Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place

de : Dominique Mourlane
jeudi 6 novembre 2014 - 12h40 - Signaler aux modérateurs
12 commentaires
JPEG - 81.2 ko

La modernisation de l’agriculture a été un véritable enjeu qui a permis d’améliorer les conditions de travail des paysans. Cette modernisation mal contrôlée conduit aussi à l’industrialisation et à l’agrobusiness de l’agriculture.

Les normes sanitaires qui sont imposées au monde agricole éloignent de plus en plus la production de matières premières de la transformation de ces matières. Les politiques agricoles, cherchent à agrandir les exploitations agricoles au détriment de la petite agriculture pourvoyeuse de savoir-faire, de main d’œuvre et d’aménagement du territoire.

La « réalité » économique, à travers en particulier le dernier avatar qu’est la loi d’avenir agricole votée en septembre 2014 va supprimer les quotas laitiers, ce qui entraînera une explosion de la production qui passera par des industries fermières géantes.

Dans la Somme, « la ferme des 1000 vaches » produira à terme 9 millions de litres de lait par an vendus à 250 euros la tonne. Un éleveur commence à s’en sortir à partir de 350 euros la tonne, et sans faire de folies. Ce lait sera racheté par la société Agrial qui fabrique et commercialise des yaourts et fromages frais à la marque de distributeurs sur le marché français.

Pendant ce temps la société Senoble qui s’était dans un premier temps engagée à racheter ce lait, vient de céder sa participation à la société Agrial pour se concentrer au marché haut de gamme. Il y aura donc un marché des produits lactés à base de produits sains à un tarif assez élevé et pour le français avec moins de ressources il y aura un marché des produits lactés à bas coûts.

L’impact social sera très important dans une perspective de développement de ce type d’industrie agricole. Aujourd’hui une ferme sur deux n’a pas plus de 50 vaches laitières sur son exploitation. Si le modèle des « 1000 vaches » devait se développer, le nombre d’exploitations laitières passerait de 60 000 à 2 500 en France à un horizon très rapide. Ce serait une catastrophe sociale, environnementale et économique.

La santé animale ne sera bien sûr pas prise en compte puisque ces vaches seront parquées et n’auront pas le droit de voir les prés. Leur vie dans cette industrie de production laitière est établie sur 4 ans… temps accordé à une vache pour être rentable. Toutefois cette ferme ne produira pas que du lait, et même le lait ne sera qu’un sous-produit de cette unité industrielle, puisque le premier rapport se fera sur l’énergie produite. Le méthaniseur le plus puissant du secteur agricole sera en passe de produire 1,3 mégawatt et recyclera les résidus d’herbes, de céréales, de lisier et de fumier, qui une fois transformés en électricité sera rachetés par EDF.

Les résidus d’azote satureront très rapidement les nappes phréatiques et nuiront à la qualité de vie des habitations environnantes. Il y a enfin de forts risques d’épizootie du fait de la concentration animale dans de tels lieux.

Pour la commission Développement Écologique et Social de l’UFAL ce type de choix économique ne répond en rien à ce que l’avenir de notre alimentation et de notre environnement réclame. Nous sommes dans ce cas solidaires de la lutte que mène la confédération paysanne contre ce projet. Nous nous prononçons pour une agriculture paysanne, écologique et pourvoyeuse d’emplois.

http://www.ufal.org/developpement-e...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
6 novembre 2014 - 13h53

Et même le bio est infesté,et il y a une omerta sur les 50 morts de produit bio d’une ferme allemande en 2011 ,avec 800 personnes intoxiquées dont certaines avec des séquelles à vie.
Et les médias n’en parlent plus !
pourquoi ?



Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
6 novembre 2014 - 14h38 - Posté par taratata

"Le ministre de l’Agriculture de Basse-Saxe (nord), Gert Lindemann, a évoqué « une série d’indices » contre la ferme biologique Gärtnerhof de Bienenbüttel qu’il qualifie d’« araignée dans la toile ». Les quelque 800 analyses autour de la ferme biologique de Gärtnerhof, soupçonnée depuis plusieurs jours, n’ont pas prouvé la présence irréfutable de la bactérie. L’exploitation a été mise sens dessus dessous. Graines germées, engrais, eau, matériel agricole, personnel, animaux : tout a été passé sous le microscope… sans succès."
http://sante.lefigaro.fr/actualite/...



Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
6 novembre 2014 - 15h59 - Posté par

suite de l’article du figaro(tiens tiens on se sert du figaro !!) ::

Une souche d’origine humaine

Cependant « la chaîne d’indices est tellement importante » qu’on peut affirmer l’origine de la contamination, selon les responsables des autorités sanitaires. Une dizaine de pistes venant de restaurants, de commerces ou de cantines dont les clients ont été infectés menaient à Gärtnerhof. L’Institut fédéral d’évaluation des risques (BfR) affirme que la souche de la bactérie serait humaine et non d’origine bovine, ce qui expliquerait sa résistance aux antibiotiques.


c ’est de cette ferme bio que viennent morts.


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
6 novembre 2014 - 18h59 - Posté par taratata

Le fond de l’histoire est que le " bio " emploie exactement les mêmes méthodes que celles de l’agro-industrie et arrive , de ce fait , aux mêmes résultats désastreux.
A quand une multiplication de petits paysans et de multiples PETITS lieux de vente ?
Biocoop , par exemple est devenue une énorme machine dans tout l’ouest .


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
6 novembre 2014 - 19h14 - Posté par

"Biocoop , par exemple est devenue une énorme machine dans tout l’ouest ."
Tout à fait !
et que dire des AMAP carrément au services de petits malins qui gonflent les prix rendant impossible l’achat par les gens au rsa et au smic.


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
6 novembre 2014 - 21h02 - Posté par

..presque tout le bio !!...est inaccessible par les gens au RSA et au SMIC


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
7 novembre 2014 - 06h53 - Posté par taratata

A remettre en cause également les "labels ".
Ils se goinfrent sur la bête .
Rêvons un peu à un monde où se cultivent des légumes , des céréales , des animaux sans toute cette chimie qui a été imposée par les héritiers de la chimie de guerre.


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
7 novembre 2014 - 18h11 - Posté par TK 50

L’article est truffée d’informations insuffisantes et eronées :
En quoi un lait produit dans un troupeau de 1000 vaches serait moins respectueux de la santé humaine que dans une ferme dite de taille moyenne de 50 vaches par exemple.Les normes sanitaires sont pour tout le monde les mêmes, dans un troupeau de cette taille, la technicité sera un atout indispensable à la réussite économique du projet, et il en ressortira à mon avis des produits peut -être encore plus surs.

Si Senoble dans sa communication dit vouloir aller vers des produits à forte valeur ajoutée, il ne faut pas entendre que ces produits seront plus sains, les produits à forte valeur ajoutée le sont surtout d’un aspect rentabilité économique pour l’opérateur, évitons les raccourcis. Les produits ultra frais sont des produits surs et sains pour les consomateurs, et que le lait vienne d’un troupeau de 50 vaches ou de 1000.

Pourquoi le lait serait-il vendu 250€ la tonne dans cette exploitation, vous ne savez pas que le prix du lait est fixé de manière à ce que l’ensemble des producteurs recoit la même rémunération que ce soit un troupeau de 50 vaches ou un troupeau de 1000.

Enfin, depuis trente ans le nombre de producteurs diminue chaque année de 3,5 à 4% par an, et cette tendance sera probablement la même pour les 20 ans qui viennent, c’est dans la nature des choses. Dans 20 ans, le troupeau moyen aura probablement autour de 120 à 150 vaches, et comme toute moyenne il y aura des écarts importants.

La diversité vaut aussi pour la taille des troupeaux, pour le mode d’agriculture souhaitée par les agriculteurs, alors soyons respectueux d’un projet qui permet à une région de maintenir une dynamique de production laitière.



Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
7 novembre 2014 - 23h52 - Posté par

Tout à fait d’accord avec vous, il faut arrêter la mystification, et l’information partisane.
Que tout le monde ai de l’objectivité et le respect des autres.
Kenavo


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
8 novembre 2014 - 08h11 - Posté par

et cette tendance sera probablement la même pour les 20 ans qui viennent, c’est dans la nature des choses.

Dans la nature des choses ?
C’est écrit dans le grand livre du destin ?
TINA (there is no alternative) ?

Ou bien l’homme peut-il écrire son avenir ?

Non, ce n’est pas la nature des choses, ce sont des choix.


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
8 novembre 2014 - 08h15 - Posté par

En quoi un lait produit dans un troupeau de 1000 vaches serait moins respectueux de la santé humaine que dans une ferme dite de taille moyenne de 50 vaches par exemple.

Je n’ai pas d’avis définitif sur ce type d’élevage, je ne suis pas spécialiste de la question, mais l’argument que j’ai entendu à propos de qualité est le suivant :

Plus le troupeau est gros, plus les risques de maladie (de transmission, d’épidémies) sont grands, donc plus il faut préventivement traiter (en particulier antibiotiques).

Cet argument est-il faux (et si oui, en quoi) ?


Pour une consommation saine, la ferme des 1000 vaches n’a pas sa place
8 novembre 2014 - 19h57 - Posté par

""Plus le troupeau est gros, plus les risques de maladie (de transmission, d’épidémies) sont grands, donc plus il faut préventivement traiter (en particulier antibiotiques).

Cet argument est-il faux (et si oui, en quoi) ?
""
la crise de la vache folle a touche des petites et moyennes exploitations donc pas besoin d’avoir 1000 vaches pour avoir une épidémie ,avec 50 cela peut suffire,même si la cause est différente .
en fait peut être est ce du coté de la souffrance de l’animal en batterie dont il faudrait parler et éviter ces douleurs .
coté valeur nutritionel du lait ,le nombre ne joue pas. et je préfére une ferme de 1000 vaches archi controlée et sécurisée qu’une exploitation de 50 pas aux normes ou mal gérée car pas assez de contrôles.

ou bien on refuse toute souffrance animal et quand une vache va se fair etuer je suppose qu’elle le"sent" autant que si elles sont mille,et alors on devient végétarien,ou bien on s’arrange avec sa morale et on veut bien juste un quart de souffrance pour la vache,c ’est sympa bien sur ,c ’est écolo,mais assez hypocrite.
50,100,1000 on tue pour manger .






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite