Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

PELAMIS

mercredi 21 juin 2006

ou l’énergie qui venaient de la mer

L’histoire la souvent démontré, la mer a su erradiquer les famines déclenchées par les guerres, tout au long de notre histoire elle a nous a servi de réserve de nourriture pour nous sauver maintes et maintes fois.

Comme l’histoire prend plaisir à se répéter, on y trouverait l’énergie du futur, à une époque où la demande d’énergie est de plus en plus croissante. La houle va pouvoir répondre à cette demande. Ce qui parait plus intelligent que d’aller comme les américains le souhaitent extraire de l’hélium 3 sur la Lune. La mer recouvre les trois quart du globe, ce qui représente un avenir d’exploitation encore inconnue sur la planète .

Les écossais on mit au point un nouvel équipement flottant de récupération de l’énergie des vagues. Ainsi, l’écosse pense atteindre des objectifs assez ambitieux au niveau d’une énergie dite « verte ». Ce convertisseur d’énergie s’appelle « PELAMIS » Il est produit par une société privé.

Il se compose de quatre cylindres reliés par des articulations. Il doit être positionné dans la direction de propagation de la vague. Dans chacune des articulations se trouve un module de conversion d’énergie. De ce fait le mouvement des vagues agit dans chaque articulation sur un vérin hydraulique qui lui envoie du fluide haute pression vers un moteur hydraulique qui lui actionne à son tour un générateur d’électricité. L’énergie produite est ensuite envoyée par l’intermédiaire d’un cordon ombilical dans les fonds marins.

Et là, où, cela devient intéressant et plus compréhensible c’est que ce convertisseur le « PELAMIS » génère 750Kw, ce qui représente tout de même une consommation de 500 foyers.
Un parc de cette machine d’une surface de 1km² devrait délivrer assez d’énergie pour pas moins quand même de 20 .000 foyers.

Le Ministre de l’Industrie Ecossais, a déclaré :
que l’utilisation de ce type d’énergie était une étape obligée et il ajoute " nous avons du vent, nous avons des mers, et je crois que cela veut dire que bien que notre objectif de 40% d’ici à 2020 soit ambitieux, nous pouvons l’atteindre "

Il faut encore remercier, et pébliciter la flambée historique du prix du pétrole qui a permis de sortir ou ressortir toutes les inventions, tous les projets qui n’étaient pas vraiment pris au sérieux avant.
Et oui, c’est ainsi, grâce la raréfaction accrue des énergies fossiles qui nous amènent à changer notre façon de consommer et beaucoup plus que pour le climat.

Plus de gens seront d’accord pour dire qu’il faut trouver des réponses à notre problème sur l’énergie alors que d’autres se battent encore, pour savoir si la théorie du réchauffement et vraie ou pas.

Aujourd’hui on a trouvé comment exploiter l’énergie de la houle.
La mer va pouvoir nous donner l’énergie nécessaire, et en plus sans la pollution.
Que demander de mieux ! Donc si l’expérience se révèle concluante, ils seront les premiers éléments d’une vaste ferme de vagues de 30 « PELAMIS », que le Portugal prévoit de faire fonctionner à la fin de l’année.
Le prototype doit être testé à Orkney plus tard dans cette même année.

Ecologiquement, « PELAMIS » est exemplaire. Il utilise une énergie sans cesse renouvelée, et ne produit pas d’émissions et ne rejette pratiquement aucun déchet.

Pour montrer l’importance de cette opération on peut la démontrer d’une autre manière tout aussi importante en effet en énergie fossile : d’un seul « PELAMIS » économise les émissions de gaz à effet de serre de 2 000 tonnes par an.

Une fois encore voici la preuve qu’il existe une technologie évolutionnaire à la pointe et à l’écoute de notre planète.

Et cela ne fait que commencer, l’EMEC souhaite aussi exploiter l’énergie des marées, encore plus prévisibles que les vagues. Un centre d’expérimentation sera construit sur l’île d’Eday grâce à des fonds européen, britannique et écossais.

De très nombreux autres projets sont en cours d’études, comme en France, une petite société, Hydrohelix qui travaille depuis plusieurs années sur un autre concept très intéressant. Il s’agit d’installer des rangées de turbines hydroliennes à axe horizontal, constituées de 3 pâles dont le diamètre est supérieur à 5 mètres. Elles seront fixées sur une même structure pour optimiser les connexions électriques. Les installations seront totalement immergées et fixées sur le sol, suffisamment en dessous de l’étiage pour éviter toute gêne à la navigation.

Et on pourrait en citer d’autres.

L’exemple « PELAMIS » a réveillé tous les autres projets qui avaient été mis à l’abandon ou qui ne trouvaient plus de soutien financier.

L’énergie est devenue l’enjeu le plus important sur la planète et pour une fois quand l’idée est croisée avec le développement durable on ne peut qu’espérer une continuité.

Comme on dit, c’est seulement en changeant les choses que nous pourrions refaire le monde.

http://levolutionnaire.free.fr

Messages

  • Bonjour et merci...
    Mais...il faut repeindre la Tour Eiffel tous les 6-7 ans...
    Quel entretien pour les Pelamis-la coque, les articulations, les câbles...- ? Quelle durée de vie ?
    Le remorquage ne se fait pas pas bateau à voiles...
    Attention à ne pas nous faire oublier qu’il faut aussi une réduction massive des consommations
    d’énergie...
    Salut.
    Roger LUCE