Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 mai
de La France Insoumise
La France Insoumise vous donne rendez-vous ce soir à 20h sur https://bellaciao.org/fr/ pour visionner le grand meeting de Lille pour terminer cette belle campagne des européennes avant le scrutin à un tour du 26 mai ! (ENTRÉE LIBRE) Manon Aubry, tête de liste, Leila Chaibi, candidate, Anne-Sophie Pelletier, candidate et Julien Poix, candidat, seront accompagnés des députés Ugo Bernalicis, Adrien Quatennens et Jean-Luc (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Egypte : 50 000 enfants des rues maltraités par le régime de Moubarak
de : Robert Fisk
jeudi 17 février 2011 - 11h40 - Signaler aux modérateurs

par Robert Fisk - The Independent

Les flics ont tiré une balle dans le dos de Mariam, âgée de 16 ans, le 28 janvier depuis le toit du poste de police de Saida Zeinab dans les bidonvilles de la vieille ville du Caire, au moment du maximum de violence exercée par le gouvernement qui tentait de réprimer la révolution. C’était un terrible exemple de la façon dont les forces de Moubarak traitaient les enfants des rues en Egypte.

Elle s’était rendue au poste de police avec une centaine de garçons et de filles également mendiants, pour exiger la libération de son ami, Ismail Yassin, âgé de 16 ans comme elle, qui avait auparavant été traîné à l’intérieur de la station. Certains des enfants qui étaient à l’extérieur avaient à peine neuf ans. C’est peut-être c’est pour cela que le premier policier sur le toit a tiré des balles d’avertissement en l’air.

Puis il a tiré sur Mariam. Elle prenait des photos de la police sur son téléphone mobile, mais elle est tombé au sol avec une balle dans le dos. Les autres enfants l’ont transportée à l’hôpital Mounira à proximité - où le personnel aurait refusé de l’admettre - et ensuite à l’hôpital Ahmed Maher où la balle a été retirée. Ismail a été libéré et s’est dirigé vers la place Tahrir, où les manifestants pro-démocratie ont été attaqués par des hommes armés. Il a erré jusqu’à la rue Khairat - accoutumé à la violence comme tous les sans-abri du Caire - où des inconnus [les flics du poste où il avait été retenu auparavant ? N.d.T] lui ont tiré une balle dans la tête et l’ont tué.

Ils sont partout dans la capitale, les 50 000 enfants des rues du Caire, la honte de Moubarak, un héritage inavoué, des rejetés parmi les pauvres, des sans défense, des orphelins et des exclus, des renifleurs de colle, beaucoup d’entre eux toxicomanes dès l’âge de cinq ans, les filles étant souvent arrêtées et - selon les enfants et les travailleurs des associations d’aide - agressées sexuellement par la police.

Les statistiques gouvernementales égyptiennes affirment que seuls 5000 enfants mendiants vivent dans les rues, un chiffre que les organisations non-gouvernementales et les agences occidentales considèrent comme un autre mensonge de Moubarak pour couvrir un scandale 10 fois pire.

Les enfants interrogés par The Independent ce dimanche, ont également révélé de quelle manière les partisans de Moubarak amenaient volontairement des enfants à la périphérie de la place Tahrir pour jeter des pierres sur les militants pro-démocratie, la façon dont ils ont persuadé des enfants sans un sou de la rue à participer à leurs marches pro-Moubarak. Des essaims d’autres enfants ont fait irruption sur la place elle-même, car ils avaient découvert que les manifestants étaient bons pour eux, les nourrissant avec des sandwiches et leur donnant des cigarettes et de l’argent.

Selon une organisation caritative égyptienne, environ 12 000 enfants des rues ont participé aux manifestations de rue des trois dernières semaines.

« Ils ont dit que c’était leur devoir - un acte patriotique national - de jeter des pierres sur les manifestants, de faire des actions violentes », a déclaré un médecin égyptien de Saïda Zeinab. Selon la même femme, de nombreux enfants ont été touchés par des balles en caoutchouc de la police quand ils se sont retrouvés du côté des manifestants pro-démocratie. Au moins 12 d’entre eux dans ce seul district ont été emmenés à l’hôpital avec des blessures causées par des armes de la police.

Ahmed - il n’est pas sûr d’avoir 18 ou 19 ans, mais il est probablement beaucoup plus jeune - a vu Mariam se faire abattre. Vêtus d’un T-shirt orange, de jeans délavés, de sandales en plastique et d’une casquette de baseball bleu, il était timide et effrayé, même si la station de police de Saida Zeinab a été incendiée par une foule en colère plus tard dans la même nuit du 28 Janvier - après que les flics se soient enfuis.

« C’était juste avant la prière du vendredi et nous avons entendu la police frapper les gens dans la rue », dit-il. « Je suis sorti et j’ai vu beaucoup de gens jetant des pierres - j’ai donc commencé à jeter des pierres sur la police. »

« Tout le monde était en train de jeter des pierres, ma famille, chaque famille, car tout le monde détestait la police. »

« Mariam était en train de prendre des photos sur son portable et la police était sur le toit. Elle tournait le dos au poste de police, mais ils lui ont malgré tout tiré dessus. Des gens l’a emmenée à l’hôpital et elle sortit avec des bandages, mais elle a dit que la plaie lui faisait encore mal et elle croyait que quelqu’un avait volé un de ses reins. Je l’ai vue dans la rue après, dans le quartier d’Abou Riche. Maintenant, je ne sais pas où elle est. »

Des centes d’accueil pour enfants - fonctionnant avec des donations britanniques et d’autres pays européens - ont essayé de retrouver Mariam, mais en vain.

Ahmed était dans la rue quand Khairat Ismail Yassin a été abattu. « J’ai été battu et touché par une ’cartouche’ d’un pistolet paralysant de la police. Beaucoup de jeunes sont passés dans les rues pour voler, dans les maisons ou n’importe où. Ils ont frappé les gens dans les maisons et ont pris ce qu’ils voulaient. »

Ahmed nettoie les vitres des voitures pour de l’argent - aux feux de circulation, dans les embouteillages et aux intersections de routes bloquées - et passe la nuit dans la rue, restant éveillé par crainte des agressions des voleurs puis prenant quelques heures de sommeil après le lever du soleil. Les parents d’Ahmed, comme ceux de nombreux autres enfants des rues, sont vivants, mais il s’est brouillé avec eux il y a longtemps et il refuse de rentrer à la maison.

Mohamed n’a que neuf ans et il a un souvenir confus de la révolution qui a renversé Moubarak. Lui et un autre enfant ont été agressés par trois hommes qui les ont jetés dans un égout - apparemment dans une tentative de leur prendre leur argent. Puis, avec ses frères, il est allé regarder les manifestations dans le quartier Gayar du Caire.

« J’ai commencé à jeter des pierres sur les gens qui disaient ’non’ à Hosni Moubarak. Je suis allé moi-même avec des gens qui ont dit qu’ils voulaient Moubarak. »

« Ils m’ont dit de jeter des pierres. Les gens étaient plus âgés que moi. » Mohamed est originaire de Guena en Haute-Egypte, d’une famille de trois sœurs et trois frères.

« Je suis revenu rester avec un ami qui dormait dans un jardin, » dit-il. « Puis un autre ami a commencé à vivre dans Tahrir et m’a dit de venir là-bas. Je suis donc allé avec Karim et Ali et Mohamed et nous avons trouvé de la nourriture là-bas et nous nous sommes assis avec les gens. J’ai aimé y aller. Parfois je mendiais. Et les soldats me disaient toujours ’bonjour’, et ils m’ont donné quelques fois à manger. »

Ces enfants - souvent beaucoup plus jeunes qu’ils ne le disent - évitent parfois les questions sur le comportement de la police. Ils ont de toute évidence encore peur. Des employés d’hôtel m’ont parlé des policiers forçant des filles vivant dans les rues à coucher avec eux, volant même l’argent de ces filles. Plusieurs enfants ont dit que la plupart de leurs amis étaient accrochés à la drogue. Un jeune homme était clairement dépendant et parlait souvent de façon incohérente de violences policières, de couteaux, d’avoir été battu à plusieurs reprises dans la station de police de Saida Zeinab par deux flics dont les noms et prénoms ont été donnés à The Independent ce dimanche.

Beaucoup d’enfants ont été aspirés dans le tourbillon de la révolution, suivant des foules d’enthousiasme avec un sens de l’aventure.

« Les gens ont commencé à marcher dans les manifestations et j’ai commencé à marcher avec eux », a déclaré Goma. Il est pieds nus et en pantalon sale, et prétend avoir 16 ans. Il est originaire de la ville oasis de Fayoum et a admis qu’il ne savait pas d’abord qui les gens soutenaient.

« Puis ils ont commencé à dire qu’ils aimaient Moubarak et ils ont marché vers Tahrir », dit-il. « Mais quand nous sommes entrés dans Tahrir, d’autres personnes sont venues et ont jeté des pierres sur nous. Je jetais juste des pierres avec ceux qui soutenaient Moubarak. Ils m’ont dit que je devrais aimer Moubarak parce que s’il s’en allait, d’autres personnes viendraient d’autres pays et deviendraient présidents de l’Egypte J’ai été frappé par une pierre dans mon dos, cela me fait toujours mal. L’ennemi m’a jeté une pierre - ’sans doute des manifestants pro-démocratie’. Alors je suis parti parce que je ne voulais pas une pierre dans mon visage ou mon oeil. »

Les enfants de la rue se déplacent au Caire en groupes, faisant des tournées pour obtenir des repas gratuits quand les centres d’accueil ouvrent leurs portes, adoptant des petits chiens et essayant, comme des enfants bien éduqués, d’apprendre à utiliser les ordinateurs donnés par les associations caritatives étrangères.

Mais aucun de ceux que j’ai rencontrés ne savait lire - la plupart ne savent pas comment écrire leur nom en arabe. Certains étaient de toute évidence orphelins ou semi-abandonnés par leurs parents, mais il y avait un grand nombre de récits de parents forçant leurs fils et leurs filles à travailler dans les rues pour de l’argent afin d’acheter de la drogue.

Les malades sont le plus souvent négligés. Les morts n’ont pas d’importance. Le corps d’Ismail Yassin, maintenant un martyr de la révolution égyptienne, reste dans une morgue de l’hôpital. Non réclamé.

Du même auteur :

L’armée resserre-t-elle sa griffe sur l’Egypte ? - 14 février 2011

Un tyran s’en va et toute une nation exulte - 12 février 2011

La révolution égyptienne met à nu le racisme occidental - 11 février 2011

Egypte : 3e semaine, 16e jour, et le régime s’enlise de plus en plus - 9 février 2011

Moubarak est sur le point de s’en aller - 6 février 2011

Epuisés et craignant pour leur vie, les manifestants préparent la succession du régime Moubarak - 5 février 2010

Religieux ou laïcs, pauvres ou riches, ils était tous présents - 2 février 2011

Combien de temps Moubarak pourra-t-il encore s’accrocher ? - 31 janvier 2011

La brutale vérité sur la Tunisie - 20 janvier 2011

Israël s’est glissé dans l’UE sans que personne ne le remarque - 3 août 2010

13 février 2011 - The Independent - Vous pouvez consulter cet article à :

http://www.independent.co.uk/opinio...

Traduction : Abd al-Rahim

http://www.info-palestine.net/artic...



Imprimer cet article





26 MAI : CE VOTE EST IMPORTANT, MÊLEZ-VOUS-EN !
vendredi 24 - 12h07
de : Jean-Luc Mélenchon
FETE DE SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 : 14 MOIS DE GREVE
vendredi 24 - 09h22
JOURNALISTES À LA DGSI… DÉMOCRATIE EN DANGER
vendredi 24 - 08h18
de : Communiqué commun CGT Police et Info’Com CGT
24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 - 07h52
de : La France Insoumise
Là, on est passé, au delà de l’ignominie, il n’y a plus de mot, : ACCUSÉE DE VIOLENCES... EN FAUTEUIL ROULANT (vidéo)
vendredi 24 - 00h08
de : nazairien
1 commentaire
Marxisme-Léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 2)
jeudi 23 - 23h06
de : Lepotier
4 commentaires
POST 52 : SYNDICALISME INTERNATIONAL POUR UN AUTRE MONDE
jeudi 23 - 22h55
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Au-delà du congrès de la CGT : le syndicalisme au défi du « libéralisme »
jeudi 23 - 20h43
de : Eve76
Revue de la semaine #93 – Spéciale européennes : 26 mai, campagne, vote, attaques médiatiques (video)
jeudi 23 - 12h04
de : Jean-Luc Mélenchon
"J’ai honte de ce gouvernement" : le scénariste de la BD "Les Vieux fourneaux" refuse la médaille des Arts et les Lettre
jeudi 23 - 11h21
de : Wilfrid Lupano
2 commentaires
Manon Aubry invitée de RTL du 23 mai 2019 (video)
jeudi 23 - 10h59
de : La France Insoumise
Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes (video)
jeudi 23 - 09h04
L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla
jeudi 23 - 08h53
de : Luc Bronnel
CLIP OFFICIEL DE LA FRANCE INSOUMISE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES (video)
jeudi 23 - 08h09
de : La France insoumise
DGSI et journalistes : la récidive !
jeudi 23 - 08h04
de : Syndicat National des journalistes
Brésil : « la résistance, après avoir été glacée par le résultat de l’élection, est en train de reprendre des forces »
jeudi 23 - 07h43
Glières ; Résister encore et encore face à l’ oppression qui mène à l’Holocauste de la Terre
mercredi 22 - 22h33
de : CRHA via jyp
Meeting de Toulouse avec M. Aubry, JL. Mélenchon et M. Bompard (video)
mercredi 22 - 07h55
de : La France Insoumise
1 commentaire
Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
16 commentaires
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Pécher n'est pas faire le mal - Le vrai péché, c'est de ne pas faire le bien. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite