Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le père de Samer Al-Barq : “Chaque minute compte maintenant”
mardi 11 septembre 2012 - 10h37 - Signaler aux modérateurs

Parmi les prisonniers politiques palestiniens incarcérés en Israël et en grève de la faim, quatre détenus sont entre la vie et la mort. Le père de Samer al-Barq appréhende chaque coup de fil susceptible de lui annoncer la mort de son fils. Levons-nous pour sauver Hassan Safadi, Samer Al-Barq, Ayman Sharawna et Issa Al-Eisawy !

JPEG - 34.9 ko

Le père de Samer al-Barq protestant devant l’ambassade égyptienne à Ramallah le 6 septembre et demandant à l’Egypte d’accueillir son fils.

Voici ce qu’écrit à ce sujet, Shahd Abusalama, qui vit à Gaza :

L’autre soir, je suis allée avec un groupe d’amis et de cousins à la plage pour échapper aux coupures de courant dans nos maisons. J’avais prévu de profiter du coucher de soleil et de respirer un peu d’air frais en discutant du mariage de ma sœur, dans un mois. Au lieu de cela, je me suis retrouvée disant combien j’avais honte d’être préoccupée par les études pendant mes examens au lieu d’écrire sur mon blog sur les grévistes de la faim. S’en est suivie une conversation interminable et émouvante à leur sujet. Il était très tard lorsque nous avons réalisé que nous étions tellement absorbés par la conversation que nous avions manqué le coucher de soleil.

"Pourquoi Samer al-Barq et Hassan Safadi ne sont-ils pas encore parvenus à la victoire, même après que leurs grèves de la faim aient battu tous les records ?" nous sommes-nous demandé.

Qui devons-nous accuser pour l’état critique dans lequel ils se trouvent ? Faut-il blâmer les dirigeants palestiniens, pour lesquels la question semble sans importance ? Ou ces hommes politiques qui font du commerce avec les vies des Palestiniens ? Ou les factions divisées qui se préoccupent plus de leur propre profit que de l’intérêt public ? Ou le mouvement populaire en Palestine qui n’a pas fait assez ? Ou la détérioration de la situation économique qui frappe la population en Palestine et qui les pousse à s’immoler par le feu, comme Ehab Abu Nada ? Ou la communauté internationale et les organisations pour les droits de l’homme qui se taisent tout en observant ces crimes contre l’humanité en Palestine, dans les geôles d’Israël, dans la prison à ciel ouvert de la Bande de Gaza ou en Cisjordanie occupée ?

Je suis troublée. Je peux excuser mon peuple opprimé, pour le renversement de leurs priorités. Il est lui aussi confronté à une mort lente sous le régime d’apartheid étouffant. Les gens sont préoccupés par leur survie quotidienne. Ils n’osent pas faire des projets d’avenir dans un endroit aussi instable d’un point de vue politique, économique et social.

Mais qu’en est-il des gens libres, dans le monde ? Nos grévistes de la faim sont des combattants de la liberté, ils luttent pour la justice, pour l’humanité. Pourquoi leur tourner le dos ?

Quand je suis revenue de la plage, j’ai téléphone à la famille de Samer, à Jayyous, un petit village près de Qalqilia. Mes mains tremblaient que j’ai parlé à son père. J’ai pensé qu’il serait content d’un appel de Gaza. Il le fut, mais dans mon cœur, je me suis sentie inutile et honteuse de l’appeler tard, car il attend l’annonce de la mort de son fils à tout moment. Je savais, de toute façon, que mes paroles seraient vaines. J’ai essayé de me ressaisir et de ne pas pleurer lorsque je lui ai dit, "Je prie pour que vous ayez de la force, et pour que vous teniez bientôt votre fils dans vos bras, vivant et vainqueur, inshAllah," mais je n’étais pas assez forte pour contrôler l’émotion de ma voix.

Chaque minute, chaque seconde peut faire la différence pour la vie de Samer maintenant. Il a commencé sa grève de la faim deux jours avant la grève massive entamée le Jour des Prisonniers, le 17 avril, pour protester contre la détention administrative. La fin de la détention administrative était une des revendications de la grève de la faim de masse. En échange de son abolition, un accord a été atteint le 14 mai entre le service pénitentiaire israélien et le haut comité des grévistes de la faim, avec médiation égyptienne, pour répondre aux exigences de nos détenus.

Addameer a rapporté, "L’accord comprend une clause qui limitera l’utilisation de la détention administrative à des circonstances exceptionnelles et ceux qui sont emprisonnés en détention administrative au moment de l’accord ne verront pas le renouvellement de leurs ordres."

En conséquence, Samer a mis fin à sa grève. Mais une semaine après la fin des 28 jours de grève de la faim massive, il a découvert que son ordre de détention administrative avait été renouvelé, ce qui l’a poussé à reprendre sa grève pour protester contre la violation de l’accorde. Sa grève de la faim renouvelée dure depuis 110 jours.

"Depuis que Samer a commencé sa grève de la faim, nous n’avons pas été autorisés à le voir," m’a dit son père au téléphone. "Pour faire pression sur lui et qu’il mette fin à sa grève, le service pénitentiaire israélien le prive de son droit aux visites de sa famille. Nous n’avons aucune nouvelle de lui depuis, seulement par le Comité international de la Croix-Rouge."

J’ai demandé à son père si je pouvais parler à la mère de Samer. "Elle ne parle presque plus," m’a t-il répondu. "Elle est traumatisée et dépressive à cause de ce que son fils endure. Elle pleure tout le temps. Elle ne s’arrête que lorsqu’elle s’endort. Elle a été hospitalisée plusieurs fois. Prie pour elle !"

Je suis restée silencieuse quelques secondes, incapable de dire un mot. J’ai du mal à imaginer combien il peut être douloureux pour une mère de vivre la mort lente de son fils. Puis son père a repris, en colère, "Ça me rend fou de voir mon fils détenu sans raison."

"Rien n’a été trouvé contre lui ?"

"Non, rien du tout, sauf que c’est un homme religieux, qui porte la barbe, qui a vécu au Pakistan, a obtenu sa maîtrise en sciences, et a enseigné la science à l’université," a-t-il continué. "Il s’est marié là-bas avec une Pakistanaise, mais ils ont à peine vécu un an en paix ensemble, pour des raisons inconnues et mystérieuses."

"Il a été kidnappé au Pakistan par le renseignement jordanien et il a été détenu en Jordanie pendant près de cinq ans, sans inculpation. Puis les services secrets jordaniens l’ont livré à Israël en juillet 2011, qui le détient indéfiniment, à nouveau sans inculpation. Depuis, son ordre de détention administrative a été renouvelé sept fois. La dernière fois, c’était le 22 août, après plus de trois mois de sa grève de la faim. Son état qui s’est rapidement détérioré n’a pas empêché les services pénitentiaires israéliens sans pité de prolonger sa détention."

La détention de Samer a été très dure. Il a passé trois sans en isolement dans les geôles jordaniennes. Lorsqu’il a été arrêté par Israël, il a subi encore plus de brutalités, en particulier pendant sa grève de la faim. Pour essayer de faire pression sur lui, les services pénitentiaires israéliens l’ont transféré à la clinique de la prison Ramleh, ou "l’abattoir", comme de nombreux ex-détenus la qualifie lorsqu’ils se rappellent les négligences médicales, l’humiliation et la discrimination qu’ils y ont subies.

Akram Rikhawi, qui souffre de plusieurs problèmes de santé, et qui a fait 102 jours de grève de la faim contre la négligence médicale que lui et ses camarades malades et handicapés ont enduré dans les geôles israéliennes, a décrit la clinique de la prison Ramleh comme "un abattoir, pas une clinique, avec des geôliers en blouses de médecin."

Les autorités carcérales ont fait pression sur Samer et son camarade Hassan Safadi pour qu’ils mettent fin à leur grève par diverses méthodes. Ils ont été mis dans une cellule d’isolement étroite, avec à peine assez d’espace pour leurs fauteuils roulants, ils les ont enchaînés à leurs lits d’hôpital, même s’ils ne peuvent pratiquement plus bouger. Et même pire, les geôliers les ont physiquement attaqués chaque fois qu’ils protestaient contre leurs conditions d’incarcération épouvantables à Ramleh. Le 13 août, ils ont cogné la tête de Hassan par deux fois contre la porte en fer de sa cellule, et il est tombé évanoui sur le sol. Les gardiens de prison l’ont alors traîné à travers une salle, devant tous les autres prisonniers.

Le père de Samer me dit, "Une délégation du Comité international de la Croix-Rouge et de Médecins pour les droits de l’homme-Israël les a vus récemment et a dit que la mort de Samer était imminente, à moins d’un miracle. Il a perdu plus de 20kg."

Pour convaincre Samer de cesser sa grève de la faim, Israël a proposé de le déporter, mais pas dans les territoires palestiniens, parce qu’il représente "une menace" à la sécurité israélienne. Souvenez-vous que la déportation de Palestiniens, à l’intérieur ou à l’extérieur des territoires palestiniens, est un crime de guerre selon l’article 49 de la 4ème Convention de Genève. Mais Israël a essayé de voir si un pays voulait le recevoir, et il n’est le bienvenu nulle part ! Aucun pays ne le veut parce qu’il représente une "menace mondiale" !

Hier, le père de Samer a protesté devant l’ambassade égyptienne à Ramallah pour demander à l’Egypte de le recevoir.

A la fin de notre conversation, j’ai demandé à son père de me dire ce qu’il souhaitait dire au monde. Il a répondu, avec passion et rapidement, "Son audience a lieu dimanche 9 septembre, personne ne sait si le tribunal se prononcera en sa faveur ou contre lui. D’ailleurs, je ne pense même pas que Samer puissent attendre plusieurs jours. Il est immobile sur son lit d’hôpital, et il souffre terriblement."

"Chaque minute compte maintenant. Je veux que le monde sache que mon fils n’est pas en grève de la faim parce qu’il veut mourir. Il veut désespérément une vraie vie, avec la liberté, la dignité et la justice. J’exhorte le monde à agir, ou s’il meurt, nous porterons la responsabilité de sa mort."

Source : http://palestinefrommyeyes.wordpres...

http://www.europalestine.com/spip.p...



Imprimer cet article





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite