Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
de : Epuration idéologique
lundi 5 janvier 2015 - 15h42 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

La Bourse du Travail du Blanc-Mesnil est un lieu dédié à la défense et à la promotion des droits, ouvert à tous les Blanc-Mesnilois, et de manière totalement gratuite. Grâce à cet outil, présent sur notre ville depuis 1967 des salariés ont pu s’organiser dans leurs entreprises et administrations, des milliers de personnes ont pu être aidées dans leurs procédures prud’hommes, accompagnées et défendues face à leur employeur.

Qu’il s’agisse de salarié(e)s, de retraité(e)s, de précaires, ou de privé(e)s d’emplois, tous ont trouvé porte ouverte, reçoivent écoute et conseils pour les problèmes liés à la défense de leurs intérêts professionnels, individuels et collectifs.

C’est un lieu d’organisation des salarié(e)s, des syndicalistes, des associations, un lieu de vie citoyenne, un lieu de résistance, un lieu d’éducation populaire, qui est aujourd’hui menacé de fermeture !

Après avoir supprimé la subvention permettant de faire fonctionner la Bourse Locale du Travail, la Municipalité entend à présent fermer ce lieu en expulsant ses occupants, des syndicalistes et des militants associatifs.

C’est un véritable coup de force contre la démocratie sociale !

C’est supprimer un lieu de lien social et de défense des droits, particulièrement utile et nécessaire en ces temps de crise.

Les travailleurs et la population du Blanc-Mesnil n’ont rien à gagner à la disparition d’un outil qui permet, notamment, d’accomplir des missions syndicales reconnues d’intérêt général par de nombreuses décisions de justice. Il s’agit ni plus ni moins d’une obligation républicaine, dont la municipalité souhaite s’affranchir !

La Bourse du Travail, c’est la maison de tous les Blanc-Mesnilois ! Ne laissons pas ainsi piétiner le droit d’avoir un lieu pour se réunir, s’informer, s’organiser, se défendre et trouver les moyens de résister face aux injustices !

CGT 93 - CFDT 93 - FO 93 - FSU 93

Pétition à signer ici



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
5 janvier 2015 - 15h49

Jeudi soir, vers 21 heures. Quelques rares sifflets et huées résonnent dans la salle bondée du conseil municipal du Blanc-Mesnil. Le maire (UMP) Thierry Meignen et sa majorité viennent de voter la fin de la mise à disposition, au 1 er janvier 2015, des locaux de la ville à la bourse du travail.

Cet immeuble construit en 1967 abrite depuis cette date des syndicats et des organisations de défense des salariés, au 158, avenue Charles-Floquet.

La nouvelle majorité municipale UMP-UDI, élue en mars dernier après près de quatre-vingts ans de gestion communiste de la ville, avait déjà voté la fin de la subvention de 80 000 € à la bourse du travail, provoquant des manifestations de la CGT lors des précédents conseils. Une nouvelle étape a donc été franchie jeudi soir, avec la récupération par la municipalité des locaux de la Bourse. « Ce n’est ni plus ni moins qu’un arrêté d’expulsion », a lancé Alain Barrès, élu d’opposition de la liste de gauche « Blanc-Mesnil au cœur ». « C’est une décision d’une extrême gravité. Très peu de maires vont jusqu’à expulser les organisations syndicales », a renchéri l’ancien maire (PC) Didier Mignot, désormais chef de file de l’opposition, qui a voté contre la décision.

L’opposition dénonce une « chasse aux sorcières »

Le nouveau maire fait-il la chasse aux syndicats, comme l’accuse son opposition ? « J’ai été élu sur une promesse : celle de ne plus financer d’associations à caractère politique, s’est défendu Thierry Meignen. La Bourse du travail n’est utilisée que par la CGT. Le PC a prévu d’y organiser trois réunions en octobre. C’est particulièrement déloyal à l’égard d’autres syndicats. Plutôt que ce local ne profite qu’à un syndicat, je préfère qu’il soit utilisé au bénéfice des riverains. » La ville envisage d’utiliser les salles ainsi libérées pour des associations locales.

Des arguments rejetés par l’opposition. « Il y a aussi des syndicats enseignants », réagit Didier Mignot. Et les élus de son groupe d’énumérer les actions de la bourse du travail en 2013 : 9 300 accueils téléphoniques, 7 100 accueils physiques, 414 rendez-vous lors des permanences gratuites à caractère juridique (consommation, droit du travail, surendettement...). Les locaux servent déjà à diverses associations, assurent aussi les élus de gauche. « Les motifs de cette décision ne sont pas acceptables. C’est en parfaite cohérence avec la chasse aux sorcières menée depuis six mois dans le personnel communal », conclut Alain Barrès.

Une allusion qui n’a pas fait sourciller Thierry Meignen : « Je ne fais qu’appliquer mon programme. Vous pouvez cocher les cases, on a déjà fait beaucoup en six mois. »

http://www.leparisien.fr/espace-pre...



Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
5 janvier 2015 - 15h51

Thierry Meignen, nouveau maire UMP du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), multiplie depuis son élection des mesures brutales et antisociales. Citoyens et militants s’opposaient, jeudi, à la fermeture de la bourse du travail.

C’est l’histoire d’un «  rêve  ». L’histoire d’un maire de droite, anticommuniste primaire, qui «  libère  », selon ses propres mots, une ville gérée depuis près de 80 ans par une municipalité communiste. Dans ce conte, l’heureux endormi s’amuse depuis mars 2014 à tout casser, par idéologie et ignorance, sans réfléchir aux conséquences bien réelles. Ce songe a pour cadre la ville du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, où le réactionnaire Thierry Meignen, élu avec une étiquette UMP et un discours pas loin d’être bleu Marine, donne une étonnante démonstration de droite pure et dure. Pour beaucoup, tout cela ressemble surtout à un cauchemar, et c’est pour réveiller l’opinion et l’État qu’une résistance citoyenne s’organise. Jeudi 17 décembre, des centaines de manifestants se sont retrouvés devant l’hôtel de ville pour défiler de nuit, sous les drapeaux et les lampions, jusqu’à la bourse du travail locale, qu’ils espèrent sauver. «  La première décision du maire a été de supprimer la subvention de 80 000 euros accordée à cette bourse, et de mettre fin à la mise à disposition des locaux à partir du 1er janvier 2015. Les deux salariés qui s’occupaient de l’accueil, du secrétariat et de l’administration ont été licenciés sans pouvoir toucher leurs indemnités en juin, faute de moyens. Notre activité continue, grâce au travail de militants, mais on risque de se retrouver à la rue  », explique Wilfrid Cardon, secrétaire général de l’UL-CGT. Ce défilé départemental et intersyndical, le deuxième après celui de juin, était organisé alors que le maire a refusé tout dialogue avec les syndicats. «  Nous nous mobilisons tous ensemble – CGT, CFDT, FO, FSU –, car il faut absolument défendre les bourses du travail. Ce sont des lieux de repères, de proximité et d’entraide, où les salariés peuvent se défendre et exister collectivement. Il ne faut surtout pas couper ces accès à la connaissance de nos droits et renvoyer chaque individu à lui-même  », s’alarment François Cochain, secrétaire général de la FSU 93, et Nadine Roumilhac, de la branche locale FSU-SNUipp.

Le cortège, encadré par les forces de l’ordre, a égrené à chacun de ses pas toutes les actions d’un maire antisocial à sang froid. Des suppressions et diminutions de subventions dignes d’une mairie Front national se sont multipliées depuis sa prise de fonction  : les antennes locales de la Ligue des droits de l’homme, du Secours populaire français, du Mouvement pour la paix et de la Confédération nationale du logement sont mises à mal. «  Meignen déclare ne faire ni politique ni idéologie, mais il s’attaque d’abord aux travailleurs fragiles, puis aux associations et enfin à la culture  », regrette Fabien Gay, secrétaire de section du PCF et conseiller municipal, qui anime avec l’ancien maire communiste, Didier Mignot, une opposition active et engagée. Car, dans le «  rêve éveillé  » de Thierry Meignen, il y a aussi la suppression de la subvention de 1,8 million d’euros par an au Forum culturel du Blanc-Mesnil, scène reconnue nationalement pour l’excellence de son travail en termes de création et de proximité avec la population. Le nouvel édile, qui s’est vanté à de nombreuses reprises de n’avoir jamais mis les pieds au Forum, est responsable de sa mort, programmée pour la fin de l’année, après avoir fait voler en éclats la convention passée entre la ville, le département, le ministère de la Culture et la région Île-de-France. «  Il flingue tout ce qui permet de s’émanciper, de réfléchir, de penser le monde. Il fait de l’idéologie de droite très dure, et laisse 23 salariés sur le carreau, alors qu’il avait promis d’attirer l’emploi, pendant sa campagne…  » ajoute Fabien Gay.
« Chasse aux sorcières »

Aux nombreux licenciements, s’ajoute la fuite de cadres et d’agents communaux, poussés vers la sortie, en plus de la promesse de non-remplacement des départs à la retraite. «  Il y a une véritable chasse aux sorcières, du harcèlement, des rumeurs lancées et entretenues par le maire contre les ’’indésirables’’, des déclassements et de fortes pressions pour nous dégoûter et nous briser  !  », lancent deux agents. «  Il a aussi annoncé vouloir raser une partie de la cité des Tilleuls pour créer un lac et une coulée verte. Comme par hasard, c’est un quartier qui vote à gauche, et des populations fragiles qui auront du mal à se reloger au Blanc-Mesnil  », dénonce un militant. «  Il est dans l’enfumage, dans le paraître et l’éclat. Il masque son bilan avec des journées Brassens, une fête à l’occasion des 70 ans de la Libération ou encore un marché de Noël. Il ne fait que de la communication. Seul le sport d’élite l’intéresse, par exemple. Il a annoncé vouloir tout miser sur trois disciplines  : foot, tennis et judo, pour s’en faire une vitrine, mais la diversité des pratiques, ou le sport pour tous, ça ne l’intéresse pas  », dénonce Nicole Debotte, de l’office local du sport, dont la subvention a elle aussi été supprimée.

Arrivée devant la bourse du travail, la foule signe une pétition et promet de ne pas en rester là. «  On va organiser une veille citoyenne et continuer, car on est utile à la population. Énormément de boîtes sont sans syndicats. Où iront les salariés en difficulté sans cette bourse  ? Tout le monde a le droit à une défense. On monte aussi des dossiers de surendettement, des permanences d’avocats. On fait de l’entraide sociale  », argumentent Wilfrid Cardon et Denise Ollivier, ancienne présidente du conseil des prud’hommes de Bobigny, et bénévole à la Bourse du Blanc-Mesnil.

Villejuif contre son histoire. Georges Marchais a été durant 24 ans bdéputé de Villejuif. Aimé ou détesté, il fut l’une des personnalités politiques les plus marquantes de sa période, et probablement du XXe siècle. À ce titre, en 2013, la municipalité dirigée par la communiste Claudine Cordillot baptise une esplanade du nom de son ancien élu. La ville (tombée aux mains de l’UMP) et son maire Franck Le Bohellec veulent aujourd’hui débaptiser le parvis, prétextant la proximité d’une allée Georges-Mathé (médecin gaulliste et… ami de Georges Marchais) qui perturberait la distribution du courrier. Un rassemblement est prévu lundi à 18 h 30 sur le parvis en question pour protester.

http://www.humanite.fr/au-blanc-mes...



Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
5 janvier 2015 - 15h52

Au Blanc-Mesnil, les économies à tout prix de Thierry Meignen (UMP)

Il y a six mois, à l’issue du second tour des élections municipales, treize villes de Seine-Saint-Denis ont changé de maire. Qu’ont fait les élus depuis leur arrivée ? Qu’est-ce qui a changé — ou pas — dans leurs communes ? Qu’en pensent les habitants ? Nous dressons un premier bilan.

Aujourd’hui : Le Blanc-Mesnil, où Thierry Meignen (UMP) a succédé à Didier Mignot (PCF).

« Vous êtes allés voir les autres nouveaux maires ? Parce que je ne crois pas qu’ils en ont fait autant qu’ici.

.. » Thierry Meignen le dit et l’assume : il est fier de son début de mandat. Le maire UMP, élu face à Didier Mignot, le sortant communiste, dans une ville aux mains du PCF depuis près de quatre-vingts ans, commence « à cocher point par point les promesses tenues lors de la campagne ». Et le nouvel élu d’égrener ses premières réalisations : l’évacuation des camps roms (« on empêche les réimplantations grâce à la vigilance des habitants »), la mise en place de la police municipale (« le chef est recruté, les premiers effectifs arrivent en octobre, ils seront 10 en décembre »), ou encore le lancement de ProxiMesnil, un numéro vert qui permet aux habitants de signaler les tags ou les dépôts sauvages d’ordure.

Mais surtout, le nouveau maire du Blanc-Mesnil s’est attaqué aux finances de la commune. Comme dans beaucoup d’autres villes ayant changé de majorité au printemps, un audit a été lancé. « Les résultats ne sont pas encore connus, à cause de quelques soucis rencontrés par le cabinet Ernst & Young. Ils ont fait face à des blocages, dans certaines associations », explique Thierry Meignen. L’élu compte malgré tout traquer les gaspillages d’argent public dans ce qu’il appelle des « associations lucratives sans but », pas peu fier de son bon mot. Principale structure touchée, avant même les conclusions de l’audit : la bourse du travail, privée de ses 80 000 € de subventions, puis de son local.

Autre source importante d’économies : le personnel municipal. 1 500 salariés, une masse salariale représentant 65 % du budget, « c’est trop », assène Thierry Meignen, qui prévoit le non-remplacement des départs en retraite, tout en « remettant les gens au travail ». La ville a aussi renégocié certaines prestations, payées trop cher par la ville selon le maire. Un exemple : le feu d’artifice du 14 juillet, dont le coût a finalement été baissé de 30 000 € à 14 500 €, avec en plus un écran géant pour diffuser la finale de la Coupe du monde de foot. Résultat : « en six mois, nous avons fait 2 M€ d’économies, ce qui a permis de réduire notre dette de 650 000 €. C’était nécessaire, car si l’on ne réduit pas notre endettement, qui atteint 87 M€, on va être en difficulté. »

Certaines mesures suscitent de sévères critiques dans l’opposition de gauche. Derrière Didier Mignot, les élus PCF, PS et écologistes dénoncent « les atteintes à la démocratie » et une « chasse aux sorcières » parmi le personnel communal.

Thierry Meignen s’en défend. « Je ne suis pas le diable », aime-t-il à répéter. Ses objectifs à plus long terme concerneront le cadre de vie des Blancmesnilois. « Je veux être un maire bâtisseur, je veux tenir le crayon des architectes. J’ai déjà refusé des permis de construire car la façade ne me plaisait pas. » Après avoir « ramené les familles sur le parvis de l’hôtel de ville » cet été en créant une plage, Thierry Meignen entend poursuivre la rénovation urbaine de la cité des Tilleuls.
« Je vis un rêve éveillé. C’est une période passionnante de réveiller une ville », conclut le nouveau maire. Ses opposants, eux, craignent plutôt que cela ne vire au cauchemar. « Ce qui est fait n’est pas forcément mal, estime Didier Mignot. Mais je l’attends sur les gros dossiers, la gare de triage, le RER B, l’urbanisme... Surtout, il y a un vrai problème démocratique : en six mois, les commissions municipales ne se sont pas réunies une seule fois ! Nous ne pouvons pas examiner les propositions à temps, c’est tout à fait scandaleux. Tout se fait en catimini entre le maire et son conseiller spécial. On n’est que dans la communication, l’événementiel. »

http://www.leparisien.fr/espace-pre...



Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
5 janvier 2015 - 17h43

La population a voté , ils iront voir des libéraux pour les problèmes quotidiens ça va reposer les militants sincères et dévoués de jadis



Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
5 janvier 2015 - 17h48

Au printemps 1933, les nazis décidaient en Allemagne de fermer les Bourses du Travail, événement raconté dans le roman "Les Cerises de la Liberté".
L’un des motards chargé de récupérer les clefs de l’une d’entre elles dérape sur les pavés mouillés. La foule des protestataires rassemblée devant les portes fait un mouvement menaçant, comme pour le lyncher. Ce sont les membres du service d’ordre du Parti Communiste qui les appellent à la raison. Si l’on peut dire...car quelle était la juste raison à cet instant ? Les camps de concentration allaient s’ouvrir quelques jours plus tard.



Blanc-Mesnil (93) - Quand le nouveau maire UMP expulse les syndicalistes de la Bourse du Travail
5 janvier 2015 - 19h32 - Posté par

Pardon mais ce message est complètement débile et suinte l’anticommunisme primaire.
Vous reprochez à des militants du PCF de ne pas avoir lynché un "bouc émissaire" fut il nazi ????





Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La mort, ce n’est pas plus communiquer, c’est ne plus être compris. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite