Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

on croit mourir pour la patrie...

mardi 4 novembre 2014 , par hdm - Contacter l'auteur

CE MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014

A 18H30

C’EST « L’HEURE DE L’METTRE »

Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

En direct et en archives sur www.campuslille.com

Il y a un peu plus de 100 ans, nos ancêtres vivaient dans une société en crise. A l’époque, le profit de quelques-uns dirigeait tout, et déterminait le sort des masses. Le monde était partagé par quelques puissances impérialistes, qui se disputaient les derniers territoires à coloniser.

Mais le monde était fini, c’est-à-dire qu’il ne restait plus rien à se partager, tous les marchés étaient saturés, et la crise de surproduction pointait. Le système de l’époque, capitaliste, n’avait qu’une échappatoire : la guerre.

C’était il y a un siècle. Il y a fort longtemps.

Or, les organisations de classe du monde ouvrier, en France comme en Allemagne (deux des principales puissances impérialistes), conscientes de la marche vers la guerre, s’étaient décidées : il y aurait grève de la guerre. On n’irait pas se battre pour les profits de quelques-uns, à l’arrière.

Cette perspective d’une grève de la guerre inquiétait énormément la classe dominante. Celle-ci, relayée par ses medias, joua sur les peurs des masses, nourrit la fibre nationaliste et le racisme, puis finalement, le jour J, menaça de mort les récalcitrants.

La classe ouvrière dans sa majorité avait déjà été emportée par le vertige de la guerre : le joug d’une société capitaliste belliciste n’était pas si simple à secouer, les organisations ouvrières ne surent pas tenir sur leurs positions, et Jaurès fut assassiné.

Toutefois, la méfiance demeurait grande dans les rangs de la bourgeoisie. Alors, dès le début des hostilités, elle marqua le coup, en fusillant pour l’exemple.

L’historienne Odette Hardy-Hemery, en nous racontant l’histoire incroyable de François Waterlot, illustre cet aspect de la guerre des classes, sur laquelle nous reviendrons la semaine prochaine, avec Jacques Pauwels.

http://www.lemouvementsocial.net/comptes-rendus/odette-hardy-hemery-fusille-vivant-lhistoire-fabuleuse-de-francois-waterlot-ouvrier-des-mines-execute-pour-lexemple-en-1914-survivant-mort-au-combat/

(Odette Hardy-Hemery intervenait à Lille le 17 septembre dernier, et nos micros étaient présents)

Mots clés : Radio /
Derniers articles sur Bellaciao :