Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Nouvel argument de campagne

dimanche 25 février 2007 - Contacter l'auteur - 2 coms

de Serge RIVRON

Le travail de fond que réalisent les média à l’occasion de l’élection présidentielle est en train de prendre une tournure nouvelle.

Déplorant la lassitude de certains candidats à répondre aux pertinentes questions posées par des panels de Français participatifs, et conscients de l’impossibilité qu’il y aurait à proposer aux citoyens télespectateurs des débats argumentés sur le programme de chacun, les principaux groupes de presse et consortiums audiovisuels ont annoncé ce matin le lancement d’un concours de "yoyos médiamétriques".

"Le constat est là, déplore Patrick Lejuly-Blier : le Français ne s’intéresse individuellement qu’à son petit univers, au prix du caramel chez l’épicier d’à côté, au loyer de son voisin, au lieu de ses prochaines vacances, à la condamnation du braqueur de sa cousine, mais il n’apprécie pas collectivement nos efforts pour organiser une vraie interactivité entre les candidats et ces graves questions.

Son attention, par ailleurs, est extrêmement limitée, surtout depuis qu’on l’a habitué à des émissions graveuleuses filmées par quinze caméras à la fois, bourrées de ricanements, de clap-claps et autres jingles colorés.
On ne peut plus lui imposer de s’intéresser à de vrais débats, même la presse y a renoncé !

En plus, il y a trop de candidats, et pas assez de journalistes qualifiés pour les interroger. Il nous faut donc trouver d’urgence autre chose, sinon les électeurs finiront par voter sans notre avis !"
Le concours de yoyos médiamétriques sera donc l’ultime tentative pour tenter de raccrocher le Français moyen à ses média.

Il s’agit d’un ingénieux dispositif, mis en place avec l’aide de la Française des Jeux sur le principe du loto sportif : les parieurs devront essayer d’anticiper au plus
juste l’impact en termes de points/sondage du lendemain sur Ségozy, des couacs, petites phrases et interviews relevés par les média du jour. Le gagnant, celui qui aura misé le plus de fois sur Sarkolène sans se tromper pendant toute la campagne, recevra des mains du vainqueur réel des élections
un Yoyo d’Or d’une valeur de 100 000 Euros si c’est n’importe qui qui passe, et de 1 millions d’Euros si c’est Nicoyal.

Mots clés : Dazibao / Présidentielle 2007 / Serge Rivron /

Messages

  • Mais c’est une idée quelle est vraiment bonne.

    Mais pour que cela soit vraiment interactif, il manque un truc.
    En effet, quitte à inverser entièrement le rapport entre candidat et gens, faisons les choses bien.
    Un individu alpha est donc un consommateur citoyen, en abrégé un concitoyen.

    Un click sur le candidat Bayrou, et il achète du bayrou à la quote actuelle du Bayrou.
    Il peut ensuite revendre son Bayrou jusqu’à la date fatidique de la fin des election.
    Nous sommes en libéral-démocratie, donc il peut acheter du Laguiller, du Buffet ou du Besancenot aussi, la côte est basse, mais sait-on jamais ?

    En temps réel, la quote des candidats est directement proportionnelle au nombre de clicks concitoyens, le candidat s’éffondre s’il est revendu en masse à la suite d’un délit d’initié (par exemple, celui qui a écrit le discours d’un candidat)

    Sur le principe de la bourse, offre et demande, le Sarkosy devient de plus en plus cher au fur et à mesure que les gens achètent du Sarkosy.

    Au final, si le Sarko l’emporte, gain faible pour le concitoyen qui a miser sur le boeuf le plus quoté.
    En revanche, si le Villier est élu, Jackpot pour ceux qui récupèrent toute la mise.
    mais Jacqueline TrucMuche, candidate de la dernière seconde, garde toutes ses chances.

    Il reste juste à fixer le prix du click concitoyen.
    Un Euro symbolique me parait bien consymbolyque.

    Merci à tout ceux qui reprendront cette idée à la con de me reverser les dividendes pour que je barre en Amérique du sud avant Avril prochain.

    jyd.

  • je serai curieux de savoir sur quel critère JOSE BOVE est invité au même titre que d’autres candidats aux grandes émissions de la campagne dans les médias. Il n’a aucun groupe d’élu locaux ou nationaux , il n’est meme pas élu lui même , il n’a aucun antécédant représentatif
    (résultat d’une election ) il n’est pas candidat officiel , il ne peut se réclamer de représenter un nombre de gens identifiés d’une assoc ou d’un syndicat ( même plus le peu qu’il avait avec la confédération paysanne ), pourtant il est invité au meme titre que MG BUFFET VILLIERS VOYNET LE PEN ......
    Qu’il le soit daccord mais alors qu’on invite aussi TOUS les autres petits candidats.

    andré 18

    PS : le seul critère que je repère c’est de faire "concurrence" au PCF . Quoiqu’il en dise.

Derniers articles sur Bellaciao :