Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

discours de valls

mardi 8 avril 2014, par léo - 10 coms

les cotisations acquittées par les salariés, dans le cadre du « pacte de solidarité » : ainsi, dès le 1er janvier 2015, elles seront diminuées pour les salaires au niveau du Smic, a annoncé le Premier ministre.
Cela représente « 500 euros par an de salaire net supplémentaire. C’est presque la moitié d’un 13e mois pour un salarié payé au Smic »

Ouais, ça fait 45 euros par mos, youpi on est riche

suppression des charges pour l’employeur d’un salarié payé au Smic au 1er janvier 2015.
les cotisations patronales à l’Urssaf (réseau de collecte des cotisations) seront « entièrement supprimées » au niveau du SMIC au 1er janvier 2015, a indiqué M. Valls lors de sa déclaration de politique générale devant les députés.Cela permet d’aboutir à « zéro charge pour l’employeur d’un salarié payé au Smic », selon lui.

Avec ça, les patrons n’ont aucun intérêt à embaucher des prolos au dessus du smic

http://www.liberation.fr/economie/2014/04/08/valls-promet-une-baisse-du-cout-du-travail_994128

Messages

  • Ce sont encore les banquiers qui vont se gaver pour financer le montant de ces cotisations.

  • et ensuite on étendra la mesure aux salaires égal a une fois et demi le smic, puis a deux fois, puis...ce sera la fin de toute la protection sociale !

    • Et alors ?

      faut sauver la France , merde !

      Tu te vois toi, égoiste , en vacances sur ton yacht à Saint Trop’, recevoir tes amis Banquiers et PDg d’entreprises multinationales, qui se foutraient de ta g..e, vu que ton Pays serait pas fichu de rivaliser de courage avec la Grèce ou l’Italie ?
      Vous , sur Bella Ciao, vous voulez qu’on le prenne OU, le pognon ?

      AIDER les Patrons c’est plus facile que de venir au secours des pauvres !
      Vu que les bénéficaires de la politique de Gôôche de Hollande VALLS Gattaz..sont moins nombreux que les autres manants !

      .La liste est plus vite réalisée, et du coup..on économise du Personnel fonctionnaire -fainéant !

      Si au contraire, t’augmente les salaires, pensions et minimas sociaux, tu sais quoi ?

      Les pauvres se mettent à boire leur surplus de pouvoir d’achat !

      Total:t’as des accidents de la route en hausse et le budget de laSécu encore plus en déficit !

      C’est ça que vous voulez, gauchistes ?

      Les électeurs ont tranché, nom de DIEU..!

      Ils ont battu des Socialistes..c’est respecter le suffrage que de faire une politique des vainqueurs, non ?

      Je vous accorde que ne pas avoir pris Philippot au Ministère de l’immigration, c’est pas très sympa

      ..Mais ça viendra..!

      Patience..
      Un premier pas de VALLS..c’est pas un rock and roll...

      Faut se calmer, braves gens..
      Ceux qui disent"ça commenceà me casser les c..es" devrait au contraire vérifier que les bourses..remontent !

      Un peu de patriotisme, bordel !

      En plus trois guerres entre 1870 et 1945 avec nos voisins, ça vous suffit pas ?

      Vous voulez qu’Angela se fâche ?

      On n’a pas le choix : ou on finira à poil ou poilus dans nos tranchées..
      Comme en 14..

      Vive le social-réalisme !

      A.C

  • Au-delà des appels grandiloquents à la confiance, à la justice sociale, à la vitalité de la jeunesse, à la grandeur de la France, la déclaration de politique générale du Premier ministre Manuel Valls confirme la brutalité des orientations libérales de ce Gouvernement. L’essentiel se résume en un transfert du financement des baisses de cotisations patronales et de la fiscalité des entreprises sur les salariés, les chômeurs, les retraités, sans aucune obligation sociale contraignante pour celles-ci, ni pour les détenteurs de capitaux. Ce n’est pas la baisse des cotisations salariales des salariés au SMIC qui va compenser l’immense injustice sociale de la politique gouvernementale.

    Ce Gouvernement, comme le précédent, ne cherche pas à aller à la source même du déficit, à savoir les pertes fiscales monstrueuses résultant de la sous imposition des plus riches particuliers et des plus grosses entreprises, des cadeaux fiscaux, des exonérations sans contreparties, des facilités données à la fraude de haut vol. Les 50 milliards d’économies sur trois ans répartis entre l’Etat, l’assurance maladie et les collectivités territoriales, c’est moins de politiques publiques pour les plus modestes, moins de services publics et moins de protection sociale. Ces mesures vont alimenter au final la récession économique et fragiliser encore plus les couches populaires.

    Pour se faire entendre de ce Gouvernement, seul le rapport de forces et la construction de mobilisations d’ampleur peuvent changer la donne. L’Union Syndicale Solidaires appelle à participer aux manifestations du 12 avril et du 1er mai.

    Communiqué de l’Union Syndicale Solidaires, Paris, le 8 avril 2014.

    • le régime général de la sécurité sociale est déja ponctionné chaque année de plusieurs millards d "euros au nom de la compensation inter régimes , pour boucher les déficits des régimes de non-salariès , voilà maintenant que après avoir mis en place tout un système de baisse de cotisations pour les employeurs le pouvoir organise et agrave le déficit en abaissant la cotisation "allocations familiales " des employeurs , en exonerant de la totalité des charges les entreprises qui ont des salariés payée au SMIC , en abaissant le niveau de cotisation des SMICARDS ...MAIS AU FINAL QUI VA PAYER POUR COMPENSER CES BAISSES DE CHARGES ? :

      LES SALARIES , par le biais de la baisse des allocations , des remboursements maladie , des durcissements des droits d’accès à la retraite , le transfert des cotisations sur l’impot direct ou indirect comme la TVA , la CSG ...

      Or en abaissant le pouvoir d’achat des salariés le pouvoir PS qui dit vouloir créer de la croissance pour relancer l’économie fait l’inverse , ses mesures sont de nouvelles mesures d ’austérité pour la très grande majorité de la population et vont donc au contraire limiter la croissance et agraver la dette de la FRANCE, notre pays est en train d’ entrer dans le cycle infernal de l’austérité qui crée plus de pauvreté et donc plus de dette ...

      Deux constats :

      l’EUROPE qui est à l ’origine de cette polItique , n est pas réformable de l’intérieur car elle a été construite pour imposer la loi des marchés , il faut donc boycoter les urnes lors des prochaines élections européennes car il n "y a rein à attendre de ce côté là

      en FRANCE , il faut agir dans nos organisations syndicales , dans nos entreprises pour refuser ce pacte de responsabilité qui n a été accepté que par une minorité des syndicats ( la CFDT et la CFTC) et qui doit donc être voté par l’assemblée et le sénat pour être validé , seule des luttes de haut niveau pourront faire reculer le pouvoir PS , il ne s’agit pas de négocier ce pacte en échange d’hypothétiques emplois , il n ya rien à négocier , il faut imposer d’autres solutions , notemment la relance de la croissance par une augmentation immédiate des bas salaires, des minimas sociaux , des prestations familales , la réorientation du crédit actuellement accordé aux grandes enteprises vers les ¨PME créatrices d ’emploi, l’interdiction des licenciements boursiers ...autant de mesures d’urgence qui pourront relancer l’économie et améliorer immédiatement le sort des travailleurs ...

      Mais si ces mesures conjoncturelles sont indispensables pour freiner le cercle infernal de l’austérité , elles ne sont pas suffisantes pour porter des coups décisifs au capital , il est indispensable de poser le principe du nécessaire changement de système afin que le capitalisme ne puisse pas sans cesse revenir sur ce qui a été acquis par la lutte , il faut notamment remettre sur le devant des solutions politiques l’appropriation sociale des moyens de production de la finance des transports et de l’énergie , toutes choses qui devrait être un objectif d’un gouvernement qui se dit socialiste mais qui n ’est même pas social-démocrate , tant il est tombé dans le libèralisme pur et dur .

      Lors des élections municipales les travailleurs , le peuple ont fait connaitre leur désavoeu total envers TOUS les partis politiques , la tâche pour rassembler tous ces mécontents dans l’action est donc immense , tant le désespoir est important et conduit souvent à l’inaction, il faut donc en finir avec les vieilles recettes , avec les combinaisons politiciennes , avec la tambouille électorale ( voir les propositions du NPA pour des lsites communes ) il faut faire du neuf avec et pour les travailleurs , certes il ne faut rejeter personne , tous sont les bienvenus , encartés ou non , mais l’objectif doit être commun la construction d’un parti révolutionaire controlé par le peuple au service du peuple pour chasser le capitalisme et pour le remplacer par un veritable pouvoir populaire .

  • Une politique souhaitée par le Medef, et promise par Sarkozy

    La politique qu’entend mener le Premier ministre s’inscrit dans une stricte soumission aux engagements du traité budgétaire européen. Manuel Valls donne des gages en s’inscrivant dans la conduite d’une politique économique libérale : le « coût du travail doit baisser », c’est « un des leviers de la compétitivité ». Le principal étant le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) destiné aux entreprises, qui doit atteindre 12 milliards d’euros de cadeaux fiscaux cette année et 20 milliards en 2015 : « Nous porteront les allègements du coût du travail à 30 milliards d’ici 2016 ». Ainsi, au niveau du smic, les cotisations patronales « seront entièrement supprimées au 1er janvier 2015. Zéro charge pour l’employeur d’un salarié payé au smic », une « vraie révolution » souhaitée de longue date par le Medef, et promise dans le passé par Nicolas Sarkozy.

    Autre mesure, « le barème des allègements existants entre le smic et 1,6 fois le smic sera modifié en conséquence. Nous y consacrerons 4,5 milliards d’euros. Pour les salaires jusqu’à trois fois et demi le smic, c’est-à-dire plus de 90 % des salariés, les cotisations familles seront abaissées de 1,8 point au 1er janvier 2016. Cela représente un allègement supplémentaire de près de 4,5 milliards d’euros. Cela ne pénalisera en rien le financement de la politique familiale qui se verra affectée d’autres recettes pérennes ». Les travailleurs indépendants et artisans ne sont pas oubliés, qui bénéficieront « d’une baisse de plus de 3 points de leurs cotisations familiales dès 2015, soit un milliard d’euros ».

    Pour « relever l’investissement », le gouvernement agira aussi sur la fiscalité des entreprises, « d’abord en réduisant les impôts de production comme la contribution sociale de solidarité des sociétés payée par 300 000 entreprises. Elle sera supprimée en trois ans », ce qui représente un cadeau d’environ 6 milliards d’euros supplémentaires dont un milliard dès 2015. « Concernant l’impôt sur le résultat des sociétés, la surtaxe instaurée sous la mandature précédente, sera supprimée en 2016, le taux normal de cet impôt sera abaissé à 28 % en 2020 avec une première étape intermédiaire en 2016. Plusieurs dizaines de petites taxes complexes et de faible rendement seront supprimées ».

    Le Premier ministre n’a pas eu un mot sur les nombreuses mesures fiscales dérogatoires dont bénéficient les entreprises, les plus grandes utilisant une optimisation fiscale dans les paradis fiscaux très coûteuse pour le budget de l’État. Rien n’est dit sur la structure très déséquilibrée du système fiscal qui pèse trop lourdement sur les classes modestes et moyennes, ainsi que sur les PME.

    Les ménages vont payer la crise

    En abordant le volet « solidarité » du pacte, Manuel Valls a sans doute voulu faire passer la pilule des nombreux cadeaux fiscaux qu’il faudra bien financer par des économies dans les compte sociaux. Le pacte « doit améliorer le pouvoir d’achat des salariés les plus modestes. Le meilleur moyen est d’agir sur les cotisations salariales pour augmenter le salaire net », promet le chef de gouvernement.

    Ainsi, en guise de mesures sociales, « dès le 1er janvier 2015, [ces cotisations] seront diminuées pour les salaires au niveau du smic pour procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire. C’est presque la moitié d’un 13e mois pour un salarié payé au smic. Ce gain sera dégressif entre le smic et 1,3 fois le smic ». Et le gouvernement proposera d’alléger la fiscalité sur les ménages modestes, « en particulier ceux qui sont entrés dans le champ de l’impôt sur le revenu ces dernières années alors même que leur situation ne s’était pas améliorée ». Avec l’allégement de la fiscalité pesant sur les ménages modestes, « l’ensemble de ces mesures en faveur des ménages modestes représentera 5 milliards d’euros à l’horizon 2017 ».

    Mais où seront prélevées ces ressources dégagées pour les bas salaires et les ménages modestes ? Manuel Valls en a donné un aperçu dans la répartition des économies réalisées dans le cadre du plan d’austérité de 50 milliards d’euros sur trois ans, de 2015 à 2017. L’État et ses agences « devront économiser 19 milliards d’euros, 10 milliards proviendront de l’assurance maladie et 10 des collectivités locales », sans pour autant maintenir l’engagement du retour du déficit public sous les 3 % en 2015. Ces économies pèseront lourdement sur les classes modestes et moyennes.

    Source : http://www.politis.fr/Manuel-Valls-nouveau-capitaine-de,26501.html

  • On s’en fout,nous avons programmé la révolution pour le 10 mai 2014 mais chut cela reste entre nous, c’est un secret euheuh !

    • ça a commencé à 20 H 16 sur le plateau du larbin du capital, Pujadas, un groupe de révolutionnaires avec des panonceaux "ça suffit".
      20 secondes d’images, puis coupure d’antenne.
      Pas compris ce qu’a dit le petit branleur Pujadas.

  • Ils sont toujours "les gérants loyaus du capitalisme " (Léon Blum) et espèrent même être les meilleurs pour faire perdurer son égémonie dictatoriale encore beaucoup d’années ! Jusqu’à ce que enfin une majorité de nos concitoyens prennent conscience que les politiques aux ordres du capitalisme ne sont que les "pieds nickelés" du pouvoir économique !

  • Ce que gattaz crache valls l’avale !!!!!!!!momo11

Derniers articles sur Bellaciao :