffisants , des programmes de recherches sur les énergies alternatives qui continueront à être nécessaires pour les déplacements et les échanges ?
      Pourquoi ne pas aller , et le plus tôt sera le mieux , vers une vraie appropriation sociale de l’ensemble des activités énergétiques , en commençant par EDF et GDF , les industries nucléaires et pétrolières , avec l’éventuelle création d’un nouvel établissement public chargé d’impulser la recherche et le développement des énergies renouvelables et disposant de fonds suffisants à cet effet .
      Et ne faut-il pas , dans le même temps , revenir sur quelques dispositions destinées à favoriser la libre circulation des marchandises et des capitaux indispensable à la mondialisation capitaliste , et qui entraînent force délocalisations , fermetures d’entreprises , chômage , misère , et hypertrophient des transports souvent économiquement inutiles et coùteux pour la société ?

      Dès lors , on le perçoit bien , et même si cela n’épuise pas le sujet , comment bâtir une nouvelle politique énergétique qui puisse accompagner et conditionner un nouveau projet de société ?
      Comment s’inscrire dans un nouvel aménagement du territoire qui rapprocherait enfin lieux de travail , de vie , d’éducation , de culture ...?
      Comment dans les conditions d’aujourd’hui permettre à tous les peuples de disposer de ressources énergétiques sans que cela entraîne des dépendances ?
      Pourquoi , loin des dépendances et des dominations , et comment , bâtir des coopérations pour gérer et économiser les ressources pétrolières , développer des recherches et des échanges pour produire les énergies nouvelles ?
      Quelle place l’Aquitaine et les régions de France peuvent-elles prendre dans de tels projets ?

    • C’est bien joli pitchounet,et tout le monde peut souscrire à ça,plus de transports en commun,plus de logements HQE ect..

      Mais les pêcheurs c’est tout de suite qu’ils ont besoin de solutions,parce que c’est en ce moment qu’ils sont en train de crever.

      Il a fallut voir Sarko au pouvoir,pour voir des gens qui payent pour travailler,ce qui leur cas aux pêcheurs.

      Alors les projections sur l’avenir d’accord,mais qu’est-ce que l’on fait aujourd’hui et maintenant pour qu’ils puissent choisir sereinement.

      Ras le bol que ce soit toujours les mêmes qui trinquent pendant que les patrons boivent !

      JCG

    • Grâce à ce type de démarche, les patrons sont certains de boire encore longtemps, très très longtemps ... car c’est exactement ce qu’ils veulent que nous fassions ....

      Pitchounet.

  • Voir : Le PDG de RENAULT : "Le coût du pétrole doit être cher"

    http://www.bellaciao.org/fr/spip.ph...

    Un des commentaires pour "l’avenir de nos enfants" :

    Pas cher pour rouler en ville :

    - l’huile du paysan d’à côté. Pas celle de TOTAL : ses actionnaires prennent beaucoup plus de bénef que le voisin, ou une coopérative. La directive européenne (L’UE est une saloperie, mais la France fait encore pire que l’UE) qui autorise de rouler à l’huile, n’est toujours pas appliquée.

    - en finir avec la culpabilisation des automobilistes, le CO2 et tout le bataclan... Exiger la baisse des taxes

    - sortir VEOLIA des communes, et remettre les transports urbains en régie municipale. Avec des employés qui auront un conrat de travail honnête, EUX.

    - en finir avec la Grrrrrrrrrrrraaaaaaaande PEUR de la pénurie de pétrole. On a largement le temps (immenses gisements découverts au Brésil) de se retourner. D’examiner le moteur à eau (brevet mis ous scellés par l’Etat Français jusqu’en 2020), et le brevet du moteur à compression.

    - développer le co-voiturage (mais attention aux procès intentés par les taxis ! Il y a des précédents !)

    - avoir SON vélo et non un VEOLIA, quand on est jeune, sportif, et sans Mémé à emmener.

    - Evidemment, boycotter soigneusement la voiture nucléaire qui va bientôt apparaître en immensément grande, ensoleillée et prôôôôôpre sur toutes les pubs. Préciser à qui veut en acheter une, qu’elle n’est pas électrique, mais NUCLEAIRE. Surtout s’il a déjà un cancer de la thyroïde.

    • en finir avec la Grrrrrrrrrrrraaaaaaaande PEUR de la pénurie de pétrole. On a largement le temps (immenses gisements découverts au Brésil) de se retourner.

      Tu devrais cesser de colporter cette information, elle est fausse : cet immense gisement au large du brésil ne représente qu’une année de consommation mondiale ! Je tiens cela de ma calculette en divisant ce fameux gisement par la consommation journalière !!

      Pitchounet.

    • cher Pitchounet.
      Tu devrais revoir tes sources ( pardon..) car tu reprends des informations TOTALEMENT fausses quant à la raréfaction des Energies, et du PETROLE, puisque tel est le sujet.
      Si les Capitalistes n’investisssent ni dans la recherche , ni dans l’extraction de matière brutes existantes , ni dans la capacité extraordinaire de rendre moins "nocifs" des carburants.(1)c’est uniquement parce qu’ils estiment que le taux de PROFIT ( disons pour pas sembler marxiste attardé le "retour sur investissement" ) est insuffisant .
      c’est TOUT.
      Arrêtons , de nous faire les relais de la propa capitalo bobo écolo
      Un peu d’"énergie" svp.
       :)

      .Un coup de Marx et on repart.
      Avec un sourire cordial

      Alain Chancogne
      (1) Il semble établi qu’en soustrayant l’ENERGIE en général à la loi du PROFIT, il serait possible, par réappropriation sociale de cet Outil décisif..de prévoir la construction de véhicules consommant 1 à 2 l de sans plomb ou de gazoile aux cents !

    • Cher Alain,

      Tu devrais nous donner tes sources qui sont plus fiables que toutes les autres et nous faire partager ton immenses savoir quand à la disponibilité du pétrole ad vitam aeternam. Même si je ne nie pas que le prix actuel est le fruit d’une certaine spéculation, il n’en demeure pas moins que le pétrole est une énergie non renouvelable. Et ce fait suffit à remettre en cause tous nos modèles d’organisations.

      En outre, je m’intéresse à la raréfaction du pétrole depuis bien plus longtemps que l’on ait vu le bout de la queue d’un moindre article dans quelques journaux que ce soit, y compris ici. Il n’y a pas besoin d’être bien instruit pour envisager qu’un jour, plus ou moins proche, le pétrole bon marché fera défaut, et ce jour n’est peut-être pas si éloigné. Quelqu’en soit les raisons, une source d’énergie aussi "indispensable" que le pétrole à un prix aussi élevé ne peut-être que préjudiciable à la majorité des gens. Et ma démarche n’est pas dans la quête infinie auprès des multinationales afin d’avoir ma dose de pétrole à un prix raisonnable.

      Ce que je voudrais exprimer ici, c’est d’espérer qu’une prise de conscience collective puisse nous affranchir (pour partie), de ce satané pétrole. Continuer de le vouloir à bas prix, c’est se mettre en position de soumission face aux multinationales qui en possèdent la distribution et l’exploitation. Partant de là, on peut se demander qui fait le jeu des capitaliste !!!

      Bien cordialement,

      Pitchounet.

    • Le taux de profit doit être quand même interressant pour le pétrole.

      Le prix de revient réel du baril est à 4$,le prix de vente autours de 125-135$.

      Les compagnies pétroliére en veulent encore plus,plus de profits pour commencer à se placer sur d’autres marchés.

      JCG

  • je suis entiererement daccord avec vous jai donc lancé une idée de revolte venez réagir et participer a cette demarche sur www.carburanttropcher.skyblog.com merci réré60

Derniers articles sur Bellaciao :