Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

SUR JOACHIM GATTI (À DIFFUSER LARGEMENT). Lettre ouverte de Stéphane Gatti (son père)

samedi 11 juillet 2009

de Orphée

Voici la lettre de La Parole Errante avec prière de large diffusion, contre la désinformation de l’AFP et de la Presse collabo, et c’est pourquoi je la transfère à la demande de Stéphane Gatti.

Pour info complémentaire sur Joachim Gatti, il est aussi l’acteur qui a tenu le rôle de Joachim Rivière dans le film "La Commune de Paris" de Peter Watkins, il a fait des études de philosophie à Nanterre avec Etienne Balibar, un Grand Projet sur la sémiotique de la stratégie urbaine de la ville de Gênes (histoire et contemporain dont les grandes manifestations altermondialistes). Etc...

Il va de soi qu’il faut prendre en compte tous les "cyclopes" comme disait La Louve ici, des balles de plastique ou autres coups envoyés dans la figure des manifestants, activistes et/ou autres résistants ou non conformes, dont les gars les plus défavorisés des banlieues qui ont été aux premières loges, ou simples contestataires solidaires de l’insoumission et de la liberté du mode de vie, premières victimes de la défiguration générale entreprise par le nouveau Président depuis qu’il fut ministre de l’intérieur, corps vivants et réformes institutionnels compris.

Défigurer pour marquer à vie, c’est un crime autorisé depuis que la police est engagée par le pouvoir dans des voies miliciennes contre l’altérité sociale et nationale (ici je parle aussi de l’émigration). Et notamment contre ceux qui agissent pour sauver les libertés à l’acte. Sans doute est-ce la structuration d’un fascisme sur l’alterophobie générale des lois et des ordres exécutifs, jusqu’à leur application sans contestation par les forces de l’ordre, n’étant en réalité que celles du désordre des divisions les plus graves.

Mais il faut savoir que l’état dans lequel se trouve le visage du dernier des "cyclopes" de la population en voie de mutation sous les actes de défiguration de l’humain par le président actuel, est certainement le plus grave de ceux qui se sont produits jusqu’ici. L’escalade est claire et il faut voir et comprendre en quoi...

O.


A Montreuil, la police vise les manifestants à la tête.

Le matin du mercredi 8 Juillet, la police avait vidé une clinique occupée dans le centre-ville. La clinique, en référence aux expériences venues d’Italie, avait pris la forme d’un "centro sociale" à la française : logements, projections de films, journal, défenses des sans papiers, repas… Tous ceux qui réfléchissent au vivre ensemble regardaient cette expérience avec tendresse. L’évacuation s’est faite sans violence. Les formidables moyens policiers déployés ont réglé la question en moins d’une heure. En traversant le marché le matin, j’avais remarqué leurs airs affairés et diligents.

Ceux qui s’étaient attaché à cette expérience et les résidents ont décidé pour protester contre l’expulsion d’organiser une gigantesque bouffe dans la rue piétonnière de Montreuil.

Trois immenses tables de gnocchi (au moins cinq mille) roulés dans la farine et fabriqués à la main attendaient d’être jetés dans le bouillon. Des casseroles de sauce tomate frémissaient. Ils avaient tendu des banderoles pour rebaptiser l’espace. Des images du front populaire ou des colonnes libertaires de la guerre d’Espagne se superposaient à cette fête parce que parfois les images font école. J’ai quitté cette fête à 20h en saluant Joachim.

A quelques mètres de là, c’était le dernier jour dans les locaux de la Parole errante à la Maison de l’arbre rue François Debergue, de notre exposition sur Mai 68. Depuis un an, elle accueille des pièces de théâtres, des projections de films, des réunions, La nuit sécuritaire, L’appel des Appels, des lectures, des présentations de livres… Ce jour-là, on fermait l’exposition avec une pièce d’Armand Gatti « L’homme seul » lu Pierre Vial de la Comédie Française et compagnon de longue date. Plusieurs versions de la vie d’un militant chinois s’y confrontent : celle de la femme, des enfants, du père, du lieutenant, du général, des camarades…

C’était une lecture de trois heures. Nous étions entourés par les journaux de Mai. D’un coup, des jeunes sont arrivés dans la salle, effrayés, ils venaient se cacher... ils sont repartis. On m’a appelé. Joachim est à l’hôpital à l’hôtel Dieu. Il était effectivement là. Il n’avait pas perdu conscience. Son visage était couvert de sang qui s’écoulait lentement comme s’il était devenu poreux. Dans un coin, l’interne de service m’a dit qu’il y avait peu de chance qu’il retrouve l’usage de son œil éclaté. Je dis éclaté parce que je l’apprendrais plus tard, il avait trois fractures au visage, le globe oculaire fendu en deux, la paupière arrachée...

Entre ces deux moments ; celui où je l’ai quitté à la fête aux gnocchi et l’hôtel Dieu que s’était-il passé ? Il raconte : Il y a eu des feux d’artifice au dessus du marché. Nous nous y sommes rendus. Immédiatement, les policiers qui surveillaient depuis leur voiture se sont déployés devant. Une minute plus tard, alors que nous nous trouvions encore en face de la clinique, à la hauteur du marché couvert, les policiers qui marchaient à quelques mètres derrière nous, ont tiré sur notre groupe au moyen de leur flashball.

A ce moment-là je marchais et j’ai regardé en direction des policiers. J’ai senti un choc violent au niveau de mon œil droit. Sous la force de l’impact je suis tombé au sol. Des personnes m’ont aidé à me relever et m’ont soutenu jusqu’à ce que je m’assoie sur un trottoir dans la rue de Paris. Devant l’intensité de la douleur et des saignements des pompiers ont été appelés.

Il n’y a pas eu d’affrontement. Cinq personnes ont été touchés par ces tirs de flashball, tous au dessus de la taille. Il ne peut être question de bavures. Ils étaient une trentaine et n’étaient une menace pour personne. Les policiers tirent sur des images comme en témoigne le communiqué de l’AFP :

Un jeune homme d’une vingtaine d’années, qui occupait, avec d’autres personnes, un squat évacué mercredi à Montreuil (Seine-Saint-Denis), a perdu un œil après un affrontement avec la police, a-t-on appris de sources concordantes vendredi. Le jeune homme, Joachim Gatti, faisait partie d’un groupe d’une quinzaine de squatters qui avaient été expulsés mercredi matin des locaux d’une ancienne clinique. Ils avaient tenté de réinvestir les lieux un peu plus tard dans la soirée mais s’étaient heurtés aux forces de l’ordre. Les squatters avaient alors tiré des projectiles sur les policiers, qui avaient riposté en faisant usage de flashball, selon la préfecture, qui avait ordonné l’évacuation. Trois personnes avaient été arrêtées et un jeune homme avait été blessé à l’œil puis transporté dans un hôpital à Paris, selon la mairie, qui n’avait toutefois pas donné de précision sur l’état de gravité de la blessure."Nous avons bien eu connaissance qu’un jeune homme a perdu son œil mais pour le moment il n’y a pas de lien établi de manière certaine entre la perte de l’œil et le tir de flashball", a déclaré vendredi la préfecture à l’AFP.

D’abord, la police tire sur l’image d’un jeune de 20 ans qui essaye de reprendre son squat. Et pour la police et les médias, cela vaut pour absolution, et c’est le premier scandale.

Quant à Joachim, faut-il rétablir la vérité sur l’identité de Joachim Gatti ne serait-ce que pour révéler la manipulation des identités à laquelle se livre la police pour justifier ses actes , comme s’il y avait un public ciblé sur lequel on pouvait tirer légitimement ?

Joachim n’a pas 20 ans mais 34 ans.

Il n’habitait pas au squat, mais il participait activement aux nombreuses activités de la clinique.

Il est cameraman.

Il fabrique des expositions et réalise des films.

Le premier film qu’il a réalisé s’appelle « Magume ». Il l’a réalisé dans un séminaire au Burundi sur la question du génocide. Aujourd’hui, il participe à la réalisation d’ un projet dans deux foyers Emmaüs dans un cadre collectif.

On devrait pouvoir réécrire le faux produit par l’AFP en leur réclamant de le publier. Il serait écrit simplement — mais au moins ceci — :

Joachim Gatti, un réalisateur de 34 ans a reçu une balle de flashball en plein visage alors qu’il manifestait pour soutenir des squatteurs expulsés. Il a perdu un œil du fait de la brutalité policière.

Stéphane Gatti *

http://la-parole-errante.org/index.php?cat=LPE-PRESENTATION


* S.G. est notamment le curateur et animateur, et scénographe avec Pierre-Vincent Cresceri, de l’exposition générale et des événements pour mémoire de 1968-69 @ la maison de l’arbre à Montreuil : " Comme un papier tue-mouches dans une maison de vacances fermée… " citée dans le texte pour se conclure le même jour que la charge de police, le 8 juillet.

http://www.armand-gatti.org/index.php?art=291

Messages

  • Que fait face à celà la Mairie de Montreuil et D Voynet ? et JP Brard, le député ?

    Seront ils à la manif de protestation contre ces violences lundi soir, 13 juillet, à la Croix de Chavaux ?

    C’est vraiment dingue qu’il n’y ait pas plus de réactions face à la gravité de ce qui s’est passé !!!

  • En cette période de lâchers de taureaux à Pampelune‎, on pourrait titrer :
    "Lâcher de pandores à Montreuil : gravement blessé, il perd un œil"

    Mais faut croire que les taureaux intéressent plus...
    Pourquoi ? Les "corones" peut-être ? Va savoir...

  • Alors que les brutalités impunis de la police française sont régulièrement dénoncées par de trés officiels organismes européens et diverses ONG, avez vous déja entendu le moindre député ou sénateur s’inquiéter de ces gravissimes atteintes aux libertés publiques ? Ne parlons même pas des "citoyens" dont l’immense majorité s’en fout quand elle n’approuve pas totalement les dérives flicardes.

    Dans ces conditions, il y a trés peu de chance que la police cesse d’évoluer vers le rôle que lui destine le pouvoir sarkozien : celui d’une milice au dessus de toute loi avant tout au service de l’UMP.

  • De son côté, la maire de Montreuil, Dominique Voynet, « constate que le travail de restauration d’une police républicaine n’est pas encore achevé » dans sa ville.

    Pardon ?

  • Notre dictature n’aime pas l’intelligence, aussi une balle perdue, sert toujours les causes les plus basses Le sentiment de consternation, provoqué par ce genre d’évènement, sonne comme un avertissement à nos oreilles :"on va vous cogner de plus en plus fort" Et notre république bananière grossie encore !
    Mes voeux de rétablissement à ce jeune homme et à la rentrée pour renvoyer au placard à balais ,ces escrocs, ces moin que rien .marie.lina

  • Je suis outrée et révoltée par la manière dont la plupart des médias ont rendu compte de ce fait extrêmement grave, de cette "manie" qui commence à ressembler à un système, ce matin.

    Ils ont presque tous dit "le jeune homme AURAIT PERDU un œil à cause d’un tir de flashball ".

    Comment ça, "aurait" ?

    Il s’est pas crevé un oeil en se mettant du Rimmel que je sache ?

    Ses compagnons ont tous été touchés bien au dessus de la ceinture de préférence au niveau du torse des épaules, et de la tête.

    Ça suffit.

    JOACHIM doit être le dernier des modernes CYCLOPES

    SOLIDARITÉ et RÉSISTANCE !

    TOUTES ET TOUS A MONTREUIL POUR SE RÉVOLTER CONTRE LA MILICE D’ÉTAT ET SES PRATIQUES BARBARES

    LA LOUVE

    On n ’a sans doute pas les mêmes idées mais on est du même côté de la barricade, perso, je soutiens à 100 % ces occupations, et je suis de la même manière aux côtés de tous ceux sans distinction qui ont perdu ou failli perdre un oeil à cause d’un tri de flashball !

    JE VOUS PROPOSE (MAIS VOUS AVEZ DEJA DU AVOIR L’IDEE...) DE MONTER UNE ASSOCIATION QUI REGROUPE LES VICTIMES DE CES TIRS ET TRAVAILLE A LA DÉFENSE DES MEMBRES ET A LA PUNITION ET A LA DÉNONCIATION DES CRIMES DES MILICIENS. CES MUTILATIONS DOIVENT CESSER !

    • Parce que vous croyez à l’innocence des Verts ?....
      Imbéciles...
      Il ne leur coûte rien de condamner par un communiqué et peut-être même seront-ils de la manifestation de protestation. Mais ils n’en demeurent pas moins des rouages essentiels de l’illusion de la pluralité sous ce régime qui est une tyrannie marchande et spectaculaire.
      Marchande parce que le squat de la clinique a été évacué et la mairesse, Voynet, ne s’y est pas opposé.
      Spectaculaire parce qu’elle vient une fois le drame consommé se fendre d’un bien accomodant communiqué....

    • Mon avis, puisque je me suis renseignée sur place hier, où il n’y a aucun doute sur la responsabilité des Verts, c’est le manque de conscience que le squat n’est pas seulement un activisme et une sorte d’esthétisation du mode de vie (qu’il soit ludique ou pas d’ailleurs peu importe, car c’est aussi une façon de ne pas capituler sur la dignité personnelle quand on a pas de fric ni d’emploi pour s’assurer une vie conforme et donc CE NE SONT PAS DES DÉLINQUANTS MAIS DES PERSONNES EN QUÊTE LÉGITIME DE RESSOURCES VITALES PAR LE MOYEN DE L’ENTRAIDE COLLECTIVE DIRECTE) et par conséquent, il fallait :

      1 — une déclaration publique de Voynet dans la Presse dénonçant le piège des flics avec les squatters et la violence policière tellement notoires depuis quelques années que cette année amnesty international l’a publiée dans son rapport 2009.

      Faire transmettre à la famille des messages de solidarité est largement insuffisant.

      Elle ne risquait pas grand chose même comme sénateur, au contraire, à faire une déclaration radicale à la Presse, madame Voynet, si elle citait Amnesty qui est quand même plus que respectueux des institutions (et même à mon sens qui a été jusqu’à l’inacceptable à propos de la Palestine, soi dit-en passant, mais admettons que par ailleurs cette organisation a fait un gros boulot et notamment sur les femmes menacées par les lois locales et/ou religieuses en Afrique et en Arabie).

      2 — Une réponse de solidarité municipale après le rendez-vous d’hier (comme il y avait des représentants sur place) et la seule valable concernant les squatters qui viennent d’être virés et attaqués au terme d’une fête protestataire : leur allouer sans délai un local propriété de la ville, pour qu’ils puissent y vivre à l’abri du des ordres prefectoraux policiers (sauf à tromper le respect des élus mais alors au moins cela deviendrait clairement la dictature d’un Etat policier). Et leur donner un statut d’occupation. La moitié des squatters sont des gens qui échappent à la misère sociale et individuelle en s’édifiant collectivement par le squat. C’est un véritable statut, une véritable diginité même si elle n’est pas celle prévue comme cas général, il y a des mairies élues qui n’ont pas le droit de ne pas admettre la singularité des modes de vie et a fortiori quand on entre en pleine crise des ressources de survie par les voies instituées.

      Si madame Voynet a la moindre prétention d’appartenir à une écologie qui prend en compte la question sociale, il est inadmissible qu’elle n’ait pas répondu à l’urgence de la vie des squatters qui viennent d’être ainsi traités dans sa commune électorale.

      Que quelqu’un de la mairie dise : ils n’ont qu’à aller squatter les xx.xxx m2 qui appartiennent aux fonds de retraite américains est une réponse ODIEUSE, car chacun sait comme cela les exposerait plus gravement encore à être la cible de la répression du pouvoir et de ses lobbies. C’est une réponse provocante autant qu’égoïste (la petite mairie qui protège son petit patrimoine).

      Les squatters, si les verts ne comprennent pas qu’ils doivent entreprendre un dialogue situé sur le terrain avec eux, en admettant qu’ils aient le droit de vivre sans menace et sans jeu de police légitimé par le fait de les maintenir à l’extérieur de leur préoccupation municipale, et bien la manip électorale présidentielle pour les dégommer en les compromettant par la répression qui leur est préfectoralement imposée aura leur peau électorale au prochain tour. C’est très clair. Si madame Voynet de bouge pas d’un yota sa petite chaise pour changer de point de vue, la prochaine municipalité de Montreuil sera de droite déclarée.

    • Imbéciles..

      Dis donc on t’a pas insulté toi non ?

      Alors "imbécile" te dit d’aller te faire foutre - et en ce qui concerne Les verts je t’ai aps attendu pour avoir une opinion là dessus sans doute bien plus violente que la tienne.

    • 1. quand je dis "de droite déclarée" je veux dire de droite pure et dure intégrant l’extrême droite. C’est comme ça que le fascisme "de quoi sarkozy est-il le nom ?" vous tombe sur la figure ;-)

      2. les élus devraient être au premier rang de la manif de ce soir en solidarité contre la répression, au lieu de laisser les réprimés répondre dans la solitude (mais ils n’ont pas le choix et même si on n’est pas d’accord sur la réplique terme à terme, il faut le reconnaître — qu’ils n’ont pas le choix, puisqu’ils ne peuvent faire autrement que poursuivre à vivre de la façon qui leur correspond matériellement :vous voulez quoi, les institués, voir les squatters rejoindre le cortège des désemparés, des SDF ?!!) BOUGEZ !!

      Et perso je trouve qu’il serait non seulement juste mais opportun de rassembler une coordination de défense et de procédures collectives en justice contre les violences policières et l’appel à demander l’interdiction de ces armes policières, après le taser. C’est triste, mais le fait que Joachim soit qui il est et qu’il soit atrocement touché permet au moins de foncer pour demander le désarmement de la police. La louve a raison, c’est le moment ou jamais. Si on perd ce moment il sera chèrement payé plus tard.

      En plus cela prouve bien à quel point il y a une volonté délibérée de défigurer la jeunesse contestataire, en interdisant récemment le port des cagoules (donc aussi les protections sous les cagoules — ça veut dire que tous ceux qui seront pris avec une protection sur la tête seront considérés comme enfreignant la loi et condamnés ?), ce n’est pas seulement pour remplir des fichiers photographiques, mais vu ce qui vient de se produire depuis cette loi, pour rendre les visages accessibles aux tirs ? Et donc doublement ciblés : photographiquement et par des balles. La perversion des lois du ministère de l’intérieur est criante à travers les derniers aménagements de madame Alliot-Marie avant son départ. En plus on défend aux citoyens de se protéger physiquement des blessures pour fait de police ?! On est loin de la légitime défense et de l’assistance à personne en danger, on entre dans l’ère de la criminalité répressive.

    • En plus cela prouve bien à quel point il y a une volonté délibérée de défigurer la jeunesse contestataire,

      Oui. La défigurer, effrayer, et l’handicaper AUSSI y compris pour les luttes à venir.

      pour moi c’est presque sûr que c’est délibéré - j’ai plus trop de doute depuis 1 an. Les "accidents" de même type son trop nombreux. ou alors l’arme a un sérieux défaut- dans les deux cas elle doit être interdite maintenant.

  • Pour (re) donner à entendre la parole de Joachim Gatti et de son père,
    une BD de 8 planches entrelaçant leurs témoignages est mise en ligne
    chaque jour depuis la nuit du 13,
    de retour de cette manif contre les violences policières (brutalement réprimée) à Montreuil…
    les planches sont aussi placardées chaque jour sur le mur de la clinique expulsée.
    Elles sont lues et toujours là.

    http://grandpapier.org/Comme-une-image

  • déslée pour ton oeil mon frere je sais a quel point c’est difficile d’avoir la vision racourcie, bon retablissement