Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Retour sur "Chocolate Factory", de Paul McCarthy
de : Jean Scorza
mardi 28 octobre 2014 - 11h17 - Signaler aux modérateurs

Dans le cadre de la Foire internationale d’art contemporain, l’installation de Tree de l’américain Paul McCarthy Place Vendôme avait suscité la colère des réactionnaires. D’abord, l’artiste avait été agressé en plein jour par un « passant » mais très vraisemblablement un membre de l’extrême droite qui l’a traité de « stupid fucker artist » qui « insultait la France ». Quelques jours plus tard, l’œuvre elle-même était vandalisée par des nervis d’extrême droite, ce qui l’a contraint à la retirer. Cité dans Le Nouvel Observateur, Paul McCarthy regrettait : « Au lieu d’engendrer une réflexion profonde autour de l’existence même des objets comme mode d’expression à part entière, notamment dans la pluralité de leur signification, nous avons assisté à de violentes réactions » [1]. Le choix de la violence contre l’art fait partie de la tradition de la droite la plus réactionnaire. C’est pour cela que nous défendons la liberté totale pour l’art, au-delà de ce que l’on puisse penser sur l’œuvre elle-même et donc condamner les agressions à l’artiste et son œuvre.

« L’art n’est pas un miroir, mais un marteau », disait Trotsky. L’installation Chocolate Factory [2] de l’américain Paul McCarthy à la Monnaie de Paris n’est pas tant le marteau de la critique révolutionnaire consciente qu’une mise en scène volontairement déformée de la société capitaliste. S’il faut refuser de penser l’art seulement comme un moyen de comprendre l’idéologie dominante donc l’idéologie de la classe dominante à une époque déterminée, et s’il faut le penser également pour soi et dans son autonomie (relative) par rapport au politique (et pas par rapport au social), McCarthy nous invite de manière explicite à penser son art aussi comme une remise en question culturelle et sociale.

Là où le crétinisme journalistique conservateur n’a vu que le sensationnel des « obsessions sexuelles » [3] de l’artiste et où le journalisme petit-bourgeois de gauche ne voit que les références au stade « sadico-anal » dans l’œuvre de McCarthy [4], on peut facilement voir autre chose de bien plus profond si l’on comprend tout simplement que l’art est aussi un instrument capable de mettre en discussion le quotidien tel qu’il se manifeste à nous. Pourtant, de nouveau, si l’on se tient à la critique journalistique, l’installation ne serait finalement qu’une critique de l’ « Amérique puritaine » et « son hypocrisie en matière sexuelle » comme le voudrait Le Figaro (il faudrait d’ailleurs leur demander si cette critique ne s’appliquerait pas aussi à la France), de la « société de consommation » selon Libération, voire de la « société du spectacle » d’après Le Monde [5].

Portrait de l’artiste en travailleur

Dès l’entrée, le visiteur est mis en face de sculptures gonflables géantes, d’objets sexuels de diverses tailles et couleurs qui font référence à Tree. Derrière ces sculptures se trouve une grande salle où a été construite une usine à chocolat (ou plutôt un atelier) à partir de plaques en bois. Dans cette usine travaillent des performeurs silencieux habillés en rouge avec des perruques blondes fabriquant des plugs anaux ou des figurines du Père Noël en chocolat armés de sex-toys. Le bruit des machines, les uniformes de travail, le geste rythmé des performeurs fait comme si on était dans n’importe quelle usine de France. Les œuvres qui sortent des moules sont elles aussi stockées pour être ensuite vendues et consommées comme n’importe quelle marchandise. L’installation continue donc à la caisse du magasin du musée de la Monnaie, où l’on peut acheter pour 50 euros un plug anal ou un père Noël en chocolat.

Cette usine ne fonctionne pas en flux tendu. Derrière l’atelier de production des stocks de marchandises s’accumulent sans cesse. C’est le premier moment où le visiteur peut être directement en contact avec les « œuvres », toujours sous l’œil des vigiles du musée. Comme le dit le site de la Monnaie : « Produites en tirage illimité, consommables et périssables, ces figurines sont mises en vente à l’entrée de l’exposition ainsi que dans la librairie. Jour après jour, Chocolate Factory se développe à l’image d’une sculpture, créant des problèmes logistiques, des problèmes de stockage, affectant au final sa capacité même de fonctionner. »

L’auteur a choisi également d’intégrer à son installation de nouveaux éléments à partir de son agression physique Place Vendôme. Des panneaux reprennent avec violence les mots du passant qui l’a traité de « stupid fucker artist » qui « insultait la France ». Ce rajout est un trait propre à McCarthy qui s’était déjà positionné contre la vision héroïque de l’artiste, dans Painter (1995) où un peintre/clown qui peint avec de la merde se coupe les doigts avec un hachoir.

Quelqu’un nous informe enfin que les ouvriers/performeurs sont en fait des étudiants stagiaires embauchés à partir d’annonces de recrutement dans des sites web destinés aux étudiants dans les métiers de la culture. L’exposition était déjà un miroir déformé de la production marchande, or là, la barrière entre l’art comme représentation et le réel tombe totalement, peut-être à l’insu de l’artiste.

L’art produit ici sous la forme de marchandises achetables et vendables par n’importe quel individu est un art que McCarthy veut émancipé de toute authenticité, comme dirait Walter Benjamin, émancipé de tout ce qui est unique à l’œuvre d’art qui échappe à la reproduction. Chocolate Factory est plus que la vente de cartes postales de la Joconde comme liquidation de tout héritage culturel de l’œuvre et de toute authenticité, c’est la production en série d’art contemporain. De même, l’idée derrière Tree était l’ambiguïté entre un plug anal vert géant et un sapin de Noël, le tout installé dans une des places les plus « chic » de Paris. Ici l’ambiguïté hésite entre le chocolat et la merde (objet récurrent dans l’œuvre de l’américain). C’est de la merde produite en série et vendue à 50 euros pièce. L’odeur de chocolat qui est présente partout nous donne envie de consommer cette marchandise produite à l’atelier de McCarthy. En quelque sorte, il nous donne à manger la merde produite par la société capitaliste.


NOTES

[1] « Paul McCarthy renonce à réinstaller son oeuvre polémique », Le Nouvel Observateur, 18 octobre 2014.

[2] Actuellement à la Monnaie de Paris, du 25 octobre jusqu’au 4 janvier 2015. Entrée gratuite.

[3] « Après le sapin sextoy, Paul McCarthy expose ses chocolats », Le Figaro, 24 octobre 2014.

[4] « Paul McCarthy, ses œuvres de merde », Libération, 24 octobre 2014.

[5] « Monnaie de Paris : Paul McCarthy et la chocolaterie », Le Monde, 24 octobre 2014.

Source : http://www.ccr4.org/Retour-sur-Choc...



Imprimer cet article





L’internationale chanté pour la première fois le 23 juillet 1888
mardi 23 - 11h40
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h33
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h23
de : jean 1
Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
1 commentaire
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
1 commentaire
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
1 commentaire
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite