Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Un maître de conférences passible de prison pour avoir manifesté

lundi 29 novembre 2010 - Contacter l'auteur

Un des maîtres de conférences de l’université de Poitiers, responsable local de SUD, est menacé de sanctions (dont deux ans de prison !) à la suite d’une action intersyndicale qui a eu lieu pendant le mouvement contre la réforme des retraites.

A la suite de l’action "zone économique morte" du 26 octobre dernier, décidée en intersyndicale départementale et à laquelle ont participé 4 syndicats de l’intersyndicale (CFTC, FSU, CGT et Solidaires), 5 avec la CNT, Gilles risque la perte de 6 points sur son permis, 4500 € d’amende et 2 ans de prison... Cette action, nous sommes plusieurs de l’université de Poitiers à y avoir participé : des délinquants en puissance, les universitaires...

Pour limiter les sanctions éventuelles, il avait été décidé que contrairement aux précédentes action de "ralentissement de l’économie" impulsées par Solidaires (Auchan une première fois, Géant Casino), il n’y aurait que les véhicules syndicaux à l’entrée des voies d’accès privées à la grande surface (NB : la voie de gauche n’était jamais bloquée, les clients pouvaient sortir sans problème), les autres
manifestants venant à pied depuis le point de ralliement.

La CGT et la CFTC avaient un véhicule syndical et comme ce n’était pas le cas de Solidaires, Gilles avait mis son break familial à la disposition de son union syndicale. Sur les 130/150 participants de l’action, et alors que deux entrées étaient bloquées (la deuxième entrée par le véhicule de la CGT), il a été la seule personne convoquée au commissariat par la suite. On lui reproche d’avoir "entravé la circulation avec son véhicule personnel" ; peu importe qu’il se soit agi d’une action intersyndicale, organisée dans le contexte d’un vaste mouvement social qui avait l’appui de 71% de la population et alors qu’à cette date, plusieurs secteurs étaient encore en grève reconductible, localement ou au niveau national...

Rappelons que les syndicalistes et les manifestants ne sont pas des délinquants...

Signez et faites connaître et signer la pétition en ligne, à l’adresse suivante :

http://solidairesavecgilles.ouvaton.org

Mots clés : Bernard Gensane / Ecole-Université / Pétitions / Police - Répression / Syndicats /
Derniers articles sur Bellaciao :