Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

alerte dans le Rhone 8000 Rmistes menacés de perdre leurs droits

mercredi 27 avril 2005 - Contacter l'auteur - 3 coms

Actions surprises a partir du 28 dans le rhone

la chasse aux Rmistes est ouverte dans le département du rhone 8000 rmiste sont menacés de perdre leur Rmi

AC Rhône

Bonjour,

Ce jeudi 28 avril, une action du " Printemps des Précaires " sera menée dans le cadre de la campagne contre les suspensions/radiations RMI.

Nous invitons les medias lyonnais ainsi que tous les chômeurs, précaires et salariés solidaires à y participer.

Rendez vous est donné à 10 h place Guichard Lyon 3e ce jeudi 28 avril

contacts presse :
Michel Leclercq : 06.73.30.38.42
Alan Loffreda : 06.79.67.77.33

4 pages téléchargeable intégralement http://www.acrhone.lautre.net/article.php3?id_article=497 (PDF - 222 ko)

Sur le Grand Lyon, un réseau de précaires (chômeurs et salariés) s’est constitué avec AC , le collectif des privés d’emploi et précaires de Vaulx en Velin, la CGT chômeurs, le collectif RAS de la Croix Rousse et différentes associations. Objectif : agir pour défendre nos droits ! Droit à l’énergie, au logement, à un revenu suffisant pour vivre, libre choix de son emploi,de sa formation...

La semaine du lundi 25 au samedi 30 avril, nous vous proposons de participer à différentes actions (ci-dessous). Ce " Printemps des Précaires " prend différentes formes selon les régions : marches de précaires dans la région Centre, Sud Ouest, Ile de France, Nord,Euromayday dans une dizaine de pays européens...

Jeudi 28 : " Action contre les suspensions et radiations RMI "

Vendredi 29 : " Action pour le droit à l’énergie ".

Samedi 30 : (pas de rendez vous le matin)

Rendez vous à 13 h au départ de la manifestive place Guichard pour une initiative festive avec spectacle de rue puis à 15 h : projection vidéo+ débat sur l’insertion des chômeurs.

RMI : Pourquoi tant de haine

La chasse aux RMIstes est ouverte dans le Rhône !

Un récent communiqué de l’AFP (vendredi 08-04-05) nous apprend que le conseil général du Rhône envisage de supprimer le RMI à 1 000 foyers le1er mai, 126 sont déjà appliqués

Alors qu’ils survivaient comme ils pouvaient avec leur maigre allocation mensuelle dans l’indifférence générale, 8 000 RMIstes du département du Rhône ont reçu début mars une convocation enrecommandé leur enjoignant de se présenter rapidement à la Maison du Département la plus proche pour examen et régularisation de leur situation, sous menace de suspension de leur allocation.

Pourquoi une telle brutalité Les " responsables " Insertion du conseil Général sont-ils tellement éloignés des situations de précarité qu’ils ignorent cette réalité toute simple de la vie du RMIste :

la lettre recommandée n’annonce jamais une bonne nouvelle, et beaucoup pensent alors que mieux vaut ne pas la retirer. Effectivement 30 % des destinataires n’ont pas retiré leur lettre.

de plus à la demande de Monsieur MERCIER, Président du ConseilGénéral, les CLI (Commissions Locales d’Insertion, dont dépend la demande de suspension éventuelle du RMI), ont été priées de se réunir toutes en urgence.

Devant la menace de suspensions massives, voire de radiations, les résistances se sont organisées :

un tract d’information est diffusé (devant la CAF, certaines Maisonsdu Département et ANPE)

la presse est alertée et, pour une fois, joue son rôle ;
des salariés des Maisons du Département, chargés ou non durecensement, traînent des pieds ; une pétition circule, exigeantqu’aucune suspension de RMI ne soit prononcée RMIstes, chômeurs et personnes solidaires interviennent directement àl’intérieur de Maisons du Département pour obtenir des " responsables "l’engagement qu’aucune demande de suspension ne sera demandée au cours des réunions des CLI. La CLI de Vaulx-en-Velin, envahie le 15 mars, ne peut se tenir, et sa Présidente prend l’engagement public de ne pascautionner le dispositif mis en place. La CLI de Vénissieux refuse de se tenir. Celles de Villeurbanne et Rillieux sont retardées.

Pourquoi l’ouverture de la chasse :

Deux séries de raisons l’expliquent :

1) Suite à la " décentralisation ", la législation sur le RMI a changédébut 2004. Désormais ce sont les Conseils Généraux qui sont les seulsresponsables du financement, de la gestion et du suivi du RMI.

Théoriquement l’Etat devait aussi transférer aux Départements les sommesconsacrées au RMI. Pratiquement il ne l’a pas fait en totalité : les caisses de l’Etat sont vides (on ne peut pas à la fois baisser lesimpôts des riches, et continuer à financer correctement le RMI). L’Etat doit donc 24 millions d’euros au Département du Rhône (et plus de 400 millions à tous les départements). Pour établir son budget, (voté le 18mars) et ne pas trop augmenter les impôts prélevés par le Département,

Monsieur MERCIER avait besoin en urgence d’une estimation la plusprécise possible du budget à affecter au RMI, donc du recensement detous les RMIstes. Et y si la brutalité de la méthode employée conduit àen faire baisser le nombre, tant mieux L’augmentation des impôts n’ensera que moins forte. Et tant pis si les intéressés perdent le denier.

2) Une deuxième raison, déterminante, découle du durcissement de lalégislation RMI, et de la mise en application du plan BORLOO. Il faut préparer la mise en application de développement des emplois précaires RMA et " contrats d’avenir " que doivent occuper, contraints et forcés, les RMIstes. Elle est expliquée ci-contre.

Nous n’acceptons aucune suspension ou radiation de RMI :

Monsieur MERCIER a dû reculer : une deuxième convocation, envoyée directement par le Service Insertion du Conseil Général est actuellement envoyée - pas en recommandé cette fois. Elle laisse 15 jours aux destinataires pour prendre contact avec le Conseil Général, et se "mettre en règle ". Que se passera-t-il pour celles et ceux qui n’auront pas répondu. Théoriquement, leurs coordonnées seront communiquées à leurCLI locale pour que celle-ci les convoque officiellement et leur demandede s’expliquer (en effet, seule la CLI locale a le pouvoir légal dedemander la suspension ou la radiation ).

Nous nous proposons donc : de faire le tour de toutes les CLI (commissions locales d’insertion),en leur demandant d’avoir le courage de refuser de communiquer le moindre nom au Conseil Général.

NOUS REFUSONS QU’UNE PERSONNE DÉJÀ ENFONCÉEDANS LA GRANDE PRÉCARITÉ SE VOIT PRIVÉE DE TOUT REVENU.d’accompagner toute personne menacée dans ses démarches, en particulier auprès de la CLI, et d’intervenir par tous les moyens,juridiques ou autres, pour qu’une éventuelle " sanction " prise soit levée.

CONTACTEZ-NOUS

Halte au coupures de courant droit à l’énergie pour tous

AC Rhône, le Collectif des Privés d’Emploi et Précaires de Vaulx-en-Velin, le Collectif Départemental CGT-Chômeurs et le Syndicat CGT de l’Energie Lyon-Métropole exigent des Maires de l’agglomération lyonnaise un Arrêté Municipal contre les coupures d’électricité sur le territoire de leur commune (extraits de la lettre envoyée à toutes les Municipalités) :

Cette démarche relève de trois motifs complémentaires :

En premier lieu nous pensons que la gravité de la situation sociale dans notre pays où le chômage de masse et la précarité font des ravages doit nous interdire de considérer que les difficultés financières de nos concitoyens seraient un problème strictement individuel...

En second lieu nous considérons que l’énergie (et singulièrement l’électricité et le gaz) est un produit de première nécessité qui répond à des besoins fondamentaux. Moyennant quoi il est absolument inacceptable que quiconque puisse en être privé sous prétexte que sa situation ne lui permet pas de s’acquitter de ses factures EDF.

Enfin nous sommes convaincus que seul un service public de l’énergie est en mesure de répondre à un tel besoin, essentiel pour nos concitoyens. Considérant qu’il n’est pas sérieux de confier la gestion de cette mission cruciale à des entreprises privées dont l’expérience a déjà amplement démontré (notamment aux USA) qu’elles sont totalement inféodées à des intérêts financiers incompatibles avec les exigences desolidarité nationale qui doivent toujours primer en matière de besoinsfondamentaux (pour ne rien dire du risque majeur qu’il y aurait à confier la gestion du parc nucléaire de EDF à ces " mercenaires du fric ).

Pour ces motifs, nous vous invitons à prendre un arrêté interdisant effectivement que les habitants de votre commune puissent être privés de cette ressource vitale qu’est l’énergie...

Pour conclure, nous vous invitons à prendre contact avec les conseils municipaux des villes voisines de la vôtre afin d’arrêter publiquement une position commune sur ce point.

Les organisations porteuses de cette exigence comptent bien interpellerrapidement et directement les municipalités pour leur demander quellessuites elles comptent donner à cette demande élémentaire de solidarité.

" L’insertion c’est quoi " : projection vidéo

samedi 30 avril à 15 h à la librairie " À plus d’un titre " 4 quai de la Pêcherie - Lyon 1er (m° Hôtel de Ville)

Ce documentaire de 50 min a été réalisé par des membres de l’association Agir ensemble contre le chômage à l’occasion des Rencontres pour une Autre Mondialisation (RAM 2005). Afin d’alimenter le débat que nous avons organisé et dont le thème était " insertion : quelles alternatives à l’infantilisation et au contrôle social des chômeurs ? ", nous avonsrecueilli des témoignages de bénéficiaires de l’insertion et de salariés y travaillant ou y ayant travaillé.

AC Rhône 37 cours de la république - 69100 Villeurbanne tél-fax : 04.78.84.38.51 - mail : acrhone@free.fr permanence juridique et sociale : mardi de 15 à 20 h http://www.acrhone.lautre.net http://www.ac.eu.org

Agir ensemble contre le Chômage ! 23 rue Mathis 75019 Paris

Tel : +33 1 40 09 27 49 - Fax : +33 1 40 05 05 10 Web : http://www.ac.eu.org - e-mail : ac@ras.eu.org

Mots clés : FR - Sud Est (04) / Pauvreté-Précarité /

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :