Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
de : Luis Gómez
jeudi 4 décembre 2014 - 17h52 - Signaler aux modérateurs
11 commentaires
JPEG - 24.8 ko

D’après un sondage publié par El País, si des élections avaient lieu aujourd’hui, la formation politique Podemos, issue du mouvement des indignés, serait en première place avec 27,7 % des votes. Portrait du leader d’une formation qui casse l’hégémonie des deux partis traditionnels espagnols.

A entendre sa mère María Luisa, Pablo Iglesias, 35 ans, était déjà de gauche avant sa naissance. “Mon fils a été élevé de la meilleure façon possible vis-à-vis de sa classe sociale, de son peuple, de son entourage et de sa patrie”, assure-t-elle. Ses parents l’ont prénommé Pablo en l’honneur d’un autre Iglesias, Pablo Iglesias Posse, père du socialisme espagnol.

Et s’il subsistait le moindre doute, María Luisa est capable de déployer l’arbre généalogique familial. On y trouve des députés, des condamnés à mort pour leurs idées politiques, des juges et des militaires républicains. “Dans notre famille, on lutte pour la classe ouvrière depuis le XIXe siècle”, souligne María Luisa. C’est dans cette ambiance à haut voltage politique qu’a grandi Pablo. “

Et en plus, il est né à Vallecas [ville de tradition contestataire de la région de Madrid]”, assène sa mère, avocate du travail. Son curriculum vitae dessine une biographie sans faille dans une seule direction, vers la gauche. Fils unique, bon élève, il s’inscrit aux Jeunesses communistes dès 14 ans, puis poursuit son action militante parallèlement à ses études à la faculté de sciences politiques, où il décroche master et doctorat. Un passage par l’Italie, la Suisse, le Mexique et les Etats-Unis l’amène à participer aux mouvements de résistance civile et de lutte contre la mondialisation.

Petit écran

Une version réduite de sa thèse de doctorat s’intitule “Désobéissants”. Il étudie le phénomène zapatiste, écrit sur le cinéma et la politique, fonde (ou participe à) des associations comme Jeunesse sans avenir, Promoteurs de pensée critique, Association contre le pouvoir… Avec un tel parcours, Pablo Iglesias aurait pu être un théoricien de la gauche, un professeur barbu à costume de velours côtelé, destiné à évoluer dans le milieu universitaire. Bref, un homme éloigné de la rue.

Mais il a fini par devenir un expert en communication politique, un personnage médiatique et, depuis le 25 mai, un homme politique à succès (1 240 000 voix et 5 députés pour le parti Podemos, [“Nous pouvons”], formé il y a quatre mois). Sans être un homme d’une sympathie irrésistible ou à l’accolade facile, il a su trouver un écho auprès d’une bonne partie de l’électorat. Mais ceux qui voient dans Iglesias un produit conventionnel de la télévision ont peut-être tort.

En effet, sa relation avec le petit écran n’est pas le fruit du hasard. Elle est intentionnelle et stratégique. “Nous expérimentons notre communication politique depuis le principal espace de communication politique qu’est la télévision, explique-t-il. Tout ce que nous avons appris à La Tuerka, nous l’appliquons sur les grandes chaînes.” La Tuerka est une émission de télévision que Pablo Iglesias et ses collaborateurs (professeurs et élèves de sciences politiques à l’université Complutense de Madrid) ont diffusée sur Internet et sur la TNT.

Pas de poing levé

Dans ces espaces aux audiences a priori marginales, Iglesias s’est formé comme présentateur, interviewer et homme de télévision. Certes, l’homme dénonce, mais il est entraîné à parler face au public. Et avec un message inflexible. D’entrée de jeu, son passage à la télévision généraliste a été un succès : il savait se contenir, il pouvait débattre, il était à l’aise devant les caméras, il pouvait participer à des émissions de l’autre bord idéologique, mais il ne perdait jamais contenance. Une main de fer idéologique dans un gant de velours.

La télévision et les réseaux sociaux ont fait le reste. Ils ont permis de mettre un visage et une queue-de-cheval sur cette voix de la gauche. Iglesias est un homme tranquille au message dur, adressé aux déshérités, aux victimes de la crise économique et aux classes moyennes appauvries. Il s’exprime sans détours, qualifie de castes les directions des grands partis, appelle “régime de 78” la transition démocratique, évoque ces grands-pères qui ont défendu la République il y a quatre-vingts ans et critique les “millionnaires aux bracelets rouge et jaune [drapeau de l’Espagne]”.

Et quand il s’adresse à son public dans la rue, il demande un applaudissement pour les policiers “qui aimeraient qu’on leur donne l’ordre de passer les menottes à un banquier corrompu”. Dans ses meetings, on scande “No Pasarán”, on entonne de vieilles chansons de la guerre civile. Tout cela fleure bon la gauche profonde, le communisme ressuscité, les vieilles proclamations et les poings levés. Mais Iglesias ne lève pas le poing, il applaudit son public.

http://www.courrierinternational.co...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 18h56 - Posté par V13

Ouais, ben vu leur fond politique et leur programme, parfaitement poujadiste, qui ne remet pas un instant en cause la logique de l’économie mais veut la "nettoyer" (transparence financière, gouvernement judiciaire, petite entreprise), on se sent soudainement un regain de sympathie envers les vieux léninistes d’Izquierda Unida. Mais les néo-"gauches" (qu’elles se disent et sans doute se croient) en europe sont désormais bien sur la ligne du ressentiment politique et de la "société saine" qui commence par le pragmatisme (voir la pratique de Syryza là où ils sont déjà aux affaires) et risque de finir dans un nationalisme pas clair du tout, et on ne sait trop avec qui. Mais il faut bien se dire que c’est ça qui plaît ) nos concitoyens, qui n’ont aucune envie de changer de monde, mais de continuer à profiter du capitalisme, relooké, verdi et participatif. Sauf que ça, c’est le souhaité, mais rien ne garantit que ça marche - remember le vieux barbu les les contradictions internes à la valorisation...



ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 19h28 - Posté par J.

Tout cela est à regarder à la lumière de l’Histoire de l’Espagne et le fantastique décervelage de la majorité d’un peuple d’ouvriers et employés soumis à 40 ans de dictature, qui a cru naïvement que l’Europe du Capital allait leur apporter ce que le Franquisme lui avait refusé dans un climat de peur et de féroce répression.
Au début, tout allait bien, comme chez ceux qui ont voté OUI chez nous, ça marchait aussi pour le PSOE ( et un peu le PCE) complice de la campagne de "réconciliation" et d’oubli...
"Podemos" est sur la même ligne d’oubli et de réconciliation qui peut faire ressurgir bien des choses jusqu’ici escamotées.


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 19h44

Et quand il s’adresse à son public dans la rue, il demande un applaudissement pour les policiers “qui aimeraient qu’on leur donne l’ordre de passer les menottes à un banquier corrompu”.

Pffff... la peine, la peine, la peine...

Son "public" ? La rockstar , c’est lui ? Nabilla, es-tu là ????

Quelle MISÈRE ! Encore un mari volage pour un peuple cocu d’avance.

Chimène, ils sont beaux, tes yeux (dommage que tes oreilles les cachent...)

On n’en sortira pas de ce radicalisme républicain de m...... promu à l’échelle européenne par la GUE et la Gauche Européenne.

On reste bien sagement dans le jeu institutionnel de l’Etat bourgeois hein. Couché, pas bougé, donner la papatte.

Su-sucre ?

Mais Iglesias ne lève pas le poing, il applaudit son public.

Beh tu m’étonnes, John. Show must go on, non ?


A ranger d’urgence avec les "masques" Mélenchon, Laurent, Vendola, Lafontaine, Tsipras etc etc "pia pia pia"



ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 19h45 - Posté par

Non mais les pauv’ policiers quoi, qu’il faut bien applaudir.
Les pauv".
Y font c’qu’on leur demande hein.
Pas d’leur faute....

ahlalala. Ce que c’est énervant ce genre de CONNERIES.


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 20h21 - Posté par RICHARD PALAO

PODEMOS , c est un mauvais remake de "la grande illusion" ce parti a en effet crée la surprise lors des élections européennes avec un programme très radical , qui dénonçait en outre la corruption et l ’ établishment , depuis , PODEMOS a mis beaucoup d ’eau dans son vin, et lors de la présentation de son programme le leader IGLESIAS a lui même reconnu qu’il s ’agissait d’un programme social-démocrate , qui ne s en prend donc pas au système capitaliste ni à la soumission à l UE ;on nage en plein électoralisme ...

PODEMOS qui prétendait combattre le bipartisme est en dans les faits un allié de ce bi-partisme puisqu’à peu de chose près il a le même programme que le PSOE et qu’il permet donc à celui-ci de se requinquer au détriment de IZQUIERDA UNIDA qui commençait à être une force qui compte , et de l’extême gauche et des indépendantistes .

Ce n est donc pas demain la veille que l ESPAGNE aura un parti vraiment révolutionnaire .


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 20h49 - Posté par Stirner

Peut-être mais entre les indignés espagnols et nos nazis à la sauce "front national", je préfère tout de même les premiers comme parti en tête dans une élection, même s’il faut reconnaître la pertinence des réserves exprimées. Il reste que la Grèce et l’Espagne ne répondent pas à la crise de la façon dont nous l’avons fait récemment et pour notre courte honte.


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 21h09 - Posté par

L’apathie des masses, l’ABSENCE de GREVE GENERALE pour se défendre collectivement contre l’offensive du capital, l’absence de subversions "gauchistes" contre l’impérialisme et l’Europe...etc... OUVRENT un espace politique énorme à des "phénomènes"... FN en FRANCE, GRILLO en ITALIE, PODEMOS en ESPAGNE, n’importe quoi, n’importe qui...
La haine sociale des dominés s’accumule,mais elle n’est pas considérée comme un levier révolutionnaire utilisable par les sixième républicains et autres ex-trotskystes, les syndicats sont pétrifiés dans des postures agressives-passives répugnantes !!!
Période imbécile de l’histoire de nos sociétés...
La lutte des classes, MASSIVE, compacte et puissante, centralisée et disciplinée, unitaire, est le remède...


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
4 décembre 2014 - 23h18 - Posté par RICHARD PALAO

STIRNER c’était également le prétexte avancé par ceux qui ont appelé à voter HOLLANDE : ça ne peut pas être pire que SARKOZY !!! ET IL FAUT FAIRE BARRAGE
AU FN ...

RESULTATS : HOLLANDE FAIT PIRE QUE SARKOZY ET LE FN S EST RENFORCE , en politique faute d ’une vraie alternative , le pire , c est demain ...


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
5 décembre 2014 - 10h44 - Posté par

Imaginons (ça ne coûte rien ,ça ne fait pas mal, ça n’est pas sale ...) un monde sans élections :-D

Tu sais Stirner, qu’il suffit de 50 votants sur 30 millions d’inscrits pour ÉLIRE un âne déguisé en cheval de course ..........

Moi je préfère ni l’un ni l’autre. J’en ai marre des élections bourgeoises dans ce système pourri. Je pense que ça se passera ailleurs et autrement, le renversement de paradigme , de société...


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
5 décembre 2014 - 06h36 - Posté par

Pffff... du changement , toujours du changement !! On en veut pas mec , comprendo !

To be or not to be !

Voila l’armée de l’empire , attend avec beaucoup d’ appréhension le guerrier 81 -100 !

Signed : 2 **7


ESPAGNE : Les indignés de Podemos, première force politique du pays ?
5 décembre 2014 - 10h41 - Posté par

si, si, on en veut.

Mais "ça" c’en est pas :-D

VIVE LA COMMUNE.

#ComiteDeLutteContreLesContrefaçonsDeChangement





Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
1 commentaire
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
4 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les biens superflus rendent la vie superflue. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite