Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

"Les aliens"

de : Alain ACCARDO
mercredi 3 juillet 2013 - 21h09 - Signaler aux modérateurs

"De nombreux articles que je lis ont pour objet d’examiner les causes et les effets de la crise du système capitaliste dans le monde. Bien que je sois depuis longtemps édifié sur la malfaisance du capitalisme et passablement instruit de ses principales évolutions, je lis ces textes avec attention parce que j’y trouve toujours matière à combler l’une ou l’autre de mes nombreuses lacunes et que, pour ce que j’en sais déjà, ils me rafraîchissent utilement la mémoire. À défaut de pouvoir en parler plus longuement, je me bornerai à faire ici une remarque que j’ai déjà eu l’occasion de développer ailleurs mais qu’il me paraît nécessaire de réitérer aussi souvent qu’il est question d’analyse critique du capitalisme. Cette remarque est la suivante.

Alors que les théoriciens révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui rivalisent d’intelligence pour décortiquer le fonctionnement des structures politico-économiques objectives de la machinerie capitaliste, jusque dans ses moindres rouages, y compris dans les dimensions qui font le plus appel au symbolique (comme le nouveau management, la gestion des ressources humaines ou l’ingénierie sociale), ils restent d’une relative discrétion quand il s’agit d’examiner plus précisément les manifestations actuelles de l’aliénation des travailleurs (en particulier ceux des classes moyennes) par et dans le système qui les exploite et les opprime de mille façons. Pourquoi cette retenue dans la mise en évidence des formes prises par un phénomène dont on s’accorde depuis longtemps, et pas seulement dans la tradition marxiste, à souligner l’ampleur et la gravité ?

Sans doute la crainte bien connue de « désespérer Billancourt » et de démobiliser les masses. À quoi s’ajoute probablement, aujourd’hui plus que jamais, une forme de politiquement-correct humaniste de gauche qui s’interdit de porter atteinte à l’image du bon peuple (naguère du bon prolo, désormais du bon salarié) combatif, lucide, généreux, inventif et déterminé, dont la théorie affirme par ailleurs abstraitement que son être est profondément aliéné.

Mais ne serait-ce pas, plus fondamentalement, parce qu’à pousser trop loin la critique des aliénations on déboucherait nécessairement sur une critique des mœurs et donc, peu ou prou, sur une autocritique ; ne serait-ce pas qu’à trop détailler les visages de l’aliénation on sait (mais sans le savoir, parce qu’on préfère l’oublier entre-temps) qu’on verra apparaître inévitablement le consternant, le révoltant, l’abject visage du bonheur dans la servitude, affreusement révélateur des dégâts causés aux humains (individus et collectivités) par leur socialisation sous le joug de l’argent-roi. Des humains qui ne s’appartiennent plus et qui restent voués, corps et âme, à leur maître, le Capital, même s’il leur arrive de grogner un peu. Des humains tellement aliénés qu’ils confondent dérèglement libertaire et libération, infantilisation et émancipation, abandon aux pulsions et lutte contre le système.

Peu d’observateurs s’interrogent sur la persistance de cette étrange et paradoxale félicité de l’aliéné amoureux du mal qui le tue. Or c’est bien là le problème qui se pose aux soi-disant citoyens des prétendues démocraties aujourd’hui, y compris « de gauche » : si nous restons irrémédiablement enlisés dans « la crise », n’est-ce pas parce que, pour en sortir, il faudrait non seulement rompre avec la logique économique capitaliste et répudier l’imposture de la démocratie bourgeoise qui en est l’expression politique – programme déjà colossal –, mais il faudrait encore, sinon abandonner totalement le style de vie qui a notre faveur et que le capitalisme occidental et ses classes moyennes ont érigé en modèle universel, du moins l’amender sérieusement ? C’est ce style vie calamiteux, matériellement et moralement destructeur, dont les conditions permissives sont la croissance indéfinie, la productivité sans aucune régulation et la consommation à outrance, qui fait le bonheur à l’américaine, déjà atteint par les uns, ardemment souhaité par les autres, de l’immense majorité des contemporains, en même temps qu’il est la source objective de la plupart des maux qui les tourmentent et qu’ils ont appris à aimer, comme le drogué sa drogue. Il faudrait pouvoir nous désintoxiquer du capitalisme en changeant de style de vie, car c’est en lui et par lui que se concentrent et se reproduisent toutes nos aliénations. Cela serait une véritable révolution. Encore faudrait-il la vouloir vraiment et cesser de croire qu’on peut vivre comme des capitalistes en évitant de retomber dans les horreurs du capitalisme.

Alain Accardo

—— Chronique parue dans le journal La Décroissance du mois de mars 2013.

Du même auteur, à paraître, De notre servitude involontaire, (Agone, coll. « Éléments », mai 2013).

#Accardo #autocritique #gauche #aliénation #capitalisme #crise


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite