Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Un an après, il faut tout recommencer !

lundi 6 février 2006 - Contacter l'auteur - 5 coms

Dans une semaine, le parlement se prononcera sur la proposition de directive Bolksetein. Jamais directive n’aura été à ce point déterminante pour l’avenir européen. Pourtant dans les médias, aucune information précise, pas de débat, disparu le pédagogisme actif des ouiouistes du TCE.

Cette directive inscrit l’U.E dans une nouvelle perspective, de renonciation à toute harmonisation sociale et de mise en orbite d’une concurrence féroce des salariés dans l’espace européen. Le centre de gravité de cette concurrence échappe même à l’U.E, puisque Bolkestein a prévu d’étendre la rivalité salariale à des pays tiers.

Si ce projet de directive est adopté, à la volonté protectrice des citoyens européens, le parlement et le conseil substitueront un espace de confrontation et de tensions sociales permanentes. Avec ce texte, nous revenons un an en arrière, en pleine campagne référendaire pour la ratification du T.C.E.

Nous retrouvons à la fois le silence complice des médias, la comédie des grands partis institutionnels qui laissent l’U.E se construire contre les peuples, tout en clamant leur foi d’authentiques européens.

Nous sommes un des nombreux collectifs du 29 mai, celui de l’Isle sur la Sorgue en Vaucluse. Au printemps 2005, texte en main, nous avons combattu les dérives libérales du TCE. Nous voulions débattre contre nos adversaires, mais rarement nous pouvions le faire.

Le plus souvent, nous nous heurtions à l’esquive, au refus du débat. Quand nous pouvions enfin débattre, on nous opposait l’ignorance, la suffisance ou la bêtise. Quand un conseiller général essayait de définir le contenu du T.C.E, il nous disait, sans plaisanter, qu’il n’était pas nécessaire de lire le traité, puisque l’Europe était avant tout un concept.

Il suffisait donc d’adhérer au concept ! L’un de nos dix députés européens du Sud-Est, appelait à voter oui, mais sans rien connaître du texte. Il votera la semaine prochaine à Strasbourg !

Enfin un député vauclusien, nous assurait qu’il fallait voter oui, car ce texte allait permettre de réduire le poids des fonctionnaires européens...alors qu’il avait dit non au traité de Maastricht pour protester contre la lourdeur administrative de l’U.E !

Un an après, la situation est encore plus grave, car la directive Bolkstein, contrairement au T.C.E, ne pourra faire l’objet d’une campagne référendaire. Nos élus locaux, trop heureux de s’être débarrassés de la question européenne ont déserté le débat sur les enjeux de la directive Bolkestein.

Nous leur avons adressé un questionnaire, pour qu’ils se prononcent sur le contenu de la proposition Bolkestein. Nous attendons leurs réponses que nous rendrons publiques. Avant cela, rendez-vous samedi 11 février à Strasbourg, pour dénoncer ce détournement de l’U.E au profit de quelques-uns contre les aspirations de la majorité.

Marc, pour le collectif du 29 mai de l’Isle sur la Sorgue (84).

Mots clés : AGCS-TISA-Bolkestein-SSIG-TSCG / Europe / FR - Nord & Est (03) / Manifs-actions /

Messages

  • Je partage tout à fait ton sentiment, et j’enrage de constater notre impuisance à faire bouger les lignes, la surdité de "nos" élus (quand ce n’est pas, comme souvent, l’ignorance), l’arrogance de nos médias serviles.

    Il faut ajouter que CPE et CNE sont dans la droite ligne de cette directive scélérate et n’ont d’autres buts que de préparer notre code du travail à l’alignement sur les législations néolibérales qui prévalent dans cette Europe anglo-saxone.

    Et pendnat ce temps-là, la présidente du Poitou se promène en Angleterre et déplore l’arrogance de la candidature des français aux jeux olympiques et patati et patata...les médias ont trouvé un nouveau hochet.

    Gouvernement félon, socialos complices.

    Ali

    • Bonsoir,

      Il est grand temps de prendre nos responsabilités, nous peuple du 29 Mai . J’ai le sentiment que l’adversaire idéologiqua a marqué des points de puis le 29 Mai. Il y a 2 rendez vous importants :
      - sur le plan européen, nous sommes revenu un an en arrière. Une mobilisation massive s’impose, d’autant que le TCE repointe le bout de son nez. Un rejet populaire massif de la directive Bolkestein permettrait de contrecarrer leurs ardeurs, en outre ce texte, même amendé reste inacceptable. Il faut rappeler sa promesse à Chirac.
      - sur le plan Français, comme dirait Gerard Filoche, le CNE et le CPE sont des reculs de civilisation. Le combat sera dur, je veux ici émettre l’idée de grands rassemblements à Paris le dimanche( celà éviterait de perdre des salaires), comme il a été fait pour la défense de l’école privée. Celà aurait l’avantage de mettre la pression sur le PS, qu’il ne se défile pas s’il revient au pouvoir.
      Qu’en pensez vous ?

      André

  • ya t il une manif de prevu le 11 à paris contre cette directive ???

  • Personnellement, j’ai surtout l’impression de m’être fait avoir, non pas par les politiques au pouvoir mais par des organisations comme la votre. Je m’explique : lors de la campagne de mai dernier, les "nonistes" nous avaient dit qu’en votant NON, la directive Bolkestein serait automatiquement rejetée. Résultat : non seulement, l’Europe est dans l’impasse mais en plus, la directive est toujours présente. Alors je vous demande : où sont les fameux plan B que vous nous promettiez, où est la disparition de la fameuse directive ? Où en sont les délocalisations qui, en vous écoutant, devait s’arrêter comme par magie.
    Durant les vacances d’été 2005, j’ai quand même pris le temps de comparer le TCE avec les traités existants. Je me suis rendu compte que ce texte n’était pas pire que ceux en vigueur aujourd’hui, il était même meilleur. Bref, tout ça pour vous dire, que je regrette franchement d’avoir voté NON. J’ai la nette impression d’avoir été manipulé par des gens comme vous !

    Je ne vous félicite pas !!!

Derniers articles sur Bellaciao :