Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Radio France : grévistes trimballés

samedi 7 février 2004 - Contacter l'auteur

Une partie de ping-pong. C’est le jeu auquel se
livrent le président de la radio publique, Jean-Marie
Cavada, et le ministre de la Culture, Jean-Jacques
Aillagon, selon l’intersyndicale des journalistes de
Radio France, en grève depuis le 27 janvier afin
d’obtenir une hausse de leurs salaires. Et résolus à
poursuivre leur mouvement jusqu’à lundi. D’un côté,
Cavada veut bien négocier, mais sur un calendrier qui
démarrerait en 2005. De l’autre, Aillagon invite la
direction de Radio France à négocier dans le cadre de
son budget. « Jean-Marie Cavada a les moyens de
satisfaire les demandes des journalistes en
manoeuvrant dans le budget 2004 », indique-t-on dans
l’entourage du ministre. Ce que réfute Jean-Marie
Cavada...

Insoluble ? Les grévistes avaient entrevu jeudi une
possibilité de négociation. Espoir déçu : « Vers 19
heures, Jean-Jacques Aillagon a appelé Jean-Marie
Cavada pour lui indiquer que le ministère des Finances
refusait tout accord financier », indique François
Desnoyer, directeur général adjoint de la radio
publique. Selon lui, le « plan d’évolution salariale
pour 2005-2007 » qui devait être proposé aux grévistes
par la direction avait pourtant été avalisé dans la
journée par le ministre de la Culture. Une version
démentie depuis par Jean-Jacques Aillagon. Les
grévistes qui s’estiment ballottés entre leur
président et leur ministre de tutelle, en appellent
désormais à l’arbitrage du Premier ministre. Le PS, de
son côté, invite Jean-Jacques Aillagon à « se comporter
en responsable politique »...

http://www.liberation.fr/page.php?Article=177080

Mots clés : Grêves / Radio / Service public /
Derniers articles sur Bellaciao :