Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Réflexions sur le conflit interne au Réseau Sortir du nucléaire.

samedi 10 avril 2010 - Contacter l'auteur - 1 com

Avertissement

Les propos tenus ici et sur la vidéo, n’engagent uniquement que son auteur. Pour en débattre avec tous et dans l’intérêt majeur de trouver une voie honorable à ce conflit bizarrement entamé à deux ans à peine de la prochaine élection présidentielle de 2012 !

Une crise d’excroissance administrative.

- Si l’infiltration des réseaux informatiques est une réalité, quant est il de l’infiltration par des « taupes » dans notre propre réseau ? Alors un complot ? Pas forcément, inutile d’aller aussi loin, il est aisé de constater que notre structure Réseau SDN se centralise administrativement au détriment d’une gestion qui devrait être organisée à l’horizontale. Une idée de cogestion pour la prise des décisions ; une redistribution organique qui germe de plus en plus dans l’opinion et chez les militants en général, comme étant l’une des voies possibles pour reprendre aussi la main de notre destin commun*.

- Pour quelle raison cela ne s’appliquerait-il pas dans le mouvement des militants du réseau « Sortir du nucléaire » et au-delà. Alors que l’un des arguments forts de notre combat, est justement la relocalisation des moyens de production quel qu’ils soient ainsi que des pouvoirs qui y sont reliés inévitablement sous toutes les formes.

De tout le contraire de l’esprit Colbertiste et/ou Jacobin, centralisateur et concentrationnaire en pouvoir. L’analogie avec la production d’énergie d’origine nucléaire est tellement criante, que je m’interroge encore de qu’elle mouche a donc piqué les salariés administratifs, en particulier de son directeur Philippe Brousse le principal instigateur de cette cabale contre Lhomme. Une crise dont l’origine et le vrai motif sont loin d’être de ceux qui nous ont été présentés jusqu’à lors.

- Pour étayer le propos, combien d’entre nous sont en mesure d’accepter que Monsieur Philippe Brousse se permette d’écrire au CA (le 10 janvier 2010) :

[… Je vous rappelle que, selon l’avenant à mon contrat de travail, mes fonctions de Directeur Administratif et des Ressources Humaines ne font l’objet d’aucune limitation de la part du conseil d’administration . (…) Sont notamment concernées les procédures disciplinaires, parmi lesquelles ; toute procédure de licenciement .]

- On dirait du Sarkozy, moi je peux licencier ! C’est tout simplement un abus de pouvoir, qui a été probablement remit en perspective par un malicieux (ou une malicieuse) stratège juriste et qui en a détecté la faille juridique sur l’avenant au contrat de travail du DRH et Administratif.

De la part d’un militant rémunéré pour le combat antinucléaire, cette opération de tripatouillage juridique, pourrait être de mon point de vue assimilé à de l’abus de biens sociaux. Pour la simple et bonne raison, que le service attendu et à venir de ce salarié, n’est pas de recadrer à lui tout seul les limites de son pouvoir disciplinaire, combien même ces limites ne sont pas inscrites au contrat.

Des contournements de juristes et recherches réalisées sans aucun doute pendant les heures de travail, elles payées par l’ensemble des donateurs et contributeurs au réseau Sortir du nucléaire. D’autant plus qu’à cette date du 10 janvier 2010, la crise interne était largement entamée. Cet argument de « limite » juridique, s’il est recevable en droit, nul doute que les juges ou Magistrats qui seraient amenés et en mesure d’avoir à travailler sur ce dossier, aurait à cet endroit de quoi mettre définitivement à plat le Réseau SDN, avec en plus une lourde responsabilité à redynamiser un Réseau déjà suffisamment abimé par cette douloureuse affaire.

Il serait bon aussi de rappeler à M. Philippe Brousse, qu’il n’est pas non plus inscrit à l’avenant de son contrat de travail, de tordre ainsi le coup à notre organisation, et surtout de cette façon de malfaçons !

Il est urgent de mettre un terme à ces loufoqueries, et que des contres mesures soient mise en œuvre le plus rapidement possible. Sans se soucier des commentaires extérieurs, car cette pathologie administrative porteuse de la crise que traverse notre structure, n’est pas unique en soit. Inutile donc de s’auto-flageller, nous n’avons pas a rougir de cela. Tout au moins ceux qui n’acceptent pas la suicidaire décision du CA provisoire.

Surtout que l’apogée de cette crise de croissance est justement plus que mal abordée par ce CA provisoire, et qui démontre de par sa prise de décision et en conséquence la mesure disciplinaire (en plus que d’être complètement idiote politiquement) à l’encontre de l’ancien porte parole Stéphane Lhomme, d’un parti prit évident !

C’est-à-dire, à l’opposé de la notion d’apaisement souhaité par tous et inscrite sur la feuille de route de ce mois de février dernier. Une ligne politique limitée et afin de préparer l’AG de ce mois de juin prochain, dans des conditions les plus sereines possibles.

Un CA provisoire qui ici, s’impose sur une légitimité représentative douteuse.

Le réseau SDN peut effectivement se vanter de plus 26000 adhérents et sympathisants individuels. La preuve en résultat d’un travail pour le moins efficace**, réalisé pour une part par le précédent CA mit pourtant au placard au même moment que son porte parole ! Néanmoins, à aucun endroit ces militants sympathisants ne sont réellement représentés dans ce CA provisoire et a ma connaissance, aucun d’entre eux n’ont été sollicités pour participer au vote de ce CA provisoire et de ses motions de campagne.

26000 voix non inscrites, est-ce encore tenable dans une organisation qui revendique la démocratie politique et antinucléaire ?

- A ce sujet, il ne suffit pas de réclamer ou de revendiquer de la transparence ou de la clarté à nos « adversaires », si déjà dans notre propre organisation, nous ne sommes pas capables de produire un ensemble cohérent et droit dans l’esprit qui devrait nous gouverner tous : de la démocratie, de la participation et de la cogestion horizontale. Refuser l’accès aux décisions à ces nouvelles recrues ou sympathisants, de nier l’évidence d’un changement de mode de représentation, c’est tout simplement donner la matraque à nos détracteurs pour nous faire assommer, et de passer en plus pour des dogmatiques sectaires.

- Des revendications de légitimité et de légalistes qui se posent en censeurs sur la base et modes ou procédures de représentations qui n’ont aucune valeur démocratique à l’heure actuelle dans le réseau***. D’autant que son directeur nous avait annoncé une réforme profonde et démocratique en ce début d’année, une rénovation plus que nécessaire du fait effectivement de la recrudescence de nouveaux adhérents et que la sympathie envers le mouvement dans l’opinion public a été plusieurs fois démontré.

- Le rôle de ce CA provisoire était et aurait du être limité à rénover les cahiers des charges, d’éclaircir les champs d’actions du CA et de l’Administratif, de supprimer ce poste abusif du DRH administratif, ainsi que remettre en place les nouvelles procédures pour la représentation de l’organisation politique du réseau. Ce pour l’adapter en fonction de la multiplication des sympathisants, une mission qui ne semble pas être commencée, la chasse aux sorcières semblant être la première préoccupation, de ce CA provisoire.

Il est urgent de se remettre en marche, et de laisser les initiatives locales se mobiliser, de poursuivre intelligemment le combat anti-nucléaire, dont Stéphane Lhomme a sut travailler et de faire valoir la représentation médiatique, le bouillant trublion militant antinucléaire, une « icône » reconnue du grand public, qui parait-il est également apprécié au Canard Enchainé, ne serait-ce que pour son franc parlé.

SP K . le 9.4.2010

Le droit de grève dévoyé 3.06 mn :

http://www.youtube.com/watch?v=WKgV...

*Sachant que pour cela, les pantouflards, faudra aussi qu’ils se bougent, et ils ne manquent pas.

**Des résultats qui sont revendiqués par les administratifs et le Néo CA SDN, qui pourtant n’ont pas manqués de « virer » les militants qui ont en partie générés ces résultats !

Les actions médiatiques n’y sont pas étrangères : le document secret défense, les accidents à répétions, l’annulation par le Conseil d’Etat à Brennilis….c’est bien à mettre à l’actif du précédent CA, me semble-t-il ! Viré de chez viré pour trop de résultats !

Rendons à César au moins ce qu’il lui appartient ….

*** Un autre bémol, les nouvelles et toutes fraiches associations adhérentes au réseau, des assos qui ont de près ou de loin des attaches avec le Neo CA !

Mots clés : Mouvement / Nucléaire / Stéphane Lhomme /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :