Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation

de : LEUR VIE NE NOUS APPARTIENT PAS
mercredi 25 juin 2014 - 19h15 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Notre société semble préoccupée par le bien-être animal. Les médias se font l’écho des défenseurs des animaux ou des écrivains traitant de ce sujet. Des livres comme Bidoche de Fabrice Nicollino ou No Steack  du chroniqueur Aymeric Caron ont largement été médiatisés. Les personnalités politiques concernées (gouvernement, assemblées) se disent préoccupées par la question du bien-être animal. Cette expression "bien-être animal" est aussi très largement utilisée par les différentes filières exploitant les animaux. (Voir le site du Centre d’Information des Viandes par exemple)

Notre approche de la question animale est radicalement différente. A l’instar de nos anciens, frères de combat pour la liberté, la liberté pour toutes et pour tous, qui ont obtenu l’abolition de l’esclavage d’humains (qui d’ailleurs n’étaient pas considérés comme appartenant à l’espèce humaine !), nous demandons la fin immédiate de l’esclavage animal.   Nous demandons la fin immédiate de tous sévices, la fin immédiate de tous mauvais traitements, la fin immédiate de toutes privations de liberté et bien sûr la fin immédiate de tous actes de torture sur animaux et y compris la torture considérée comme légale.   Enfin, nous demandons la fin de toute mise à mort de quel qu’animal que ce soit pour notre égoïste profit.   Nous pensons que nos revendications précises et fondamentales ne sont pas compatibles avec une exploitation même prétendue douce, même raisonnée de l’animal et nous revendiquons leur libération immédiate. Nous ne voulons plus d’une société exploitrice d’animaux, nous souhaitons une société végane pour le bien de tous, animaux et humains !   Afin de prendre connaissance de notre argumentation, nous vous invitons à lire la brochure "Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation animale"   http://media.wix.com/ugd/c1b2c0_1495917443f84a0c813323cf3d38b054.pdf     Cette brochure est constituée de 3 volets :

 
 Le premier expose les raisons de notre démarche notamment en mettant en avant la reconnaissance de la sentience comme la valeur absolue sur laquelle on ne peut faire l’impasse quant à nos comportements envers les animaux (êtres sentients).  La sentience reconnaît aux animaux des capacités cognitives comme la pensée, des moyens de communiquer, l’aptitude à avoir des projets, à s’adapter par la réflexion et une forme d’intelligence à des situations précises. lls peuvent ressentir du plaisir, de la joie mais aussi endurer la douleur d’une séparation, la frayeur, bref toute souffrance psychologique d’un enfermement par exemple, ce que ne ressent pas le végétal.   Une fois la sentience animale reconnue, nous pourrons déconstruire les mécanismes du spécisme enfouis en chacun de nous par nos cultures, nos habitudes et le poids des religions. Le spécisme est une discrimination basée sur l’espèce. L’espèce dite dominante - la nôtre- s’étant arrogé tous les droits sur les autres espèces ; nos intérêts les plus futiles ont toujours plus d’importance à nos yeux que ceux des autres espèces, espèces dominées, et même leurs intérêts les plus fondamentaux.

 L’argument du spécisme quant à la légitimité de l’exploitation animale est de considérer les animaux non-humains comme inférieurs, dépourvus de capacités notamment intellectuels, artistiques, créatrices. Les recherches en éthologie qui n’en sont qu’à leur balbutiement nous apprennent cependant qu’il n’existe aucun fondement à de telles affirmations comme nous l’avons brièvement démontré un peu plus haut.   Le spécisme peut aussi consister en privilégier certaines espèces animales "sympathiques" comme le chien par exemple par rapport à d’autres.  
 Le second volet établit un constat édifiant sur l’exploitation animale dans de nombreux secteurs (l’alimentation, l’habillement, les loisirs) Les animaux n’étant que des machines à produire qui de la viande, qui du lait, qui des œufs, qui du cuir ou de la fourrure et quand bien même, certains se préoccupent de leur bien-être dans quelques rares élevages, il n’est pas justifiable d’un point de vue éthique d’emprisonner et d’exploiter quel qu’être sentient que ce soit.

 La question de la chasse est également abordée parce que les relations entre animaux sauvages et le monde paysan sont souvent difficiles pour les animaux qui les paient de leur vie ! Et cette pulsion de tuer cachée derrière des pseudo-arguments comme la gestion de la faune sauvage devrait interpeller la société et la classe politique. Il faudra bien qu’un jour, le meurtre d’un animal soit reconnu comme aussi impensable moralement que celui d’un humain.

L’animal peut aussi être objet de curiosité dans les zoos ou dans les cirques. La curiosité pour l’animal n’a rien de mal en soi mais les conditions pour assouvir cette curiosité sont source d’une profonde souffrance psychologique pour ces êtres sentients et ce jusqu’à la fin de leur triste existence. L’animal est enfin un jouet, un objet de divertissement lors de fêtes champêtres où on le marque au fer rouge ou pire encore, lorsque la torture puis l’agonie et la mort d’un taureau procurent la jouissance suprême (parfois au sens propre !) à des êtres pervers sur les gradins des arènes.

 Dans le dernier volet, nous avons tenté de répertorier les transformations majeures que le véganisme impliquera dans notre société. La construction de cette nouvelle société générera de nombreux emplois et ne portera aucun préjudice tant aux acteurs de l’exploitation animale qu’aux consommateurs anciennement carnistes : reconversion pour les premiers et une aide à la consommation de produits vegans pour les plus réfractaires de la seconde catégorie. De plus, leurs consciences libérées d’un terrible fardeau, celui de la complicité dans des milliards de meurtres d’êtres sentients, ils accéderont à une existence plus épanouissante, plus sereine, plus riche.   Nous avons également réfléchi au devenir de ces animaux libérés : comment une telle situation pourra-t-elle être gérée sans préjudice ni pour eux ni pour l’homme ?   Enfin, notre environnement devra être reconfiguré afin de mieux partager cet espace avec les autres terriens !   Notre projet de société est sans doute utopique, fondamentalement différent de ce que nous avons construit jusqu’à présent mais nous vous remercions d’y réfléchir très sérieusement.  


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 10h05 - Posté par Ouistiti
Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 11h40 - Posté par

Pour l’abolition du capitalisme.


Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 13h11 - Posté par LUd

L’émancipation des exploités ne devrait-elle pas être l’œuvre des exploités eux-même ? Ici les animaux.

Non, il suffit de convaincre les exploiteurs (les humains ici) d’arrêter leurs forfaits, de "prendre conscience" et de libérer les animaux. C’est très beau.

Ce sont souvent les mêmes (eh oui !) qui expliquent que c’est aux hommes de libérer les femmes (en faisant des efforts, en prenant conscience, etc.)

Aux "blancs" de libérer les "non-blancs" (n’importe quoi leurs concepts racialisant mais tout bêtement racistes) en cessant d’être racistes.

Que les patrons doivent être plus sympa avec leurs salariés (aaah les patrons de gauche !!)

Etc. etc.

Ce sont toujours les mêmes bobos de "gauche" antispécistes, pro-féministes qui prétendent tout remettre en cause (apparences apparences) pour conserver leur privilège de classe, leur mode de vie bourgeois-bohèmes etc.

Lutte des classes ! Classe contre classe !



Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 17h11 - Posté par LEUR VIE NE NOUS APPARTIENT PAS

Quand on veut défendre coûte que coûte le droit à bouffer du cadavre animal, les commentaires sont affligeants, de la plus parfaite mauvaise fois.
On ressort ce brave Hitler du placard qui n’est même plus végétarien mais carrément vegan ! Ah oui, tout évolue ma bonne dame !!
Tiens, un connard de droite nommé Ferry pas si éloigné de vous en sommes avait le même argument d’une simplicité déconcertante : hitler est vg, donc les vg sont des nazis ! Simple non ? ( de plus il n’était pas vg mais on n’est pas à une contradiction prêt !)
Enfin, tout ceci veut bien que quelque part, cela vous gêne, que vous vous sentez mal de faire parti de la classe des bourreaux, des tortionnaires, des oppresseurs, vous qui dénoncez justement l’oppression.
Je comprends que le monde va si mal avec des e....s comme vous.
Allez partisans de l’esclavage, de la domination, du spécisme donnez des leçons de vie aux autres, vous êtes ridicules !


Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 18h17 - Posté par flipper le dauphin

si vous faîtes des AG, mon poisson rouge aura-t-il le droit de voter ?


Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 19h51 - Posté par LEUR VIE NE NOUS APPARTIENT PAS

si vous faîtes des AG, mon poisson rouge aura-t-il le droit de voter ?

Ah ah !!


Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
26 juin 2014 - 20h19 - Posté par A.C

moi j’ai mon perroquet qui a été victime de Zoophilie.
Il viendra àl ’AG pour témoigner !

Un gauchiste l’enc..ait...en lui faisant crier"Coco Content COCOen redemande COCO te dénoncera pas, COCO veut pas que les poulets te volentdans les plumes"

J’ai donc adhéré aux ASSOS qui m’ont convaincu que si on se bagarrepas, t’as des dauphins qui, avec le réchauffement de la planête(ça aussi putain, les "gauchisses" s’en branlent : !) , viendront se battre avec les derniers gamins des favellas, sur la plages de RIO, pour leur disputer les restes d’ordures, de carcasses de rats ou de vieux ballons de foot !

Mais ici, tu te dresses contre les néo nazis aficinados , et on te rentre dans le" lard" !
Révolutionnaires , mon cul, oui !
Ecoutez les"il faut défendreson BEEFSTEAK contre les patrons"

moi je dis :

"exigeons que la CFDT négocie un bon accord de maintien du pouvoir nutritionnel de la courgette et du rutabaga"

Va faire comprendreça à ces salauds qui se tapent un oeuf sans penser à ce qu’ été la douleur dela poule.. !

Mais "qui gobe un oeuf dévore ensuite un boeuf" c’est bien connu !

Je vous laisse !

y’a ma mangouste male et ma langouste femelle qui veulent caliner...

J’attrape les préservatifs..

Bonne soirée.

A.C

Président " V.G t’as rien".. de l’ADDPPEPLG

Association De Défense Des Pauvres Perroquets E...és Par Les Gauchistes


Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
28 juin 2014 - 10h30 - Posté par

""Quand on veut défendre coûte que coûte le droit à bouffer du cadavre animal, les commentaires sont affligeants, de la plus parfaite mauvaise fois.""

Exact, c ’est pitoyable et idiot tous ces commentaires ,je ne suis ni végétarien ni végan,mais j’éssaie au moins de diminuer ma nourriture carnée,et je sais que des animaux souffrent .
Alors j’aime aussi manger une bonne entrecote,mais les arguments des végétariens sont justes.
les critiquer aussi bétement n’amoindrira pas mon sentiment un peu coupable .


Plaidoyer pour une société végane. Une société sans aucune forme d’exploitation
28 juin 2014 - 21h55 - Posté par LEUR VIE NE NOUS APPARTIENT PAS

Merci ...ça change beaucoup de la bêtise crasse que j’ai pu lire jusqu’à présent !






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite