Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Tue un Turc et repose-toi - Uri Avnery
de : Gilong
vendredi 11 juin 2010 - 13h16 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Tue un Turc et repose-toi

Uri Avnery publié le mardi 8 juin 2010.

http://www.politicaltheatrics.net/2...

Tue un Turc et repose-toi * * NDT : "Tue un Turc et repose-toi" est une expression populaire israélienne qui signifie "Pas de précipitation".

Elle provient d’une histoire remontant à 1877 que Uri Avnery raconte dans cet article.

05/06/2010

En haute mer, hors des eaux territoriales, le navire a été intercepté par la marine. Les commandos l’ont attaqué. Les centaines de gens qui étaient sur le pont ont résisté, les soldats ont recouru à la force. Certains passagers ont été tués, des dizaines ont été blessées. Le navire a été emmené au port, les passagers ont été débarqués de force. Le monde les a vus marcher sur le quai, hommes et femmes, jeunes et vieux, tous épuisés, l’un derrière l’autre, chacun avançant de force entre deux soldats…

Le navire s’appelait "Exodus 1947". Il était parti de France dans l’espoir de briser le blocus britannique, qui avait été imposé pour empêcher les bateaux chargés de survivants de l’Holocauste d’atteindre les côtes de Palestine. S’il avait été autorisé à gagner le pays, les immigrants illégaux auraient débarqué et les Britanniques les auraient envoyés dans des camps de détention à Chypre, comme ils l’avaient déjà fait auparavant. Personne ne se serait intéressé à cette histoire plus de deux jours.

Mais celui qui était en charge de l’affaire était Ernest Bevin, leader du parti travailliste et ministre britannique arrogant, grossier et avide de pouvoir. Il n’allait pas laisser une bande de Juifs lui dicter ce qu’il avait à faire. Il a décidé de leur donner une leçon sous les yeux du monde entier. "C’est une provocation !", s’est-il exclamé, et il avait bien sûr raison. L’objectif principal était effectivement de lancer une provocation afin d’attirer les yeux du monde sur le blocus britannique.

On connaît bien la suite : l’histoire a traîné en longueur, on a fait bêtise sur bêtise, le monde entier a compati avec les passagers. Mais les Britanniques n’ont pas cédé et ont payé le prix [de leur attitude]. Un prix lourd.

Beaucoup croient que l’incident de l’Exodus a été le tournant de la lutte pour la création de l’état d’Israël. La Grande Bretagne s’est effondrée sous le poids de la condamnation internationale et a décidé d’abandonner son mandat sur la Palestine. Il y a, bien évidemment, de nombreuses autres raisons importantes à cette décision, mais l’Exodus s’est avéré être la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Je ne suis pas le seul à m’être rappelé cet épisode cette semaine. En fait, il était presque impossible de ne pas se le rappeler, en particulier pour ceux d’entre nous qui, à l’époque, vivaient en Palestine et y ont assisté.

Il y a bien entendu d’importantes différences. Les passagers d’alors étaient des survivants de l’Holocauste, et, cette fois, c’était des militants de la paix du monde entier. Mais aujourd’hui comme alors, le monde a vu des soldats lourdement armés attaquer brutalement les passagers désarmés, qui résistent avec tout ce qui leur tombe sous la main, avec des bâtons et à mains nues. Aujourd’hui comme alors, çà s’est produit en haute mer, à 65 km des côtes aujourd’hui et à 40 km à l’époque.

Avec le recul, le comportement britannique pendant toute l’affaire semble incroyablement stupide. Mais Bevin n’avait rien d’un imbécile, et les officiers britanniques qui dirigeaient les opérations n’étaient pas des demeurés. Après tout, ils venaient de sortir vainqueurs d’une guerre mondiale.

S’ils ont eu une attitude complètement démente du début à la fin, c’est par arrogance, par manque de finesse et par mépris sans bornes de l’opinion publique mondiale.

Ehud Barak est le Bevin israélien. Ce n’est pas un imbécile, et nos hauts gradés non plus. Mais ils sont responsables de d’actes de démence qu’ils ont enchaînés, dont les conséquences désastreuses sont difficiles à évaluer. Yossi Sarid, ancien ministre devenu journaliste, a qualifié le "comité des sept" [ministres] qui a pouvoir de décision sur les questions de sécurité de"sept idiots", —et je dois protester : c’est une insulte pour les idiots.

Les préparatifs de la flottille ont duré plus d’un an. Des centaines d’e-mails ont été échangés. J’en ai moi-même reçu des dizaines. Il n’y n’avait aucun secret. Tout s’est fait à découvert.

Toutes nos institutions politiques et militaires ont largement eu le temps de se préparer à l’approche des navires. Les politiciens se sont consultés. Les soldats se sont entraînés. Les diplomates ont communiqué. Les gens des renseignements ont fait leur travail.

Rien n’y a fait. Toutes les décisions ont été mauvaises de la première à la dernière minute. Et ce n’est pas fini.

L’idée d’une flottille comme moyen de briser le blocus confine au génie. Elle a placé le gouvernement israélien sous les fourches caudines d’un dilemme, —le choix entre plusieurs options, toutes mauvaises. Tout général souhaite mettre son adversaire dans ce genre de situation.

Les différentes options étaient :

laisser la flottille parvenir à Gaza sans encombre. Le secrétaire du cabinet était pour cette solution. Çà aurait amené la fin de l’embargo, car, après cette flottille, il en serait venu d’autres et de plus grandes.

arrêter les navires dans les eaux territoriales, inspecter leur cargaison et s’assurer qu’ils ne transportaient pas d’armes ni de "terroristes", puis les laisser poursuivre leur route. Çà aurait suscité de vagues protestations dans le monde mais maintenu le principe du blocus.

les arraisonner en haute mer et les amener à Ashdod, avec le risque d’affrontements au corps à corps avec les militants à bord.

Comme nos gouvernements l’ont toujours fait quand il faut trancher entre plusieurs mauvais choix, le gouvernement Netanyahu a choisi le pire.

Quiconque ayant suivi les préparatifs dans les media aurait pu prévoir qu’ils feraient des morts et des blessés. On n’attaque pas un navire turc en s’imaginant que de mignonnes petites filles vont vous accueillir avec des fleurs. Les Turcs n’ont pas la réputation de baisser facilement les bras.

Les ordres qu’on reçus les soldats et qui ont été rendus publics incluent les trois mots fatidiques "à tout prix". Tout soldat sait ce que signifient ces trois mots terribles. En outre, sur la liste des objectifs, traiter les passagers avec considération ne figurait qu’en troisième place, derrière assurer la sécurité des soldats et mener la tâche à son terme.

Si Binyamin Netanyahu, Ehud Barak, le chef d’état major et le commandant de la marine n’ont pas compris que cela conduirait à tuer et blesser des gens, même ceux qui ont jusqu’ici rechigné à l’envisager doivent alors en conclure qu’ils sont d’une scandaleuse incompétence. Ils doivent s’entendre adresser les mots impérissables d’Oliver Cromwell au Parlement : "Vous siégez ici depuis trop longtemps pour le peu de bien que vous y avez fait. Partez, vous dis-je, et qu’on n’entende plus parler de vous ! Au nom de Dieu, partez !"

CET ÉVÈNEMENT met à nouveau l’accent sur l’un des plus graves aspects de la situation : nous vivons dans une bulle, dans une sorte de ghetto mental qui nous isole et nous empêche de voir une autre réalité, celle que perçoit le reste du monde. Un psychiatre pourrait y voir le symptôme d’un grave problème mental.

La propagande du gouvernement et de l’armée raconte une histoire simple : nos soldats au grand cœur, héroïques et déterminés, l’élite de l’élite, sont descendus sur le navire pour "causer" et ont été attaqués par une foule déchaînée et violente. Les porte-parole officiels n’ont pas arrêté de répéter le mot "lynchage".

Le premier jour, presque tous les media israéliens ont admis cette version. Après tout, il est clair que nous, les Juifs, sommes les victimes. Toujours. Cela vaut aussi pour les soldats Juifs. Certes, nous attaquons un bateau étranger en mer, mais nous nous transformons sur le champ en victimes qui n’ont pas d’autre choix que de se défendre contre des antisémites violents et remontés.

Il est impossible de ne pas se rappeler la vieille histoire juive : en Russie, une mère juive fait ses au revoir à son fils, appelé à servir le tsar dans la guerre contre la Turquie.

" Ne te surmène pas, l’implore-t-elle. Tue un Turc et repose-toi. Tue un autre Turc et repose-toi encore.

Mais, mère, l’interrompt le fils, et si le Turc me tue pendant que je me repose ?

Toi ? s’exclame la mère. Mais pourquoi ? Qu’est-ce que tu lui as fait ?"

Toute personne normale peut trouver çà fou. Les soldats surarmés d’un commando d’élite viennent de la mer et des airs aborder un navire en haute mer et en pleine nuit, —— et ce sont eux les victimes ?

Mais il y a là-dedans une once de vérité : ils sont les victimes des commandants arrogants et incompétents, des politiciens irresponsables, et des media qu’ils alimentent. Et, en fait, [ils sont aussi victimes] du public israélien, puisque la plupart des gens a voté pour ce gouvernement ou pour l’opposition, qui n’est pas différente.

L’affaire Exodus s’est répétée, mais les rôles ont changé : nous sommes aujourd’hui [dans le rôle] des Britanniques.

Quelque part, un nouveau Leon Uris projette d’écrire son prochain livre, "Exodus 2010". Un nouvel Otto Preminger projette un film qui sera en tête du box office. Un nouveau Paul Newman en sera la vedette —— après tout, la Turquie ne manque pas d’acteurs de talent.

Il y a plus de 200 ans, Thomas Jefferson a déclaré que toute nation doit agir avec le "respect dû à l’opinion de l’humanité ". Les dirigeants israéliens n’ont jamais fait leur la sagesse de cette maxime. Ils adhèrent à l’adage de David Ben Gurion : "L’important n’est pas ce que disent les païens, l’important est ce que font les Juifs". Peut-être présumait-il que les Juifs n’agiraient pas de façon stupide.

Transformer les Turcs en ennemis est plus que stupide. Pendant des décennies, la Turquie a été notre alliée la plus proche dans la région, bien plus proche qu’on ne le sait généralement. La Turquie pourrait jouer, à l’avenir, un rôle important en tant que médiateur entre Israël et le monde arabo-musulman, entre Israël et la Syrie et, oui, même entre Israël et l’Iran. Or peut-être avons-nous réussi à unir le peuple turc contre nous, —et certains disent que c’est aujourd’hui la seule question sur laquelle les Turcs soient unis.

Cette affaire est le Chapitre 2 de "Plomb Durci". À ce moment-là, nous avons dressé presque tous les pays du monde contre nous, choqué nos quelques amis et réjoui nos ennemis. Et maintenant, nous avons fait remis çà, et peut-être avec encore plus de succès : l’opinion publique mondiale se tourne contre nous.

C’est un processus lent, comme quand l’eau s’amasse derrière une digue. L’eau monte lentement, silencieusement, et le changement est à peine perceptible. Mais une fois qu’elle a atteint un niveau critique, la digue se rompt tout d’un coup et la catastrophe nous submerge. Nous nous rapprochons lentement mais sûrement de ce point.

"Tue un Turc et repose-toi", disait la mère de l’histoire. Notre gouvernement ne se repose même. Il n’arrêtera semble-t-il pas avant d’avoir transformé jusqu’au dernier de nos amis en ennemi.

Uri Avnery

http://www.protection-palestine.org...

G.L.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Tue un Turc et repose-toi - Uri Avnery
11 juin 2010 - 16h38

heureusement qu’il y a encore des sages sur terre mais ils sont si peu nombreux que les fous l’emportent toujours et ils sont tellement fous qu’ils vont finir par etre victimes pour de bon mais de leur folie.






L’activisme de la CFDT locale fait polémique chez Casino, à Saint Etienne
lundi 25 - 19h08
de : Mathieu Nicolas
1 an de grève : concert de soutien aux postier-e-s du 92 (video)
lundi 25 - 11h33
Du 29 au 31 mars 2019, bloquons l’usine Alsetex et toutes les usines d’armement des forces de l’ordre ! (video)
lundi 25 - 08h47
de : jean 1
4 commentaires
SOS Démocratie en péril
lundi 25 - 08h37
de : Christian DELARUE
L’Oberfuhrer Lallement et le Gauleiter Castaner, n’ont pas entamé la combativité des "gilets jaunes" (vidéo)
dimanche 24 - 23h57
de : nazairien
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
dimanche 24 - 22h25
de : DUPIN Bernard
2 commentaires
Georges Moréas, ancien commisaire principal, parle de déontologie, Gilets jaunes et ménage de printemps à la PP
dimanche 24 - 12h30
de : nazairien
Un chiffre absolument spectaculaire : 39% des Français favorables à une nouvelle Révolution !
dimanche 24 - 12h03
de : JO
2 commentaires
ACTE 19 GILETS JAUNES : Témoignages Toulouse/Nice (videos)
dimanche 24 - 11h51
de : JO
2 commentaires
Commune libre jaune de Montmartre et de France
samedi 23 - 19h24
de : Alina Reyes
4 commentaires
Bonne nuit les petits (video)
samedi 23 - 11h09
Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
3 commentaires
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm
0%.
mercredi 20 - 18h39
de : L’iena rabbioso
Verdi, lance, un nouveau "coup de gueule" salutaire, Violence d’Etat, merdias infâmes : la révolte jaune s’enracine (video)
mercredi 20 - 16h23
de : nazairien
2 commentaires
Amandine : « Passée à tabac par les flics, j’ai une commotion cérébrale mais ils ne me feront pas taire ! »
mercredi 20 - 13h48
de : nazairien
3 commentaires
APPEL PROPOSE PAR LES ELU-E-S FRONT DE GAUCHE ET ADOPTE A L’UNANIMITÉ DU CONSEIL MUNICIPAL
mercredi 20 - 12h00
de : BERNARD DUPIN
2 commentaires
19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes" (video)
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police ! (video)
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite