Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Bilan de 64 jours de grève à La Poste 92
de : Jean-Louis
samedi 31 mars 2012 - 19h36 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

La grève de 64 jours des postiers du 92 a infligé une défaite à la direction : elle a été obligée de concéder pour Nanterre l’intervention d’un cabinet d’expertise dont les conclusions seront contraignantes y compris en termes d’emploi : c’était une des revendications initiales des grévistes, et cela crée un précédent à La Poste. Pour les autres bureaux touchés par le conflit (Malakoff/Vanves, Montrouge, Fontenay) un report des réorganisations d’au moins 6 mois a été obtenu. De plus, plusieurs collègues ont été CDIsés et les conditions de travail des facteurs remplaçants ont été améliorées. Les chiffres de neutralisation (caisse de grève comprise) sont assez élevés : 50 à 60% des jours de grève ont été payés. Au vu des obstacles, c’est un bon résultat.

Le « nouveau prolétariat » peut se mobiliser et gagner

La médiatisation récente des conditions de travail à La Poste a révélé que le temps où « PTT » signifiait « Petit Travail Tranquille » est bien révolu. Les centres de distribution du courrier sont des concentrations relativement faibles de salariés : concernant les bureaux touchés par la grève, on a affaire à des concentrations comprises entre 40 et 120 salariés... sachant qu’une difficulté supplémentaire existe : la direction mène ses « réorganisations » (plans de suppression d’emplois) non pas seulement centre par centre mais aussi service par service au sein d’un même centre. Dans la grève, c’étaient les facteurs vélos qui étaient visés, avec des effectifs compris entre 20 et 60 dans les différents centres. Les salaires des facteurs sont particulièrement faibles (moins de 1100 euros en début de carrière). La répression est assez forte comme on a pu le constater avec la multiplication des procédures de licenciement et le procès pour « séquestration ». En somme, les conditions de travail à La Poste sont assez comparables avec ce que connaissent un bon nombre de salariés du privé.

L’ensemble des centres touchés par cette grève (à l’exception de Fontenay) ne s’étaient pas mobilisés depuis plus de 10 ans. Cette grève est une preuve que ce qu’on nomme parfois le « nouveau prolétariat », relativement moins concentré, plus fragmenté, moins industriel que par le passé, peut parfaitement se mobiliser et gagner. Il est à noter que les femmes, minoritaires numériquement parmi les grévistes, étaient majoritaires dans l’animation du conflit.

Un certain nombre de camarades argumentent sur la nécessité de se concentrer sur les luttes hors entreprises à cause de la dégradation du rapport de forces, de la fragmentation du prolétariat et de la concentration/dépersonnalisation du pouvoir exercé par le capital financier. Comme si face à ces évolutions, la stratégie payante était celle de l’évitement du cadre de la production, de l’entreprise. C’est en réalité mal poser le problème.

La grève du 92 a réussi à faire céder la Poste en mettant tout d’abord une stratégie d’extension de la grève qui a permis de regrouper plusieurs centres. Fédérer plusieurs centres devient indispensable pour donner suffisamment de courage aux salariés de petites concentrations de se mettre en bagarre. Et de toute façon, si on ne regroupe pas suffisamment de grévistes, il est tout simplement impossible de faire céder le patronat qui frappe plus fort qu’auparavant.

Dans notre grève, cette stratégie du regroupement s’est combinée avec une volonté de mener des actions en dehors des centres : actions coup de poing et soutien de la part d’un certain nombre d’élus et de comités de soutien ont joué un rôle décisif. La réponse face à la division du prolétariat, c’est donc de commencer par regrouper les forces, de surmonter les barrières entre centres, entre métiers, donneurs d’ordre et sous-traitant etc. Si on ne regroupe pas, impossible de faire quoi que ce soit. Mais pour avoir un impact, les travailleurs doivent mener des bagarres qui débordent du cadre de l’entreprise pour gagner un large soutien extérieur en posant les questions politiques qui concernent toute la population. Un peu à l’image de la lutte de Ford à Blanquefort par exemple, dont les manifs et actions menées en dehors de la boîte avaient à la fois donné du courage aux salariés de la boîte et avaient également permis de poser la question de la sauvegarde de l’emploi à l’échelle de toute la région. Mobilisation hors lieu de travail et à l’intérieur se nourrissent... encore faut-il se donner les moyens de mener la bagarre à l’intérieur ! Il est clair que la domination de la bourgeoisie est politique, elle s’exerce dans toutes les sphères de la société et doit donc être combattue sur tous les terrains... mais sans oublier le cadre où la production de richesses et l’exploitation se jouent, à savoir : l’entreprise.

Ce type de lutte est tout à fait possible, y compris dans des secteurs bien plus précaires que le nôtre. Après tout, l’une des plus grosses grèves en France de ces dernières années a été menée pendant près d’un an par plusieurs milliers de travailleurs sans-papiers du bâtiment, de l’intérim...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Bilan de 64 jours de grève à La Poste 92
31 mars 2012 - 20h11

Militant CGT depuis 1978 à La Poste, je n’ai jamais trouvé que nous avions un "Petit Travail Tranquille". Nos luttes, après les différentes tentatives de privatisation où le PS au pouvoir, avait fini par nous faire la peau, étaient tournées vers la défense du Service Public vers la conquête des droits pour tous, pour les "non titulaires", d’abord "auxiliaires" puis "contractuels" afin qu’ils aient le statut de fonctionnaires" comme nous. Ayant bossé dans le 92, j’ai pu constater de fortes disparités entre les bureaux et de grandes différences avec la "province" où le respect pour de simples droits "acquis" liés au statut donnaient lieu à de grosses batailles, plus difficiles encore.
Les DRH ont utilisé les obligations des fonctionnaires liées au statut pour les imposer indûment aux contractuels qui les acceptaient et de même faisait croire aux titulaires qu’ils avaient perdu les droits liés à ce même statut.
Nos plus grosses batailles locales furent à partir de 1991 menées dans la solidarité avec les contractuels pour la défense de leurs droits tandis que les titulaires "laissaient" partir les leurs dans la résignation.
Félicitations, que votre exemple fasse tache d’huile.Battons-nous pour la renationalisation de La Poste, avec un seul et même statut : celui de fonctionnaires. L’arrêt définitif de la notation individuelle pour tous. Augmentation des salaires 1700 mini.



Bilan de 64 jours de grève à La Poste 92
31 mars 2012 - 23h17 - Posté par Cop

Très bon résumé Jean-Louis.

Et il est interessant de voir qu’une série de batailles longues se sont déroulées dans la poste avec ces jeunes nouveaux prolétaires, des batailles combinant des coordinations du combat sur plusieurs bureaux, les batailles de Rodez, Millau et de Decazeville ont fait ces démonstrations spécifiques, avec en appui comités d’usagers , paysans du Larzac venus soutenir.

Des batailles âpres et longues ont été menées malgré des terrains qu’on disait difficiles, voir impossibles à cause de cette fragmentation en petites unités.

Cette fragmentation impose davantage de soins à la solidarité, de coordination, de syndicats qui bossent sérieux à relier et à tenir, et également d’un parti (ou des) qui aident , pas seulement sur la solidarité mais dans la ténacité du concret en étant organisés DANS les entreprises (même si avec des formes plus affutées de secteurs), avec des attitudes de camp de classe et de lutte de classe.

Sur les formes d’organisation et de lutte des nouveaux prolétaires, il est important de réaffirmer que c’est là où se reproduit l’exploitation, le capital, que se joue l’essentiel de la bataille entre les classes, c’est un enjeu qui ne permet pas d’être contourné, même si des médiations peuvent être utilisées pour y pénétrer et y re-pénétrer.

Après tout, de grands syndicats, et de grands partis des travailleurs se sont construits dans des sociétés où la classe ouvrière était fragmentée dans de petites entreprises, l’existence d’un cœur de grands concentrations sur un même lieu n’a été qu’une partie du prolétariat même dans les périodes les plus "grandes usines".

Et ce fut d’ailleurs dans un grand nombre de cas (au delà de mythologies particulières).

L’articulation de la bataille sur le lieu de travail, avec des opérations de coordinations et de solidarité bien organisées, mais soumises au cœur du lieu de travail, est fondamentale.

Les exemples des batailles de travailleurs de l’hôtellerie aux USA avec toutes les solidarités structurées autour (un jour les églises, un autre jour une fanfare LGTB, un autre jour des associations, un autre jour des étudiants, un autre jour des syndicats, etc), toujours sous contrôle des travailleurs et toujours à, la porte des entreprises, sont parmi ces exemples de batailles tenaces de petits collectifs de travailleurs, construits du lieu de travail, et ayant l’appui d’une classe autour.

Nous avions eu les exemples des travailleurs sans papier de la restauration et leur interminable grève dans des conditions extrêmement difficiles, sur de petits lieux de travail, etc...

Cela doit nous informer des possibilités qui s’offrent au camp du travail.

C’est possible, cela a été fait.

Ca s’organise et ça se pense, ça se planifie, etc.

Merci aux postiers du 92.



Bilan de 64 jours de grève à La Poste 92
1er avril 2012 - 19h15 - Posté par Jean-Louis

Je ne fais que recopier des infos qui me semblent utiles dans la période.





JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
1 commentaire
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
8 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Rendez les choses aussi simples que possible, mais pas plus simples. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite