Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Qui se cache derrière la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez ?

de : Salim LAMRANI Via Claude Deloume
samedi 10 mars 2012 - 17h39 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

De Salim Lamrani *

Yoani Sánchez, célébrissime bloggeuse havanaise, est un personnage à part dans l’univers de la dissidence cubaine. Jamais aucun opposant n’a bénéficié d’une exposition médiatique aussi massive ni d’une reconnaissance internationale d’une telle dimension en si peu de temps.

Après avoir émigré en Suisse en 2002, Yoani Sánchez a choisi de rentrer à Cuba deux années plus tard, en 2004. En 2007, elle décide d’intégrer l’univers de l’opposition à Cuba en créant son blog Generación Y, et devient un farouche détracteur du gouvernement de La Havane.

Jamais aucun dissident à Cuba – peut-être même dans le monde – n’a obtenu autant de distinctions internationales en si peu de temps, avec une caractéristique particulière : elles ont rapporté à Yoani Sánchez assez d’argent pour vivre tranquillement à Cuba jusqu’à la fin de ses jours. En effet, la bloggeuse a été rétribuée au total à hauteur de 250 000 euros, c’est-à-dire une somme équivalant à plus de 20 années de salaire minimum dans un pays tel que la France, cinquième puissance mondiale. Le salaire minimum mensuel à Cuba étant de 420 pesos, c’est-à-dire 18 dollars ou 14 euros, Yoani Sánchez a obtenu l’équivalent de 1 488 années de salaire minimum à Cuba pour son activité d’opposante.

Yoani Sánchez est également en étroite relation avec la diplomatie étasunienne à Cuba comme l’indique un câble, classé « secret » en raison de son contenu sensible, émanant de la Section d’Intérêts nord-américains (SINA), rendu public par Wikileaks. Michael Parmly, ancien chef de la SINA à La Havane, qui se réunissait régulièrement avec Yoani Sánchez dans sa résidence diplomatique personnelle, comme l’indiquent les documents confidentiels de la SINA, a fait part de son inquiétude au sujet de la publication des câbles diplomatiques étasuniens par Wikileaks : « Je serais vraiment ennuyé si les nombreuses conversations que j’ai eues avec Yoani Sánchez venaient à être publiées. Elle pourrait en payer les conséquences toute sa vie ». La question qui vient inévitablement à l’esprit est la suivante : pour quelles raisons Yoani Sánchez serait-elle en danger si ses agissements, comme elle l’affirme, respectent le cadre de la légalité ?

En 2009, la presse occidentale avait grandement médiatisé l’interview que le président étasunien Barack Obama avait concédée à Yoani Sánchez, ce qui était considéré comme étant un fait exceptionnel. La bloggeuse avait également affirmé qu’elle avait fait parvenir un questionnaire similaire au président cubain Raúl Castro et que ce dernier n’avait pas daigné répondre à la sollicitation. Néanmoins, les documents confidentiels émanant de la SINA, rendus publics par Wikileaks, mettent à mal ces déclarations.

On y découvre qu’en réalité ce fut un fonctionnaire de la représentation diplomatique étasunienne à La Havane qui s’était chargé de rédiger les réponses à la dissidente et non le président Obama. Plus grave cependant, on apprend que Yoani Sánchez, contrairement à ses affirmations, n’a par ailleurs jamais fait parvenir de questionnaire à Raúl Castro. En effet le chef de la SINA Jonathan D. Farrar a confirmé cette réalité dans une missive expédiée au Département d’Etat : « Elle n’attendait pas de réponse de ce dernier, car elle a confié qu’elle ne les [les questions] avait jamais transmises au Président cubain ».

Le compte Twitter de Yoani Sánchez

En plus du site Internet Generación Y, Yoani Sánchez dispose également d’un compte Twitter et revendique plus de 214 000 suiveurs. Seuls 32 d’entre eux habitent réellement Cuba. De son côté, la dissidente cubaine suit elle-même plus de 80 000 personnes. Sur son profil, Sánchez se présente de la façon suivante : « Bloggeuse, je réside à La Havane et je raconte ma réalité par bribes de 140 caractères. Je twitte via sms sans accès Internet ».

Cependant, la version de Yoani Sánchez est difficilement crédible. En effet, il est rigoureusement impossible de suivre plus de 80 000 personnes, uniquement par sms ou à partir d’une connexion hebdomadaire à Internet depuis un hôtel. Un accès quotidien au web est indispensable pour cela.

La popularité sur le réseau social Twitter dépend du nombre de suiveurs. Plus ils sont nombreux, plus le compte gagne en exposition. De la même manière, il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes suivies et la visibilité de son propre compte. La technique qui consiste à suivre de nombreux comptes est communément utilisée à des fins commerciales ainsi que par la classe politique lors de campagnes électorales.

Le site www.followerwonk.com permet d’analyser le profil des fans de tout membre de la communauté Twitter. L’étude du cas Yoani Sánchez est révélatrice à plusieurs égards. Une analyse des chiffres du compte Twitter de la bloggeuse cubaine, réalisée à travers le site, révèle, à partir de 2010, une impressionnante activité du compte de Yoani Sánchez. Ainsi, à partir de juin 2010, Sánchez a rejoint en moyenne plus de 200 comptes twitter par jour, avec des pics pouvant atteindre 700 comptes en 24 heures. A moins de passer des heures entières sur Internet à cela – ce qui semble hautement improbable – il est impossible de s’abonner à autant de comptes en si peu de temps. Il semble donc que cela a été généré de manière informatique.

De la même manière, l’on découvre que près de 50 000 suiveurs de Yoani Sánchez sont en réalité des comptes fantômes ou inactifs, qui créent l’illusion que la bloggeuse cubaine jouit d’une grande popularité sur les réseaux sociaux. En effet, des 214 063 profils du compte @yoanisanchez, 27 012 sont des coquilles vides (sans photo) et 20 600 revêtent les caractéristiques de comptes fantômes avec une activité inexistante sur le réseau (0 à 3 messages envoyés depuis la création du compte).

Ainsi, parmi les comptes fantômes qui suivent Yoani Sánchez sur Twitter, 3 363 ne disposent d’aucun suiveur et 2 897 suivent uniquement le compte de la bloggeuse, ainsi qu’un ou deux autres comptes. De la même manière, certains comptes présentent des caractéristiques assez étranges : ils ne disposent d’aucun fans, suivent uniquement Yoani Sánchez et ont émis plus de 2 000 messages.

Cette opération destinée à créer une popularité fictive via Twitter est impossible à effectuer sans accès à Internet. Elle nécessite également un soutien technologique ainsi qu’un budget conséquent. Selon une enquête réalisée par le quotidien mexicain La Jornada, intitulée “El ciberacarreo, la nueva estrategia de los políticos en Twitter”, sur des opérations de cette nature impliquant des candidats présidentiels mexicains, de nombreuses entreprises présentes aux Etats-Unis, en Asie et en Amérique latine, offrent ce service de popularité fictive à des prix élevés. « Pour une armée de 25 000 suiveurs inventés sur Twitter, on paye jusqu’à 2 000 dollars, et pour 500 profils utilisés par 50 personnes, le prix fluctue entre 12 000 et 15 000 dollars.

Yoani Sánchez émet une moyenne de 9,3 messages par jour. En 2011, la bloggeuse a publié environ 400 messages par mois. Le prix d’un message à Cuba est de 1 peso convertible (CUC, = $0.85), ce qui représente un total de 400 CUC mensuels. Le salaire minimum à Cuba étant de 420 pesos cubains, c’est-à-dire environ 16 CUC, Yoani Sánchez dépense chaque mois l’équivalent de 25 mois de salaire minimum à Cuba. A titre de comparaison, le revenu minimum étant d’environ 1 000 euros en France. Ainsi, la bloggeuse dépense à Cuba une somme correspondant à l’équivalent de 25 000 euros par mois sur Twitter, c’est-à-dire 300 000 euros par an. D’où proviennent les ressources nécessaires à ces activités ?

D’autres questions surgissent inévitablement. Comment Yoani Sánchez peut-elle suivre plus de 80 000 comptes Twitter sans un accès permanent à Internet ? Comment a-t-elle pu adhérer à près de 200 comptes différents par jour en moyenne depuis juin 2010, avec des pics dépassant les 1 000 comptes ? Combien de personnes suivent réellement les activités de l’opposante cubaine sur le réseau social ? Qui finance la création des comptes fictifs ? Dans quel but ? Quels sont les intérêts qui se cachent derrière la figure de Yoani Sánchez ?

*Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, Salim Lamrani est enseignant chargé de cours à l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.
Son dernier ouvrage s’intitule État de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba, Paris, Éditions Estrella, 2011 (prologue de Wayne S. Smith et préface de Paul Estrade).
http://www.amazon.fr/Siege-Sanction...
Contact : Salim.Lamrani at univ-mlv.fr ; lamranisalim at yahoo.fr

Source


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Qui se cache derrière la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez ?
10 mars 2012 - 18h08 - Posté par Joannès

Ah ! Corruption quand tu nous tiens ! Tant importante qu’elle a même cette personne, de quoi gangrèner autour d’elle ! Elle a bien succombé à l’argent qui rend fou ! Plus besoin de travailler ; l’argent facile, elle a fait à Cuba son petit coin de paradis . Grâce à ses études gratuites sur le dos du Peuple Cubain. Son individualisme l’a emporté sur toutes autres valeurs humaines . Peu de cas à Cuba mais cela existe aussi là-bas . Elle en a même oublié la Résistance et la dignité du Peuple Cubain tout prêt des côtes de l’Ogre Yankee et de son odieux et criminel blocus !!!



Qui se cache derrière la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez ?
10 mars 2012 - 18h52 - Posté par manouchian

Cette Yoani Sanchez apparait plutôt comme une activiste politique.
Et elle est payée pour ça.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite